Kahnawake

Infos
Kahnawake est une réserve dite mohawk (amérindienne) au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie. Sa population est d'environ , dont qui vivent sur la réserve.
Kahnawake

Kahnawake est une réserve dite mohawk (amérindienne) au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie. Sa population est d'environ , dont qui vivent sur la réserve.

Origine

Établit en 1667, le première mission iroquoise en Nouvelle-France était nommée Kentaké. Celle-ci fut déplacée en 1676 et rebaptisée Kahnawake ou "aux rapides". En 1680, le village fut encore déplacé et renommé Kahnawakon, ou " dans les rapides". En 1696, la mission revint "aux rapides" (à un endroit différent), un établissement ultérieurement nommé Kanatakwente, ou "le village tel que laissé". Le village de Kahnawake atteint son endroit actuel en 1716. Le terme "Caughnawaga", issu d'une ancienne traduction anglaise et hollandaise, fut employé pour désigner le village jusque dans les années 1970, alors que le Centre Culturel Kanien'kehaka Raotitiokwa commença à persuader les gens à revenir à l'épellation ancestrale du nom. En 1981, le Centre Culturel fit une requête auprès du gouvernement du Québec afin que le nom original soit de nouveau utilisé. En 1985, les cartes et panneaux de signalisation furent modifiés. Dans les années 1830, Kahnawake est le plus grand village autochtone du Bas-Canada, peuplé de près de 1000 agriculteurs, fermiers, chasseurs, guerriers et artisans. Presque toutes les familles possèdent un cheval, des cochons et des bovins. La plupart cultivent du maïs et des patates et d'autres cultivent aussi de l'orge, des pois et des fèves . Le blé cultivé est rare; en fait la plupart des familles vivent de maïs, de chasse et d'artisanat (Recensement de 1831). Alors que les autorités appellent les résidents de ce village "Native american of Caughnawaga" ou "Iroquois tribe of Caughnawaga", et que leurs voisins de Châteauguay les surnomment "amérindiens du Sault", "Gens du Sault" ou "Sauvages du Sault", les habitants de Kahnawake préfèrent s'appeler "Iroquois du Sault-Saint-Louis". Cette appellation renvoie à une identité collective qui s'exprime sur au moins quatre niveaux, et qui ne cesse d'évoluer au cours des décennies. Au 19 siècle, certains habitants de Kahnawake sont unilingues iroquois alors que la plupart parlent aussi le français et portent des noms iroquois agencés à des noms de famille français tels que de Lorimier, Giasson, Beauvais, Monique et Delisle. En opposition à aujourd'hui, la langue anglaise ne leur est pas familière. En utilisant le terme IROQUOIS, les gens de Kahnawake du 19 siècle s'identifient à la confédération iroquoise, dont les villages se trouvent encore dans l'état de New York et qui est formée de 6 nations distinctes: Mohawk, Cayuga, Onondaga, Oneida, Seneca et Tuscarora. Aujourd'hui, ce sentiment d'identité est plus précis puisque les gens de Kahnawake s'identifient en tant que "Mohawks", une des 6 nations iroquoises. Le terme Sault-Saint-Louis distingue Kahnawake des autres villages amérindiens du Bas-Canada, dont St-Régis (Akwesasne), Deux-Montagnes (Kanesatake-Oka), le village Abenaki de St-François, et le village Wendate-Huron de Lorette. À l'époque, les 7 principaux villages amérindiens du Bas-Canada sont regroupés dans ce qu'ils appellent la Fédération des Sept-Feux ou des Sept Nations. Kahnawake est le "chef-lieu" de ce pacte fédératif et sert à titre d'organisation politique centrale tout en respectant l'autonomie des communautés alliées. Le conseil de Kahnawake est d'ailleurs composé de 7 chefs élus à vie par leurs clans respectifs. le terme Sault-Saint-Louis n'est pas vraiment utilisé aujourd'hui, sauf dans le contexte de revendications territoriales. Enfin, le terme Sault-Saint-Louis renvoie au nom de la seigneurie dans laquelle le village de Kahnawake se trouve depuis ses origines. En 1680, un terrain de 40 000 acres fut octroyé aux Jésuites afin d'y faire habiter des Iroquois convertis. Il était convenu que les Jésuites n'étaient pas les seigneurs du Sault et ne devaient pas concéder des terres à des blancs. Toutefois, sous l'influence illicite des prêtres, les limites sud (seigneurie de la Salle) et est (seigneurie de La Prairie) du Sault-Saint-Louis devinrent rapidement outrepassées par des agriculteurs blancs. Aujourd'hui, seulement 11 000 âcres des 40 000 âcres originaux demeurent dans les mains des Mohawks. Les revendications territoriales actuelles touchent les municipalités de St-Constant, Ste-Catherine, St-Mathieu, Delson, Candiac et St-Philippe, tous s'étant graduellement établies sur la seigneurie du Sault-Saint-Louis.

