Parti socialiste suisse

Infos
Le Parti socialiste suisse (PSS), en allemand Sozialdemokratische Partei der Schweiz (SPS), en italien Partito socialista svizzero (PSS) et en romanche Partida socialdemocrata da la Svizra (PSS), est un parti politique suisse de gauche, fondé le 21 octobre 1888, membre de l'Internationale socialiste et membre associé du Parti socialiste européen. Il est l'un des 4 partis intégrés au Conseil fédéral où il compte deux membres depuis l'introduction d
Parti socialiste suisse

Le Parti socialiste suisse (PSS), en allemand Sozialdemokratische Partei der Schweiz (SPS), en italien Partito socialista svizzero (PSS) et en romanche Partida socialdemocrata da la Svizra (PSS), est un parti politique suisse de gauche, fondé le 21 octobre 1888, membre de l'Internationale socialiste et membre associé du Parti socialiste européen. Il est l'un des 4 partis intégrés au Conseil fédéral où il compte deux membres depuis l'introduction de la formule magique en 1959. Il permet notamment l'introduction en Suisse des assurances sociales obligatoires et continue d'en faire une de ses préoccupations premières. Aux élections fédérales du 19 octobre 2003, le parti remporte 23, 3% des voix, améliorant son score de 1999 (22, 5%). Le Parti socialiste est ainsi le deuxième parti de Suisse, sur le plan fédéral, derrière l'Union Démocratique du centre (UDC), qui avait emporté 26, 6 % des suffrages aux élections fédérales de 2003. Le PSS obtient 52 des 200 sièges du Conseil national (dont 46% de femmes) et 9 des 46 sièges du Conseil des États (dont 44% de femmes). Le groupe parlementaire socialiste est ainsi le deuxième deuxième groupe de l'Assemblée fédérale, avec 61 élus, derrière l'UDC, qui en compte 63. Le conseiller fédéral Moritz Leuenberger est en charge de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication et Micheline Calmy-Rey des affaires étrangères. Au niveau cantonal, le PSS occupe en 2007 562 sièges dans les différents parlements cantonaux (2 parti politique derrière le Parti démocrate-chrétien) et 33 mandats dans les différents gouvernements cantonaux (3 parti politique derrière le Parti démocrate-chrétien et le Parti radical-démocratique).

