Conclave de 2005

Infos
Le conclave de 2005 qui a élu le successeur de Jean-Paul II s'est réuni du 18 au 19 avril 2005. 115 des 117 cardinaux de moins de 80 ans y ont participéUne liste des cardinaux par pays à la date du 31 mars 2005 est disponible à .
Conclave de 2005

Le conclave de 2005 qui a élu le successeur de Jean-Paul II s'est réuni du 18 au 19 avril 2005. 115 des 117 cardinaux de moins de 80 ans y ont participéUne liste des cardinaux par pays à la date du 31 mars 2005 est disponible à .

Liste des papables

Dans les jours qui ont précédé sa mort, la presse a proposé de nombreux candidats à la fonction pontificale et, en dépit de l'adage romain : Celui qui entre au conclave pape en sort cardinal, l'un des grands favoris a été élu. Deux "tendances" prédominent, dans les grandes lignes, conservatrice et progressiste. (Bien qu'il soit impossible de résumer ces tendances à un seul concept). Le Cardinal Maradiaga représente une branche plus moderne, et dont l'élection aurait résonné comme un coup politique de son âge (65 ans), de son engagement auprès des pauvres, de sa nationalité -Le Honduras-, offrant un pape à l'Amérique Latine, premier continent catholique de la planète. Le Cardinal Arinze présentait aussi un profil très politique, premier Pape noir, et africain, de l'époque contemporaine. Parmi les papabilii italiens, plusieurs membres de la Curie font office de prétendants sérieux, dont les cardinaux Scola, Ré ou encore Tettamanzi.

Choix du continent

Très rarement, et seulement au début de l'ère chrétienne, on a rencontré un pape asiatique. Cela fait également longtemps qu'il n'y a pas eu un pape africain. Les deux Amériques et l'Océanie sont donc des terres « vierges ». Jean-Paul II a multiplié les visites en Amérique latine. Pendant les vingt-six années de son pontificat, 'expansion démographique' de cette partie du monde a détrôné l'Europe comme continent le plus peuplé par des catholiques. Néanmoins, l'Europe tient la corde dans les paris, alors que, par exemple, les Philippines comptent plus de catholiques que l'Italie, de loin la grande favorite.

Profil du prochain pape

Après le décès de Paul VI, autre pontificat plus long que la moyenne, on attendait un pape de transition sans se douter que ce règne de Jean-Paul I ne durerait qu'un mois. Cette fois-ci, les avis sont partagés pour savoir, vu la tâche énorme qui l'attend, si le prochain pape devra avoir un nouveau long règne ou pas. Parmi les règnes courts, outre le cardinal français Jean-Marie Lustiger, actuellement dans une semi-retraite, émerge le nom du cardinal Joseph Ratzinger, un Allemand de tendance sociale conservative, très proche de Jean-Paul II lorsqu'il avait fallu préciser et/ou rappeler la doctrine catholique, notamment à propos de l'avortement.

Les novemdiales

Pendant toute une période de neuvaine, des messes très suivies ont lieu chaque jour à Rome par neuf différents cardinaux. Avant même la fin des funérailles du pape Jean-Paul II, le Vatican a annoncé que le conclave commencerait à la chapelle Sixtine le 18 avril 2005. C'est à l'occasion de la dernière de ces neuf messes que le cardinal camerlingue espagnol Eduardo Martínez Somalo proclame officiellement la date d'ouverture de ce conclave.

Élection du successeur de Jean-Paul II

De nouvelles règles pour l'élection du premier pape du millénaire ont été rédigées en 1996 dans la constitution apostolique sur la vacance du siège apostolique et l'élection du pontife romain où il est notamment précisé que les cardinaux électeurs n'ont pas le droit de téléphoner, d'écouter la radio, regarder la télévision, ni même recevoir du courrier ou des journaux. Seuls les cardinaux électeurs (cardinaux de moins de 80 ans) du Sacré Collège peuvent voter. La constitution apostolique règle dans les moindres détails l'élection du nouveau pape mais, malgré tout, les cardinaux réunis en congrégation peuvent apporter des changements mineurs. Lors de ces congrégations ils fixent les dates (enterrement, début du conclave) mais également certaines dispositions. Parmi les nouveautés de cette élection, l'annonce du nouveau pape sera faite par les cloches de la basilique Saint-Pierre en plus de la fumée blanche, l'espace du Conclave sera étendu à l'ensemble du Vatican et non plus limité à la chapelle Sixtine, etc.

Cardinal in pectore

Le nombre maximal de cardinaux électeurs est de 120. On en connait donc 117 et il est fréquent que deux ou trois ne se déplacent pas à Rome pour des raisons de santé mais un 118 pourrait prendre part au vote. En effet en 2003 lors d'un consistoire, le pape a nommé un cardinal in pectore (dans son cœur). Ce cardinal est resté secret, n'a pas reçu la barrette ni prêté serment mais dans sa constitution apostolique de 1996, Jean Paul II précise que des cardinaux qui n'ont pas reçu la barrette peuvent participer à l'élection. Le pape défunt risque fort de ne pas avoir eu le temps de rendre public le nom de ce cardinal mystérieux. Par tradition, il peut s'agir soit d'un membre de son entourage, tel l'archevêque Stanisław Dziwisz, soit vivant à l'intérieur d'une église oppressée comme celles du Soudan ou de la Chine continentale. Il n'était cependant pas nécessaire que ce fût le pape lui-même qui ait proclamé cette nomination puisque la tradition admet qu'elle puisse aussi provenir d'un cardinal ayant reçu des instructions post-mortem.

