Ariane 5

Infos
Maquette d'Ariane 5 Ariane 5 est un lanceur européen, conçu pour placer des satellites sur orbite géostationnaire et des charges en orbite basse. Successeur d'Ariane 4, il était notamment destiné à l'origine comme lanceur de la navette européenne Hermès.Il est maintenant capable de placer jusqu'à 10 tonnes de charges utiles en orbite géostationnaire.
Ariane 5

Maquette d'Ariane 5 Ariane 5 est un lanceur européen, conçu pour placer des satellites sur orbite géostationnaire et des charges en orbite basse. Successeur d'Ariane 4, il était notamment destiné à l'origine comme lanceur de la navette européenne Hermès.Il est maintenant capable de placer jusqu'à 10 tonnes de charges utiles en orbite géostationnaire.

Histoire

Le programme Ariane 5 a été initié en 1987 par les ministres européens des affaires spatiales réunis à La Haye. Il est dirigé par l'ESA, mais sa réalisation est assurée par le CNES. Aujourd'hui c'est le lanceur n°1 dans le monde sur le plan de la fiabilité et disponibilité, il permet à Arianespace d'avoir plus de 60% du marché mondial des satellites commerciaux. Environ 1 100 industriels participent au projet. Par rapport à Ariane 4 et à ses concurrents, Ariane 5 est capable d'emporter des charges particulièrement lourdes en orbite basse (jusqu'à 20 tonnes)eten orbite de transfert géostationnaire (jusqu'à 10 tonnes pour la version ECA) Suivant les modèles, la capacité d'emport d'Ariane 5 se décide entre Arianespace et ses clients (en général des grands opérateurs satellites)

Caractéristiques chiffrées et comparatif

-Hauteur : environ 50 mètres, soit un immeuble de 15 étages
-Diamètre : environ 5 mètres, soit une voiture
-Poids : environ 750 tonnes au moment du décollage, soit un dixième de la Tour Eiffel
-Carburant :
- Propulseurs d'appoint : 480 tonnes de poudre (propergol solide) répartis dans les deux boosters, mis en place dans le bâtiment d'intégration lanceur.
-Étage principal (cryo) 220 tonnes d'ergols liquides (hydrogène et oxygène) rempli juste avant le décollage
-Vitesse : supérieure à 8 000 km/h deux minutes après le décollage
-Vitesse de libération (finale) : 10 km/s
-Puissance : 20 gigawatt soit toutes les centrales nucléaires françaises en fonctionnement
-La turbopompe du moteur cryogénique Vulcain possède la puissance de deux TGV. Elle tourne à 30 000 tours/minute, soit dix fois plus vite que le moteur d'une voiture. La charge utile varie suivant les modèles :
- Ariane 5 Generic : 6 tonnes en orbite GTO ou 9, 5 tonnes en orbite SSO.
- Ariane 5 ES ATV : jusqu'à 21 tonnes maximum en orbite SSO.
- Ariane 5 ECA : jusqu'à 10 tonnes en orbite GTO. Le prix moyen demandé est de 130 millions d'euros pour 10 tonnes de matériel mis en orbite (en 2007).

Structure

Composite inférieur

Moteur Vulcain ; exemplaire du musée des Sciences et des Techniques de la Villette (Paris)

EAP

Les Étages d'Accélérations à Poudre (EAP ou P230) sont composés d'un tube métallique contenant le propergol solide (la poudre) et d'une tuyère. Les deux EAP sont identiques, ils entourent l'EPC (étage principal cryogénique). Ces propulseurs mesurent chacun 31 mètres de haut pour trois mètres de diamètre. Embarquant 237 tonnes de poudre, ils délivrent 92 % de la poussée totale du lanceur au décollage. Après épuisement de la poudre, environ 132 secondes après leur allumage, ils sont séparés du lanceur à environ 60 kilomètres d'altitude pour retomber dans l'océan Atlantique.

