Wilfrid Laurier

Infos
Sir & Lady Laurier, en 1907 Le très honorable sir Wilfrid Laurier, C.P., C.R., G.C.M.G., B.C.L., D.C.L., LL.D., Litt.D. (né le 20 novembre 1841 et mort le 17 février 1919), était le septième Premier ministre du Canada, poste qu'il occupa du 11 juillet 1896 au 7 octobre 1911. Il a été le premier Canadien-français à accéder au poste de Premier ministre. Né à Saint-Lin, Canada-Est (qui deviendrait plus tard la province du Québec), il fit ses études à l’Universit
Wilfrid Laurier

Sir & Lady Laurier, en 1907 Le très honorable sir Wilfrid Laurier, C.P., C.R., G.C.M.G., B.C.L., D.C.L., LL.D., Litt.D. (né le 20 novembre 1841 et mort le 17 février 1919), était le septième Premier ministre du Canada, poste qu'il occupa du 11 juillet 1896 au 7 octobre 1911. Il a été le premier Canadien-français à accéder au poste de Premier ministre. Né à Saint-Lin, Canada-Est (qui deviendrait plus tard la province du Québec), il fit ses études à l’Université McGill, finissant avec un baccalauréat en droit civil en 1866. En 1868, il épousa Zoé Lafontaine (1841 à 1921). Souvent considéré comme l'un des grands hommes d'état canadiens, Laurier était bien connu pour ses politiques de réconciliation, de bâtisseur du pays, et de compromis entre francophones et anglophones du Canada. Il défendait un partenariat français-britannique au Canada.

Début de sa carrière en Canada

Joseph Henri Charles Wilfrid Laurier naît le 20 novembre 1841, dans une petite maison en bois rond, à Saint-Lin des Laurentides. Son père, Carolus Laurier, fait partie de la minorité de la population qui sait lire, écrire, compter et parler anglais. Sa mère, Marcelle Laurier, va mourir lorsque le jeune Wilfrid n'a que 6 ans. Pour Carolus, l'éducation est une priorité. Il s'endettera donc pour que son fils ait une éducation. Il fait ses études primaires à Saint-Lin, et ses études classiques à Joliette. À l'école, le jeune Wilfrid se montre un élève fort assidu, à la santé fortement chancelante, mais d'une intelligence remarquable. Dès 10 ans, il prend déjà le parti des réformistes de Lafontaine et de Baldwin. Après avoir obtenu son baccalauréat ès arts, il part à l'étude du droit à l'université de Montréal. C'est à cette époque qu'il rencontre des membres de l'institut Canadien, un groupe politique libéral. Il côtoie Antoine-Aimé Dorion. C'est donc Dorion qui prendra le jeune Laurier sous son aile. Laurier réussira ses études de droit avec plusieurs mentions d'honneur, mais sa santé est toujours aussi mauvaise, souffrant de bronchite chronique. Chaque hiver sera, pour Wilfrid, une épreuve. En 1864, une coalition politique se forme entre les conservateurs Québécois et Ontariens, et les libéraux Ontariens. Germe ensuite le projet de confédération. Laurier se battra, comme tous les rouges, contre l'union. Mais lorsque la confédération est proclamée, Wilfrid se rangera du côté des modérés, et décidera de se battre au sein de la confédération.

Un libéral au Québec

Laurier se présente la première fois dans le comté provincial de Drummond-Arthabaska, en 1871, où il est élu avec une majorité très fragile. À l'Assemblée législative de Québec, il se montre comme un parlementaire à l'éloquence remarquable. Mais Laurier ne se fait pas d'illusions. Le parti Libéral demeure un parti marginal, sans programme politique concret, critiqué par les élites et le clergé. Laurier décidera donc de se présenter au fédéral, où il croit que les chances de triomphe du libéralisme sont meilleures. Il se présente donc, à l'élection de 1874, dans la même circonscription qu'en 1871, mais au niveau fédéral. Il est élu avec une majorité légèrement meilleure. Laurier devient le bras droit des membres québécois du cabinet. Le premier ministre le voulant au conseil des ministres, il le nomme ministre du revenu en 1877, poste qu'il conservera jusqu'à la défaite des Libéraux en 1878. Après cette défaite, l'indolence et l'inaction prennent Laurier. Il n'est définitivement pas un politicien d'opposition. Il sera certes un secrétaire parlementaire efficace du chef libéral de l'époque, Edward Blake, mais il n'a pas l'éloquence et la fougue que l'on lui connaîtra lorsqu'il sera premier ministre. En 1887, Blake démissionne. Un nouveau chef doit être choisi. Aussi incroyable que cela pouvait paraître à l'époque, le caucus libéral choisit un Canadien-Français: Wilfrid Laurier. Laurier commencera par refuser, disant qu'un Canadien-Français ne peut pas remplir une telle fonction, mais face à l'obstination du caucus, il finira par accepter. C'est un chef de l'opposition hors pair. Il attaque sans relâche le gouvernement conservateur, marque des points, fait des gains. Il mènera même les libéraux à la victoire en 1896.

