Greffe (botanique)

Infos
Greffe en fente. En horticulture et arboriculture, la greffe est une opération qui permet de multiplier toutes sortes de végétaux.
Greffe (botanique)

Greffe en fente. En horticulture et arboriculture, la greffe est une opération qui permet de multiplier toutes sortes de végétaux.

Origine

La greffe sur végétaux a été inventé par les Chinois il y a plusieurs milliers d'années. Les Grecs et les Romains ont importé la technique en Europe et nombreux sont les auteurs de l'Antiquité à avoir écrit des manuels destinés à diffuser la technique au plus grand nombre.

Intérêt de la technique

Sur le plan agronomique, l'intérêt de la greffe est d'associer les caractéristiques du porte-greffe et du greffon, le premier apportant notamment l'adaptation au sol et au climat, la rusticité et la vigueur par exemple, le second celles des produits sélectionnés, fruits et fleurs par exemple que l'on désire obtenir. À titre d'exemple, pour la vigne, c'est la greffe qui a permis d'utiliser en France des plants américains, choisis pour leur résistance au phylloxéra, tout en continuant à produire les cépages traditionnels. La greffe est très utilisée pour multiplier les variétés d'arbres fruitiers, notamment les pommiers et poiriers, ainsi que la vigne, les rosiers et d'autres espèces de plantes ornementales.

Hybrides de greffe

chimère, le genre + Crataegomespilus. Sur le plan botanique, le résultat de la greffe est la constitution d'un organisme hybride, dont les parties greffées n'ont pas le même patrimoine génétique que le pied lui-même. On obtient parfois sur le porte-greffe des rejets présentant des aspects différents du plant d'origine. Le greffon a, dans ce cas, modifié par son apport de sève les caractéristiques du porte-greffe. Les rameaux ainsi obtenus sont toujours intermédiaires entre les deux parents et se nomment botaniquement des chimères. Pour les dissocier des genres naturels, on place le signe + devant le nom de la plante.

Différentes techniques de greffe

Le but de la greffe est de mettre en contact les cambiums du greffon et du porte-greffe dans l'espoir qu'une "soudure" rapide et définitive se produise. Pour réaliser les greffes, il existe plusieurs techniques.
- la greffe en fente ;
- la ;
- la greffe en couronne ;
- la greffe en écusson ; la plus utilisée pour les fruits à noyaux.
- la greffe par approche ;
- la greffe anglaise simple et compliquée;
- le chip budding
- la
- le T budding

Soins post-opératoires

Dans les semaines suivant la greffe, on veillera à ne pas trop arroser l'arbre pour éviter de "noyer" le greffon sous un trop plein de sève. Certains recommandent également de prélever le greffon et de greffer en début de lune montante. Une greffe est considérée comme réussie si, quatre à six semaines après celle-ci, la cicatrisation s'opère correctement et le greffon émet des rameaux. Par la suite, il est possible que le porte-greffe émette des rejets sous le point de greffe. Dans ce cas, il est important de les tailler le plus rapidement possible pour éviter que la partie greffée soit privée d'éléments nutritifs et meure.

Outils et matériel

Pour greffer, il faut utiliser un greffoir (couteau très tranchant) désinfecté. Il existe deux types de greffoirs :
-le greffoir à écussonner ;
-le greffoir à vigne On peut aussi utiliser une couteau bien aiguisé à fine lame. Il faut aussi un sécateur. Et pour réaliser la greffe, il y a aussi besoin de raphia, de mastic à greffer (avec une spatule)ou tout simplement de téflon qui est aujourd'hui très largement utilisé pour le surgreffage de la vigne pour sa facilité d'application. Le mastic permet une meilleur cicatrisation de la plante ce qui permet d'avoir plus de chance que la greffe se développe rapidement.

Greffon

Le greffon est le bourgeon prélevé sur le rameau de la variété dont on désire développer les qualités.