EPC

L'Étage Principal Cryogénique (EPC) est composé principalement de deux réservoirs (hydrogène liquide(LH2) et oxygène liquide(LOX)) et du moteur Vulcain (Vulcain II pour Ariane 5 évolution(ECA)). Ce moteur cryogénique (le Vulcain), utilise 160 tonnes d'hydrogène et d'oxygène liquides refroidis à -253°C. Cet étage assure la propulsion du lanceur durant la deuxième phase de vol du lanceur (une dizaine de minutes).

Composite supérieur

Le composite supérieur est composé de la case à équipement et, suivant le cas, d'un étage supérieur à moteur à ergols stockables (dans le cas d'une Ariane 5 avec étage supérieur EPS) ou à ergols cryotechniques (dans le cas d'une Ariane 5 avec étage supérieur ESC). Cet étage assure la propulsion du lanceur durant la troisième phase de vol (celle-ci dure environ 25 minutes) Ce troisième étage est donc modulable selon la performance demandée.

Case à équipement

La case à équipement accueille le système de contrôle et de guidage du lanceur. Elle est située au dessus de l’EPC (ou de l'ESC). Elle entoure le moteur du troisième étage (EPS) ; c’est le véritable poste de pilotage du lanceur. Il orchestre l’ensemble des contrôles et des commandes de vol, les ordres de pilotage étant donnés par les calculateurs de bord via des équipements électroniques, à partir des informations fournies par les centrales de guidage. Ces calculateurs envoient également au lanceur tous les ordres nécessaires à son fonctionnement, tels que l’allumage des moteurs, la séparation des étages et le largage des satellites embarqués. Tous les équipements sont doublés (redondance), pour qu’en cas de défaillance de l’un des deux systèmes, la mission puisse se poursuivre. Un des principaux systèmes de la case à équipement est le correcteur d'attitude. L'architecture du Système de Contrôle d'Attitude (SCA) comprend deux réservoirs sphériques en titane contenant chacun 38 litres d'hydrazine (un composé organique azoté) et de petits propulseurs assurant la réalisation des corrections. Voici quelques uns des autres instruments que contient la case à équipement :
- Les Systèmes de Référence Inertielle (SRI) qui sont des pièces maîtresses du contrôle du vol d'Ariane 5. Elles intègrent 2 centrales inertielles qui donnent la position du lanceur dans l'espace ainsi que 4 accéléromètres qui donnent l'accélération que subit le lanceur ;
- Le calculateur OBC (On Board Computer) qui, en utilisant les informations des SRI, commande les moteurs du lanceur pour qu'il atteigne son objectif. Il calcule la trajectoire de vol ;
- L'antenne émettrice et réceptrice de télémesure avec les radars au sol ;
- Le boîtier de commande de sauvegarde qui commande la destruction du lanceur.

EPS

L'Étage à Propergol Stockables (EPS) est composé du moteur Aestus et de ses réservoirs d'ergols (monométhyl Hydrazine (MMH) et tétra-oxyde d'azote (N2O4)).

ESC

L'Étage Supérieur Cryogénique (ESC) utilise, comme son nom l'indique, un moteur cryotechnique le HM7-B ou, dans le futur, Vinci.

Charge(s) utile(s)

Au-dessus de la case à équipements, le composite supérieur du lanceur peut être équipé des modules SPELTRA (Structure Porteuse Externe pour Lancements Multiples) ou SYLDA (SYstème de Lancement Double Ariane), utilisés en cas de lancement double. Ils permettent de placer en orbite 2 satellites distincts, l'un après l'autre : un des satellites est positionné sur le module SPELTRA/SYLDA, l'autre à l'intérieur. Les charges utiles et le séparateur sont largués durant la quatrième phase de vol : la phase balistique. Selon les caractéristiques de la mission les largages peuvent être fait immédiatement ou plusieurs dizaines de minutes après le début de cette phase. Les actions effectuées sont des mises en rotation, des éloignements, etc.

Coiffe

La coiffe protège les charges utiles durant le vol dans l'atmosphère. Elle est larguée dès qu'il n'y a plus de frottements. Ce largage est effectué peu après le largage des EAP.

