Chouannerie

Infos
La chouannerie est un soulèvement contre-révolutionnaire qui a embrasé les campagnes d'une douzaine de départements de l'Ouest de la France, en particulier en Bretagne et dans le Maine, sous la Première République, en trois phases, entre le printemps 1794 et 1800Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 217, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy.
Chouannerie

La chouannerie est un soulèvement contre-révolutionnaire qui a embrasé les campagnes d'une douzaine de départements de l'Ouest de la France, en particulier en Bretagne et dans le Maine, sous la Première République, en trois phases, entre le printemps 1794 et 1800Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 217, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy.

Origines

Dès 1791, le rejet de la constitution civile du clergé amène les paysans des environs de Vannes à se soulever pour défendre l'évêque contre les patriotes de Lorient, qui veulent lui imposer le serment. Au printemps suivant, dans les environs de Quimper, un juge de paix soulève plusieurs paroisses contre les administrations locales et au nom du roiAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Durant l'été 1792, des incidents ont lieu dans les districts de Carhaix (Finistère), Lannion, Pontrieux (Côtes-d'Armor), Craon, Château-Gontier et Laval (Mayenne), où les paysans s'opposent à la levée de volontaires. À Saint-Ouen-des-Toits, dans le district de Laval, Jean Cottereau, dit Jean Chouan, ancien faux-saunier, prend la tête des insurgés. Son surnom vient de l'imitation du chat-huant (la chouette hulotte) par les faux-saunier pour se reconnaîtreAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Sa tête étant mise à prix, il tente en vain, en mars 1793, de gagner l’Angleterre. Il est reconnu par l'administration avec son frère comme le chef de la coalition.Il y a à leur tête, écrit le procureur syndic d'Ernée, le 28 avril 1793, deux hommes qui se nomment Cottereau, dit Chouan. Nous avons promis une récompense à qui les arrêtera, mais il faut y aller avec précaution car ces deux individus sont très braves et très déterminés. Si de votre côté vous pouviez vous en saisir, ce serait rendre à la chose public un vrai service En mars 1793, des jeunes gens qui refusent le tirage au sort les rejoignent. Dès le 9 mars, des troubles éclatent en Mayenne, dans le Léon, le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Inférieure, la Vendée et le Maine-et-Loire. Entre les 11 et le 20 mars, les deux tiers de l'Ouest sont touchésAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. L'Ouest est agité par de multiples jacqueries, dans lesquelles la paysannerie exprime de manière brutale sa colère à l'encontre des exigences de l'administration, des prêtres constitutionnels, considérés comme des intrus, la lourdeur des nouveaux impôts, la monnaie papier des assignats et la levée d'hommes, décrétée par la Convention nationale le 24 février 1793. Réprimées par la troupe, ces jacqueries forment une pré-chouannerieAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Il ne s'agit alors que d'une jacquerie. Des bandes de paysans s'attaquent aux patriotes de leurs paroisses, qu'elles désarment et volent, puis envahissent le chef-lieu du district pour délivrer les hypothétiques prisonniers et détruire les listes servant au tirage au sort. Parfois, la fête tourne au massacre, comme à Machecoul ou à La Roche-BernardAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Au contraire de la Vendée, où les succès initiaux des insurgés permettent la constitution d'une zone rebelle, la "Vendée militaire" et d'une armée, ces révoltes sont réprimées par l'armée au nord de la Loire. Dès le 25 mars, des renforts affluent de Normandie et d'Île-de-France. Descendant le long de la Vilaine avec 500 hommes et 2 canons, le général Beysser dégage Redon. Plus au sud, 900 hommes sortis de Vannes reprennent Rochefort-en-TerreAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy.

