Homoparentalité

Infos
L'homoparentalité désigne le lien de droit ou de fait qui lie un enfant ou des enfants à un couple d'homosexuels. Forcément différente des nombreuses autres constructions familiales, l'homoparentalité partage tout de même des points communs :
- parentalité pour une définition de la « parentalité » : , Dr Daniel Rousseau sur le site du service de pédopsychiatrie du CHU d'Angers, couple et procréation ne sont pas nécessairement synonymes ;
- coexistence
Homoparentalité

L'homoparentalité désigne le lien de droit ou de fait qui lie un enfant ou des enfants à un couple d'homosexuels. Forcément différente des nombreuses autres constructions familiales, l'homoparentalité partage tout de même des points communs :
- parentalité pour une définition de la « parentalité » : , Dr Daniel Rousseau sur le site du service de pédopsychiatrie du CHU d'Angers, couple et procréation ne sont pas nécessairement synonymes ;
- coexistence des parents sociaux, qui n’ont pas conçu l’enfant mais se conduisent comme des parents, et des parents biologiques ;
- la vie sexuelle ne préjuge pas des compétences parentales. L'homoparentalité soulève de nombreuses questions, notamment dues au regard que porte la société : transparence sur les origines biologiques de l'enfant, coexistence de parents naturels et de parents sociaux et la place de ces derniers ; mais la plupart ne sont pas pour autant spécifiques et traversent également d'autres formes familiales telles que les familles adoptives, famille monoparentales, famille recomposées.

Notions

Même si l'accroissement du nombre de familles monoparentales ou recomposées a fortement changé le schéma classique composé d'un père, d'une mère et des enfants, les familles homoparentales présentent des schémas plus complexes que les familles hétérosexuelles. Rappelons néanmoins que cette conception de la famille, que l'on appelle famille nucléaire, est une conception relativement récente, développée au XIXe siècle dans la société occidentale. On a auparavant, par exemple au moyen âge en occident, un modèle de famille élargie qui comprend aussi les grands parents. En Grèce antique, la famille regroupe aussi les esclaves devant obéir au Pater Familias. Afin d'obtenir une reconnaissance légale des familles homoparentales, les associations devaient d'abord créer (ou reprendre) des notions pour définir l'ensemble des acteurs qui composent la famille et qui profitent également à tous les schémas familiaux contemporains où procréation, parentalité et relation de couple ne se superposent pas nécessairement.
- Coparentalité : projet de parentalité impliquant un homme et une femme, dont l'un au moins est homosexuel, et leurs partenaires éventuels.
- Parent biologique : synonyme de parent génétique.
- Parent légal : parent biologique qui a reconnu l’enfant (qu'il exerce ou non l’autorité parentale) ou parent adoptif.
- Mère pour autrui : femme portant l'enfant d'un homme qui en est le père ; elle peut être la mère biologique de l'enfant ou non.
- Parent social : personne qui se comporte comme parent sans avoir le statut de parent légal. Il peut s’agir selon qu'elle ait participé ou non au projet parental d’un :
- beau-parent : personne se conduisant comme un parent vis-à-vis de l'enfant ;
- co-parent : parent légal dans un projet de coparentalité ou partenaires desdits parents légaux ;
- second parent : partenaire homosexuel qui participe à l'éducation de l'enfant lorsqu’il n’y a qu’un seul parent légal.

Formes

L'homoparentalité, qui implique la présence d’au moins un parent homosexuel, regroupe plusieurs situations familiales différentes et que l'on classe selon l'origine des enfants :

Unions hétérosexuelles antérieures

L’un des parents biologiques de l’enfant vit maintenant avec une personne du même sexe (ou le souhaite). Parfois le partenaire du parent agit comme un parent social, en s’investissant dans l’éducation et les soins portés à l’enfant, qu’il aime indépendamment de la filiation. Se pose alors la question du statut du tiers, du beau-parent, avec lequel les parents légaux pourraient éventuellement partager l’autorité parentale. Cette question se pose aussi chez les couples hétérosexuels même si, dans ce contexte, la reconnaissance de l’enfant peut se faire par grâce à un acte de notoriété au moyen de preuves et témoignages devant un notaire ou le tribunal d’instance (possession d’état) ou bien un jugement, une déclaration devant un officier d'état-civil ou un notaire (acte authentique).

