Team McLaren Mercedes

Infos
McLaren est une écurie britannique de Formule 1 qui a débuté en Grand Prix en 1966, liée au motoriste et constructeur automobile allemand Mercedes-Benz depuis 1995. L'écurie est une des branches du McLaren Group, actuellement détenu à 40 % par Daimler Chrysler, à 30 % par la Bahrain Mumtalakat Holding, à 15 % par Ron Dennis et à 15 % par TAG (Mansour Ojjeh). Les deux pilotes McLaren pour le championnat du monde de Formule 1 2007 sont Fernando Alonso et Lewis
Team McLaren Mercedes

McLaren est une écurie britannique de Formule 1 qui a débuté en Grand Prix en 1966, liée au motoriste et constructeur automobile allemand Mercedes-Benz depuis 1995. L'écurie est une des branches du McLaren Group, actuellement détenu à 40 % par Daimler Chrysler, à 30 % par la Bahrain Mumtalakat Holding, à 15 % par Ron Dennis et à 15 % par TAG (Mansour Ojjeh). Les deux pilotes McLaren pour le championnat du monde de Formule 1 2007 sont Fernando Alonso et Lewis Hamilton.

Historique

1963-1966 : naissance de l'écurie

Pilote officiel de l'écurie Cooper à partir de 1958 en Formule 2, puis 1959 en Formule 1, le Néo-Zélandais Bruce McLaren devient cette année-là à Sebring le plus jeune vainqueur de Grand Prix, à l'âge de 22 ans. Lorsque son coéquipier et mentor Jack Brabham quitte l'écurie Cooper à la fin de l'année 1960 pour bâtir sa propre structure, Bruce McLaren devient le leader de l'équipe, mais ne peut empêcher son lent déclin. Inspiré par l'exemple de Jack Brabham, il décide alors lui aussi de créer sa propre écurie de course. Le Bruce McLaren Motor Racing Ltd voit le jour lors de l'hiver 1963-1964. Bruce McLaren engage sous sa propre bannière des Cooper dans le championnat de Formule Tasmane, une série hivernale très réputée, et disputée en Océanie lors de l'inter-saison de Formule 1. Pour l'épauler dans son entreprise, il est rapidement épaulé par Teddy Mayer un juriste américain passionné de sport automobile et qui faisait à l'origine office de manager pour son jeune frère Tim Mayer, engagé par Bruce McLaren en tant que deuxième pilote. Malgré la mort de Tim Mayer en février 1964, Bruce McLaren et Teddy Mayer décident de poursuivre l'aventure. En 1964, parallèlement à ses engagements en Formule 1, Bruce McLaren élargit les activités de son équipe aux épreuves d'endurance, et notamment aux épreuves américaines, alors richement dotées. Pour cela, il prend à nouveau comme base des châssis Cooper. Ce n'est qu'en 1966 que l'équipe McLaren devient non plus préparateur, mais un constructeur à part entière. Début 1966, McLaren crée son premier prototype de type Can-Am, ainsi que sa première Formule 1, la M2B.