Sélection du greffon

Les greffons doivent être prélevés sur des arbres matures (c'est à dire ayant déjà fructifié au moins trois fois) sinon la fructification sera très longue à venir sur l'arbre greffé et la variété obtenue pourrait être un mutant. En revanche, un greffon est toujours prélevé sur une branche jeune (un rameau d'extrémité de l’année) bien droite de préférence et ne présentant aucune trace suspecte de maladie. Mieux vaut prélever le matin car c'est le moment ou le greffon sera le plus rempli de sève. Le bois prélevé doit se trouver sur le haut de l’arbre, de préférence sur la partie de l'arbre exposée au Sud. Idéalement, le greffon prélevé doit former un angle de 60° environ avec le tronc de l'arbre et se trouver sur une branche portant déjà des fruits (pour s’assurer que cette branche produit des fruits correspondant au type recherché). Ne surtout pas prélever de gourmand (qui donnerait peu de fruits) ou de rameaux dont l'angle est inférieur à 45° (qui donnerait un arbre à croissance trop lente).

Conservation du greffon

Pour les arbres, le greffon se récolte en hiver (courant Janvier) lorsque l'arbre est au repos complet. Une fois prélevé, les rameaux sont rapidement mis en bottes, étiquetés puis placés en jauge (enterrés horizontalement dans une tranchée remplie d'un mélange sable + tourbe au pied d’un mur au Nord ou au réfrigérateur entouré d'un journal humide (mais pas trempé) dans un sac de congélation, jusqu'au moment de la greffe en avril (au moment du débourrement du porte-greffe). Dans le cas d’une conservation au réfrigérateur, on surveille régulièrement que le journal ne se dessèche pas. La température de conservation devra être de 3 à 5 degrés celsius, et l'hygrométrie ambiante d'environ 95%. Anciennement, les greffons étaient parfois transportés plantés dans une pomme de terre pour éviter qu'ils se dessèchent.

Porte-greffe

Plusieurs critères interviennent dans le choix d'un porte-greffe :
- la compatibilité
- la vigueur (faible, moyenne, grande…)
- l'adaptation au sol (sec, humide / calcaire, argileux ... / profond / lourd…)
- la forme (tige, demi-tige, gobelet, palmette…)
- la mise à fruit (lente, moyenne, rapide, très rapide…)
- la résistance aux maladies

Surgreffe

Le surgreffage est une technique consistant à greffer une deuxième fois un végétal déjà greffé. On pratique le surgreffage lorsqu'on souhaite changer la variété, d'un arbre en greffant en couronne ses charpentières, d'un cep de vigne en greffant en chip budding ou en T budding son tronc, l'intermédiaire se trouvant être dans ce cas l'ancienne variété dont on souhaite se débarrasser. Il arrive aussi que certains cultivars soient incompatibles avec le porte-greffe qu'on souhaite utiliser. Il faut dans ce cas pratiquer un surgreffage avec un porte-greffe intermédiaire compatible, ce qui nécessite un processus de deux à trois ans.
-La première année, on plante les porte-greffes au printemps et on greffe le porte-greffe intermédiaire (en écusson le plus souvent) en été.
-La deuxième année, on rabat le porte-greffe intermédiaire au printemps et on greffe le cultivar sélectionné en été.
-La troisième année, on rabat le cultivar au printemps et on récolte les premiers fruits à l'automne suivant. On peut ramener ce processus à 2 ans si on plante directement la première année des plants déjà greffés sur table au préalable. Selon une étude de 1995 , chez les pommiers et poiriers, le surgreffage d'un porte-greffe nain sur un porte-greffe vigoureux diminue la vigueur de celui-ci et ceci est proportionnel à la longueur du "surgreffon" Parry & Rogers (1972)., ce qui prouve que l'effet du porte-greffe n'est pas uniquement lié à son système racinaire mais aussi au phloème et xylème du porte-greffe intermédiaire. Les arboriculteurs doivent donc veiller à avoir des porte-greffes intermédiaires de même longueur s'ils ne veulent pas obtenir des arbres de taille hétérogène. Une étude italo-néerlandaise Wertheim, Morini et Loreti, 1989 a prouvé qu'un greffon intermédiaire de M9 d'une longueur de 35 cm greffé sur MM106 donnait un arbre comparable à un autre greffé sur un M9 standard. L'avantage d'un tel montage est de conserver les avantages des deux porte-greffes (résistance au puceron lanigère sur la partie enterrée, meilleur enracinement grâce au MM106 et arbre nain donc plus productif grâce au M9). Il faut noter que le MM106 ne confère pas sa résistance au puceron lanigère au M9 mais la sensibilité se retrouvant uniquement localisée sur la partie aérienne (M9), il est plus facile de la traiter. Malheureusement, le surgreffage d'une variété naine sur une variété plus vigoureuse peut provoquer un drageonnage important. En revanche, chez les Prunus, il semble que seul le système racinaire influe.