Adoption par une seule personne

Si la personne vit en couple, les enfants ont une filiation légale unique alors qu’ils sont élevés de fait, et souvent voulus, par deux parents. Mais les enfants peuvent être privés des liens qu’ils ont tissés avec la personne qui n’est pas leur parent légal, en cas de décès ou de séparation. On notera que cette situation concerne aussi les concubins hétérosexuels mais ils ont la possibilité de se marier pour adopter à deux. Dans les cas où l'homoparentalité n'est pas reconnue, l'adoption par un seul des membres du couple est parfois possible (c'est le cas en France, où l'adoption par un « célibataire » est possible mais pas par un couple lié par un PACS). Cette solution est toutefois souvent rendue difficile par les services d'adoption pour les personnes affichant leur homosexualité et nécessite, si l'on veut dissimuler son homosexualité, de mentir sur son orientation sexuelle voire de nier l'existence d'un compagnon ou d'une compagne dans le cas d'un célibataire déclaré comme tel (auprès des services des impôts, par exemple) mais vivant, de fait, en couple. Exceptionnellement, l'adoption simple a pu être utilisée en France, afin de créer des liens de filiation entre un enfant et le partenaire de même sexe d'un parent sans mettre fin au lien de parenté légal avec ce parent. L'adoptant exerce alors seul l'autorité parentale. Toutefois un arrêt rendu par la Cour de cassation le 24 février 2006, première chambre civile. modifie l'état de la jurisprudence : il reconnaît pour la première fois à deux femmes qui vivent une relation stable et harmonieuse le droit d'exercer en commun l'autorité parentale sur deux enfants qu'elles élèvent ensemble depuis leur naissance : la mère seule titulaire de l'autorité parentale délègue alors tout ou partie de l'exercice de cette autorité à sa partenaire. Le 20 février 2007, la Cour de Cassation en cassant un arrêt de la cour d'appel de Bourges a rendu impossible l'adoption homoparentale par l'autre conjoint.

Adoption conjointe

Procréation médicalement assistée

La loi française interdit l’insémination avec donneur aux personnes seules ou homosexuelles et interdit le recours à la maternité pour autrui (mère porteuse). Comme dans l’adoption par une seule personne, les enfants n’ont ici qu’un seul parent légal et leurs liens avec le « second parent » ne sont pas protégés, en particulier en cas de séparation, de décès ou d’invalidité.

Projet de coparentalité

Il y a là de deux à quatre personnes autour du berceau de l’enfant : les parents naturels c’est-à-dire une mère lesbienne et/ou un père gay, et leurs éventuels partenaires, ce qui permet la présence conjointe de figures paternelle et maternelle. À la différence des beaux-parents qui arrivent dans un second temps, les partenaires sont des co-parents, car ils sont prêts à s’engager vis-à-vis de l’enfant dès sa conception. Ils assurent le quotidien comme les parents naturels et se sentent des parents à part entière même s’ils n’en ont pas le statut légal.

Pays où l'adoption par deux personnes de même sexe est permise

Actuellement, l'adoption conjointe (y inclus lorsqu'un des partenaires est parent biologique) est autorisée dans les pays et territoires suivants :
- Angleterre et Pays de Galles depuis le 30 décembre 2005, d'après la transposition d'une loi de novembre 2002.
- Australie
- Australie occidentale
- Territoire de la capitale australienne (Canberra)
- Belgique
- Canada
- Colombie-Britannique
- Manitoba
- Nouvelle-Écosse
- Ontario
- Québec
- Saskatchewan
- Terre-Neuve-et-Labrador
- Territoires du Nord-Ouest
- États-Unis
- Californie
- Massachusetts
- New Jersey
- New York
- Nouveau-Mexique
- Ohio
- District de Colombie (Ville de Washington)
- Vermont
- Washington
- Wisconsin
- Espagne
- Pays-Bas
- Suède L'adoption de l'enfant du partenaire de même sexe (création d'une double parentalité légale des deux partenaires) est autorisée (sous des conditions divergentes) dans les pays et territoires suivants :
- Alberta (Canada)
- Allemagne
- Danemark
- Islande
- Israël
- Norvège
- Tasmanie (Australie)