Premier ministre

Statue de Laurier sur la Colline du Parlement, à Ottawa (Ontario) Laurier dirigea le Canada durant une période de croissance, d'industrialisation et d'immigrations rapides. Sa longue carrière couvre une période de changement politique et économique majeure. En tant que Premier ministre il contribua grandement à faire entrer le Canada au et à gagner une plus grande autonomie face au Royaume-Uni. Une des premières actions de Laurier en tant que Premier ministre fut de trouver une solution à la question des écoles catholiques de langue française au Manitoba, question qui avait causé la chute du gouvernement de Charles Tupper plus tôt en 1896. Son compromis, appelé le Compromis Laurier-Greenway, décréta que les francophones catholiques au Manitoba pourraient bénéficier d'une éducation catholique s'il y avait assez d'élèves pour le justifier, chaque école étant jugée au cas par cas. Ceci était vu par plusieurs comme étant la meilleure solution possible compte tenu des circonstances, satisfaisant à la fois les francophones et les anglophones. Cependant, en pratique, dans la majorité des cas, le nombre d'élèves francophones était toujours inférieur à celui des anglophones, ce qui poussa Laurier à créer des écoles francophones du soir, tandis que dans les écoles à majorité anglophone, il fut possible pour les Canadiens français d'obtenir une demi-heure d'enseignement religieux à la fin des classes. Ce compromis fut, en général, très mal accepté, tant dans le Canada-Anglais que Français. Les anglophones jugeant que ce compromis était une atteinte à l'autonomie des provinces, et les francophones, le jugeant insuffisamment favorable aux francophones. Ceci n'est qu'un exemple dans le dialogue de sourds qui fut entretenu entre anglophones et francophones pendant le règne de Laurier, et même bien après, toute action gouvernementale étant jugée trop favorable à l'un des deux groupes ethniques. En 1899, le Royaume-Uni s'attendait à un appui militaire de la part du Canada, en tant que membre de l'Empire britannique, durant la guerre des Boers. Laurier était pris entre les Canadiens britanniques, impérialistes, qui appuyaient fortement une action militaire aux côtés de l'Empire, et les Canadiens français, isolationistes tout comme les États-Unis, qui s'y opposaient tout aussi fortement. Ces derniers voyaient la guerre des Boers comme un rappel de leur défaite dans la Guerre de Sept Ans. Henri Bourassa était particulièrement féroce dans son opposition. Laurier opta finalement pour l'envoi d'une force militaire composée de volontaires, au lieu des milices attendues par les Britanniques, mais Bourassa le dénonça quand même. En 1905, Laurier présida à l'entrée de l'Alberta et de la Saskatchewan au sein de la Confédération, les deux dernières provinces à être créées à partir des Territoires du Nord-Ouest. Alors que Laurier est premier ministre, il visite un collège classique des Cantons-de-l'Est, où il est invité à discuter avec des étudiants. L'un de ces étudiants, c'est Louis Saint-Laurent, futur premier ministre du Canada. Devant cet auditoire qui boit les paroles de l'auguste premier ministre, il prononcera une phrase demeurée célèbre : Je rêve d'un pays où les deux races fondatrices seraient égales l'une l'autre, un pays où les frontières linguistiques et confessionnelles seraient abolies, une nation grande, digne et responsable, où francophones et anglophones y cohabiteraient en paix.

Marine Royale Canadienne

La compétition navale entre le Royaume-Uni et l'Empire germanique s'amplifia dans les premières années du . Les Britanniques demandèrent au Canada plus d'argent et de ressources pour construire des navires, causant une forte division politique au Canada : les impérialistes voulaient envoyer le plus possible, les nationalistes voulaient ne rien envoyer du tout. Visant le compromis, Laurier proposa un projet de loi, en 1910, pour créer la marine royale canadienne. Cette marine consisterait initialement en une force de cinq croiseurs et six destroyers ; en temps de crise, elle pourrait être mise directement sous commande impériale. Cette idée fut grandement louée à la Conférence Impériale sur la Défence à Londres, mais fut très impopulaire au Canada et contribua grandement à la défaite électorale de Laurier en 1911. Robert Borden, en 1912, décidera de continuer la création de la marine royale canadienne, où Laurier l'avait laissée.