Exemples

- 'Beurré Bosc' étant incompatible avec le cognassier (formation d'un gros bourrelet cicatriciel fragile), on utilise 'Beurré Hardy' en porte-greffe intermédiaire.
- 'Poire Williams' étant incompatible avec le cognassier, on utilise 'Doyenné du Comice' en porte-greffe intermédiaire.

Greffes intergénériques

On lit souvent qu'on ne peut greffer ensemble que des variétés appartenant au même genre voire à la même espèce botanique. Cela est en fait très variable. Certaines variétés ne se greffent pas du tout, d'autres uniquement sur des plants de même espèce, d'autres n'acceptent que des plants du même genre et d'autres encore acceptent d'être greffées sur des plants d'autres genres voire d'autres familles botaniques. Ainsi, l'auteur romain Palladius Rutilius (IVe siècle) nous apprend dans son livre, "", que dès l'Antiquité, les Romains utilisaient des portes-greffes atypiques : par exemple, du pommier ou du châtaignier greffés sur du saule, du cerisier sur du peuplier ou du citronnier sur du poirier ! Toutefois, dans ces cas là, le goût des fruits obtenus peut varier de façon significative. Plus récemment, l'agronome russe Mitchourine a développé plus de 300 nouvelles variétés de fruits grâce à ce type de greffe. En fait, la capacité d'une variété à bien supporter le greffage avec une autre est liée à sa capacité à produire un large spectre d'isoperoxydases dans ses tissus. Les variétés de pomme telles que Winter Banana ou Northern Spy, ou Beurré Hardy chez les poires, sont connues pour leur large spectre de compatibilité et sont, pour cette raison, souvent utilisées comme intermédiaire de greffage.

Références

Voir aussi

- Multiplication des arbres fruitiers

Lien externe

-
-
-
-
- Catégorie:Agriculture Catégorie:Horticulture Catégorie:Reproduction végétale de:Pflanzenveredelung en:Grafting es:Injerto it:Innesto nl:Enten pt:Enxerto fi:Varttaminen sv:Ympa
Sujets connexes
Agronomie   Antiquité   Arboriculture   Arbre fruitier   Beurré Bosc   Beurré Hardy   Botanique   Cambium   Cerisier   Chimère (génétique)   Chip budding   Châtaignier   Citronnier   Civilisation chinoise   Climat   Cognassier   Couteau   Cultivar   Cépage   Drageon   Débourrement   Désinfection   Empire romain   Europe   Fleur   Fruit   Gourmand   Greffe anglaise   Greffe en couronne   Greffe en fente   Greffe en écusson   Grèce antique   Horticulture   Hybride   IVe siècle   Mastic   Multiplication des arbres fruitiers   Northern Spy   Patrimoine génétique   Peuplier   Phase lunaire   Phloème   Phylloxéra   Poire   Pomme   Pomme de terre   Pommier   Porte-greffe   Prunus   Puceron lanigère   Raphia   Rome antique   Rosier   Russe   Saule   Scion (botanique)   Sol (pédologie)   Sève   Sécateur   Tourbe   Variété (botanique)   Vigne   Winter Banana   Xylème  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^