Devadâsî

Infos
Les devadâsî - littéralement servante de la divinité - étaient des jeunes filles consacrées au temple dès leur plus jeune âge, elles étaient considérées comme des épouses de la divinité. À l'origine destinées au service de la divinité, elles étaient retirées de leur famille et recevaient une éducation soignée au cours d'une initiation - appelée bottukatal - qui pouvait durer très longtemps et au cours de laquelle elle apprenait, en particulier
Devadâsî

Les devadâsî - littéralement servante de la divinité - étaient des jeunes filles consacrées au temple dès leur plus jeune âge, elles étaient considérées comme des épouses de la divinité. À l'origine destinées au service de la divinité, elles étaient retirées de leur famille et recevaient une éducation soignée au cours d'une initiation - appelée bottukatal - qui pouvait durer très longtemps et au cours de laquelle elle apprenait, en particulier, à maîtriser le bharata natyam, la danse classique du sud de l'Inde, en suivant les enseignements d'un Natuvanar ou maître de danse, ainsi que le kannada, le tamoul, et le sanskrit, la langue des textes sacrés. Certains temples importants, celui de Brihadesvara à Tanjavûr, accueillaient plusieurs centaines de devadâsî qui participaient à leur réputation par la qualité de leur art. Elles n'étaient autorisées à danser devant la divinité qu'après avoir passé la cérémonie de Arangetral à la suite de laquelle elles étaient autorisées à porter un collier d'or et recevaient le titre de Talaikole. Elles étaient classées, traditionnellement, en sept catégories :
- Dattâ : celles qui avaient choisi de se donner au temple,
- Vikritâ : celles qui s'étaient vendues au temple,
- Bhrityâ : celles qui se consacraient au temple à la suite d'un vœu,
- Bhâktâ : celles qui dansaient par dévotion pure (bhakti) à la divinité,
- Hritâ : celles qui, orphelines, étaient confiées au temple,
- Alankarâ : celles qui étaient des courtisanes offertes, avec dot, au temple par un râja,
- Gopikâ : celles qui étaient danseuses par tradition familiale, Les devadâsî jouissaient d'une position avantageuse, elles recevaient une rétribution au cours de leur formation, puis bénéficiaient de certains privilèges. Cependant, au cours du temps, leur statut connut une évolution qui les transforma de servantes de la divinité en servantes des brahmanes, puis, les mœurs se dégradant, en quasi prostituées, ce qui entraîna l'abolition du système des devadâsî par les Britanniques en 1925. Cependant, on estime que 250 000 jeunes filles ont été consacrées aux temples de Yellamma, Hanuman et Khandoba - un aspect de Shiva - dans le Karnataka et le sud du Maharashtra entre l'indépendance de l'Inde et 1982. Le premier sens du mot bayadère, provenant du portugais bailadeira, est synonyme de devadâsî.

Source

Pour aller plus loin : KERSENBOOM S.C., Nityasumangali. Devadasi Tradition in South India, Motilal Banarsidass, Delhi, 1987. « La seule analyse sérieuse de la tradition devadasi du sud de l’Inde » (M.-L. Reiniche) MARGLIN Frederique, Wives of the god king. The rituals of the devadasis of Puri, Oxford University Press, Delhi, 1985. L’une des deux seules analyses sérieuses de la tradition devadasi du sud de l’Inde, d’après M.-L. Reiniche.

Lien externe

-
- Dr Émile Laurent, , Archives d’Anthropologie criminelle (1904). catégorie:Danse de l'IndeCatégorie:Hindouisme da:Bajadere de:Bajadere en:Devadasi fi:Devadasi hi:देवदासी pl:Dewadasi sv:Bajadär
Sujets connexes
Bhakti   Bharata natyam   Brahmane   Karnataka   Maharashtra   Portugais   Râja   Sanskrit   Tamoul   Tanjavûr   Temple de Brihadesvara  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^