Histoire

-1888 : La Conférence ouvrière suisse du 21 octobre décide à Berne la création du Parti socialiste suisse.
-1890 : Jakob Vogelsanger (Zurich) est le premier socialiste élu au Conseil national.
-1904 : Le Congrès d'Aarau adopte le programme marxiste du PSS élaboré par Otto Lang (juge cantonal à Zurich).
-1911 : Les 18 socialistes élus au Conseil national constituent pour la première fois un groupe parlementaire.
-1912 : Au Congrès de Neuchâtel sont adoptés des mesures qui obligent notamment le PSS et ses organes à utiliser toutes les possibilités « d'agir pour l'instauration du droit de vote des femmes ».
-1913 : Le PSS dépose une nouvelle initiative pour l'introduction de la proportionnelle au Conseil national. Celle-ci sera acceptée par le peuple en 1918.
-1918 : Le Comité d'Olten, fondé par le PSS et l'Union syndicale suisse (USS), répond à la levée de troupes, décidée par le Conseil fédéral à l'instigation du général Ulrich Wille, par un appel à la grève générale sur la base de 9 revendications (la fin de la grève est décidée après 3 jours suite à un ultimatum du Conseil fédéral) :
-Renouvellement immédiat du Conseil national selon la proportionnelle
-Droit de vote et d'éligibilité des femmes
-Introduction du devoir de travailler pour tous
-Introduction de la semaine de 48 heures dans toutes les entreprises publiques et privées
-Réorganisation de l'armée sur une base populaire
-Ravitaillement garanti en accord avec les producteurs paysans
-Création d'une assurance vieillesse (AVS) et invalidité
-Monopole de l'État sur les importations et les exportations
-Paiement de la dette publique par les possédants
-1919 : Lors des premières élections au Conseil national à la proportionnelle, le PSS double ses mandats passant de 20 à 41 sièges. Le siège central du PSS est déplacé de Zurich à Berne.
-1921 : Les 21 conditions pour l'entrée à la Troisième Internationale sont refusées lors du Congrès et lors de la votation à la base. La gauche du parti, forte de 5 000 membres environ, quitte le parti. Cette aile gauche crée ensemble le Parti communiste suisse.
-1924 : La loi Schulthess est refusée par le peuple. Le référendum lancé par un comité formé du PSS, de l'USS et de l'ensemble des associations d'employés est parvenu à faire échouer la tentative de remettre en question la semaine de 48 heures.
-1926 : Entrée du PSS à la Deuxième Internationale. Le Congrès décide de mettre sur pied une commission de lutte contre le militarisme et préconise également que les socialistes du Conseil national refusent désormais le budget militaire en bloc.
-1927 : La Conférence féminine du PSS exige l'introduction d'une assurance-maternité.
-1931 : Après les élections au Conseil national, le PSS devient le premier parti du pays.
-1932 : Le 9 novembre, des recrues tirent sans sommation sur une manifestation ouvrière antifasciste à Genève. Cette fusillade fait 13 morts et 63 blessés.
-1933 : Le Congrès refuse le front commun avec le Parti communiste suisse. Lors des élections à Genève est élu le premier gouvernement cantonal à majorité socialiste sous la direction de Léon Nicole.
-1935 : Le nouveau programme du PSS, accepté au Congrès de Lucerne, rejette la notion de « dictature du prolétariat » et reconnaît la défense nationale. Le Congrès se prononce pour une transformation économique et sociale de la Suisse capable d'assurer à l'ensemble du peuple suisse une existence décente.
-1939 : Léon Nicole est exclu du PSS à cause de ses positions favorables au pacte germano-soviétique. Il fonde la Fédération socialiste suisse.
-1942 : Fort des expériences des années 1930, de la crise et du fascisme, le Congrès adopte un programme d'action intitulé La nouvelle Suisse et applicable dès la fin de la guerre.
-1943 : Victoire aux élections du Conseil national avec 56 sièges sur 194, le PSS constitue alors le groupe le plus important de la chambre basse.
-1944 : Fondation du Parti du Travail (PdT), composé d'anciens communistes, de dissidents du PSS et d'indépendants de gauche.
-1947 : L'article constitutionnel sur l'AVS est accepté par le peuple. Une des revendications de la grève nationale de 1918 est ainsi adoptée.
-1953 : Max Weber quitte le Conseil fédéral le jour du rejet par le peuple du projet de réforme des finances fédérales. Le parti se retrouve alors dans l'opposition.
-1959 : Le Congrès de Winterthour adopte un nouveau programme, en se reconnaissant clairement comme un parti de socialisme réformiste « fondé sur la démocratie ».
-1963 : Lancement du bimensuel Domaine public par des membres actifs de sections cantonales romandes du PSS.
-1965 : Emma Kammacher est élue présidente du Grand Conseil genevois. Elle est la première femme socialiste à présider un parlement cantonal.
-1972 : Le Congrès rejette le soutien de l'initiative du PdT pour une sécurité sociale unique et généralisée et soutient la solution des trois piliers.
-1978 : Lancement de l'initiative sur les banques lors du Congrès de Bâle et soutien - contre la volonté du comité central et du conseiller fédéral Willi Ritschard - à l'initiative anti-atomique.
-1982 : Le Congrès de Lugano adopte le nouveau programme du PSS, encore en vigueur aujourd'hui.
-1983 : L'échec de la candidate officielle du PSS au Conseil fédéral Lilian Uchtenhagen, battue par Otto Stich, suscite une vague d'indignation et conduit aux plus vastes débats que le parti ait connu sur la participation au gouvernement.
-1984 : Le congrès extraordinaire du PSS de Berne décide le maintien au gouvernement par 773 voix contre 511.
-1990 : Le PSS formule sa politique d'intégration européenne avec des mesures compensatoires en politique intérieure.
-1991 : Le PSS demande une ouverture rapide des négociations d'adhésion à la CEE.
-1992 : Au Congrès de Genève, le PSS soutient l'adhésion à l'Espace économique européen (refusée en votation populaire) comme premier pas en direction de l'adhésion à la CEE et adopte des thèses qui prévoient la décriminalisation de la consommation, la remise médicalement contrôlée et la légalisation à long terme de la drogue.
-1993 : Après le retrait du conseiller fédéral René Felber, la majorité bourgeoise du parlement élit Francis Matthey au Conseil fédéral, au lieu de la candidate socialiste officielle Christiane Brunner. Après la renonciation de Matthey, c'est la secrétaire syndicale Ruth Dreifuss qui est élue une semaine plus tard, le 10 mars, comme première conseillère fédérale socialiste.
-1994 : L'initiative des Alpes que soutient le PSS est acceptée par le peuple. Le Congrès extraordinaire de Berne adopte un vaste programme en matière économique. Le PSS décide de combattre le relèvement de l'âge de la retraite des femmes dans le cadre de l'AVS.
-1995 : Le peuple suisse rejette 3 projets en matière de politique agricole que le PSS combattait, et donne ainsi un signe politique clair contre la politique agricole menée jusqu'alors, ainsi que pour l'écologisation de l'agriculture. Lors des élections fédérales, le PSS gagne 13 sièges au Conseil national et 6 au Conseil des États et devient le plus important parti au Conseil national.
-2003 : Le PSS devient le 2 parti de Suisse avec 23, 3% des voix.

