Louis Mandrin

Infos
Mandrin, gravure d'époque le Capitaine Mandrin, couverture Louis Mandrin, né le 11 février 1725 à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs et mort le 26 mai 1755 à Valence est un célèbre « brigand » dauphinois de l'Ancien Régime.
Louis Mandrin

Mandrin, gravure d'époque le Capitaine Mandrin, couverture Louis Mandrin, né le 11 février 1725 à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs et mort le 26 mai 1755 à Valence est un célèbre « brigand » dauphinois de l'Ancien Régime.

Biographie

Fils de François-Antoine Mandrin, négociant marchand de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, et aîné de neuf enfants, il devient chef de famille à 17 ans, à la mort de son père. Il est issu d'une famille établie autrefois riche mais sur le déclin. Son premier contact avec la Ferme générale (si on excepte les relations fiscales ordinaires et obligatoires) est en 1748, un contrat pour ravitailler avec "100 mulets moins 3" l'armée de France en Italie. Or, il en perd la plus grande partie dans la traversée des Alpes et à son retour à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs il ne lui reste que 17 bêtes dans un état déplorable, la Ferme générale refuse de le payer. Le 27 juillet 1753, suite à une rixe mortelle, Louis Mandrin et son ami Benoît Brissaud sont condamnés à mort. Mandrin est en fuite, mais Brissaud est pendu sur la place du Breuil, à Grenoble. Le même jour Pierre Mandrin, son frère, est pendu pour faux-monnayage. Il déclare alors la guerre aux collecteurs de taxe de la Ferme générale. Les fermiers généraux sont alors honnis par la population. Ils prélèvent les taxes sur les marchandises (la plus connue est la gabelle, la taxe sur le sel, mais d'autres marchandises, comme le tabac sont lourdement taxées). Le système d'affermage de la collecte des taxes entraîne d'énormes abus. Les fermiers généraux accumulent des richesses incroyables en ne reversant au Roi que le montant convenu, parfois le quart des taxes qu'ils prélèvent. Mandrin entre dans une bande qui fait de la contrebande, en particulier de tabac, entre les cantons Suisses, Genève, la France et les États de Savoie, alors souverains. Il en devient vite le chef. Il a 300 personnes sous ses ordres et organise sa bande comme un véritable régiment militaire. C'est en Savoie (duché faisant partie, à l'époque, du Royaume de Sardaigne) qu'il a ses dépôts d'armes et de marchandises, se pensant ainsi hors d'atteinte des Français. Dans l'année 1754 il organise six campagnes. Ne s'attaquant qu'aux impopulaires fermiers généraux, il reçoit rapidement le soutien de la population. Il achète en Suisse des marchandises (tissus, peaux, tabac, toiles et épices), qu'il vend dans les villes françaises sans qu'elles soient soumises aux taxes des fermiers généraux. La population est enchantée. Bien vite une interdiction est faite d'acheter ses produits de contrebande. Mais à Rodez, il provoque les fermiers généraux en obligeant, sous la menace des armes, leurs propres employés à acheter ses marchandises. La Ferme générale, exaspérée par ce « bandit » qui devient toujours plus populaire, demande le concours de l'armée du Roi pour l'arrêter, dont les chasseurs de Fischer. Mais il parvient encore à se réfugier en Savoie près des deux villes de Pont-de-Beauvoisin. Les fermiers généraux décident alors de pénétrer illégalement dans le territoire du Duché en déguisant 500 hommes en paysans. Ils arrêtent Mandrin au château de Rochefort-en-Novalaise grâce à la trahison de deux des siens. Lorsque le Roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne apprend cette intrusion sur son territoire, il exige la restitution du prisonnier à Louis XV qui s'exécute. Mais les fermiers généraux, pressés d'en finir avec Mandrin, accélèrent son procès et son exécution. Il est jugé le 24 mai 1755, puis roué vif à Valence le 26 mai, devant 6000 curieux, sans que le supplice ne lui arrache un cri. Au bout de 8 minutes, il est étranglé afin d'abréger ses souffrances. L'homme est mort, mais c'est alors le début de la légende du bandit justicier qui a lutté contre l'iniquité des taxes de l'Ancien Régime. Elle est portée dans tout le pays par une chanson, la Complainte de Mandrin, dont on ne connaît pas les auteurs. Très populaire de son vivant, Mandrin demeure, aujourd'hui encore, très célèbre en Dauphiné, Savoie, et dans une moindre mesure dans le reste de la France.