1966-1970 : premiers succès

Si l'équipe de Can-Am ne tarde pas à dominer outrageusement ses rivales, il n'en va pas de même pour l'équipe de F1, essentiellement faute d'une bonne motorisation. Pour sa première saison, McLaren jongle sans grand succès avec un V8 Ford 4200 cm³ issu des épreuves américaines et à la cylindrée rabaissée aux 3000 cm³ réglementaires (ce moteur n'a rien à voir avec le fameux V8 Ford Cosworth qui ne verra le jour que l'année suivante) ainsi qu'avec un V8 Serenissima (issu du fiasco A-T-S) du Comte Volpi. En 1967, Bruce McLaren passe un accord de fourniture moteur avec BRM, mais les retards de conception du V12 BRM obligent McLaren à se tourner durant la majeure partie de l'année vers le V8 BRM 2000 cm³ à la puissance insuffisante, ce qui gâche à nouveau la saison. C'est à partir de 1968 que les résultats décollent enfin. L'équipe McLaren est renforcée par le champion du monde en titre Denny Hulme (déjà équipier de McLaren en Can-Am), et surtout, bénéficie comme Lotus et Matra du V8 Ford-Cosworth, gage de performance et de fiabilité. Le Bruce McLaren pilote offre en Belgique au Bruce McLaren directeur d'équipe son premier succès en Formule 1. Quelques semaines plus tard, c'est Denny Hulme qui décroche deux victoires et parvient à s'inviter à la lutte pour le titre mondial. Bruce McLaren en 1969 au Nürburgring. Perturbée en 1969 par le développement de deux programmes simultanés en F1 (comme d'autres équipes, McLaren se fourvoie en croyant voir une solution d'avenir dans une monoplace à quatre roues motrices), l'écurie anglo-néo-zélandaise rate sa saison. Denny Hulme parvient tout de même à décrocher une victoire en fin d'année au Mexique. Bien engagée, la saison 1970 tourne au drame lorsque début mai, Denny Hulme est victime lors des essais des 500 Miles d'Indianapolis (nouvel objectif de McLaren) d'un grave accident qui lui occasionne de sévères brûlures aux mains. Plus grave, le 2 juin 1970, lors d'une séance d'essais privés sur le circuit de Goodwood en Angleterre, Bruce McLaren perd le contrôle de son prototype CanAm, déséquilibré par la perte de son capot moteur. La M8D vient s'écraser sur un poste de commissaires en béton, tuant instantanément son pilote.

Premiers titres : années 1970

La Yardley McLaren M19C de 1972 En 1974, McLaren connaît son premier grand succès : un titre constructeur et un titre pilote (avec Emerson Fittipaldi) en battant Ferrari. En 1976, James Hunt remporte également le championnat pilote avec une McLaren malgré la victoire de Ferrari aux constructeurs. Il faut noter néanmoins que le titre de Hunt fut acquis après le retrait volontaire de Niki Lauda pendant le Grand Prix du Japon, dernière course de la saison. En effet, la pluie battante avait convaincu Lauda que sa vie valait mieux qu'un titre pilote (ce qu'on peut aisément comprendre suite au grave accident dont il fut victime au Nürburgring la même année).