Essais

Les débuts d'Ariane 5 furent difficiles :

Premier vol (vol 88 / 501)

Le premier tir eut lieu le 4 juin 1996 à Kourou, mais le lanceur fut détruit après approximativement 40 secondes de vol. L'échec était dû à une erreur informatique (bogue), un programme d'un composant (un gyroscope) provenant d'Ariane 4 n'ayant pas été re-testé. , Jean-Marc Jézéquel et Bertrand Meyer, Eiffel Software ;L'erreur La conversion d'un nombre flottant de 64 bits vers un nombre entier de 16 bits dans un logiciel en Ada provoqua un dépassement de mantisse. La routine de gestion de cette erreur avait également été supprimée pour des raisons de temps d'exécution ; sur Ariane 4 on pouvait prouver que l'occurrence d'un tel dépassement était impossible compte tenu des trajectoires de vol possibles. Toutefois les trajectoires de vol envisageables avec Ariane 5, notamment en phase de décollage, diffèrent notablement de celles d'Ariane 4. Le programme du composant concerné, pourtant lui-même redondant (deux gyroscopes sont présents dans la cellule de la fusée), déclencha donc successivement deux dépassements pour finir par signaler sur les sorties du système la défaillance des systèmes gyroscopiques. De toute façon, le gyroscope étant un système critique, le calculateur de pilotage de la fusée (lui conçu spécifiquement pour Ariane 5) ne tenait pas compte de ce signal d'erreur ! Il interpréta donc les valeurs d'erreurs (probablement négatives) du deuxième gyroscope comme une information d'attitude (indiquant probablement que, brutalement, la fusée s'était mise à pointer vers le bas). La réaction du calculateur de pilotage (braquer les tuyères au maximum pour « redresser ») augmenta considérablement l'incidence du lanceur (angle entre le vecteur vitesse et l'axe du lanceur), ce qui provoqua des efforts aérodynamiques suffisants pour détruire le lanceur , sur le site du CNES. Il s'agit certainement là d'une des erreurs informatiques les plus coûteuses de l'histoire . Le programme en question était destiné à recalibrer les gyroscopes dans le cas d'un court retard de tir (quelques minutes) pour permettre une reprise rapide du compte à rebours - par exemple en raison de variations rapides des conditions météo du site de lancement à Kourou. Ce cas de figure, envisagé initialement pour Ariane 3, était depuis longtemps exclu des procédures de tir. L'erreur en question a donc aussi été provoquée par un programme qui ne servait à rien.

Deuxième vol (vol 101 / 502)

Le second vol eut lieu le 30 octobre 1997. La mission parvint à son terme, mais malheureusement, l'orbite désirée ne fut pas atteinte, par suite d'un mouvement de rotation du lanceur sur lui-même (mouvement de roulis, comme une toupie) qui a conduit à un arrêt prématuré de la propulsion du premier étage EPC. Après cette fin de propulsion du premier étage, et malgré la mise en route correcte de l'étage supérieur EPS, celui-ci n'a pas pu rattraper l'intégralité du déficit de poussée de la première phase du vol, conduisant donc la mission sur une orbite légèrement dégradée. Ce mouvement en roulis était dû à un couple généré par l'écoulement des gaz dans la tuyère du moteur Vulcain 1, couple dont l'intensité avait été sous-estimé. Dès lors, et malgré la mise en œuvre du système de pilotage en roulis SCA, le lanceur a subi durant tout le vol du premier étage une mise en rotation excessive. Cette mise en rotation aurait pu n'avoir que peu de conséquences, les algorithmes de vol — relativement robustes — contrôlant malgré tout la trajectoire. Cependant, en fin de propulsion, et sous l'effet de la vitesse en roulis atteinte, la surface des ergols (oxygène et hydrogène liquides) dans les réservoirs s'est incurvée en son centre (à la manière d'un siphon). Ce phénomène a été interprété par les capteurs de niveau (« jauges » des réservoirs) comme l'indication de l'imminence d'une « panne sèche », ce qui a conduit l'ordinateur de bord à commander l'arrêt de propulsion de l'EPC prématurément. Par la suite, le couple en roulis généré par le moteur Vulcain 1 fut maîtrisé dès le vol suivant par la mise en place en extrémité de divergent d'échappements légèrement inclinés, corrigeant le roulis naturel engendré par le moteur. Il est à noter que ce problème a touché d'autres lanceurs, dont le H-IIA japonais.

