Guillaume Apollinaire

Infos
Guillaume Apollinaire, pseudonyme de Wilhelm Albert Vladimir Apollinaris de Wąż-Kostrowitcky (26 août 1880, Rome – 9 novembre 1918, Paris) est un des principaux poètes d'expression française des premières décennies du , auteur notamment du Pont Mirabeau. Il écrit également des nouvelles et des romans érotiques. Il pratique le calligramme (terme de son invention). Il est le chantre de toutes les avant-gardes artistiques, notamment le cubisme,
Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire, pseudonyme de Wilhelm Albert Vladimir Apollinaris de Wąż-Kostrowitcky (26 août 1880, Rome – 9 novembre 1918, Paris) est un des principaux poètes d'expression française des premières décennies du , auteur notamment du Pont Mirabeau. Il écrit également des nouvelles et des romans érotiques. Il pratique le calligramme (terme de son invention). Il est le chantre de toutes les avant-gardes artistiques, notamment le cubisme, poète et théoricien de l'Esprit nouveau, et précurseur du surréalisme dont il a forgé le nom.

Biographie

Il naît en 1880 à Rome d'une mère issue de la noblesse polonaise, Angelica Kostrowicka, et de père inconnu, peut-être un officier italien. Il arrive en 1887 à Monaco, puis poursuit des études aux lycées de Cannes et de Nice. En 1899, il passe l'été dans la petite bourgade wallonne de Stavelot, un séjour quitté à « la cloche de bois » : ne pouvant payer la note de l'hôtel où Apollinaire réside avec son frère et sa mère, la famille doit quitter la ville en secret et à l'aube. L'épisode wallon féconde durablement son imagination et sa création. Ainsi de cette époque date le souvenir des danses festives de cette contrée (« C'est la maclotte qui sautille ... »), dans Marie, celui des Hautes Fagnes, ainsi que l'emprunt au dialecte wallon. En 1901 et 1902, il est précepteur dans une famille allemande. Il tombe amoureux de la gouvernante anglaise Annie Playden, qui ne cessera de l'éconduire. C'est la période « Rhénane » dont ses recueils portent la trace (La Lorelei, Schinderhannes). Lorsque Annie quitte la famille allemande, il la suit en vain jusqu'en Angleterre. Pour le fuir définitivement, elle part pour l'Amérique en 1904. Le poète célébrera sa relation avec Annie et la douleur de la rupture dans de nombreux poèmes dont Annie et La Chanson du mal-aimé. Entre 1902 et 1907, il travaille pour divers organismes boursiers et commence à publier contes et poèmes dans des revues. En 1907, il rencontre le peintre Marie Laurencin, avec laquelle il entretiendra une relation chaotique et orageuse. Il décide de vivre de sa plume. Il se lie d'amitié avec Picasso (il lui avait d'ailleurs dit : « tu vois, moi aussi je suis peintre » à cause de son travail sur les calligrammes), Derain, Edmond-Marie Poullain , de Vlaminck et le douanier Rousseau, se fait un nom de poète, de journaliste, de conférencier et de critique d'art. En septembre 1911, soupçonné dans le vol de la Joconde au Louvre, il est emprisonné durant une semaine à la prison de la Santé ; cette expérience le marquera. En 1913, il publie Alcools, somme de son travail poétique depuis 1898. Peu avant de s'engager dans l'armée française en décembre 1914, il tombe amoureux de Louise de Coligny-Châtillon, rencontrée à Nice, qu'il surnomme « Lou ». Mais la jeune femme ne l'aimera jamais, ou du moins, pas comme il le voudrait ; bien qu'elle le rejoigne au régiment pendant une semaine (il connaîtra dans ses bras un érotisme violent qui marquera à jamais sa plume), ils rompent en mars 1915. Il part avec le 38 régiment d'artillerie de campagne pour le front de Champagne en avril 1915. Malgré les vicissitudes du front, il écrit dès qu'il le peut pour tenir et rester poète (Case d'Armons, et une abondante correspondance avec Lou, Madeleine et ses nombreux amis dont André Salmon). La guerre est pour lui l'occasion de se déclarer « vrai Français », de servir sa patrie. En 1915, dans un train, il rencontre Madeleine Pagès avec laquelle il se fiancera. Transféré sur sa demande au 96 régiment d'infanterie avec le grade de sous-lieutenant en novembre 1915, il est blessé à la tête par un éclat d'obus le 17 mars 1916, alors qu'il lit le Mercure de France dans sa tranchée. Évacué sur Paris, il est trépané le 10 mai 1916. Après une longue convalescence, il se remet progressivement au travail, fait jouer sa pièce Les Mamelles de Tirésias (sous-titrée drame surréaliste) en juin 1917 et publie Calligrammes en 1918. Il épouse Jacqueline (la « jolie rousse » éponyme du poème) à qui l'on doit de nombreuses publications posthumes. Affaibli par sa blessure, Guillaume Apollinaire meurt le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris alors que, dans les rues, les Parisiens célèbrent la fin de la guerre. Son nom est cité sur les murs du Panthéon de Paris dans la liste des écrivains morts sous les drapeaux pendant la guerre 1914-1918.