Histoire

En octobre 1793, le passage de la Loire par l'armée vendéenne, connue sous le nom de "Virée de Galerne", ranime la révolte. Par centaines, les bandes rejoignent les Vendéens, qui marchent vers le nordAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Pour sa part, Jean Chouan rejoint l’armée des Vendéens à Laval ; son intervention contribue à la victoire de cette armée à la bataille de Croix-Bataille. Il participe à la virée de Galerne jusqu’à la sanglante défaite du Mans, le 13 décembre 1793. En novembre et décembre, les administrateurs de Fougères et de Vitré emploient un mot inédit pour désigner les bandes d'insurgés dans leurs rapports : « chouan » ou « chuin », où il remplace peu à peu « brigand »Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Après l'échec devant Granville, ces paysans quittent l'armée royaliste et se cachent dans les forêtsAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218-219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy ; Jean Chouan se replie dans sa forêt de Misedon. Après les massacres du Mans et de Savenay, des Vendéens les rejoignent. Des nobles, déjà présents en mars 1793 ou rentrés, se mettent alors à la tête de ces bandes, ainsi le comte de Puisaye, ancien chef de l'armée fédéraliste de Normandie, réfugié dans la forêt de Pertre, après la défaite de Brécourt, près de Pacy-sur-Eure, en juillet, qui tente de s'imposer comme généralissime des rebellesAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218-219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Une nouvelle forme de révolte se développe, qui justifie le changement de vocabulaire. Après l'échec de la Virée de Galerne, les bandes d'insurgés, plus réduites qu'en mars 1793, mais mieux armées, ne dépassent guère les limites du canton ; elles frappent des patriotes isolés, de petits détachements militaires ou les voitures publiques, surtout la nuit, contraignant les patriotes, terrorisés, à quitter les campagnes, pour se réfugier en villeAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218-219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Au nord de la Loire, la Chouannerie prend surtout l'aspect d'une guérilla très dispersée qui peut tourner au brigandage. Trois phases se distinguent.

Première phase

Du printemps 1794 au printemps 1795, des bandes, commandées par des roturiers, souvent d'origine modeste, mènent un combat local, maintenant la terreur parmi la population grâce à des assassinats. En revanche, les villes échappent à leur emprise, et elles se montrent impuissantes, devant les bataillons fournis de l'armée. À partir de novembre 1794, la Convention mène une politique de clémence, favorable aux négociations. Tandis que Puisaye est à Londres, pour négocier un débarquement, Desoteux, dit Cormatin, son lieutenant, s'attribuant les pleins pouvoirs, négocie en avril 1795 le traité de paix de la Mabilais, suivi par une minorité de chefs locauxAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Il n'est signé que par 21 chefs chouans sur les 121 présentsVoir et l'introduction de Reynald Secher à la bande-dessinée Chouannerie, 1789-1815, Fleurus, 1989. Cadoudal, évadé de Brest, rejette cette paix..

Deuxième phase

Le débarquement des émigrés à Quiberon, le 17 juin 1795, brise les espoirs de paix. La guérilla reprend après l'échec de l'expédition anglo-royaliste, de nouveau dans un cadre local. Cette dispersion permet aux généraux républicains Canclaux et Hoche de réduire les différentes zones de résistance. Scépeaux 15px dépose les armes en avril 1796, suivi de Puisaye, puis de Cadoudal et de Guillemot. Cet échec permet aux royalistes modérés de faire prévaloir leur stratégie : la conquête du pouvoir par les électionsAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy.

Troisième phase

Le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) annule les résultats de l'élection dans 49 départements (notamment dans l'Ouest), et les prêtres réfractaires sont de nouveau poursuivis. La chouannerie reprend, s'étendant désormais à la Normandie, jusqu'en Eure-et-Loir, avant de s'enliserAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. L'Ouest du pays est alors parcouru par des Faux chouans. En 1799, les défaites militaires de la République, qui conduisent à de nouvelles levées d'hommes et au vote de la loi des otages, incitent les chefs chouans à relancer l'insurrection. Des bandes, encadrées par des nobles, se regroupent en divisions et occupent brièvement les villes de Nantes, Le Mans, Saint-Brieuc, Redon et La Roche-Bernard (ouvrant les prisons et détruisant parfois les papiers publics) avant de se retirer le lendemain, en octobreAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Ainsi, le comte de Bourmont s'empare du Mans, le 14 octobre. Après le coup d'État du 18 brumaire, Bonaparte initie une politique de pacification mêlant, d'une part, la liberté religieuse et la suspension des levées d'hommes en échange de la soumission immédiate des insurgés, d'autre part, l'exécution des chefs récalcitrantsAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy. Le 12 décembre 1799, le traité de Pouancé est scellé. Il sera suivi le 28 décembre suivant d'une proclamation des consuls de la République aux habitants de l'Ouest. Elle marque la fin de la grande Chouannerie. Par la suite, le Concordat de 1801 et le retour des prêtres réfractaires permettent de détacher la population, lasse de la guerre, des royalistes jusqu'en 1815Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 219, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy.