Les six campagnes

Ensemble des expéditions sur les domaines de la ferme de France

La complainte de Mandrin

Ce chant, datant de 1755, est issu de l'opéra de Jean-Philippe Rameau qu'il composa en 1733 : Hippolyte et Aricie. Il a été ensuite repris anonymement en 1755 sous le titre que l'on connaît aujourd'hui. Le texte a également été publié en postface du livre Précis de la vie de Louis Mandrin. Nous étions vingt ou trente, Brigands dans une bande, Tous habillés de blanc, A la mode des... Vous m'entendez ? Tous habillés de blanc A la mode des marchands. La première volerie Que je fis dans ma vie C'est d'avoir goupillé, La bourse d'un... Vous m'entendez ? C'est d'avoir goupillé La bourse d'un curé. J'entrai dedans sa chambre Mon Dieu, qu'elle était grande ! J'y trouvai mille écus, Je mis la main... Vous m'entendez ? J'y trouvai mille écus, Je mis la main dessus. J'entrai dedans une autre, Mon Dieu, qu'elle était haute ! De robes et de manteaux J'en chargeai trois... Vous m'entendez ? De robes et de manteaux, J'en chargeai trois chariots. Je les portai pour vendre A la foire en Hollande. J' les vendis bon marché, Ils n' m'avaient rien... Vous m'entendez ? J' les vendis bon marché, Ils n' m'avaient rien coûté. Ces Messieurs de Grenoble Avec leurs longues robes, Et leurs bonnets carrés, M'eurent bientôt... Vous m'entendez ? Et leurs bonnets carrés M'eurent bientôt jugé. Ils m'ont jugé à pendre, Ah ! c'est dur à entendre ! A pendre et étrangler, Sur la place du... Vous m'entendez ? A pendre et étrangler, Sur la place du Marché. Monté sur la potence Je regardai la France, J'y vis mes compagnons, A l'ombre d'un... Vous m'entendez ? J'y vis mes compagnons, A l'ombre d'un buisson. Compagnons de misère, Allez dire à ma mère, Qu'elle ne me reverra plus, Je suis un enfant... Vous m'entendez ? Qu'elle ne me reverra plus, Je suis un enfant perdu !

Mandrin au musée

-Au Musée dauphinois de Grenoble, une exposition "Louis Mandrin, malfaiteur ou bandit au grand cœur ? " a eu lieu du 13 Mai 2005 au 27 Mars 2006
- certains des objets exposés (supposés être ceux) de Mandrin (pistolet, faux fer à cheval) ont été prêtés par le des 2 villes de Pont-de-Beauvoisin.

Mandrin dans la culture populaire

Mandrin au cinéma

- 1948 :
Mandrin, 1 époque : Le libérateur
réalisé par Claude Dolbert.
- 1948 : Mandrin, 2 époque : La tragédie d'un siècle réalisé par Claude Dolbert.
- 1962 : Mandrin, bandit gentilhomme réalisé par Jean-Paul Le Chanois d'après l'œuvre d'Arthur Bernède.

Mandrin à la télévision

- 1971 : Série télévisée en 6 épisodes : Mandrin, bandit d'honneur

Bières Mandrin

En 2002, le célèbre "brigand" donne son nom à une bière grenobloise aux noix. Aujourd'hui, la propose six bières différentes.