Controverses sur l'homoparentalité

Arguments donnés par les défenseurs de l'homoparentalité

- Égalité de tous devant la loi (égalité des droits). Certains défenseurs de l'égalité des droits considèrent même le refus d'accepter et de reconnaître l'homoparentalité comme une forme d'homophobieDaniel Borrillo (L'Homophobie, PUF, Que-sais-je ? n° 3563, Paris, 2000) pense que le fait de reléguer l'homosexualité dans le domaine de l'intime, du privé, et de réserver la reconnaissance de droits conjugaux et familiaux aux seuls couples hétérosexuels comme de l'"homophobie libérale"(pages 100-104).Didier Eribon (Réflexions sur la question gay, Fayard, Paris, 1999) considère le mariage et le droit comme des moyens d'"instaurer et reproduire la distance infranchissable entre la norme et l'homosexualité." Il ajoute que l'argument comme quoi il faudrait défendre "le-droit-des-enfants-à-avoir-un-père-et-une-mère" comme "ridicule dans le monde contemporain ou tant d'enfants sont élevés par un seul parent - mais aussi par des parents de même sexe". Cet argument exprime selon lui "l'horreur éprouvée par les homophobes de tous horizons politiques ou philosophiques devant ce qu'ils pressentent de la forme d'innovation et d'invention dont est porteuse l'homosexualité." (pages 168 et 180). Voire aussi page 130 : "Il est bien évident qu'il existe un racisme spécifiquement sexuel, qui refuse de considérer l'amour pour le même sexe comme équivalent à l'amour pour l'autre sexe. ce qui est rejeté ou infériorisé, c'est tout simplement "l'amour pour le même". Pour s'opposer au droit au mariage, à l'adoption, à la procréation médicalement assistée ou, plus simplement, à toute forme de reconnaissance juridique des couples de même sexe, il suffit de faire appel à l'idée ou au présupposé qu'il y aurait une supériorité naturelle, biologique, culturelle ou éthique ..
- L'adoption pour les couples homosexuels est un faux débat puisque ceux-ci peuvent déjà adopter de diverses manières (voir ci-dessus). Il s'agit davantage d'accorder les mêmes droits aux enfants issus de couples hétéros ou homos (parentalité, succession...).
- Combler un vide juridique : il existe des familles dont les "parents sociaux" sont un couple homosexuelEntre 15 000 et 20 000 couples en France selon de Patrick Festy de l'Institut national d'études démographiques..
- Aucune étude n'a pu démontrer que les enfants élevés dans des familles monoparentales sont moins heureux que les autres et connaissent des difficultés à s'adapter socialement, ce qui contredit l'argument des opposants à l'homoparentalité, pour qui les enfants auraient besoin d'un père et d'une mère pour se structurer psychologiquement. Soulignons que ces etudes sont extremement parcellaires, faites dans des milieux socialement tres particuliers, n'ont en aucun cas le recul d'une generation au moins pour juger de l'evolution des enfants, et ne sont bien evidemment pas reproductibles.
- . Que les parents sociaux soient les parents biologiques ou non a moins d'influence que les types d'autorités utilisés dans l'éducation (démocratique, autoritaire ou permissif). Nombre de familles dans différentes cultures confient "à vie" leurs enfants à d'autresCf. Mona Étienne, , L'Homme, 1979 ; Françoise Héritier, , L'Homme, 1985 ; Suzanne Lallemand, La Circulation des enfants en société traditionnelle, Prêt, don, échange, Paris, L'Harmattan, 1993 ; Anne Cadoret, Parenté plurielle. Anthropologie du placement familial, Paris, L'Harmattan, 1995.. Precisons cependant qu'en Afrique Noire, les comportements sociaux 'alternatifs' sont en general fermement, et parfois meme violemment, reprimes.
- De même, rien ne montre que les enfants de parents homosexuels deviendraient plus souvent homosexuels que les enfants de parents de sexe différent. Ni même que cela influe sur leur acceptation de l'homosexualité dans leur future vie sociale. Bien des problèmes évoqués sont uniquement liés au caractère "inavouable" du statut de leurs parents face à une société qui serait encore intolérante, toutefois les modèles sociaux de famille évoluent.
- Des problèmes psychologiques peuvent survenir à l'adolescence, mais certains estiment qu'ils ne sont pas différents de ceux vécus par les autres enfants quand s'opère le développement de l'identité personnelle indépendante de celle des parents. , cette phase se passant de façon tout à fait normale par un rejet affiché des parents, et une prise d'autonomie transgressive destinée à tester les degrés de liberté dont les enfants disposent pour former leur propre personnalité de futur adulte. Ces périodes de conflits sont aussi délicates ou difficiles pour l'adolescent de parents homosexuels que pour les enfants de parents hétérosexuels.

