John Coape Sherbrooke

Infos
200px Sir John Coape Sherbrooke (baptisé – ) était un militaire et lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse (1812–1816), puis gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique (1816–1818). Il était reconnu comme un diplomate hors-pair, ce qui a facilité sa carrière politique.
John Coape Sherbrooke

200px Sir John Coape Sherbrooke (baptisé – ) était un militaire et lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse (1812–1816), puis gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique (1816–1818). Il était reconnu comme un diplomate hors-pair, ce qui a facilité sa carrière politique.

Biographie

Il entre en tant qu'enseigne dans l’armée britannique en 1780. Il sert en Nouvelle-Écosse, puis en Flandres contre la France révolutionnaire. Il part ensuite pour l'Inde, mais des ennuis de santé le forcent à rentrer en 1800. Durant les guerres napoléoniennes, il commande un régiment en Sicile, et remplit des missions diplomatiques en Sicile et en Égypte. Il a gravi les échelons jusqu'à devenir lieutenant-général en 1811. En août 1811, il est nommé lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse. En tant que responsable de la force militaire sur place, il parvient à augmenter les effectifs et à les faire participer à la guerre de 1812 contre les États-Unis. Suite à la fin de la guerre contre les États-Unis en 1814, il est nommé gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique. Dès son arrivée en poste en juillet 1816, Sherbrooke tente de rester impartial dans les conflits entre le parti canadien et le parti bureaucrate mené en particulier par le juge en chef Sewell. Il gagne la confiance de l'évêque catholique de Québec, Mgr Plessis, qu'il nomme au Conseil législatif en 1817. C'est une nomination audacieuse, compte-tenu de l'anti-catholicisme de la politique officielle de la Grande-Bretagne. Il garde également de bonnes relations avec Louis-Joseph Papineau, le jeune président de la Chambre d'assemblée. Sherbrooke met aussi de l'ordre dans les finances de la province, obtenant la collaboration des deux chambres. En février 1818 une attaque de paralysie frappe Sherbrooke, qui devient incapable d'assumer ses fonctions. C'est Charles Lennox, 4e duc de Richmond, qui lui succède. Sherbrooke rentre en Angleterre, et se rétablit assez bien puisqu'il vit jusqu'en 1830.

Toponymie

La ville de Sherbrooke, ainsi que la rue Sherbrooke et la station de métro Sherbrooke à Montréal ont été nommées en son honneur.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Amérique du Nord   Amérique du Nord britannique   Chambre d'assemblée du Bas-Canada   Charles Lennox (4e duc de Richmond)   Clique du Château   Conseil législatif du Bas-Canada   Flandre (Belgique)   Gouverneur   Grande-Bretagne   Guerre de 1812   Guerres napoléoniennes   Joseph-Octave Plessis   Lieutenant-gouverneur   Liste des gouverneurs du Canada avant la Confédération   Louis-Joseph Papineau   Militaire   Montréal   Nouvelle-Écosse   Parti canadien   Rue Sherbrooke   Sherbrooke   Sherbrooke (métro de Montréal)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^