Réciprocité et défaite

Une autre controverse émergea due à l'appui de Laurier à la réciprocité commerciale avec les États-Unis. Le Parti conservateur s'y opposait, de même que les hommes d'affaires libéraux ; les agriculteurs, eux, appuyaient fortement l'idée. Ce fut la deuxième controverse à sceller le destin de Laurier : l'élection de 1911 portait principalement sur la réciprocité, et se termina par une victoire des conservateurs de Robert Laird Borden. À ce moment-là, les Canadiens français pensaient qu'il était un traître vendu aux Britanniques, tandis que les Canadiens britanniques pensaient qu'il était un homme capable de compromis. Laurier dut donc se résigner à la défaite, le 7 octobre 1911. Mais cette défaite ne fut guère synonyme de repos pour Laurier. Au contraire, comme il le dit lui-même dans une lettre à son député Ernest Lapointe dans les jours qui suivirent la défaite : Je veux une autre bataille contre les tories. Laurier ré-organisa donc complètement l'administration du parti, créant un comité central d'organisation, sous la présidence de William Lyon Mackenzie King. Cependant, très peu de choses furent changées au programme libéral de 1896, à forte teinte libérale classique. Seules quelques concessions furent faites aux progressistes ontariens sur la place de l'état dans la société. Malgré ces efforts, Laurier éprouva une difficulté incroyable à maintenir l'unité de son parti. Les Québécois étant un bastion libéral depuis 1887, il n'eut guère d'autre choix que de défendre l'autonomie canadienne au sein de l'Empire britannique, tandis que l'Ontario et l'Ouest considéraient la politique impériale de Borden comme acceptable. Bien qu'il fût le premier Canadien français à accéder au poste de premier ministre Canada, plusieurs Québécois jugeaient ses orientations politiques trop teintées d'impérialisme. Une certaine partie de ses appuis au Québec allèrent donc chez les Conservateurs. En effet, Robert Laird Borden, pour contrer l'influence libérale au Canada français, avait promis une forte représentation francophone dans son cabinet. Plusieurs nationalistes, anti-impérialistes furent nommés ministres, notamment Frédérick D. Monk. D'autres, sur la scène provinciale, comme Israël Tarte et Henri Bourrassa, attaquèrent eux aussi de manière virulente la politique de Laurier. Malgré cela, la crise de la conscription de 1917 allait lui permettre de se réconcilier avec son électorat francophone, 62 des 82 sièges obtenus par les Libéraux aux élections de 1917 étant tenus par des Québécois. Pendant plusieurs décennies, l'impact qu'eut la présence d'un Canadien-Français au poste de premier ministre ( sous la bannière des Libéraux ) fut forte. Ainsi, les Québécois(e)s votèrent fortement pour les Libéraux jusqu'en 1984, sauf une légère exception en 1958. D'ailleurs, dans les années soixante et soixante-dix, le chef du ralliement créditiste, Réal Caouette, déclara à la télévision d'état Les Québécois votent libéral car leurs grands-parents ont serrés la main de Wilfrid Laurier.

Opposition et guerre mondiale

Tombeau de Laurier au cimetière Notre-Dame Laurier mena l'opposition durant la Première Guerre mondiale. Il fut influent dans son opposition à la conscription, ce qui mena à la crise de la conscription de 1917 et la formation du gouvernement unioniste, auquel Laurier refusa de se joindre. Toutefois, plusieurs libéraux, surtout au Canada anglais, se joignirent à Borden en tant que libéraux-unionistes, et les libéraux de Laurier furent réduits à une poignée de députés Canadiens français après l'élection de 1917. Laurier mourut le 17 février 1919, et fut enterré au cimetière Notre-Dame à Ottawa, en Ontario.

Héritage

L'image que Laurier laissera au Québec est paradoxale. Les Québécois lui donneront des majorités parlementaires écrasantes pendant longtemps, et même après sa mort. Mais, méritait-il cette confiance de la part des Québécois ? En effet, Laurier défendra la langue française avec beaucoup moins de fougue que plusieurs de ses prédecesseurs, tant anglophones que francophones, tel Edward Blake, Oliver Mowat, Louis-Hippolyte Lafontaine, Georges-Étienne Cartier, etc... En effet, plusieurs lois progressites à l'égard de la langue française seront refusées, par exemple :
- refus de rendre les monnaies et postes bilingues
- refus d'obliger les haut-gradés militaires à comprendre et parler le français
- refus d'accorder les droits scolaires des minorités francophones hors-Québec Laurier, bien qu'il fût considéré comme Progressite pour son temps, pourrait être considéré comme un conservateur de nos jours. Exemple :
- refus d'accorder le droit de vote aux femmes
- refus de créer les premières assurances sociales ==
Sujets connexes
Alberta   Arthabaska   Avocat (métier)   Canada   Canada-Est   Caucus   Charles Tupper   Colline du Parlement   Confédération canadienne   Conseil de la Reine   Conseil privé de la Reine pour le Canada   Crise de la conscription (1917)   Drummond   Edward Blake   Empire britannique   Ernest Lapointe   Guerre de Sept Ans   Guerre des Boers   Henri Bourassa   Le très honorable   Londres   Louis-Hippolyte Lafontaine   Louis Saint-Laurent   Manitoba   Marine royale canadienne   Oliver Mowat   Ontario   Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges   Ottawa   Parti libéral du Canada   Premier ministre du Canada   Première Guerre mondiale   Québec   Robert Laird Borden   Royaume-Uni   Réal Caouette   Réciprocité   Saint-Lin (Québec)   Saskatchewan   Territoires du Nord-Ouest   Université McGill   William Lyon Mackenzie King  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^