Références

Bibliographie sélective

-Abrégé de la vie de Louis Mandrin : chef des contrebandiers en France, avec le journal de ses excursions et le récit de sa prise et de l'exécution de son jugement à Valence en Dauphiné. – Paris : Éditions Allia, 1991. – 145 p., 22 cm. – ISBN 2-904235-35-3. – La notice bibliographique de la BNF précise : attribué à Claude-Joseph Terrier de Cléron (1697-1765) ou à l'abbé Régley et catalogue cet ouvrage dans un sujet "Ouvrages avant 1800". – Contient un choix de documents.
-Henri Bouchot, Mandrin en Bourgogne, décembre 1754, d'après un mémoire inédit. – Paris : A. Picard, 1881. – In-8°, 32 p.
-Antoine Vernière, Courses de Mandrin dans l'Auvergne, le Velay et le Forez (1754). – Clermont-Ferrand : G. Mont-Louis imprimeur, 1890. – In-8°, 98 p. – Initialement publié dans la ″Revue d'Auvergne″, t. VI, 1889.
-Frantz Funck-Brentano, Mandrin, capitaine général des contrebandiers de France, d'après des documents nouveaux. – Paris : Hachette, 1908. – In-8°, XII-574 p.
-Arthur Bernède, Mandrin. – Paris : Jules Tallandier, coll. « Romans de cape et d'épée. Nouvelle série » n° 16, 1938. – In-16, 255 p. – Réédition, sous le titre « Mandrin : le bandit bien-aimé » : Paris : Tallandier, coll. « Tallandier aventures. Romans de cape et d'épée », 1998. – 298 p., 19 cm. – ISBN 2-235-00873-9.
-Françoise d'Eaubonne, Belle Humeur ou la Véridique Histoire de Mandrin. – Paris : Amiot-Dumont, 1957. – 203 p., 21 cm.
-Georges Bordonove : Mandrin. – Paris : Hachette, 1971. – 255 p., 19 cm.
-Arthur Bernède, Mandrin, le bandit bien-aimé, un héros populaire au temps de Louis XV, 1754-1755. – Paris : L. Rombaldi, 1972. – 367 p., 21 cm. – En appendice, choix de textes de divers auteurs, par Bruno Tavernier. – .
-Erwan Bergot, Mandrin ou la Fausse Légende. – Paris : Éditions France-Empire, 1972. – 315 p., 19 cm.
-Marguerite Segard-Ilieff, Mandrin à Rodez. – Rodez : Subervie, 1976. – 193 p.- f. de pl., 19 cm.
-Chantal Villepontoux-Chastel, Belle humeur : mémoires de Louis Mandrin, capitaine général des contrebandiers de France. – Paris : Londreys, coll. « Alizés », 1988. – 314 p., 24 cm. – ISBN 2-904184-72-4.
-Guy Peillon, le Jugement de Mandrin à travers l'histoire. – Lyon : M. Chomarat, 1998. – 175 p., 22 cm. – ISBN 2-908185-38-5.
-Marie Brantôme, Mandrin, bandit des Lumières. – Paris : Flammarion, 1999. – 350 p., 24 cm. – ISBN 2-08-067779-9.
-Philippe Bonifay (scénario) et Fabien Lacaf (dessins), Mandrin. – Grenoble : Glénat, 2005. – 42 p., 30 cm. – ISBN 2-7234-5092-9. – .
-Marie-Hélène Rumeau-Dieudonné, Mandrin : brigand ou héros ?. – Veurey : Éditions le Dauphiné libéré, coll. « Patrimoines », 2005. – 51 p., 21 cm. – ISBN 2-911739-72-8.
-Louis Mandrin, malfaiteur ou bandit au grand cœur ? : exposition, Musée dauphinois, Grenoble, 12 mai 2005-27 mars 2006, catalogue coordonné par Valérie Huss. – Grenoble : Conseil général de l'Isère, 2005. – 144 p., 25 cm. – ISBN 2-905375-74-4.
-Guy Peillon, Sur les traces de Louis Mandrin. – Lyon : Bellier, 2005. – 351 p., 21 cm. – ISBN 2-84631-129-3.
-Corinne Townley, la Véritable Histoire de Mandrin (avant-propos de Jean Nicolas ; préface de Jean-Pierre Vial). – Montmélian : la Fontaine de Siloé, coll. « Archives de Savoie », 2005. – 374 p.- p. de pl., 23 cm. – ISBN 2-84206-294-9.
- Études drômoises - la revue du patrimoine de la Drôme - n° 23 - octobre 2005 ===
Sujets connexes
Ancien Régime   Arthur Bernède   Bande dessinée   Bibliothèque nationale de France   Charles-Emmanuel III de Sardaigne   Clermont-Ferrand   Contrebande   Dauphiné   Faux-monnayage   Ferme générale   Françoise d'Eaubonne   Genève   Georges Bordonove   Grenoble   Hachette Livre   Hippolyte et Aricie   Jean-Paul Le Chanois   Jean-Philippe Rameau   Le Pont-de-Beauvoisin   Lyon   Mandrin, bandit gentilhomme   Mandrin (feuilleton télévisé)   Montmélian   Musée dauphinois   Paris   Rochefort (Savoie)   Rodez   Roue (supplice)   Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs   Savoie   Tabac   Valence (Drôme)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^