Arguments donnés par les opposants à l'homoparentalité

- Pour certains, la société humaine est basée sur la différenciation entre hommes et femmes or un enfant élevé par deux personnes du même sexe n'est pas confronté au quotidien aux deux sexes (la situation est la même dans le cas des familles monoparentales à la différence qu'un parent peut encore se marier et avoir une personne de l'autre sexe).. Dans Le Divin Marché, le philosophe et professeur de science de l'éducation, Dany-Robert Dufour écrit : "Il est clair que la revendication ne tient qu'en oubliant ou en mettant en cause ce détail : la reproduction sexuée.C'est là où le réel de la différence sexuelle revient au galop et rattrape ceux des homosexuels qui voudraient bien l'oublier — pas tous, heureusement, loin s'en faut. Pour faire des enfants, jusqu'à nouvel ordre, il faut qu'il y ait une femme et un homme. On a beau tourner le problème dans tous les sens, on a beau invoquer la croyance démocratique en l'égalité, il est impossible de se passer de cette condition. Faites-les coïter par tous les bouts, vous n'obtiendrez rien. Ce n'est pas donc pas une question de droit, c'est une question de fait : sur ce point, les couples hétéros et les couples homos ne seront jamais égaux. Même dans l'égalité, il y a de l'impossible. La conséquence est imparable : l'enfant que le couple homosexuel ne pourra pas avoir, il devra aller le chercher là où cette condition (l'existence de deux sexes) a été satisfaite. C'est-à-dire, soit sur le Marché, qui propose, en dehors d'un petit marché légal et contrôlé, un grand marché illégal d'enfants de pauvres en vente, pour l'essentiel dans beaucoup de pays du tiers-monde et même européens de l'Est, quand ce n'est pas dans nos pays mêmes. Soit dans des manipulations qui auront fait se rencontrer dans une éprouvette deux cellules ou fragments de cellules sexuelles, mâle et femelle. Or, ces deux procédés possibles sont extrêmement dommageables et, autant le dire, d'un coût social, politique et philosophique exorbitants pour la Cité. » (Denoël, 2007, p. 78-79).
- Confusion entre égalité des droits et droits à l'égalité. Il n'y a pas lieu de parler d'égalité des droits devant une situation d'essence différente étant donné que les couples homosexuels ne peuvent pas avoir d'enfant. Pourquoi "oublier" cette différenciation sexuelle pour donner à l'enfant deux personnes du même sexe ? |Michel Schneider dans Big Mother parle d'autoparentalité et non d'homoparentalité à cet égard. Il écrit : « Ces unions par souci de conformisme social ou de dérision de la famille veulent l'enfant, non comme autre sujet, mais comme prolongement narcissique. Le fait que les composants normaux de la famille telle qu'on l'observe de nos jours en Occident : le père, la mère et les enfants, soient les mêmes que ceux de la famille biologique n'est pas contingent. Il est l'articulation même de la parenté biologique et de la filiation symbolique, le point où la différence des sexes fonde toutes les autres différences dans notre système symbolique. (...) Il n'y a de parenté que de l'autre, parce qu'il n'y a procréation que de la différence. ». Le cinéaste homosexuel Pier Paolo Pasolini écrivait que de tels droits étaient le piège même. |P. Paolo Pasolini écrit dans les Lettres luthériennes p. 232-233: "Or la masse des intellectuels qui vous a emprunté, à travers une marxisation pragmatique d'extrémistes, la lutte pour les droits civiques, en l'exprimant ainsi dans son code progressiste, ou conformiste de gauche, ne fait rien d'autre que le jeu du pouvoir. Plus un intellectuel progressiste est fanatiquement convaincu de la justesse de sa contribution à la réalisation des droits civiques, plus, en substance, il accepte la fonction sociale-démocrate que le pouvoir lui impose, en supprimant toute altérité réelle par la réalisation falsifiée et totalisante des droits civiques. Ce pouvoir s'apprête donc de fait à recruter les intellectuels progressistes comme ses clercs. Et ceux-ci ont déjà donné à ce pouvoir invisible une adhésion invisible, en glissant dans leur poche une invisible carte.".