Troisième vol (vol 112 / 503)

Le troisième essai eu lieu le 21 octobre 1998. Ce fut une réussite totale. La mission emportait la capsule de démonstration de rentrée atmosphérique ARD (capsule européenne de type Apollo), qui effectua une rentrée atmosphérique parfaite, et la maquette technologique MAQSAT.

Utilisation commerciale

Le premier vol commercial eut lieu le 10 décembre 1999, avec la mise en orbite du satellite d'observation en rayons X XMM-Newton. Maquette d'Ariane 5 à la Cité de l'espace à Toulouse Un échec partiel eut lieu le 12 juillet 2001 : à nouveau, deux satellites ne purent être placés sur l'orbite désirée. Artémis, le satellite de communication de l'ESA, atteignit son orbite définitive par ses propres moyens, en utilisant son combustible destiné aux corrections d'orbite, ainsi qu'une unité de propulsion ionique qui n'avait pas été conçue à cet effet. Ceci nécessita une reprogrammation complète du programme de bord depuis le sol. Le vol suivant n'eut lieu que le 1 mars 2002, avec la mise en orbite réussie du satellite environnemental de 8, 5 tonnes Envisat, à une altitude de 800 kilomètres. A l'issue de son 33 lancement, le 14 août 2007 (Vol 177), Ariane 5 affiche un bilan de 28 vols commerciaux réussis et 4 échecs (V501, V502, V510, V514).

Modèles

Une des contraintes des lanceurs modernes est qu'ils peuvent avoir à lancer aussi bien des petits satellites que des gros. C'est pour cette raison qu'Arianespace a dès le début conçu Ariane 5 pour être un lanceur modulable. Il existe ainsi en plusieurs modèles :

Ariane 5 G

200px
- 10 décembre 1999 : Vol 119, XMM-Newton ;
- 21 mars 2000 : Vol 128, Insat 3B et AsiaStar ;
- 14 septembre 2000 : Vol 130, Astra 2B et GE 7 ;
- 16 novembre 2000 : Vol 135, PAS 1R, Amsat P3D, STRV 1C et STRV 1D ;
- 20 décembre 2000 : Vol 138, Astra 2D, GE 8 (Aurora 3) et LDREX ;
- 8 mars 2001 : Vol 140, Eurobird 1 et BSat 2a ;
- 12 juillet 2001 : Vol 142, Artemis (qui fut un échec partiel) et BSat 2b ;
- 2002 : Vol 145, Envisat ;
- 5 juillet 2002 : Vol 153, Stellat 5 et N-Star c ;
- 28 août 2002 : Vol 155, Atlantic Bird 1, MSG 1 et MFD ;
- 9 avril 2003 : Vol 160, Insat 3A et Galaxy 12 ;
- 11 juin 2003 : Vol 161, Optus C1 et BSat 2c ;
- 27 septembre 2003 : Vol 162, Insat 3E, e-Bird et SMART-1.

Ariane 5 G+

- 2 mars 2004 : Vol 158 Rosetta ;
- 17 juillet 2004 : Vol 163 Anik F2 ;
- 18 décembre 2004 : Vol 165 Helios 2A (satellite d'observation militaire français), Essaim 1 to 4, PARASOL, Nanosat 01.

Ariane 5 GS

- 11 août 2005 : Vol 166, THAICOM-4 IPSTAR, le plus gros satellite de télécommunications du monde ;
- 13 octobre 2005 : Vol 168, Syracuse 3A (satellite militaire français) et Galaxy 15 (satellite de télécommunications américain) ;
- 21 décembre 2005 : Vol 169, INSAT-4A (satellite indien de télécommunications) et MSG-2 (seconde génération de Meteosat).
- 5 octobre 2007 : , INTELSAT 11 et OPTUS D2.

Ariane 5 ES ATV

Cette version est conçue pour placer en orbite basse le vaisseau cargo automatique ATV ravitaillant la Station spatiale internationale. Son premier lancement est prévu début 2008.