Les revendications territoriales

Depuis 1760, les Iroquois de Kahnawake réclament une portion de leur territoire, la seigneurie du Sault St. Louis, qui a été sournoisement annexée à la seigneurie voisine de La Prairie de la Magdeleine. Au cours du dix-neuvième siècle, la limite mal définie entre Sault St. Louis et La Prairie est devenu l'objet de nombreuses requêtes, pétitions et délégations de la part des chefs de Kahnawake. En 1829, le curé séculier de Kahnawake, Joseph Marcoux, rédigea un «résumé» de 15 «preuves en faveur des Sauvages du Sault St. Louis» dans l'espoir que la portion de terre réclamée leur soit remise. Toutefois, tout comme les autres demandes, ce texte tomba sur des oreilles de sourds. 1°. On peut donner pour première preuve les réclamations constantes que les Sauvages ont faites de ce morceau de terre, comme faisant partie de leur Seigneurie, auprès de presque tous les Gouverneurs de la Province depuis et même avant la Conquête; ce qu'ils n'auraient pas fait, si de père en fils et de succession de Chefs, ils n'eussent pas été convaincus qu'il leur appartient de droit. 2°. Dans les titres de la concession du Sault, données à Fontainebleau, par Louis XIV en 1680, il est dit: «En montant le long du Lac sur pareille profondeur, avec deux isles, islests et batures qui se trouvent au-devant.» Or ces isles, islets et batures, avec la portion du Continent vis-à-vis duquel ils se trouvent, ne sont point entre les mains des Sauvages, comme ils devraient l'être d'après leurs titres, puisqu'ils font partie du morceau reclamé. 3°. Il est dit dans les mêmes titres: «Joignant aux terres de la Prairie de la Magdeleine.» N'est-ce pas dire que la ligne entre La Prairie et le Sault doit être mitoyenne. Or cependant, il se trouve entre ces deux lignes une espace d'une trentaine d'arpens qui ne sont pas mentionnés sur les titres de La Prairie ni sur aucun autres titres que sur ceux des Sauvages. 4°. La tradition constante de tous les Sauvages et des Habitans de La Prairie est que, lorsque les Iroquois ont quitté La Prairie de la Magdeleine pour venir s'établir sur la nouvelle Concession appelée du Sault, ils ont planté leur village sur le rive Est de la rivière du Portage, et qu'ils sont restés là au moins une quinzaine d'années, après y avoir bâti une église en bois. Il reste encore une vieille croix plantée sur le terrain de l'ancien village et quelques décombres en terre. 5°. La seconde station du village, d'après la même tradition a été quelques arpens plus haut dans un endroit que l'on appèle à présent chez Catho, encore sur le morceau reclamé. Ils n'ont été là que six à sept ans. 6°. La troisième station, d'après la même tradition a été sur la rivière Susanne, une demi-lieue au dessus du rapide. Ils sont demeurés là une quinzaine d'années, après quoi ils sont venus se fixer ici pour toujours. 7°. Le nom Caughnawaga, en sauvage Kahna8ake, qui veut dire au Sault, au Rapide, dénote que le village a été autrefois vis-à-vis d'un sault ou d'un rapide. Il n'aurait pas été ainsi nommé s'il eut été bâti dès le principe à une demie lieue au dessus du Sault (3 station) ou à plus d'une lieue d'icelui, où il est maintenant. Les Sauvages dans les différentes stations de leur village, en ont conservé le nom primitif. 8°. Le Père Charlevoix en son journal historique qui fait partie de l'Histoire du Canada, dit dans une lettre datée du Sault St. Louis même, en 1721: «Cette bourgade fut d'abord placée à la Prairie de la Magdeleine environ une lieue plus bas que le sault (ou le rapide) St. Louis, du côté du Sud. Les terres ne s'y étant pas trouvées propres à la culture du Maïs, on la transporta vis-à-vis le Sault même, d'où elle a pris son nom, qu'elle porte encore, quoiqu'elle ait été transférée il y a peu d'années, une autre lieue plus haut.» Donc, d'après Charlevoix, le terrain qui est vis-à-vis le rapide, et où a été bâti le premier village, doit appartenir à la Concession du Sault, qui doit être toute entière aux Sauvages. 9°. En partant de 1680, temps où les Sauvages ont laissé La Prairie pour venir au Rapide, où est maintenant la Croix, et additionnant les années des différentes stations du village, savoir: 15 ans au Rapide, 7 ans chez Catho, et 15 ans sur le Rive-Susanne, on a 37 ans; lesquelles ajoutées à 1680, font 1717. Or le Père Charlevoix écrit en 1721, qu'il y a avait peu d'années que le village avait été transféré où il est maintenant; ce qui s'accorde parfaitement avec les traditions sauvages. 