- Abolition de l'engendrement. Le problème n'est pas que les couples homosexuels feront de mauvais parents. Dire que les homosexuels peuvent élever des enfants ne revient nullement à dire qu'ils sont capables d'en faire. Si un couple stérile peut adopter un enfant, c'est surtout qu'il représente la différenciation sexuelle et qu'il pourrait en avoir un si une déficience physique n'avait pas atteint au moins l'un des deux. Ceci ne vaut pas pour le couple homosexuel puisqu'en l'occurrence, ce n'est pas une déficience qui les affecte, mais le fait qu'ils soient de même sexe — ce qui est une contre-indication majeure pour avoir des enfants dans une espèce sexuée.
- Le mariage et l'homoparentalité n'ont jamais suscité de débats dans les siècles passés de la part des homosexuels. Comme le rappelle Philippe Muray dans l'article « Le mariage transformé par ses célibataires mêmes », les hétérosexuels n'ont jamais eu à se battre pour se marier et avoir des enfants ! Comme l'indique le code civil à l'article 75, le mariage résulte de l'union d'un homme et d'une femme ("Il recevra de chaque partie, l'une après l'autre, la déclaration qu'elles veulent se prendre pour mari et femme".)
- .
- Les personnes contre l'homoparentalité ne denient pas pour la plupart l'amour sincère que peuvent avoir deux personnes de même sexe pour un enfant. Mais un enfant a aussi besoin de repères psychiques et sociaux qui ne lui seraient pas ou moins apportés, selon eux, par un couple homosexuel.
- Les personnes opposées à l'homoparentalité ne sont pas obligatoirement homophobes sinon, par parité et égalité, il faut créer l'hétérophobie. Rappelons que la Commission nationale consultative des droits de l’homme a estimé que le projet de loi anti-homophobe doit être retiré car préjudiciable à la liberté d'expression.http://www.cncdh.fr/article.php3?id_article=154&var_recherche=homophobie "Cette segmentation de la protection des droits de l’homme remet en cause leur universalité et leur indivisibilité. Légiférer afin de protéger une catégorie de personnes, risque de se faire au détriment des autres, et à terme, de porter atteinte à l’égalité des droits. Cette méthode empruntée à la tradition juridique anglo-saxonne, fondée sur le traitement des cas est peu compatible avec le système juridique français, fondé sur la notion de principes. Favoriser ainsi les lois de circonstance ne pourra que réduire finalement les droits et libertés de tous. De plus, s’il est indéniable que l’Etat doit assurer une protection aux personnes vulnérables de la société, il semble que ce principe n’a pas matière à s’appliquer en ce qui concerne l’homophobie. L’affirmation du contraire consisterait à ériger l’orientation sexuelle en composante identitaire au même titre que l’origine ethnique, la nationalité, le genre sexuel, voire la religion, et donc à segmenter la société française en communautés sexuelles, accentuant ainsi l’émergence de tendances communautaristes en France. En outre, il n’est pas démontré que l’orientation sexuelle d’une personne ou d’un groupe d’individus génère une vulnérabilité nécessitant une protection spécifique de l’Etat."
- En 2004, il y avait en France 23 000 couples en attente d’adoptionVoir communiqué du 16 Juin 2004 du Ministère de la Famille sur les orientations de la réforme de l'adoption internationale tandis que 5 fois moins d’enfants étaient en attente d’être adopté (environ 5000). Au lieu d’augmenter encore le nombre de couples attendant d’adopter, la catholique life parade propose une réforme des procédures d’adoption afin que l’ensemble des orphelins puissent trouver rapidement une famille d’accueil.
