Kapo

Infos
Le mot kapo désigne les personnes qui étaient chargées d'encadrer les prisonniers dans les camps de concentration nazis. Les kapos étaient souvent recrutés parmi les prisonniers de droit commun les plus violents ou parmi ceux dont la ruse ou la servilité avait permis de figurer parmi les anciens, en échappant provisoirement aux "charrettes" menant à l'extermination.
Kapo

Le mot kapo désigne les personnes qui étaient chargées d'encadrer les prisonniers dans les camps de concentration nazis. Les kapos étaient souvent recrutés parmi les prisonniers de droit commun les plus violents ou parmi ceux dont la ruse ou la servilité avait permis de figurer parmi les anciens, en échappant provisoirement aux "charrettes" menant à l'extermination.

Étymologie

L'origine du mot kapo est discutée et plusieurs interprétations s'opposent :
- l'une le fait dériver du latin capus, la tête, à l'origine de l'italien et du français Caporal ;
- une autre y voit la contraction du néologisme germanique Kamaradenpolizei, signifiant «camarade policier» (attestée par plusieurs dictionnaires).

Une des clés de l'enfer concentrationnaire

Selon la système de dilution de la responsabilité explicité par l'expérience de Milgram, décrite entre autres dans le film "I... comme Icare" de Henri Verneuil, l'utilisation de certains prisonniers pour encadrer les autres a pour intérêt d'une part de leur faire effectuer les basses besognes dont la participation à l'extermination de leurs semblables, et d'autre part de canaliser les rancœurs des détenus contre l'un des leurs, au point de faire parfois passer les vrais gardiens, beaucoup moins exposés, pour plus humains et ainsi écarter les risques de représailles contre ses derniers. Néanmoins, certains s'entendent pour déclarer que tous les kapos ne se seraient pas comportés en brutes ignobles; seule une poignée d'entre eux ayant été condamnés à mort, après la Libération des camps (rares étant les détenus encore valides à avoir la force ou le courage de témoigner de l'horreur de la réalité concentrationnaire). Cette technique décrite et appliquée depuis l'Antiquité est toujours utilisée dans les domaines les plus divers, tels que le management, aussi bien civil que militaire et de manière généralisé par la plupart des sociétés, y compris celles se présentant comme les plus progressistes et civilisées, pour stigmatiser et persécuter les minorités, en particulier sexuelles (LGBT). Dans certains camps, une véritable rivalité interne aux déportés existait entre les «triangles verts» (déportés de droit commun) et les «triangles rouges» (déportés politiques) pour les postes de kapo. Quand les triangles verts dominaient, comme ce fut toujours le cas à Mauthausen, le régime du camp était plus dur; en revanche, les triangles rouges, vivant non sans ambigüités dans la «zone grise» dont parle Primo Levi, parvenaient à adoucir la vie dans le camp. Ce fut le cas à Buchenwald, selon le témoignage de David Rousset cf. un extrait de David Rousset, Les jours de notre mort, Tome 2, 10/18 Union Générale d'éditions, 1974 . Quand aux "triangles roses" désignant les homosexuels, ces derniers furent traités comme des intouchables aussi bien par les gardiens que par les autres catégories de prisonniers, allant même après leur libération jusqu'à leur interdire l'accès aux cérémonies commémoratives ainsi que celle d'ériger le moindre monument témoignant de leur propre martyr, ou de toucher la moindre indemnisation de déportés ou prisonniers. cf.Pierre Seel Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel, Éditions Calmann-Lévy, 1994 (ISBN 978-2702122778).

Anecdote

Silvio Berlusconi, alors qu'il était premier-ministre italien et président du Conseil de l'Europe nouvellement élu, provoqua un scandale au parlement européen le 2 juillet 2003 en proposant à Martin Schulz, vice-président (allemand) du groupe social-démocrate, de lui trouver un rôle de kapo « qui lui irait très bien » dans un film tourné par un ami à Rome lorsque celui-ci l'avait critiqué.

Voir aussi

Notes

Bibliographie

- Les jours de notre mort de David Rousset.
- L'Univers concentrationnaire de David Rousset.
- Si c'est un homme de Primo Levi (1947).
- Les kapos d'Auschwitz de Charles Liblau.

Filmographie

- La vie est belle (La vita è bella), film italien réalisé par Roberto Benigni en (1997).
- Le Choix de Sophie d'Alan J. Pakula (1983).
- Nuit et brouillard film français d'Alain Resnais tronqué par la censure (1955).
- Portier de nuit de Liliana Cavani (1974).
- Kapo de Gillo Pontecorvo (1959). ===
Sujets connexes
Alain Resnais   Alan J. Pakula   Allemand   Antiquité   Buchenwald   Calmann-Lévy   Camp de concentration   Censure   Conseil de l'Europe   David Rousset   Expérience de Milgram   Gillo Pontecorvo   Henri Verneuil   I... comme Icare   LGBT   La vie est belle (film, 1997)   Le Choix de Sophie   Liliana Cavani   Management   Martin Schulz   Mauthausen   Nuit et brouillard   Parlement européen   Pierre Seel   Primo Levi   Roberto Benigni   Si c'est un homme   Silvio Berlusconi   Système de marquage nazi des prisonniers  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^