Typologie des chouanneries

Vue historique

Roger DupuyRoger Dupuy, Les Chouans, Hachette Littérature, 1997. distingue 5 formes de chouannerie qui évolue dans le temps et dans l'espace. On peut donc distinguer la pré-chouannerie, la micro-chouannerie, la chouannerie-guérilla classique, la chouannerie-militaire et la chouannerie-brigandage.
- la pré-chouannerie concerne toutes les rebellions paysannes antérieures à janvier 1794. Elle culmine en mars 1793 et rappelle les jacqueries d'Ancien Régime.
- la Micro-Chouannerie est celle de la chouannerie naissante, celle de Jean Chouan à Saint-Ouën-des-Toits. Des petits groupes clandestins attaquent par surprise des effectifs bleus toujours très réduits. On la trouve entre janvier et juillet 1794 principalement.
- la chouannerie-guérilla classique : Les bandes grandissent, largement soutenue par la population qui les protègent, les ravitaillent, les renseignent. il s'agit de faire règner une terreur blanche dans les campagnes. C'est le type de chouannerie le plus célèbre, celle qui a fait le plus peur aux républicains. C'est par exemple les chouanneries de Cadoudal, de Boishardy et Aimé du Boisguy à partir de l'automne 1794. On peut parler de chouannerie-guérilla classique lors des deux premières phases de la chouannerie dans les régions les plus blanches (le Morbihan, la Loire-inférieure, l'Ille-et-Vilaine, la Mayenne et l'est des Côtes-du-Nord). Les chouans harcèlent les bleus (guérilla) mais n'ont pas les moyens de les affronter dans des batailles classiques. Les insurgés ne forment d'ailleurs pas une armée, les bandes, parfois soldées se rejoignent au gré des actions ponctuelles puis les paysans retournent dans leur ferme.
- La chouannerie militaire est la forme la plus aboutie de chouannerie. les bandes forment de véritables armées (ponctuelles, parfois en uniformes qui attaquent de façon concertées dans des batailles classiques. c'est surtout le cas pendant la troisième chouannerie (1797/1799). On peut notamment citer l'"armée rouge" de Tinténiac et Cadoudal marchant de Quiberon vers les Côtes-du-Nord. c'est aussi le cas lors des attaques concertées de plusieurs grandes villes de l'ouest en 1799.
- La chouannerie-brigandage est la chouannerie mourante, celle qui subsiste sous le consulat après les concessions de Bonaparte (concordat et amnistie). Quelques irréductibles, trop habitués à la clandestinité, à la vie d'aventure ne peuvent se ranger. Quelques chefs, partisans de l'Ancien Régime ne se satisfont pas des concessions, ils forment les dernières bandes très réduites. Ils n'ont plus le soutien de la population, satisfaite des concessions. Ils sont aussi si peu nombreux qu'ils doivent se montrer terribles pour éviter les dénonciations. Ils s'en prennent aux soldats de plus en plus rarement mais rançonnent les patriotes, les acquéreurs de biens nationaux et les chouans rendus considérés comme des traitres (c'est le cas du chef chouan Legris Duval dans les Côtes-du-Nord). Devant le déficit de soutien de la population, ils sont contraints de voler ce qui leur était auparavant offert, c'est pourquoi il est bien souvent difficile de distinguer ce qui relève de la chouannerie ou du brigandage. Ce type de chouannerie se retrouve aussi dans les régions qui paradoxalement étaient peu touchées lors des grandes heures de la chouannerie (l'ouest des Côtes-du-Nord, le Finistère). On le comprend car ces zones peu touchées précédemment sont aussi celles qui n'ont pas connu de répression. La chouannerie-brigandage peut être très efficace au point que des chefs lieux d'arrondissement comme Loudéac peuvent se sentir menacés par Dujardin encore en 1801. cette chouannerie-brigandage s'éteint, vaincue par les colonnes mobiles entre 1801 et 1807.

Vue romanesque

Pour Victor Hugo dans son roman Quatrevingt-Treize T. II, p. 112-113. : Pour Balzac, dans Les Chouans :