10°. La réponse de l'Intendant aux Sauvages du Sault St. Louis, avant la Conquête (pièce originale, entre les mains des Sauvages) on doit y remarquer les mots: «Pour que vous jouissiez ensemble des avantages que CETTE TERRE doit produire, &c. et ces autres: «Vouz devez tous jouir de cette terre, &c., et ces autres: «Les Pères Jésuites prédécesseurs de ceux-ci ont concédé quelques terres de cette Seigneurie, &c., et plus bas: «Les Révérends Pères ni vous ne pouvez vendre aucune portion de cette terre, &c.» Les Sauvages reclamaient alors ce qu'ils reclament aujourd'hui: l'Intendant ne leur dit pas que le morceau revendiqué ne leur appartient pas; il ne le sépare pas du reste de la Concession; cette terre, cette seigneurie, &c., il accorde donc le droit: mais il oblige les Sauvages à le laisser entre les mains des Jésuites, comme leur agens, parce que, dit-il, dans son allocution: «Ils (les Jésuites) doivent avoir la direction de la Seigneurie que vous n'êtes pas capables de gouverner.» Donc c'est par erreur que l'on a confondu ce morceau de terre avec les propriétés des Jésuites. 11°. Le Procès Verbal de Jean Peladeau, Arpenteur, (autre pièce authentique entre les mains des Sauvages). Il y est dit dans la première partie «y planter les bornes pour séparer la dite Seigneurie de la Prairie de la Magdeleine, de la Seigneurie du Sault St. Louis ... en présence de mon dit Sieur Claus et des Sauvages, &c., » or ces bornes furent plantées près de la rivière de la Tortue, comme le dit le même Procès verbal, présiséement la où finit la Seigneurie de La Prairie. Donc là doit commencer la Seigneurie du Sault. Les Sauvages ne veulent pas admettre la seconde partie de ce Procès Verbal où l'on voit que le même Jean Peladeau vint dans l'automne de la même années (1762) avec des Militiens et entièrement à l'inscu des Sauvages, reprendre les bornes qu'il avait plantées à la Tortue et les reporter trente et quelques arpens plus haut, a dessus du Moulin du Sault, parce que disent-ils, étant les plus intéressés dans cette affaire, nous aurions du y être appelés des premiers. Ils regardent donc comme nul ce qui a été fait sans eux. 12°. La promesse du Général Carleton aux Sauvages, rassemblés à Montréal, dans la Maison du Gouvernement, de leur rendre ce morceau de terre à la mort du dernier Jésuite. Cette promesse, il est vrai, n'a été que verbale, les Sauvages ne connaissant pas alors la conséquence d'un écrit; mais il reste encore dans le Village un vieux Iroquois octogénaire qui était présent alors; tous les autres sont morts. 13°. La triple promesse du Sir George Prévost aux mêmes Sauvages: 1°. à Montréal; 2°. à Chateaugay aux Fourches; 3°. à Kingston, de leur rendre à la fin de le guerre le morceau de terre qu'ils reclamaient, lorsqu'ils l'auraient défendu avec le reste du pays contre l'ennemi. (Les témoins auriculaires ont donné des certificats de ces différentes promesses, signés de leurs mains.) 14°. Par leurs Titres de Concession de 1680, les Sauvages doivent avoir trois lieues et demie de front, sur deux de profondeur; or par le fait, ils n'ont pas trois lieues. Donc ils ont été frustrés de plus d'une demie lieue. 15°. Lorsque les Jésuites avaient la jouissance du Moulin du Sault, et qu'ils percevaient les Rentes des Concessions qu'ils avaient faites sur le morceau de terre reclamé, les Sauvages n'étaient chargés d'aucune redevance envers eux ni envers l'Église. Ils vivaient de ce revenus, et portaient exclusivement les frais d'entretien et de réparations nécessaires à l'Église et au Presbitère, comme le font à peu près les Messieurs de St. Sulpice au Lac des Deux Montagnes . Lorsque le Gouvernement s'est emparé de ce fond, comme fesant partie des biens des Jésuites, il n'en a pas moins fallu que les Sauvages trouvâssent dans le reste de leur Seigneurie de quoi subvenir à toutes ces dépenses, sans quoi ils n'auraient plus eu de Missionnaire. Aussi ne leur reste-t-il pas un denier à la reddition de leurs comptes annuels, les trois lieues qu'ils ont entre les mains, étant beaucoup moins lucratives que la demi-lieue revendiquée par eux, vû quelles ne sont ni ne peuvent être concédées, étant presque toutes en Culture et en Prairies et en Sucreries, départies entre chaque famille, pour sa propre subsistance. - SAULT ST. LOUIS, 1829 ("Analyse d'un mémoire inédit ou Résumé des Preuves en faveur des Sauvages du Sault St. Louis, réclamant le Moulin du Sault, et le Lopin de Terre, de trente et quelques arpens de front sur deux lieues de profondeur, sur lequel il est construit." Joseph Marcoux, 1829 - Archives du Diocèse-de-St-Jean-de-Québec à Longueuil, dossier 3A: Saint-François-Xavier de Caughnawaga, document no. 127).