Modalités

Les votes ont lieu 4 fois par jour, à la majorité des deux-tiers, à la chapelle Sixtine. Le reste du temps, les cardinaux sont logés dans la résidence Sainte-Marthe, située derrière la salle des audiences. Les votes commencèrent le lundi 18 avril dans la soirée. Il n'y a eu qu'un vote le lundi. Après une élection avec un candidat ayant obtenu la majorité requise, l'élu doit formellement accepter la charge qu'on lui soumet. Le souverain pontife élu ne l'est pas forcément parmi les cardinaux ni même parmi les évêques : tout catholique baptisé peut être élu. Dans le cas où le nouvel élu ne serait pas un évêque, les cardinaux doivent l'ordonner et de facto il sera pape et évêque de Rome. Ce cas ne s'est plus produit depuis plusieurs siècles, les cardinaux choisissant l'un des leurs. Les cardinaux doivent jurer sur les évangiles avant le conclave qu'ils garderont le secret absolu sur l'élection. La constitution de 1996 prévoit même que des techniciens doivent s'assurer dans la chapelle Sixtine de l'absence de micros cachés, de caméras ou de tout dispositif d'enregistrement. Les résultats sont annoncés au public par une fumée noire quand le scrutin n'est pas concluant, blanche quand il l'est. En fait, cette fumée correspond à la combustion des bulletins de vote. Au milieu du siècle dernier, on tentait d'obtenir cette fameuse fumée noire en mélangeant ces bulletins avec de la paille mouillée. À présent, l'usage de fumigènes évite les confusions autrefois fréquentes. Le mardi 5 avril 2005, les cardinaux réunis en congrégation ont décidé que pour la première fois, l'élection du futur pape sera annoncée non seulement par la fumée blanche mais également par les cloches de la Basilique Saint-Pierre pour éviter toute confusion. Le cardinal qui annonce le pape à la foule doit dire Habemus Papam (Nous avons un pape).

Suivi du conclave jour après jour

- 18 avril
- Dans la matinée, dans son homélie lors de la messe « pour l'élection du pontife romain », le cardinal allemand Joseph Ratzinger, doyen du Sacré Collège, a dénoncé « la dictature du relativisme ».
- À 17h30 : la chapelle Sixtine ferme ses portes. C'est à ce moment que le Maître des célébrations liturgiques pontificales, Mgr Piero Marini, a prononcé le Extra omnes !. C'est le début officiel du conclave.
- À 20h04 : une première fumée noire sort de la cheminée surmontant la chapelle Sixtine, indiquant qu'un vote a eu lieu, mais qu'aucune majorité des deux tiers ne s'est dégagée.
- 19 avril
- À 17h56 : une fumée blanche sort de la cheminée de la chapelle Sixtine, indiquant qu'un nouveau pape est élu.
- À 18h05 : Les cloches de la basilique Saint-Pierre se mettent à sonner.
- À 18h43 : annonce du nom du pape (Habemus Papam) : Joseph Ratzinger, 265 pape sous le nom de Benoît XVI.
- À 18h48 : première apparition du pape Benoît XVI, suivi d'un discours de ce dernier.
- À 18h50 : premier acte liturgique du nouveau pape qui adresse une bénédiction urbi et orbi aux fidèles.

Résultat final

Le nouveau pape est le cardinal Joseph Ratzinger, qui dirigera l'Église catholique romaine sous le nom de Benoît XVI.

Notes

---- Catégorie:Institution de l'Église catholique Catégorie:Papauté Catégorie:Benoît XVI de:Konklave 2005 en:Papal conclave, 2005 es:Cónclave 2005 it:Conclave 2005 nl:Conclaaf van april 2005 no:Konklavet 2005 pl:Konklawe 2005 pt:Conclave de 2005 ro:Conclavul din 2005 ru:Конклав 2005 года sk:Konkláve 2005 sv:Konklaven 2005 zh:2005年梵蒂冈教宗选举
Sujets connexes
Amérique latine   Asie   Avortement   Basilique Saint-Pierre   Benoît XVI   Camerlingue   Cardinal (religion)   Chapelle Sixtine   Conclave   Consistoire (catholicisme)   Constitution apostolique   Espagne   Europe   Extra omnes !   Funérailles du pape Jean-Paul II   Italie   Jean-Marie Lustiger   Jean-Paul II   Jean-Paul Ier   Océanie   Pape   Pape africain   Paul VI   Philippines   Piero Marini   Relativisme   Rome   République populaire de Chine   Soudan   Stanisław Dziwisz   Urbi et orbi   Vatican  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^