Les chefs chouans

Les principaux chefs de l'insurrection ont été Georges Cadoudal et son frère Julien, Jean Cottereau, dit Jean Chouan, Pierre Guillemot, dit le roi de Bignan, Joseph de Puisaye, Louis-Charles de Sol de Grisolles, Auguste et Sébastien de La Haye de Silz, Jean-Louis Treton, dit Jambe d'Argent, Tristan-Lhermitte, Taillefer, Coquereau, Aimé du Boisguy, Boishardy, Pierre-Mathurin Mercier la Vendée, Bonfils de Saint Loup. En Bretagne, les chouans sont encadrés par des nobles (le chevalier de Boishardy, le comte Louis de Rosmorduc, les frères Picquet de Boisguy) autant que par des roturiers (les frères Cadoudal). En Basse-Normandie, le comte Louis de Frotté joue un rôle dominant, l'un de ces lieutenants dans le Bas-Maine étant Guillaume Le Métayer dit Rochambeau. La noblesse est loin de jouer le rôle qu'elle exerce en Vendée pour le commandement militaire. Il n'y a d'ailleurs pas d'armée, mais de petites bandes presque insaisissables. Les chefs chouans sont surtout des paysans. À la différence de la Vendée, la chouannerie ne disposait pas d'un territoire, les villes et certains villages étant restés républicains, tandis que certains cantons passaient à une révolte larvée ou ouverte. Il y eut cependant une "petite Vendée" dans le Bas Maine en 1793, contrôlée par le prince de Talmont. La chouannerie fut très difficile à réduire, ses effectifs n'ayant pas été décimés dans de grandes batailles comme ceux de la Vendée militaire, ses chefs étant nombreux, ses groupes armés faibles et dispersés.

Causes

En 1791, l'Ouest, avec la Vendée et la Bretagne, constitue une zone de résistance à la constitution civile du clergé et au serment, avec un clergé très largement réfractaire. Plus que par des motivations religieuses, cette résistance trouve son origine dans la sociologie et les mentalités collectives des populations, dont les solidarités traditionnelles sont mises à mal par la RévolutionMichel Vovelle, La Chute de la monarchie, 1787-1792, tome 1 de la Nouvelle histoire de la France contemporaine, Le Seuil, collection Points, 1972, rééd. 1999, p. 270-273. Déjà, la conscription du 15 août 1792 pose problème: on se souviendra de l'intervention de Jean Cottereau, Michel Morière à Saint-Ouën des Toits. Plus discrets furent les vrais affidés de la Coalition Bretonne qui refusèrent purement et simplement de se rendre dans leur chef-lieu de canton pour y tirer au sort. L'opération fut une déconvenue pour les autorités républicaines. L'insurrection du printemps 1793, dans l'ensemble de l'Ouest (en Bretagne comme en Vendée), s'explique, de son côté, par le rejet du tirage par les populations, d'autant plus que les notables patriotes en sont exonérés ou peuvent acheter un remplaçant. Ce rejet, on le retrouve dans l'ensemble du paysRoger Dupuy, La République jacobine. Terreur, guerre et gouvernement révolutionnaire, 1792-1794, tome 2 de la Nouvelle histoire de la France contemporaine, Le Seuil, collection Points, 2005, p. 106-112. Au-delà de la question religieuse et de l'hostilité des levées militaires, les bouleversements et les remises en causes imposés aux communautés villageoises expliquent ces tensions, autant que les rapports entre les paysans et les élites, nobiliaire et bourgeoise, ou l'opposition plus ou moins grande, mais déjà ancienne à la fin du , entre villes et campagnes. Déjà décelable au temps de la Ligue, la découpe entre les zones favorables aux Blancs (royalistes) et aux Bleus (républicains) reste encore d'actualité dans la carte électorale jusqu'à la fin du . Il faut également ajouter en Bretagne les bouleversements institutionnels, abolissant les privilèges provinciaux ; la devise des chouans en Bretagne est "Doue ha mem bro" (Dieu et mon pays) et non pas "Dieu et mon roy" comme chez les vendéens. Devant la simultanéité des soulèvements et la similitude des comportements dans l'Ouest, les contemporains ont cru y voir la preuve d'un complot, qu'il rapprochaient de la tentative du marquis de la Rouërie avec l'Association bretonne. Toutefois, ce synchronisme peut s'expliquer par la décision de la Convention d'imposer un calendrier précipité des opérations de levée d'hommesAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, p. 218, entrée « Chouans/Chouannerie » par Roger Dupuy.