Municipalités limitrophes

Références

-
-
-
-Alfred, Gerald R., 1995a: Heeding the Voices of our Ancestors: Kahnawake Mohawk Politics and the Rise of Native Nationalism. Toronto: Oxford University Press.
-Alfred, Gerald R., 1995b: To Right Certain Wrongs: A Report on Research into Lands Known as the Seigniory of Sault St. Louis. Kahnawake: Kahnawake Seigneury Office.
-Devine, Edward James, 1922: Historic Caughnawaga. Montreal: Messenger Press
-Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center, 1979: Tewaterihwarenia'tha: the Journal of Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center 2 (1).
-Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center, 1980: Tewaterihwarenia'tha: the Journal of Kanien'kehaka Raotitiokwa, Cultural Center 3 (5).
-Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center, 1991: Old Kahnawake; an Oral History of Kahnawake. Kahnawake: Kanien'kehaka Raotitiokwa Cultural Center
-Sossoyan, Matthieu, 1999 : The Kahnawake Iroquois and the Lower-Canadian Rebellions, 1837-1838. Université McGill, Département d’Anthropologie, Mémoire de maîtrise.

Lien externe

- Catégorie:Réserve indienne du Québec Catégorie:Mohawk de:Kahnawake en:Kahnawake 14, Quebec pt:Kahnawake
Sujets connexes
Canada   Châteauguay   Dorval   Fleuve Saint-Laurent   Lac Saint-Louis   Mohawks   Montréal   Montérégie   Québec   Réserve indienne   Saint-Constant   Saint-Isidore (Roussillon)   Sainte-Catherine (Québec)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^