Le succès : années 1980

Les années 1980 marquent un grand tournant pour McLaren: l'arrivée de Ron Dennis, de nouveaux ingénieurs et partenaires et surtout de pilotes qui marqueront la F1 à jamais comme Alain Prost ou Ayrton Senna. McLaren se lie avec les motoristes Porsche (1984-1987) et Honda (1988-1992). L'écurie remportera le titre pilote avec Niki Lauda (1984), Alain Prost (1985, 1986, 1989) et Ayrton Senna (1988). Au moment où Ron Dennis arrive à la tête de l'écurie, la situation de McLaren est loin d'être brillante. Les pilotes (dont Alain Prost) n'ont plus confiance en la voiture et les finances sont dans le rouge. Avec le soutien de Marlboro, Ron Dennis avec sa structure Project 4 absorbe McLaren et entreprend la restructuration de l'écurie et engage un ingénieur de grand talent en la personne de John Barnard. Ce dernier est le premier à vouloir utiliser les fibres de carbone dans la construction d'une formule 1, car il a bien compris les avantages que procure cette technologie à savoir : une plus grande légèreté et une meilleure rigidité. Pour la saison 1982, Ron Dennis parvient à convaincre Niki Lauda, retraité depuis 1979, (et moyennant une somme substantielle), à reprendre la compétition. Ce dernier fera un retour plus que brillant en remportant un grand prix cette année-là. Après une année 1983 plus en demi-teinte, Ron Dennis parvient à engager Alain Prost, tout juste licencié par Renault après leur catastrophique fin de saison. Nanti de cette équipe de rêve, McLaren va alors effectuer une saison sans précédent, remportant 11 grands prix (7 pour Prost et 4 pour Lauda). Ce sera cependant Lauda qui coiffera la couronne mondiale pour un demi-point (!) (score le plus serré jusqu'à présent), grâce à sa plus grande régularité (Prost avait encore la fâcheuse habitude de casser ou gagner). L'année 1985 fut l'année du triomphe pour Prost et de la confirmation pour McLaren. Après une saison en demi-teinte (marquée tout de même par une magnifique victoire en fin de saison après une jolie bagarre contre Prost), Niki Lauda tira définitivement un trait sur la compétition. 1986 vit le deuxième titre de Prost malgré la domination des Williams, équipées d'un moteur turbo Honda arrivé à maturité. Prost profita cette année-là de la rivalité des deux pilotes adverses, Mansell et Piquet pour les coiffer au poteau lors de la dernière course, grâce à sa maîtrise tactique et son pilotage très fin. (Prost était considéré comme le pilote sachant le mieux économiser une voiture). L'année 1987 fut sans surprise dominée par les Williams, mais l'ambiance de lutte instestine y régnant en permanence convainquit les gens de Honda de répondre à l'appel de Ron Dennis pour 1988. C'est à cette même époque qu'Ayrton Senna rejoignit l'équipe McLaren, formant avec Alain Prost la dream team dont tout manager de formule 1 souhaitait disposer. Le résultat ne se fit pas attendre. McLaren écrasa littéralement la concurrence, s'adjugeant 15 courses sur les 16 que comptait le championnat. La voiture, la MP4-4 s'avéra la meilleure machine, bien aidé par le bloc Honda et Ayrton Senna vit son talent récompensé par le titre des pilotes. 1989 s'annonçait sous les même auspices, mais ce fut l'année où les relations entre Alain Prost et Ayrton Senna se dégradèrent à cause d'un pacte de non-agression non respecté par le brésilien à Imola pour le Grand Prix de St-Marin. La fureur de Prost, l'intervention de la presse envenimèrent les choses et aboutirent à une situation explosive trouvant son dénouement à Suzuka au Japon avec le fameux accrochage entre les deux pilotes McLaren. Prost devint champion du monde et quitta McLaren tandis que Senna fut disqualifié de la course pour "aide extérieure". Au milieu de tout ceci, Ron Dennis pouvait néanmoins être content car il accrochait un nouveau doublé pilote et constructeur au palmarès de son écurie.

La chute, puis le retour : années 1990

Musée Peugeot de Sochaux. L'écurie remporta encore les 2 titres en 1990 malgré la résistance d'une écurie Ferrari retrouvée avec la paire Prost-Mansell. En 1991, Williams-Renault amena un très bon modèle, mais insuffisamment préparé en début de saison, McLaren put compter sur les victoires engrangées par Ayrton Senna et les points complémentaires de Gerhard Berger dans les premières épreuves pour résister au retour de Williams en fin de saison. La saison 1992 fut plus difficile, Williams-Renault amenant cette fois une voiture trop performante, et aboutira au départ d'Honda de la F1. L'écurie disputa alors la saison 1993 avec des moteurs Ford-Cosworth client. Ayrton Senna malgré une saison marquée par un éclat éblouissant quitta l'écurie à la fin de la saison. En 1994, McLaren se lie au motoriste et constructeur automobile Peugeot. Mais des luttes et divergences d'opinion entre les deux parties eurent pour conséquence un divorce entre les 2 firmes. En 1995, McLaren débuta alors un partenariat avec Mercedes-Benz. Il faudra cependant attendre 1997 pour que David Coulthard remporte les Grands Prix d'Australie et d'Italie et Mika Hakkinen le tout dernier Grand Prix de la saison, à Jerez. La saison 1998, avec Coulthard et Hakkinen fut l'année du grand retour de McLaren. Cela commença avec cinq victoires au cours des six premières courses jusqu'au titre constructeur et au sacre de Mika Hakkinen. En 1999, cela fut moins brillant puisque McLaren ne peut profiter de l'accident de Michael Schumacher, le titre constructeur revenant tout de même aux rouges. Mika Hakkinen remporta quand même le titre pilote.

