Jean-Antoine Chaptal

Infos
Jean-Antoine Chaptal.Lithographe de Jean-Jacques Monanteuil d'après Jean-Antoine Gros. Jean-Antoine Chaptal, comte de Chanteloup né le 3 juin 1756, à Nojaret (Lozère) et mort le 30 juillet 1832 à Paris, est un chimiste et homme politique français.
Jean-Antoine Chaptal

Jean-Antoine Chaptal.Lithographe de Jean-Jacques Monanteuil d'après Jean-Antoine Gros. Jean-Antoine Chaptal, comte de Chanteloup né le 3 juin 1756, à Nojaret (Lozère) et mort le 30 juillet 1832 à Paris, est un chimiste et homme politique français.

Biographie

Chaptal fait des études de médecine à Montpellier jusqu'en 1777 avant de se rendre à Paris pour étudier la chimie. Sa renommée est surtout due aux applications qu'il fit de la chimie dans l'industrie, notamment avec l'amélioration de la production de l'acide chlorhydrique. Il donne son nom à la chaptalisation, procédé permettant d’augmenter par sucrage la teneur en alcool des vins. Il revient à Montpellier en 1780 pour y occuper la chaire de chimie universitaire. Ce sont surtout les applications industrielles de la science qui l’intéressent ; un riche mariage et un gros héritage l’ayant mis à la tête d’une petite fortune, il l’emploie à bâtir des ateliers pour y expérimenter ses découvertes. Il crée une fabrique de produits chimiques qui le fait bientôt connaître dans toute l'Europe, et dès 1786 reçoit de Louis XVI des titres de noblesse. Une très grande importance doit être attribuée à son application de la formule de Lavoisier sur la transformation du sucre en alcool : on peut considérer cette application de la formule capitale de l’œnologie constitue l’acte de naissance de la moderne chimie du vinAntonio Saltini, Storia delle scienze agrarie, vol.III I secoli della rivoluzione agraria, Edagricole, Bologna, 1987, pp. 403-422. Chaptal avait développé sa doctrine sur la vinification dès 1799 lors de la rédaction de l’article « vin » du Dictionnaire d’agriculture de François Rozier. Immédiatement, les propriétaires de vignobles s’emparent de son travail et des savants tels que Cadet de Vaux et Jean-Louis Roard publient cette nouvelle doctrine avec leurs propres observations. Fort de tous les renseignements que lui fournissent ceux qui ont adopté ses principes, Chaptal développe son sujet dans son traité de 1807 qui a révolutionné l'art de la vinification. En 1793, il dirige à Paris la fabrique de poudre de guerre de Grenelle. Il enseigne la chimie végétale à l'École polytechnique et devient membre de l'Académie des sciences en 1796. Le 21 janvier 1801, Napoléon Bonaparte le nomme ministre de l'intérieur. Chaptal est à l'origine d'une réorganisation complète de l'instruction publique et en particulier de la création de l'école de sages-femmes de l'Hospice de la maternité de Paris en 1802. On doit à son administration l’arrêté Chaptal, qui est l’acte fondateur des musées de province français. Il démissionne en 1804 lorsque Bonaparte se fait proclamer empereur, afin de se consacrer à ses travaux scientifiques. Il est reçu à l’Académie de Rouen le 27 juillet 1803. Il est nommé sénateur en 1805 et devient pair de France sous la Restauration en 1819. En 1823, ruiné par les dettes de son fils, il doit vendre son château de Chanteloup, acquis en 1802, et il meurt dans la pauvreté en 1832. Chaptal n'a fait aucune découverte du premier ordre, mais il a propagé l'étude de la chimie par ses leçons et ses écrits. On lui doit la fabrication artificielle de l'alun, du salpêtre, de ciments imitant ceux de pouzzolane, le blanchiment à la vapeur, l'art de teindre le coton en rouge d'Andrinople. Il fut un des fondateurs de la et son premier président jusqu'à sa mort.