Ariane 5 ECA

200px
- 11 décembre 2002 : , Hot Bird 7, Stentor, MFD A, MFD B, échec du lanceur Ariane 5 ECA.
- 12 février 2005 : , XTAR-EUR, Sloshsat et Maqsat-B2, premier lancement réussi pour Ariane 5 ECA.
- 16 novembre 2005 : , Spaceway 2 et Telkom 2.
- 11 mars 2006 : , Hot Bird 7A et SpainSat.
- 26 mai 2006 : , SATMEX 6 & THAICOM 5. Record de masse satellisée en orbite géostationnaire avec kg.
- 11 août 2006 : , Syracuse 3 B et JCSAT 10.
- 13 octobre 2006 : , DirecTV 9S, Optus D1 et LDREX 2.
- 8 décembre 2006 : .
- 11 mars 2007 : , Skynet 5A ( kg) et INSAT 4B ( kg).
- 4 mai 2007 : , Astra 1L ( kg) et Galaxy 17 ( kg).
- 14 août 2007 : , SPACEWAY 3 et BSAT-3A.
- 14 novembre 2007 : , STAR ONE C1 et Skynet 5B En juin 2007, Arianespace a annoncé la commande de 35 fusées Ariane 5 ECA à EADS.

Ariane 5 ECB

Version abandonnée pour le moment.

Records

Plus gros satellites de télécommunications du monde :
- Thaicom-4 Ipstar : 6, 5 tonnes, lancé le jeudi 11 août 2005 à 8:20 GMT lors du vol 166 ;
- Anik-F2 : kg, lancé dans la nuit du 17 au 18 juillet 2004 (vol 163), ce record fut battu en avril 2005 par Sea Launch Spaceway-1 : 6, 1 tonnes ;
- Le satellite européen Envisat de kg a été placé sur orbite polaire (à 800 km d'altitude) le 1 mars 2002 lors du vol 145 par Ariane 5.

Lancements (tableau récapitulatif)

Notes et références

Bibliographie

- Shirley Compard, « De Diamant à Ariane 5 : des sables d'Hammaguir à la forêt guyanaise », dans Revue aerospatiale, N° hors série 20 ans d'Aerospatiale, janvier 1990
- "Ariane, une épopée européenne", W.Huon, Editions ETAI
- "Les débuts de la recherche spatiale française", Editions EDITE

Voir aussi

- Fusée Ariane

Lien externe

- Catégorie:Ariane Ariane 5 ca:Ariane 5 cs:Ariane 5 de:Ariane 5 en:Ariane 5 es:Ariane 5 fi:Ariane 5 hu:Ariane–5 id:Ariane 5 it:Ariane 5 ja:アリアン5 lv:Ariane 5 nl:Ariane 5 no:Ariane 5 pl:Ariane 5 pt:Ariane 5 ro:Ariane 5 ru:Ариан 5 sv:Ariane 5 zh:亞利安五號運載火箭
Sujets connexes
Accéléromètre   Ada (langage)   Agence spatiale européenne   Anik-F2   Ariane 3   Ariane 4   Ariane 5   Artémis   Atlantic Bird 1   Atlantic Bird 3   Atmospheric Reentry Demonstrator   Atmosphère (Terre)   Attitude (astronautique)   Avril   Calculateur   Cryogénie   Ergol   Eurobird 1   Eurobird 3   Flottant   Fusée Ariane   Fusée Diamant   Guyane   Gyroscope   H-IIA   HM7   Hammaguir   Hermès (navette spatiale)   Hot Bird   Hot Bird 7A   Hydrazine   Hydrogène   Kourou   La Haye   Lanceur (astronautique)   Mantisse   Moteur Vulcain   Moteur ionique   Mètre   Novembre   Orbite géostationnaire   Orbite polaire   Oxygène   Radar   Redondance   Rentrée atmosphérique   Revue aerospatiale   Rosetta (sonde spatiale)   Satellite artificiel   Sea Launch   Seconde (temps)   Station spatiale internationale   Syracuse 3   TGV   Temps universel   Titane   Tour Eiffel   Trajectoire   Tuyère   Vinci (moteur)   XMM-Newton  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^