Les années 2000

Kimi Räikkönen au volant de la MP4-21, lors du Grand Prix de Monaco 2006 En 2000, McLaren lutta pour les titres avec Mika Häkkinen, mais dut finalement s'incliner face à Ferrari et Michael Schumacher. Les années qui suivirent furent celles de la domination de la Scuderia Ferrari. Malgré cela, McLaren resta toujours au sommet et jusqu'en 2003 resta toujours présent parmi les 3 meilleures équipes malgré quelques erreurs techniques. En effet, McLaren développa au long de l'année 2003 une voiture MP4-18 qui fut un échec total, puisqu'elle ne participa à aucune course pour faute de performances et de fiabilité aux essais privés. La saison 2004 fut par conséquence une des plus mauvaises que l'équipe n'ait jamais connues puisque l'équipe termina 5 au championnat malgré l'expérience du chevronné David Coulthard et le talent de Kimi Räikkönen. Décidé à effacer ce mauvais épisode, l'équipe travailla d'arrache-pied pour concevoir la McLaren MP4-20 de 2005, pilotée par Räikkönen et Juan Pablo Montoya. Mais si la voiture fut très performante, elle manqua singulièrement de fiabilité, et Kimi Räikkönen plus à son aise que Montoya dans l'ensemble de la saison, dut s'incliner pour le titre face à Fernando Alonso 3 épreuves avant la fin, et McLaren face à Renault pour le titre constructeur, dans la dernière manche. Le début de la saison 2006 fut prometteur, Kimi Räikkönen effectuant une splendide remontée de la dernière à la 3 place lors de l'épreuve d'ouverture, mais bien vite, il fut évident que si la nouvelle MP4-21 était plus fiable que son aînée, elle n'avait plus la vitesse de celle-ci. Le redressement se fit progressivement, mais l'écart au championnat était trop grand pour revenir, une fois la performance retrouvée.

