Glissement de terrain

Infos
Un glissement de terrain est un phénomène géologique où une masse de terre descend une pente, autrement dit un plan de glissement plus ou moins continu, plus ou moins plan ou incurvé. Après la mise en mouvement la masse conserve globalement sa consistance et sa physionomie. Elle est donc toujours reconnaissable, ce qui permet de différencier les glissements de terrain des coulées de boue qui n'ont pas de forme propre. Lave torrentielle à Brienz en 2005 Glissement de ter
Glissement de terrain

Un glissement de terrain est un phénomène géologique où une masse de terre descend une pente, autrement dit un plan de glissement plus ou moins continu, plus ou moins plan ou incurvé. Après la mise en mouvement la masse conserve globalement sa consistance et sa physionomie. Elle est donc toujours reconnaissable, ce qui permet de différencier les glissements de terrain des coulées de boue qui n'ont pas de forme propre. Lave torrentielle à Brienz en 2005 Glissement de terrain, Bergsturz, Morignone Glissement de terrain ayant emporté des pans de route (depuis définitivement fermée), près Castleton, au Royaume-Uni Les glissements de terrain ne sont qu'un type de mouvement gravitaire (ou mouvement de masse), pourtant, par analogie avec certains auteurs anglophones (landslide en anglais), parfois on utilise improprement le terme « glissement de terrain » pour désigner tout mouvement gravitaire. Les facteurs :
- une diminution des résistances du sol ; le cas le plus fréquent est la diminution de l'angle de frottement interne des argiles sous l'effet de l'eau. Dans quelques rares cas, cette dernière est vaporisée (du fait des énergies libérées par les très grandes masses en jeu), son effet est alors multiplié (avéré à l'éboulement du Granier de 1248).
- une augmentation des charges en amont, comme la construction d'un ouvrage,
- une diminution des appuis en pied de pente, comme un terrassement mal pensé et trop raide, ou à une échelle différente le retrait d'un glacier,
- plus rarement, un facteur déclenchant peut intervenir telle qu'une vibration de machine, une explosion ou un séisme (à noter que les séismes peuvent être des facteurs indirects, en réorganisant les écoulements d'eau souterrains). Ce phénomène n'est pas à confondre avec :
- les chutes de roches cohérentes, qui sont appelées « éboulements rocheux » ;
- les effondrements et affaissements, dont le mouvement global n'est pas conforme à la pente, et qui sont causés par des ruptures de cavités souterraines ;
- les phénomènes de retrait/gonflement de certaines argiles sous l'effet des variations d'humidité, où le mouvement n'est pas non plus conforme à la pente, et est réversible et non gravitaire ;
- les phénomènes volcaniques, où les mouvements concernent de la lave liquide et non des sols ;
- les avalanches bien sûr qui concernent la neige et non les sols, bien que le terme avalanche de roche existe également. Les phénomènes d'érosions sous l'effet des eaux météoriques (ravinements) sont parfois difficiles à différencier des glissements superficiels évoluant en coulées de boue ; le critère de différentiation porte sur l'existence d'un mouvement du sol significatif avant la phase de liquéfaction en coulée boueuse.

Exemples de glissement de terrain

- 563 ou 564 : éboulement du Tauredunum, dans le diocèse du Valais, en Suisse - son emplacement précis n'a pas été élucidé, mais des campagnes de géophysique dans le Léman ont récemment accrédité son existence, le situant plus probablement en vallée du Rhône.
- 24 novembre 1248 : éboulement d'une tranche de la face nord du Granier, en Savoie (entre 1 000 et 5 000 morts), formant les vignobles vallonnés des Abymes,
- Le 26 avril 1908, un glissement survenu sur les rives argileuses de la rivière du Lièvre, dans le village de Notre-Dame-de-la-Salette fait trente trois victimes. Deux jours plus tard, lors des funérailles de 19 victimes, 18 cadavres manquent toujours à l'appel. On peut retrouver dans les éditions des 27, 28, 29 et 30 avril 1908 du journal La Patrie disponibles sur le site des Archives Nationales du Québec, une série de reportages, comprenant des photographies et des croquis de cet événement..
-Le 16 avril 1970, un sanatorium du plateau d'Assy fut englouti par une coulée de boue meurtrière
- Le 5 mai 1971, le village de St-Jean-Vianney au Québec est emporté dans la boue de la rivière Saguenay.
- Dans la nuit du 7 au 8 janvier 1994, le glissement de terrain de La Salle-en-Beaumont dans l'Isère (France) emporte un million de mètres cubes en quelques minutes et fait quatre victimes,
- Depuis les années 1980, les Ruines de Séchilienne descendent lentement vers la Romanche, en Isère, faisant craindre un éboulement catastrophique,
- 17 février 2006, Philippines : une coulée de boue traverse un village en faisant plus de 300 morts et 1500 disparus dans l'est du pays.

Prévention

1/ Le drainage : vise à limiter les infiltrations d'eau dans le sol. 2/ La végétalisation : les plantes, et notamment les racines, permettent de stabiliser le sol

Voir aussi

- Risques naturels — Catastrophe
- Forêt de protection — Akira Miyawaki ==
Sujets connexes
Abymes   Akira Miyawaki   Argile   Avalanche   Brienz (Berne)   Catastrophe   Catastrophe du plateau d'Assy   Coulée de boue   Forêt de protection   Glacier   Géophysique   Isère (département)   La Salle-en-Beaumont   Lave   Lave torrentielle   Mont Granier   Neige   Philippines   Ravine   Royaume-Uni   Sol (pédologie)   Suisse   Tauredunum   Vignoble   Volcan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^