- Aujourd'hui seuls 13 sur 226 pays cf liste dans cet article ont donné le droit d'adopter aux couples de personnes de même sexe. Néanmoins, ces pays sont de plus en plus nombreux.
- Les études faites sur le sujet ont une faible valeur car elles n'ont pas le recul nécessaire (au moins une génération), concernent un très petit nombre de 'foyers' (non représentatifs statistiquement) et ne sont pas reproductibles.
- Tous les homosexuels ou lesbiennes ne soutiennent pas le mariage gay et l'homoparentalité y voyant un mimétisme envers les hétérosexuels comme le relève le romancier Benoît Duteurtre dans La cité heureuse (Fayard, 2007) Et comme il le disait dans une tribune libre à Libération à propos du mariage gay : http://www.communautarisme.net/Noce-gay-pour-petits-bourgeois_a237.html , mimétisme faisant référence au désir mimétique de l'anthropologue René Girard de la revue Résurrection.
- Ces nouvelles revendications égalitaires font tomber la démocratie dans le démocratisme Jean-Pierre Lebrun, La perversion ordinaire, (Denoël, 2007 : "Par démocratisme, nous désignons la conception de la démocratie qui la résumerait ainsi : chacun peut faire ce qu'il veut, pour autant que cela ne dérange pas l'autre. Une conception qui fait l'impasse sur la reconnaissance de la perte, de la soustraction de jouissance, dans l'institution démocratique. (...) Hommes et femmes peuvent se trouver différemment positionnés par rapport à la différence des places, comme par rapport au Phallus, sans que d'emblée leurs positions respectives n'impliquent une hiérarchie. La confusion consiste à laisser penser que la fin de la hiérarchie comme telle résoudra la question de l'inégalité entre les sexes dans le social. On ne fait rien d'autre ainsi que promouvoir une fois de plus l'idée d'une possible démocratie égalitaire qui ferait l'impasse sur la nécessité de composer autrement qu'hier avec la différence des places — c'est ce que nous avons appelé le démocratisme." Alexis de Tocqueville avait déjà relevé que cette passion d'égalité est préjudiciable à la liberté. Tocqueville, De la démocratie en Amérique : " La passion d’égalité pénètre de toutes parts dans le cœur humain, elle s’y étend, elle le remplit tout entier. Ne dites point aux hommes qu’en se livrant aussi aveuglément à une passion exclusive, ils compromettent leurs intérêts les plus chers ; ils sont sourds. Ne leur montrez pas la liberté qui s’échappe de leurs mains, tandis qu’ils regardent ailleurs ; ils sont aveugles, ou plutôt ils n’aperçoivent dans tout l’univers qu’un seul bien digne d’envie."
- Pour certains penseurs Jean-Claude Michéa, L'empire du moindre mal (Flammarion), Dany-Robert Dufour, On achève bien les hommes (Denoël), Le divin marché (Denoël), Jean-Claude Lebrun, La perversion ordinaire (Denoël), Charles Melman, L'homme sans gravité (Folio essais), Luc Boltanski, Eva Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard."Nous sommes seulement requis à la transgression comme meilleure façon de faire valoir nos intérêts propres." écrit Dany-Robert Dufour dans Le divin marché., ces nouvelles revendications égalitaires font partie plus largement d'une dérégulation néo-libérale, celle-ci ayant intérêt à désymboliser et à faire perdre tout repère à l'être humain afin d'avoir une meilleure emprise sur lui, encourageant son égoïsme si chère à Adam Smith dans son livre majeur "La richesse des nations". Corps sans frontière comme les capitaux. Concomitance entre dérégulation libérale, mouvement de contestation de 1968 et essor des philosophies postmodernes.