2007 : Une nouvelle ère

MP4/22Fin 2005, quelques jours après l'annonce d'un partenariat-phare avec Vodafone évalué à 700 millions €, McLaren-Mercedes annonce l'arrivée de Fernando Alonso, tout juste auréolé de son sacre de champion du monde, qui a signé un contrat de 3 ans à compter de la saison 2007. Après l'officialisation du départ de Kimi Räikkönen chez Ferrari, l'attribution du second baquet se joue entre Pedro de la Rosa, pilote essayeur, titularisé en fin de saison 2006 pour pallier au départ de Montoya, et Lewis Hamilton, protegé de Ron Dennis, sous contrat McLaren depuis ses 10 ans, et champion GP2. C'est finalement le jeune anglais qui sera choisi, il fera donc ses débuts en F1 en 2007, dans une des écuries les plus compétitives du plateau, en ayant pour équipier le double champion du monde en titre. En début de saison, Ferrari a l'avantage en terme de performance, et Kimi Räikkönen remporte de manière autoritaire la manche inaugurale en Australie. Mais si McLaren accuse un leger retard en vélocité, Alonso et Hamilton finissent néanmoins tous les deux sur le podium, alors que Massa, l'équipier de Räikkönen, est passé au travers de son week-end en raison de problèmes techniques. Surprise en Malaisie, bien que moins bien qualifiées que les Ferrari, les McLaren prennent la tête au premier virage pour ne plus jamais la quitter, signant la première victoire - et accessoirement le premier doublé - de McLaren depuis le GP du Japon 2005. A Bahreïn comme en Espagne, Massa l'emporte, à chaque fois devant Hamilton, qui poursuit une série de podiums consécutifs entamée à Melbourne, et jusqu'ici inédite pour un débutant. Il prend en outre la tête du championnat devant son équipier Alonso, qui n'a terminé que 5 à Bahreïn après des problèmes de pneus, et 3 à Barcelone après une sortie de piste au départ en tentant de déborder Massa. Monaco sera un triomphe pour McLaren. Sur son circuit fétiche, l'écurie anglaise ne laisse aucune chance à ses rivaux. Alonso et Hamilton sont en première ligne le samedi, et signent le doublé le dimanche. C'est à ce GP que naît la première polémique entre les deux pilotes, McLaren étant soupçonnée, notamment par la presse anglaise, qui attend la première victoire de son jeune prodige, d'avoir favorisé Alonso au jeu des ravitaillements. La FIA ouvrira une enquête, qui n'aboutira pas. Deux semaines plus tard, au Canada, Hamilton hausse le rythme, en signant coup sur coup sa première pôle position et sa première victoire. Il reprend la tête du championnat à Alonso qui ne termine que 7, après avoir été pénalisé pour avoir ravitaillé sous Safety Car. Au Grand Prix des USA, à Indianapolis, McLaren a une nouvelle fois l'avantage en performances, les deux monoplaces grisent monopolisent la première ligne, avec une nouvelle fois Hamilton devant Alonso. En course, les deux McLaren ne furent jamais séparées de plus de quelques secondes, et signent un nouveau doublé, le 3 de la saison. La tension continue de s'amplifier entre Alonso et Hamilton après une tentative de dépassement infructueuse de l'espagnol, qui supporte mal d'être dominé par son débutant d'équipier et qui n'approuve pas la décision de McLaren de laisser libre cours à la compétition au sein de l'écurie, au lieu de faire d'Alonso son leader de par son statut de double champion du monde. Hamilton au Grand Prix de France 2007Le GP de France marquera le réveil de Ferrari, clairement dominée depuis Monaco. Dans la Nièvre, la Scuderia signe son premier doublé de la saison, Räikkönen l'emportant alors que Massa avait signé la pôle. Hamilton termine troisième, pour ce qui est son 8 podium consécutif. Alonso ayant subi une casse de sa boîte de vitesses en qualifications, il ne s'élance que depuis la 10 place de grille, et termine 7 le dimanche. A Silverstone, l'engouement du public anglais pour sa nouvelle star n'empêchera pas Räikkönen de signer une seconde victoire consécutive, alors que pour la première fois depuis Monaco, Alonso, 2, termine devant Hamilton, 3, qui a signé la pôle au prix d'une stratégie osée qui l'a écarté de la lutte pour la victoire le dimanche. Ce Grand Prix marque de cap de la mi-saison, et malgré le réveil de Ferrari, les championnats