Pression atmosphérique

Infos
En noir : variation diurne de la pression atmosphérique mesurée en Allemagne en septembre 2004 La pression atmosphérique est la pression de l'air en un point quelconque d'une atmosphère. Sur la Terre, la pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer dépend essentiellement de la masse de l'atmosphère, celle-ci pouvant évoluer avec la masse moyenne des gaz à concentration variable comme la vapeur d'eau. Elle demeure proche de l'atmosphère normale, valant 101 32
Pression atmosphérique

En noir : variation diurne de la pression atmosphérique mesurée en Allemagne en septembre 2004 La pression atmosphérique est la pression de l'air en un point quelconque d'une atmosphère. Sur la Terre, la pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer dépend essentiellement de la masse de l'atmosphère, celle-ci pouvant évoluer avec la masse moyenne des gaz à concentration variable comme la vapeur d'eau. Elle demeure proche de l'atmosphère normale, valant 101 325 Pa. La pression atmosphérique se mesure à l'aide d'un baromètre, d'un hypsomètre ou d'un altimètre. Elle a été longtemps mesurée en mm Hg (puis en torr) en raison de l'utilisation courante de baromètre à colonne de mercure. Depuis l'adoption du pascal comme unité de pression, les météorologues utilisent un multiple de cette unité, l'hectopascal (1 hPa = 100 Pa), nouvelle dénomination du millibar (1 bar = 100 000 Pa).

Variation verticale

La pression atmosphérique diminue avec l'altitude : elle diminue, exponentiellement, d'un facteur 10 chaque fois que l'on s'élève de 16 km. Il est ainsi possible d'utiliser la pression pour mesurer la hauteur, ce qui est le principe de base de l'altimètre utilisé en aéronautique. En météorologie appliquée, la pression est souvent utilisée directement comme coordonnée verticale. On parlera par exemple de la température à 700 hPa. Cette approche a des avantages techniques et elle simplifie certaines équations utilisées en météorologie. Voir aussi :
-variation de pression avec l'altitude
-hydrostatique

Variation horizontale

Les météorologues analysent les variations horizontales de la pression atmosphérique pour localiser et suivre les systèmes météorologiques. En particulier, les dépressions et les creux dans la pression atmosphérique sont généralement associés au mauvais temps. La différence de pression entre deux points de même altitude, ou gradient horizontal de pression, est la plus importante force motrice du vent. Afin d'utiliser la pression pour suivre les systèmes météo et estimer la force du vent, il est nécessaire de faire concorder des mesures de pression qui ont été prises à différentes altitudes : en mer, dans les vallées, en montagne, sur les rivages de la Mer Morte. Pour ce faire, on soumet les mesures brutes de pression à un ajustement standardisé. La valeur résultant de cet ajustement est appelée pression au niveau de la mer, ou PNM. Si l'on prend par exemple le cas d'une station située à 100 mètres au-dessus du niveau de la mer, l'ajustement sera effectué en estimant la pression au fond d'un trou fictif, de 100 mètres de profondeur, qu'on aurait creusé à la station. Plus précisément, la valeur de la PNM est fonction de la pression mesurée à la station et de la température assignée à la colonne d'air fictive. Pour cette dernière on utilise la moyenne de la température actuelle à la station et de celle mesurée douze heures auparavant. La PNM est une approximation d'une grande utilité, mais il faut se garder de lui donner toute la valeur d'une mesure physique exacte, particulièrement en terrain montagneux. La pression mesurée au sol est utilisée pour l'étalonnage et la validation des données en provenance d'instruments météorologiques de mesure à distance. Des mesures précises de pression sont ainsi un fondement nécessaire pour les progrès importants qui ont lieu en ce moment dans le domaine de l'observation de la Terre. La pression atmosphérique mesurée au niveau de la mer varie autour d'une valeur moyenne de 1 013 hPa.

Valeurs records

- PNM maximum : 1086 hPa, à Tosontsengel (Mongolie), le 19 décembre 2001.
- PNM minimum : 870 hPa, au large des Philippines, près du centre du typhon Tip, le 12 octobre 1979
-.  
- Des pressions plus basses encore ont été enregistrées au sein de violentes tornades, mais ces mesures demeurent controversées.  
- On a attribué une pression minimale de 868, 5 hPa , le 23 avril 2006 à 7:15 UTC, au centre du cyclone extrême Monica, lorsqu'il a frappé au nord de Maningrida, en Australie. Cette mesure est non-officielle et controversée.

Voir aussi

Notes

===
Sujets connexes
Air   Altimètre   Altitude   Atmosphère   Atmosphère (unité)   Baromètre   Chemin de fer atmosphérique   Décembre 2001   Gradient   Hydrostatique   Hypsomètre   Mer Morte   Mercure (chimie)   Mongolie   Météorologie   Pascal (unité)   Philippines   Pression   Service météorologique du Canada   Tornade   Torr   Tube pneumatique   Vent  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^