Dirigeants

Comité directeur

-Hans-Jürg Fehr, président (6 mars 2004)
-Silvia Schenker, vice-présidente (17 septembre 2006)
-Pierre-Yves Maillard, vice-président (6 mars 2004)
-Thomas Christen, secrétaire général (17 septembre 2005)
-Ursula Wyss, présidente du groupe parlementaire (20 juin 2006)
-Julia Gerber Rüegg ou Maria Roth-Bernasconi, co-représentantes du PS - Femmes
-Marco Kistler, représentant de la Jeunesse socialiste (29 avril 2007)
-Barbara Geiser, membre (2002)
-Nenad Stojanovic, membre (24 octobre 2004)
-Elisabeth Wermelinger, membre (17 septembre 2006)

Dirigeants historiques

Présidents du PSS

-1888-1890 Alexander Reichel (Berne)
-1890-1892 Albert Steck (Berne)
-1892-1894 Eugen Wullschleger (Bâle)
-1894-1897 Wilhelm Fürholz (Soleure)
-1897-1898 Karl Zgraggen (Berne)
-1898-1898 Paul Brandt (Saint-Gall)
-1898-1901 Otto Lang (Zurich)
-1901-1902 Josef Albisser (Lucerne)
-1902-1909 Gottfried Reimann (Bienne)
-1909-1911 Eduard Kessler (Olten)
-1911-1912 Johann Näher (Bienne)
-1912-1916 Fritz Studer (Winterthour)
-1916-1918 Emil Klöti (Zurich)
-1918-1918 Jakob Gschwend (Zurich)
-1919-1919 Gustav Müller (Berne)
-1919-1935 Ernst Reinhard (Berne)
-1935-1952 Hans Oprecht (Zurich)
-1952-1962 Walther Bringolf (Schaffhouse)
-1962-1970 Fritz Grütter (Berne)
-1970-1975 Arthur Schmid Jr. (Aarau)
-1975-1990 Helmut Hubacher (Bâle)
-1990-1997 Peter Bodenmann (Brigue)
-1997-2000 Ursula Koch (Zurich)
-2000-2004 Christiane Brunner (Genève)
-2004-2008 Hans-Jürg Fehr (Schaffhouse)

Présidents du groupe parlementaire

-1919-1925 Ernest-Paul Graber (Neuchâtel)
-1925-1936 Arthur Schmid Sr. (Argovie)
-1936-1945 Robert Grimm (Berne)
-1945-1953 Walther Bringolf (Schaffhouse)
-1953-1957 Fritz Grütter (Berne)
-1957-1955 Matthias Eggenberger (Saint-Gall)
-1966-1969 Pierre Graber (Vaud)
-1969-1971 Edmund Wyss (Bâle-Ville)
-1971-1972 Anton Muheim (Lucerne)
-1972-1978 Richard Müller (Berne)
-1978-1980 Heinz Bratschi (Berne)
-1980-1981 René Felber (Neuchâtel)
-1981-1983 Félicien Morel (Fribourg)
-1983-1987 Dario Robbiani (Tessin)
-1987-1995 Ursula Mauch (Argovie)
-1995-1999 Ursula Hafner (Schaffhouse)
-1999-2002 Franco Cavalli (Tessin)
-2002-2006 Hildegard Fässler (Saint-Gall)
-2006-....... Ursula Wyss (Berne)

Conseillers fédéraux

-1943-1951 Ernst Nobs
-1951-1953 Max Weber
-1959-1969 Willy Spühler
-1959-1973 Hans Peter Tschudi
-1969-1977 Pierre Graber
-1973-1983 Willi Ritschard
-1977-1987 Pierre Aubert
-1987-1993 René Felber
-1983-1995 Otto Stich
-1993-2002 Ruth Dreifuss
-1995-....... Moritz Leuenberger
-2003-....... Micheline Calmy-Rey ==
Sujets connexes
Aarau   Allemand   Alpes   Années 1930   Armée suisse   Assurance-invalidité   Assurance-vieillesse et survivants   Berne   Bienne   Brigue   Bâle   Canton de Berne   Canton de Fribourg   Canton de Genève   Canton de Lucerne   Canton de Neuchâtel   Canton de Saint-Gall   Canton de Schaffhouse   Canton de Vaud   Canton de Zurich   Cantons suisses   Christiane Brunner   Communauté économique européenne   Conseil fédéral (Suisse)   Conseil national (Suisse)   Drogue   Ernst Nobs   Espace économique européen   Formule magique (Suisse)   Francis Matthey   Fusillade du 9 novembre 1932   Fédération socialiste suisse   Gauche (politique)   Genève   Grand Conseil (Suisse)   Grève générale de 1918 en Suisse   Hans-Jürg Fehr   Hans Peter Tschudi   Initiative populaire   Internationale socialiste   Italien   Jeunesse socialiste suisse   Lucerne   Lugano   Léon Nicole   Maria Roth-Bernasconi   Marxisme   Max Weber (homme politique)   Micheline Calmy-Rey   Monopole   Moritz Leuenberger   Neuchâtel   Noir   Olten   Otto Stich   Pacte Molotov-Ribbentrop   Parti démocrate-chrétien (Suisse)   Parti politique   Parti radical-démocratique   Parti socialiste européen   Parti suisse du Travail   Pierre-Yves Maillard   Pierre Aubert   Pierre Graber   René Felber   Romanche   Rose (couleur)   Rouge   Ruth Dreifuss   Saint-Gall   Schaffhouse   Socialisme   Soleure   Suffrage féminin en Suisse   Suisse   Suisse romande   Ulrich Wille   Union syndicale suisse   Walther Bringolf   Willi Ritschard   Willy Spühler   Winterthour   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^