sont clairement dominés par McLaren : 4 pôles position, 4 victoires dont 3 doublés, mais surtout 15 podiums sur 18 possibles et aucun abandon. La fiabilité de McLaren est sa force par rapport à Ferrari, qui a laissé filer de gros points sur des pannes ou des erreurs de pilotage. Chez les pilotes, Hamilton, fort de ses 9 podiums d'affilée, mène Alonso par 70 points à 58, les pilotes Ferrari comptant 52 et 51 points. Le Grand Prix d'Europe au Nurburgring commenca très mal pour McLaren. En qualifications, Hamilton est victime d'une défaillance technique et détruit sa monoplace. Il s'élance de la 10 place de grille alors qu'Alonso est en première ligne, derrière Räikkönen. L'énorme averse qui s'est abattue quelques instants après le départ causera la perte d'Hamilton : il sort de la piste et perd 2 tours avant de pouvoir repartir, il ne ratrappera jamais son retard et terminera 9, son premier résultat vierge de la saison. En revanche, Alonso signe une victoire magistrale en débordant Massa sur une piste détrempée à 5 tours de l'arrivée, ce qui lui permet de revenir à 2 points d'Hamilton au championnat. L'ambiance se dégrade de course en course chez McLaren, Alonso étant désormais en conflit affiché avec la direction de l'écurie et Ron Dennis en particulier, qu'il ignora ostensiblement lors de la cérémonie du podium. Le GP de Hongrie aurait pu tourner à la démonstration tant les McLaren étaient dominatrices. Alors que s'ouvrait la dernière partie de la séance de qualifications, la stratégie interne de l'écurie n'est pas respectée, Hamilton s'élance devant Alonso, ce qui perturbe la procédure de ravitaillement de l'écurie. Alonso, après avoir signé la pôle, sera accusé, en étant resté trop longtemps immobilisé à son stand, d'avoir gêné son équipier en l'ayant empêché de lancer un ultime tour chrono par manque de temps, et les commissaires lui infligèrent 5 places de pénalité sur la grille de départ. Hamilton récupère la pôle position et remporte la course, alors qu'Alonso, parti 6, termine seulement 4. Le GP de Turquie, dominé par Ferrari qui y décrocha son second doublé de la saison, aurait du voir Hamilton dominer une nouvelle fois son équipier, mais une crevaison le renvoya à la 5 place alors qu'Alonso accompagne les pilotes Ferrari sur le podium. L'espagnol entame sa remontée au classement du championnat du monde. GP d'Italie 2007Il la poursuivra en Italie, à Monza, sur les terres de Ferrari, où les McLaren seront intouchables. Pôle, victoire et meilleur tour dans l'adversité pour un Alonso de moins en moins en phase avec son écurie, de plus en plus contesté, et qui ne fait plus mystère de son envie de quitter une équipe à laquelle il est contractuellement lié jusqu'en 2009. Le voilà néanmoins à 3 points d'Hamilton au championnat. L'écart se réduit d'une unité à l'issue du GP de Belgique, à Spa-Francorchamps, où Alonso et Hamilton terminent respectivement 3 et 4, après avoir manqué de s'accrocher au départ. Le Grand Prix du Japon, disputé sous une pluie battante, sera l'un des tournants de la fin de saison. Alors qu'Hamilton, poleman, mène la course après son premier ravitaillement, Alonso se retrouve bloqué et ralenti au milieu d'un groupe de concurrents plus lents. Au 41 tour, alors qu'il occupe la 5 place, il part en tête à queue et tape le rail, et connaît donc son premier abandon de la saison. Hamilton remporte la course, et renforce donc très sensiblement son leadership au championnat du monde avec 12 points d'avance sur son équipier et 17 points sur Räikkönen, alors qu'il ne reste que deux Grands Prix. Le Grand Prix de Chine, avant-dernière manche de la saison, sera également, dans une moindre mesure, perturbé par la pluie. Alors qu'Hamilton avait la possibilité d'être couronné champion du monde en terminant dans les 4 premiers, il prend un risque considérable en tentant de poursuivre aussi loin que possible en étant équipé de pneus pour piste humide, alors que celle-ci à quasiment totalement séché. Il part à la faute en rentrant aux stands, peu après la mi-course, et abandonne. Räikkönen l'emporte, devant Alonso, et reviennent respectivement à 7 et 4 points de Hamilton, à l'aube du dernier GP de la saison au Brésil.

