Iolo Morganwg

Infos
Iolo Morganwg était le nom bardique de Edward Williams (Llancarfan, Glamorgan, Pays de Galles, 1747-1826). Son nom gallois signifie « Ned de Glamorgan ». Ayant été initié comme franc-maçon, il créa le rituel et la philosophie néo-druidique moderne. Il créa la première Gorsedd, Gorsedd Beirdd Ynys Prydain (Collège des Bardes de l'Île de Bretagne), au cours d'une cérémonie en 1792 sur la colline de Primrose à Londres. Il déclara que la tradition drui
Iolo Morganwg

Iolo Morganwg était le nom bardique de Edward Williams (Llancarfan, Glamorgan, Pays de Galles, 1747-1826). Son nom gallois signifie « Ned de Glamorgan ». Ayant été initié comme franc-maçon, il créa le rituel et la philosophie néo-druidique moderne. Il créa la première Gorsedd, Gorsedd Beirdd Ynys Prydain (Collège des Bardes de l'Île de Bretagne), au cours d'une cérémonie en 1792 sur la colline de Primrose à Londres. Il déclara que la tradition druidique demeurait intacte malgré la conquête romaine, la chrétienté et la persécution des tenants de la religion druidique sous Élisabeth I d'Angleterre. Le néo-druidisme de Iolo est la fusion entre des éléments du Christianisme, des influences arthuriennes, du proto-romantisme comparable à celui de William Blake et des éléments du monde celte. Il est l'auteur du « Druid's Prayer » (La prière du Druide) qui est un des éléments importants des rituels d'une Gorsedd. Ces rituels sont à la base de ceux de la Gorsedd des Druides, Bardes et Ovates de Bretagne créée de l'autre côté de la Manche à la suite de l'eisteddfod de Cardiff en 1899. Auparavant il y avait eu une première visite de Théodore Hersart de la Villemarqué à la tenue de la Gorsedd galloise d'Abergawenny en 1838. Sa métaphysique est celle de la théorie des « cercles concentriques » qui vont de l'outre-monde (Annwn) à Abred, Ceugant et Gwynfyd (la pureté ou le paradis).

Faussaire littéraire

Un de ses écrits est « Cyfrinach Beirdd Ynys Prydain » (1829: Mystère des poètes de l'île de Bretagne). Comme une grande partie de ses écrits, il est attribué par Iolo aux bardes gallois du moyen âge, mais c'est Iolo lui-même qui l'a fausifié. De plus il fausifie des contes nombreux et des triades mnemoniques. Il fausifiait de même des vers attribués par lui au barde renommé Dafydd ap Gwilym. Pour longtemps ces fausifications nombreuses, publiées dans des livres comme le troisième tome du > (1807) et les > (1848) faisaient égarer les érudits. On a dut attendre jusqu'au plein avant de retrouver le vrai chemin dans les études littéraires galloises, grâce surtout à G. J. Williams (1892-1963) qui publie son (éditions Gallimard, coll. L'aube des peuples) En anglais:
-Prys Morgan, > (Writers of Wales, Cardiff, 1975) En gallois:
-G. J. Williams,
Sujets connexes
Cywydd   Dafydd ap Gwilym   Glamorgan   Hu Gadarn   La prière du Druide   Llancarfan   Londres   Légende arthurienne   Néo-druidisme   Pays de Galles   William Blake  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^