Études scientifiques et sociologiques sur l’homoparentalité

De nombreuses études scientifiques et sociologiques ont été réalisées depuis une quinzaine d’années sur l’homoparentalité et le développement de l’enfant élevé par des couples homosexuels (gays ou lesbiens). Les résultats varient selon les études : certaines concluent que les enfants élevés par des couples homosexuels ont plus de chances de développer des troubles psychiques au cours de leur adolescence et que les homosexuels sont moins aptes à élever un enfant que les couples hétérosexuels, d’autres concluent qu’il n’y a pas de différences (au niveau de la qualité de l’éducation donnée et des risques de troubles psychologiques) entre les enfants élevés par des homosexuels et ceux élevés par des hétérosexuels. Les conférences sur l’homoparentalité et les rapports d’études sur le sujet se multiplient depuis quelques années en Europe et en Amérique du Nord. Actuellement, ces conférences et ces travaux tendent majoritairement à confirmer les arguments des défenseurs de l’homoparentalité. Néanmoins, de nombreux doutes subsistent quant à la validité des études réalisées. En particulier, les critiques portent sur les mauvais échantillonnages réalisés (couples choisis pour les études et non sélectionnés aléatoirement, sélection de groupes de contrôle – couples hétérosexuels – inadéquats…) et sur l’absence de suivi des enfants sur la durée (difficultés à suivre le développement de l’enfant de sa naissance ou de son adoption jusqu’à l’âge adulte). De façon générale, la majorité des chercheurs sur le sujet (quels que soient les résultats de leurs études) s’accordent par ailleurs à dire qu’ils n’ont pas encore le recul nécessaire pour avancer des conclusions fiables et certaines. Ces études sont parfois diffusées par des associations pro ou anti-homoparentalité. Dans ces cas-là, il est fréquent que les associations ne citent que les études appuyant leur point de vue. Par exemple, en France, les associations SOS tout-petits ou Life Parade ne jugent comme « sérieuses » que les études étayant leurs arguments. De même, les associations pro-homoparentalité (l’APGL principalement en France) ne citent pratiquement jamais les recherches n’allant pas dans leur sens. Il arrive également que des rapports d’études soient demandés ou réalisés par des associations. C’est le cas par exemple de l’APGL qui cite régulièrement les travaux de sa co-présidente Martine Gross, ingénieur de recherche CNRS-EHESShttp://www.apgl.asso.fr/biblio.htm Bibliographie sur le sujet sur le site de l’APGL, ou bien de l’association espagnole Hazteoir, qui, en collaboration avec d’autres associations anti-homoparentalité, a compilé dans un rapport les études appuyant leurs opinionshttp://www.hazteoir.org/documentos/ce_nest_pas_pareil.pdf Ce n’est pas pareil, un rapport de Monica Fontana et Patricia Martinez. L’accès à des informations neutres et complètes sur le sujet est alors difficile, les associations étant pour le grand public le principal vecteur de diffusion de ces recherches.

Voir aussi

- Mariage homosexuel
- Union civile et Pacte civil de solidarité

Jurisprudence

- Affaire Fretté contre France

Bibliographie

Études et recherches

- Monica Fontana et Patricia Martinez "Ce n'est pas pareil"
- Philippe Muray, Exorcismes spirituels, tomes I, II, III, IV', Les Belles Lettres
- Jean-Pierre Lebrun, Un monde sans limite. Essai pour une clinique psychanalytique du social, Erès, 1997
- Éric Dubreuil, Des parents de même sexe, Odile Jacob, 1998
- Observatoire de l'enfance en France, Les nouvelles familles en France, Hachette, 1998
- Flora Leroy-Forgeot, Les enfants du PaCS, réalités de l'homoparentalité, L'atelier de l'Archer (Diffusion PUF), 1999
- Jean-Pierre Lebrun, Les désarrois nouveaux du sujet : Prolongements théorico-cliniques au monde sans limite, Erès, 2001
- Flora Leroy-Forgeot et Caroline Mécary, Le couple homosexuel et le droit, Odile Jacob, 2001
-Association canadienne pour la santé mentale-Montréal et Alliance de recherche IREF/Relais-Femme, Parentalité gaie et lesbienne : familles en marge ?, Montréal, UQAM, 2001
-Nathalie Ricard, Maternités lesbiennes, Montréal, les Éditions du remue-ménage et IREF, 2001
- Philippe Muray et Elisabeth Lévy, Festivus, festivus, Fayard, 2002.
- Anne Cadoret, Des parents comme les autres : Homosexualité et parenté, Odile Jacob, 2002
-Fiona L. Tasker, Susan Golombok, Grandir dans une famille lesbienne : Quels effets sur le développement de l'enfant ?, ESF, 2002
- Charles Melman, L'homme sans gravité : Jouir à tout prix, Denoël, 2002 (poche Gallimard, 2005)
- Elisabeth Roudinesco, La famille en désordre, Fayard, 2002.
-Stéphane Nadaud, L'homoparentalité : une nouvelle chance pour la famille ?, Fayard, 2002
- Martine Gross, L'homoparentalité, PUF, Que sais-je n°3675, 2003.
- Alain Roy, La filiation homoparentale : Esquisse d’une réforme précipité », Revue "Enfances, Familles, Générations", n°1 "Regards sur les parents d’aujourd’hui", Automne 2004.
- Martine Gross (dir.), Homoparentalités, état des lieux, Erès, 2005 (2nde éd.)
- Tony Anatrella, Le Règne de Narcisse Presses de la renaissance, 2005
- Isabelle Poirot-Mazères, « De la gay pride ... au Palais-Royal. À propos des refus d'agrément à l'adoption opposés aux homosexuels », AJDA 2002 Chroniques p. 401
- Michel Schneider, Big mother : Psychopathologie de la vie politique, Odile Jacob, 2005
- Martine Gross et Mathieu Peyceré, Fonder une famille homoparentale, Ramsay, 2005.
- Xavier Lacroix, La confusion des genres - Réponses à certaines demandes homosexuelles sur le mariage et l'adoption, Bayard, 2005
- Jacques Baudot, Oui chez le Notaire, Non chez le Maire PLI Gerard Louis, 2006
- Edwige Antier, Martine Gross, Deux papas, deux mamans, qu'en penser? Débat sur l'homoparentalité, Calmann-Lévy, 2007
- Michel Schneider, "La confusion des sexes", Café Voltaire/Flammarion, 2007
- Dany-Robert Dufour, Le Divin marché, Denoël, 2007.
- Pier Paolo Pasolini, Lettres luthériennes, Points-Seuil.