2007 : McLaren dans la tourmente

GP d'Italie 2007 L'écurie McLaren se trouve en première ligne dans l'affaire d'espionnage qui aura marqué la saison 2007. Le 3 juillet, l'écurie rivale Ferrari accuse un haut responsable technique de l'écurie McLaren d'être entré en possession de nombreuses informations techniques lui appartenant, qui auraient été transmises par Nigel Stepney, licencié par Ferrari à l'issue d'une enquête interne. Quelques jours plus tard, McLaren-Mercedes annonce avoir suspendu Mike Coughlan de ses fonctions de concepteur en chef, alors qu'un dossier technique détaillé de 780 pages est retrouvé à son domicile lors d'une perquisition. Le 26 juillet, la FIA convoque une réunion du Conseil Mondial du Sport Automobile à Paris, et reconnaît McLaren coupable de violation de l'article 151(c) du Code Sportif, sans néanmoins lui infliger de sanction faute de preuves, en se réservant cependant le droit de convoquer une nouvelle fois l'écurie en cas d'apport de nouveaux éléments. Le 13 septembre 2007, nouvelle réunion du Conseil Mondial, convoqué par Max Mosley, à l'issue duquel McLaren est non seulement reconnue une nouvelle fois coupable, mais est cette fois très lourdement pénalisée. L'écurie est en effet exclue du championnat du monde des constructeurs, et se voit infliger une amende record de 100 millions $ (de laquelle seront cependant déductibles les primes de résultats, estimées à 60 millions $, qui auraient été allouées à McLaren en fin de saison). Le Conseil Mondial a sanctionné McLaren en se fondant sur des preuves accablantes ont été apportées au dossier. Celles-ci se composent notamment d'échanges de mails et de SMS entre Fernando Alonso, Pedro de la Rosa et Mike Coughlan, datant du début de saison, et relatifs à certaines caractéristiques techniques, telles que la répartition des masses ou les propriétés du système de freinage de la Ferrari F2007. Pour leur collaboration avec la FIA dans l'apport de ces nouvelles preuves, Hamilton, mais surtout Alonso, en conflit ouvert avec Ron Dennis et qui ne cache plus son envie de quitter l'équipe, sont exemptés de sanction, conservent leurs points et sont donc libres de continuer à se disputer le titre de champion du monde. Tout au long de l'affaire et de ses développements, la défense de McLaren repose sur le fait que, s'il a bien été prouvé que Coughlan avait eu accès à des documents internes de Ferrari, ceux-ci n'ont jamais été utilisés par l'écurie anglaise. A l'issue de la réunion du Conseil Mondial ayant sanctionné McLaren, Ron Dennis rejette la légitimité de cette sanction, mais l'écurie renonce finalement à faire appel, ce qui offre par voie de conséquence à Ferrari le titre de champion du monde des constructeurs. Peu après la fin de la saison, l'équipe Mclaren et Fernando Alonso décident d'un commun accord de mettre fin à leur collaboration. Au GP du Brésil, alors qu'il n'est qu'outsider, Kimi Räikkönen (Ferrari) profite d'un incroyable concours de circonstances pour devancer ses deux adversaires Fernando Alonso et Lewis Hamilton et devenir champion du monde de Formule 1 pour la première fois de sa carrière. Malgré une réclamation de l'écurie McLaren portant sur la température du carburant embarqué dans les BMW Sauber et Williams-Toyota F1 et pouvant aboutir au déclassement de leurs pilotes et permettre à Lewis Hamilton de récupérer les points qui lui ont manqué pour remporter le championnat, la FIA officialise le résultat du Grand Prix. L'écurie McLaren décide de faire appel de cette décisionhttp://www.sports.fr/fr/cmc/scanner/f1/200743/gp-bresil-mclaren-fait-appel_152876.html mais le 16 novembre, le Tribunal d'appel de la FIA entérine définitivement le classement de la course et donc le titre mondial de Räikkönen.

Résumé

Depuis ses débuts en 1966, McLaren a remporté le championnat du monde des constructeurs à 8 reprises et 11 fois celui des pilotes, avec un total de 149 victoires en Grand Prix mais aussi 125 pole positions, 398 podiums et 130 meilleurs tours. 3 191, 5 points points ont été marqués par l'équipe en 615 Grand Prix. Par ailleurs, si Graham Hill est le seul pilote de l'histoire à avoir un jour remporté les trois grandes compétitions automobiles que sont les 500 Miles d'Indianapolis, les 24 heures du Mans et le championnat du monde de Formule 1, McLaren est la seule parmi toutes les écuries à avoir réalisé ce triplé historique.
- 3 victoires aux Indy 500 :
- 1972 : Mark Donohue — McLaren Offenhauser M16C
- 1974 : Johnny Rutherford — Mclaren Offenhauser M16C/D
- 1976 : Johnny Rutherford — Mclaren Offenhauser M16E
- 1 victoire aux 24 Heures du Mans :
- 1995 : JJ Lehto / Yannick Dalmas / Masanori Sekiya — Mclaren BMW F1 GTR

Classement des constructeurs

Écuries privées

Entre 1968 et 1978, des châssis McLaren ont régulièrement été engagés par des écuries privées ou semi-privées.