Œuvres

-Éléments de chimie (3 vols., 1790 ; nouvelle éd., 1796-1803)
-Traité du salpétre et des goudrons (1796)
-Tableau des principaux sels terreux (1798)
-Essai sur le perfectionnement des arts chimiques en France (1800)
-L'Art de faire, de gouverner et de perfectionner les vins (Imprimerie de Marchant, 1 vol., 1801 ; nouvelle éd., 1819).
-Traité théorique et pratique sur la culture de la vigne, avec l'art de faire le vin, les eaux-de-vie, esprit de vin, vinaigres simples et composés (Paris, Delalain fils, Imprimerie de Marchant, 2 vol., 1801 ; Paris, Lenoir, an X (1801) ; 2 volumes ; nouvelle éd., 1811) en collaboration avec François Rozier, Antoine Parmentier, et Dussieux. Ce recueil contient les textes fondamentaux de la viticulture et de l'œnologie modernes. Rozier y enseigne l'art de cultiver la vigne, Dussieux ajoute des notes et observations nouvelles, Chaptal livre ici le premier de ses traités sur le vin. Il est intitulé Essai sur le vin. Ce travail sera complété, la même année par l'Art de faire, de gouverner et de perfectionner les vins. Suit un autre traité de Rozier sur la distillation et un autre, de Parmentier, sur les vinaigres. On peut dire que la publication de cet ouvrage a fait changer de face l'industrie vinicole.
-Essai sur le blanchiment (1801)
-La chimie appliquée aux arts (4 vol., 1806)
-Art de faire le vin. Paris, Deterville, (1807). 2 édition très augmentée par rapport à l'édition de 1801.
-Art de la peinture du coton en rouge (1807)
-Art du peinturier et du dégraisseur (1800)
-De l'industrie française (2 vol., 1819)
- Trattato teoricopratico sulla cultura della vite con l'arte di fare il vino, l'acqua-vite, lo spirito di vino, e gli aceti semplici e composti... Opera tradotta sulla seconda edizione francese... Firenze, Piatti, 1812-1813 ; 3 volumes. Traduction en italien de l'édition de 1801.
-Chimie appliquée à l'agriculture (2 vols., Paris, Huzard, 1823 ; nouvelle éd., 1829). C'est le dernier ouvrage publié par ce grand chimiste. Dans ce traité qui sera réimprimé et deviendra un des classiques de l'agronomie, il applique pour la première fois les nombreuses découvertes chimiques à l'agriculture scientifique et technique, mais aussi pratique. Importantes considérations sur la composition des sols, de l'air, de la chaleur, le rôle de l'eau, l'influence de l'électricité sur la végétation, le rôle de la lumière et de la température ; notes sur les liqueurs alcooliques, sur les .

Hommages

-Trois établissements français portent son nom : le Lycée Chaptal de Paris, le Lycée Chaptal de Mende (proche de son village de naissance) et le Lycée Chaptal de Saint Brieuc (Côtes d'Armor).
- Il fait partie des soixante-douze savants dont le nom est inscrits sur la tour Eiffel.

Note

Liens externe

-
- Catégorie:Chimiste Catégorie:Chimiste français Catégorie:Académie de Rouen Catégorie:Membre de la Société philomathique de Paris Catégorie:Personnalité politique de la Restauration Catégorie:Personnalité de la Lozère Catégorie:Décès en 1832 Catégorie:Naissance en 1756 Catégorie:Savants de la Tour Eiffel Catégorie:Ministre français de l'Intérieur de:Jean-Antoine Chaptal en:Jean-Antoine Chaptal nl:Jean-Antoine Chaptal no:Jean-Antoine Chaptal pl:Jean-Antoine Chaptal
Sujets connexes
Académie de Rouen   Académie des sciences (France)   Acide chlorhydrique   Agronomie   Alun   Antoine Cadet de Vaux   Antoine Parmentier   Arrêté Chaptal   Badaroux   Chanteloup   Chaptalisation   Chimiste   Château de Chanteloup   Europe   Firenze   France   François Rozier   Grenelle   Italien   Jean-Baptiste Nompère de Champagny   Jean-Jacques Monanteuil   Jean-Louis Roard   Liste des ministres français de l'Intérieur   Liste des soixante-douze noms de savants inscrits sur la tour Eiffel   Lozère   Lucien Bonaparte   Lycée Chaptal   Mende (Lozère)   Montpellier   Paris   Pouzzolane   Restauration française   Sage-femme   Salpêtre   Vin   Vinification   Viticulture  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^