Regards sur l'Œuvre

Apollinaire peint en La Muse inspirant le poète d'Henri Rousseau, (1909) Influencé par la poésie symboliste dans sa jeunesse, admiré de son vivant par les jeunes poètes qui formèrent plus tard le noyau du groupe surréaliste (Breton, Aragon, Soupault — il est à noter qu'Apollinaire est l'inventeur du terme « surréalisme »), il révéla très tôt une originalité qui l'affranchit de toute influence d'école et qui fit de lui un des précurseurs de la révolution littéraire de la première moitié du . Apollinaire se caractérise par un jeu subtil entre modernité et tradition, par un renouvellement formel constant (vers libre, monostiche, création lexicale, syncrétisme mythologique), et par une imprégnation de tout ce début de siècle, période de renouveau pour les arts et l'écriture, avec l'émergence du cubisme dans les années 1910, du futurisme italien en 1909 et du dadaïsme en 1916. Apollinaire entretient des liens d'amitié avec nombre d'artistes et les aide dans leur parcours artistique ("la phalange nouvelle").

Bibliographie

Poésie

- Le Bestiaire ou cortège d'Orphée, illustré de gravures par Raoul Dufy, 1911.
- Alcools, recueil de poèmes composés entre 1898 et 1913, Mercure de france, 1913.
- Vitam impendere amori, illustré par André Rouveyre, 1917.
- Calligrammes, poèmes de la paix et de la guerre 1913-1916, 1918.
- Il y a..., 1925.
- Ombre de mon amour, poèmes adressés à Louise de Coligny-Châtillon, 1947.
- Poèmes secrets à Madeleine, 1949.
- Le Guetteur mélancolique, 1952.
- Poèmes à Lou, 1956.
- Soldes, poèmes inédits, 1985
- Et moi aussi je suis peintre, album d'idéogrammes lyriques coloriés, resté à l'état d'épreuve. Les idéogrammes seront insérés dans le recueil Calligrammes.

Romans, contes

- Mirely ou le Petit Trou pas cher, roman érotique écrit sous pseudonyme pour un libraire de la rue Saint-Roch à Paris, 1900.
- Les Onze Mille Verges ou les amours d'un hospodar, 1907, Pour une réédition ultérieure, Louis Aragon a écrit une préface qu'il n'a pas signée. Pierre Daix « La Vie quotidienne des surréalistes ». roman pornographique publié sous le manteau.
- L'Enchanteur pourrissant, illustré de gravures d'André Derain, 1909
- L'Hérésiarque et Cie, contes, 1910.
- Les Exploits d'un jeune Don Juan, roman érotique, 1911.
- La Rome des Borgia, 1913.
- La Fin de Babylone - L'Histoire romanesque 1/3, 1914.
- Les Trois Don Juan - L'Histoire romanesque 2/3, 1915.
- Le Poète assassiné, contes, 1916.
- La Femme assise, Gallimard, 1920.
- Les Épingles, contes, 1928.
- Que faire ?, roman-feuilleton, 1950.

Ouvrages critiques et chroniques

- La Phalange nouvelle, conférence, 1909.
- L'Œuvre du Marquis de Sade, 1909.
- Les Poèmes de l'année, conférence, 1909.
- Les Poètes d'aujourd'hui, conférence, 1909.
- Le Théâtre italien, encyclopédie littéraire illustrée, 1910
- Pages d'histoire, chronique des grands siècles de France, chronique historique, 1912
- La Peinture moderne, 1913.
- Les Peintres cubistes, Méditations esthétiques, 1913.
- L'Antitradition futuriste, manifeste synthèse 1913.
- Le Flâneur des deux rives, chroniques, éditions de la Sirène, 1918.
- La Poésie symboliste, 1919.
- Anecdotiques, recueil des chroniques du Mercure de France publiées entre 1911 et 1918.
- Contemporains pittoresques, recueil d'articles publiés dans le "Mercure de France", 1928.
- L'Esprit nouveau et les Poètes, article publié dans le Mercure de France, 1946.
- Textes inédits, 1952.
- Chroniques d'art 1902-1918, 1960.
- Petites merveilles du quotidien textes retrouvés, Fata Morgana, 1979.
- Petites flaneries d'art textes retrouvés, Fata Morgana, 1980.

Théâtre, cinéma

- Les Mamelles de Tirésias, drame surréaliste en deux actes et un prologue, 1917.
- La Bréhatine, scénario de cinéma coécrit avec André Billy), 1917.Publié dans l'« Anthologie du cinéma invisible » de Christian Janicot, éd. Jean-Michel Place/Arte, Paris 1995.
- Couleurs du temps, 1918, réédition 1949
- Casanova, comédie parodique, 1952.

Correspondance

- Lettres à sa marraine 1915–1918, 1948.
- Tendre comme le souvenir, lettres à Madeleine Pagès, 1952.
- Lettres à Lou, édition de Michel Décaudin, Gallimard, 1969.
- Lettres à Madeleine. Tendre comme le souvenir, édition revue et augmentée par Laurence Campa, Gallimard, 2005.

Journal

- Journal intime (1898-1918), édition de Michel Décaudin, fac-similé d'un cahier inédit d'Apollinaire, 1991. ==
Sujets connexes
Alcools   André Billy   André Breton   André Derain   Années 1910   Calligramme   Calligrammes   Cimetière du Père-Lachaise   Cubisme   Dadaïsme   Edmond-Marie Poullain   France   Futurisme   Hautes Fagnes   Henri Rousseau   Le Poète assassiné   Les Exploits d'un jeune Don Juan   Les Mamelles de Tirésias   Les Onze Mille Verges   Louis Aragon   Marie Laurencin   Maurice de Vlaminck   Mercure de France   Pablo Picasso   Panthéon de Paris   Paris   Philippe Soupault   Poète   Prison de la Santé   Raoul Dufy   Rome   Stavelot   Surréalisme   Szlachta   Wallon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^