Notes et références

==
Sujets connexes
Alain Prost   Alexander Wurz   Alfa Romeo   Andrea de Cesaris   Autodromo Nazionale di Monza   Automobili Turismo e Sport   Ayrton Senna   Brian Redman   Bridgestone   British Racing Motors   Bruce McLaren   Bruno Giacomelli   CanAm   Championnat du monde de Formule 1 1966   Championnat du monde de Formule 1 1967   Championnat du monde de Formule 1 1968   Championnat du monde de Formule 1 1969   Championnat du monde de Formule 1 1970   Championnat du monde de Formule 1 1971   Championnat du monde de Formule 1 1972   Championnat du monde de Formule 1 1973   Championnat du monde de Formule 1 1974   Championnat du monde de Formule 1 1975   Championnat du monde de Formule 1 1976   Championnat du monde de Formule 1 1977   Championnat du monde de Formule 1 1978   Championnat du monde de Formule 1 1979   Championnat du monde de Formule 1 1980   Championnat du monde de Formule 1 1981   Championnat du monde de Formule 1 1982   Championnat du monde de Formule 1 1983   Championnat du monde de Formule 1 1984   Championnat du monde de Formule 1 1985   Championnat du monde de Formule 1 1986   Championnat du monde de Formule 1 1987   Championnat du monde de Formule 1 1988   Championnat du monde de Formule 1 1989   Championnat du monde de Formule 1 1990   Championnat du monde de Formule 1 1991   Championnat du monde de Formule 1 1992   Championnat du monde de Formule 1 1993   Championnat du monde de Formule 1 1994   Championnat du monde de Formule 1 1995   Championnat du monde de Formule 1 1996   Championnat du monde de Formule 1 1997   Championnat du monde de Formule 1 1998   Championnat du monde de Formule 1 1999   Championnat du monde de Formule 1 2000   Championnat du monde de Formule 1 2001   Championnat du monde de Formule 1 2002   Championnat du monde de Formule 1 2003   Championnat du monde de Formule 1 2004   Championnat du monde de Formule 1 2005   Championnat du monde de Formule 1 2006   Championnat du monde de Formule 1 2007   Circuit de Spa-Francorchamps   Cosworth   Dan Gurney   David Coulthard   Denny Hulme   Derek Bell (pilote)   Dunlop   Emerson Fittipaldi   Felipe Massa   Fernando Alonso   Ferrari F2007   Firestone   Ford   Formule 1   Formule 2   GP2 Series   Gary Paffett   Gerhard Berger   Gilles Villeneuve   Goodyear Tire & Rubber   Graham Hill   Grand Prix automobile d'Espagne 2007   Grand Prix automobile d'Europe 2007   Grand Prix automobile d'Italie 2007   Grand Prix automobile de Bahreïn 2007   Grand Prix automobile de Belgique 2007   Grand Prix automobile de Chine 2007   Grand Prix automobile de France 2007   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 2007   Grand Prix automobile de Hongrie 2007   Grand Prix automobile de Malaisie 2007   Grand Prix automobile de Monaco   Grand Prix automobile de Monaco 2006   Grand Prix automobile de Monaco 2007   Grand Prix automobile de Turquie 2007   Grand Prix automobile des États-Unis 2007   Grand Prix automobile du Brésil 2007   Grand Prix automobile du Canada 2007   Grand Prix automobile du Japon 2005   Grand Prix automobile du Japon 2007   Honda   Indianapolis 500   Jack Brabham   Jackie Oliver   Jacky Ickx   James Hunt   Jan Magnussen   Joakim Bonnier   Jochen Mass   Jody Scheckter   John Barnard   John Surtees   Johnny Rutherford   Juan Pablo Montoya   Keke Rosberg   Kimi Räikkönen   Lewis Hamilton   Mansour Ojjeh   Mark Blundell   Mark Donohue   Martin Brundle   Max Mosley   McLaren Group   McLaren MP4-17   McLaren MP4-17D   McLaren MP4-19   McLaren MP4-19B   McLaren MP4-20   McLaren MP4-21   McLaren MP4-22   McLaren MP4-2B   Mercedes-Benz   Michael Andretti   Michael Schumacher   Michelin   Mika Häkkinen   Mike Coughlan   Mike Hailwood   Musée de l'Aventure Peugeot   Nelson Piquet   Nigel Mansell   Nigel Stepney   Niki Lauda   Nürburgring   Patrick Tambay   Pedro de la Rosa   Peter Gethin   Peter Revson   Peugeot   Philippe Alliot   Pole position   Porsche   Renault F1 Team   Ron Dennis   Scuderia Ferrari   Sochaux   Stefan Johansson   TAG Porsche   Techniques d'Avant Garde   Teddy Mayer   Tim Mayer   Yannick Dalmas  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^