L'Association bretonne

En 1791, le marquis de la Rouërie, crée, avec l'aval du comte d'Artois, une organisation clandestine, l'Association bretonne, qui rassemble par diocèse les partisans « de l'autorité légitime du Roi et de la conservation des propriétés ». Son but est de gagner les garnisons, maréchaussées et gardes nationales dans les principales villes de BretagneAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, entrée « La Rouërie, Armand Charles Tuffin, marquis de » par Roger Dupuy, p. 649-650. Toutefois, les rassemblements de nobles au château de La Rouërie et le manque de discrétion d'agents recruteurs alertent les autorités. Le 31 mai 1792, le directoire du département d'Ille-et-Vilaine envoie un détachement de dragons fouiller le château et les abords, puis, le 6 juillet, lance contre le marquis et ses complices un mandat d'arrêt. Des arrestations ont lieu à Lorient, La Roche-Bernard et Rennes. Le 2 septembre 1792, Valentin Chevetel dit Latouche se rend à Paris, où il dénonce le complot à Danton. Après la mort du marquis de la Rouërie au château de la Guyomarais, le 30 janvier 1793, Cheftel récupère es listes d'adhérents et de cotisants, permettant l'arrestation de dizaines de complices. Dans son rapport du 4 octobre 1793 devant la Convention, Basire attribue à cette conjuration le soulèvement de l'Ouest en mars 1793. En fait, l'Association bretonne ne s'appuyait nullement sur les paysans, mais comptait sur le ralliement des garnisons des villes et des gardes nationales. Pour cette raison il ne peut être considéré comme l'inventeur de la Chouannerie, même s'il en est le précurseur partielAlbert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 1989, entrée « La Rouërie, Armand Charles Tuffin, marquis de » par Roger Dupuy, p. 649-650.

Récupération politique

Le mouvement chouan, ou les ouvrages qui s'y attachent font l'objet de récupérations de la part d'organisations légitimistes, ou d'auteurs proches de l'extrême droite comme l'Action française, la Fédération bretonne légitimiste, le souvenir de la chouannerie mayennaise, Arthur de Gobineau ou Anne Bernet.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Albert Soboul   Angleterre   Anne Bernet   Antoine-Philippe de La Trémoïlle   Armée catholique et royale   Armée des émigrés   Assignat   Association bretonne   Aumônier   Basse-Normandie   Bataille de Brécourt   Bataille de Savenay   Bataille du Mans (1793)   Bernard Coquet   Bois de Misedon   Bonaparte   Brest   Bretagne   Canton français   Charles X de France   Chef-lieu   Chevalier de Boishardy   Chouans !   Château-Gontier   Claude Basire   Comté du Maine   Concordat   Constitution civile du clergé   Convention nationale   Coup d'État du 18 brumaire   Coup d'État du 18 fructidor an V   Craon (Mayenne)   Côtes-d'Armor   Diocèse   District   Dujardin   Débarquement des émigrés à Quiberon   Département français   Ernée   Eure-et-Loir   Extrême droite   Faux chouans   Finistère   Fougères   France   Fédération bretonne légitimiste   Gabriel Marie Joseph d'Hédouville   Garde nationale   Georges Cadoudal   Guerre de Vendée   Guerres de Vendée   Guillaume Le Métayer dit Rochambeau   Guillaume Marie-Anne Brune   Guillemot   Guérilla   Henri Calef   Honoré de Balzac   Ille-et-Vilaine   Insurrections fédéralistes   Jacquerie   Jacques Duchemin des Cépeaux   Jean-Baptiste Kléber   Jean-Louis Treton   Jean-Michel Beysser   Jean Antoine Rossignol   Jean Baptiste Camille Canclaux   Jean Chouan   Jean Joseph Amable Humbert   Jean Marais   Joseph-Juste Coquereau   Joseph de Puisaye   Jules Barbey d'Aurevilly   L'Ensorcelée   La Roche-Bernard   Lambert Wilson   Lannion   Laval (Mayenne)   Lazare Hoche   Le Mans   Le souvenir de la chouannerie mayennaise   Les Chouans   Levée en masse   Ligue catholique (France)   Liste des armées de la Révolution   Loi des otages du 24 messidor an VII   Loire-Atlantique   Loire (fleuve)   Londres   Lorient   Loudéac   Louis-Marie-Antoine-Auguste-Fortuné d'Andigné   Louis Auguste Victor de Ghaisne de Bourmont   Louis de Frotté   Légion   Léon   Machecoul   Maine-et-Loire   Marie Paul de Scépeaux de Bois-Guignot   Maréchaussée   Mayenne (département)   Michel Ragon   Michel Vovelle   Morbihan   Nantes   Napoléon Ier   Noblesse   Normandie   Officier   Pacy-sur-Eure   Paris   Philippe Noiret   Philippe de Broca   Pierre-Mathurin Mercier la Vendée   Pierre Guillemot   Pierre Quantin   Pontrieux   Pouancé   Quatrevingt-treize   Quimper   Redon   Rennes   Reynald Secher   Rochefort-en-Terre   Roger Dupuy   Révolution française   Saint-Brieuc   Saint-Ouën-des-Toits   Siège de Granville   Sophie Marceau   Stéphane Freiss   Valentin Chevetel   Vannes   Victor Hugo   Virée de Galerne   Vitré (Ille-et-Vilaine)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^