Romans et témoignages

- Claire Altman, Deux femmes et un couffin - une histoire d'adoptions homoparentales, Ramsay, 2005
- Myriam Blanc, Et elles eurent beaucoup d’enfants, Histoire d’une famille homoparentale, Le Bec en l'Air, 2005
- Christophe Girard, Père comme les autres, Hachette Littérature, 2006
- Claire Breton, J'ai 2 mamans c'est un secret, Foyer Homos : Des enfants racontent. Leduc.S, 2005
-Le roman de donne un point de vue plus critique d'une certaine vision de l'homoparentalité, dans ce qu'elle aurait de mimétique avec l'hétérosexualité.

Fictions

Des œuvres de fiction ont montré des exemples d'homoparentalité :
- les films Garçon d'honneur et Hush! présentent comment un couple d'homosexuels et une femme célibataire conçoivent ensemble un enfant (involontaire dans le premier).
- dans les deux séries télévisées Queer as Folk, deux lesbiennes élèvent un enfant et découvrent la cohabitation avec le père biologique,
- la série The L Word montre un couple lesbien souhaitant avoir un enfant.
- et même, bien avant, le film La Cage aux folles abordait le sujet de l'homoparentalité. ===
Sujets connexes
Adam Smith   Adoption   Affaire Fretté contre France   Alberta   Alexis de Tocqueville   Allemagne   Angleterre   Association   Australie   Autorité parentale   Belgique   Benoît Duteurtre   Californie   Canada   Canberra   Charles Melman   Christophe Girard   Colombie-Britannique   Coparentalité   Couple   Couple (sociologie)   Cour de cassation (France)   Danemark   Dany-Robert Dufour   Enfant   Espagne   Famille monoparentale   Famille nucléaire   Famille parentale   Famille recomposée   Famille élargie   Filiation   Garçon d'honneur   Homosexualité   Hétérosexualité   Islande   Israël   Jean-Claude Michéa   La Cage aux folles   Life parade   Manitoba   Mariage homosexuel   Massachusetts   Michel Schneider   Mère   New Jersey   New York (État)   Norvège   Nouveau-Mexique   Nouvelle-Écosse   Ohio   Ontario   Orientation sexuelle   Pacte civil de solidarité   Parentalité   Paternité   Pays-Bas   Pays de Galles   Philippe Muray   Pier Paolo Pasolini   Procréation   Queer as Folk   Québec   René Girard   Résurrection (revue)   SOS tout-petits   Saskatchewan   Suède   Tasmanie   Terre-Neuve-et-Labrador   Territoire de la capitale australienne   Territoires du Nord-Ouest   The L Word   Union civile   Vermont   Washington (District de Columbia)   Washington (État)   Wisconsin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^