Postmodernité

Infos
Postmodernité

Définitions de la postmodernité ou de la surmodernité

Mouvement philosophique et intellectuel (à ne pas confondre avec le postmodernisme), de la fin du XX siècle qui tente, après l'effondrement des idéologies de s'inscrire dans le prolongement du structuralisme et du déconstructivisme, tout en critiquant l'héritage du freudisme et du marxisme. Les penseurs post-modernes se situent dans la perspective de surmonter le désenchantement du monde, après la désagrégation des repères culturels ou religieux, et l'échec patent des utopies révolutionnaires. Il doit beaucoup au philosophe Jean-François Lyotard (La condition post-moderne) qui la définit comme l'époque de la fin des « grands récits ». Principaux représentants en France : Lipovetsky, Lyotard, Derrida, Vattimo, Baudrillard, Augé, Virilio, Rem Koolhaas. La post-modernité peut se définir comme une ère ou période qui suit la modernité ou les temps modernes après une rupture. Voir aussi : Post-modernisme, philosophie post-moderne

Postmodernité v. Hypermodernité ou Surmodernité?

la relation de ces deux concepts n'est pas encore définitivement réglée mais l'hypermodernisme succède à la postmodernité.

Philosophie de l'histoire

Le postmodernisme, c'est l'éclatement des références temporelles et locales: quand les prémodernes se reposaient sur la tradition et les modernes sur l'avenir, les postmodernes ont les pieds dans le vide. Le passé, où les autorités ont été défaillantes dans leur tâche, ne rallient guère, tandis que l'avenir ne réserve plus autant de promesses (le "No future!" des Punks), dans la mesure où il est totalement incertain vu l'évolution exponentielle de l’œuvre humaine. Dans ce contexte, où l'homme n'a plus de repère, la postmodernité est soit l'ère du retour à l'éthique, comme dialectique du devenir de chaque homme, soit le plongeon dans l'univers fictif fortement esthétisé des sous-cultures. Bonne gestion et recherche du bien-être remplacent la volonté de transformation de la société (cf. Sloterdijk). Elle est aussi celle de la résurgence du thème nietzschéen de l'éternel retour.

Sociologie

En sociologie, la post-modernité désigne la dissolution de la référence à la raison comme totalité transcendante dans les sociétés contemporaines occidentales. La post-modernité, à la différence de la modernité, ne rattache plus l’idée de progrès à un sens synthétique qui le justifie. Il s’agit aussi d’un mode précis de régulation des pratiques sociales et de reproduction des rapports sociaux découlant des contradictions de la modernité politique et institutionnelle. La tendance du mode postmoderne de régulation de la pratique sociale est que les actes signifiants des individus sont progressivement dissociés d’un ordre commun synthétique (qui dans la modernité leur conférait un sens) et remplacé par des régulations purement autoréférentielles et automatiques (le marché, les technologies, les médias informatiques) dont le mode d'opération n'est plus mesuré par rien d'autre que par leur propre taux de croissance exponentielle. L’efficacité remplace la légitimité; la gestion remplace le politique; le contrôle, la propriété, et nous nous retrouvons finalement avec des organisations qui prennent des décisions avec de l’information. La post-modernité ainsi entendue est un mode de reproduction sociale d’ensemble, régulée de manière décisionnelle et opérationnelle plutôt que de manière politico-institutionnelle (Michel Freitag). Les conséquences pratiques de cette dissolution de la référence à la raison, c’est que les actions humaines tendent à se réduire progressivement à un comportement adaptatif, que la pensée s’identifie à un calcul marginal de gain ou de perte, que les rapports humains se réduisent à la compétition ou à la concurrence et les identités ou statuts à ceux de gagnant et de perdant. Ajoutons que la science dans une société post-moderne renonce à son idéal normatif de réalité et de vérité au profit de la prévisibilité des résultats de l’action instrumentale opérée sur le réel et que l’activité humaine tend à se justifier par le paradigme général de la résolution de problème.

Psychosociologie

L'ère post-moderne contribue à la fragmentation de l'individu : l’identité se fragilise. Elle se démultiplie ou se compartimente entre des attitudes diverses voire auparavant opposées : « banker le jour, raver le soir » « parfaite maîtresse de maison le soir, business woman le jour »... En fonction des moments de sa vie, l'individu ne se projette plus dans des modèles mais joue de sa personne à travers plusieurs masques. On tend vers une plus grande flexibilité identitaire : « je est un autre » voire je et plusieurs autres. Cette fragmentation de l'individu n'est que l'écho de la fragmentation de la société, en de multiples groupes, tribus ou communautés à l'exemple de la culture techno. Fragmentation qui se retrouve sur le terrain économique dans l'offre marketing et la publicité et des mass-medias, stimulée par le développement d’internet. Cette tendance de fond n’empêche pas le développement de la poly-appartenance où un seul indidivu peut appartenir à plusieurs communautés à la fois mais à des moments différents de son existence quotidienne. 
 De ces fragmentations résultent non pas la fin de l'histoire mais la fin des modèles sociologiques patiemment étudiés et conceptualisés. Sous la bannière egotiste du droit d'être absolument soi-même, tous les modes de vie deviennent socialement légitimes. Le modèle patriarcal explose au profit de la juxtaposition de modèles sociaux qui cohabitent créant un sentiment de flottement ou un veillissement accéléré sur les valeurs de référence et les discours qui en découlent.

Voir aussi

Lien externe

- Une tentant de dessiner ce que sera la société "postmoderne" de demain. (Livre de Crook, Pakulski, Waters)
- , Le postmoderne ou l'hémorragie du discours, revue Sens Public Catégorie:courant philosophique Catégorie:Pensée postmoderne en France en:Postmodernity
Sujets connexes
Communauté   Déconstructivisme   Désenchantement du monde   Fragmentation   Groupe   Identité   Idéologie   Jacques Derrida   Jean-François Lyotard   Marc Augé   Marketing   Marxisme   Michel Freitag   Postmodernisme   Publicité   Punk   Rem Koolhaas   Sous-culture   Structuralisme   Techno   Tribu (ethnologie)   Utopie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^