Ruth Metzler-Arnold

Infos
Ruth Metzler-Arnold Ruth Metzler-Arnold, femme politique suisse, née le 23 mai 1964 à Sursee (canton de Lucerne). Conseillère d'État démocrate-chrétienne d'Appenzell Rhodes-Intérieures, cheffe du département des finances de 1996 à 1999, conseillère fédérale de 1999 à 2003
-Parti démocrate-chrétien
Ruth Metzler-Arnold

Ruth Metzler-Arnold Ruth Metzler-Arnold, femme politique suisse, née le 23 mai 1964 à Sursee (canton de Lucerne). Conseillère d'État démocrate-chrétienne d'Appenzell Rhodes-Intérieures, cheffe du département des finances de 1996 à 1999, conseillère fédérale de 1999 à 2003
-Parti démocrate-chrétien

Etudes et carrière

-Diplômée en droit de l'Université de Fribourg
-Titulaire du diplôme fédéral d'expert-comptable
-1992-1995, juge au tribunal cantonal d'Appenzell Rhodes-Intérieures
-1992-1999, vice-directrice de PricewaterhouseCoopers.
-1996-1999, conseillère d'état (département des finances) du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures, un poste à temps partiel.

Conseillère fédérale

-Elue au Conseil fédéral le 11 mars 1999 à l’âge de 35 ans à peine, elle a symbolisé la jeunesse et l’espoir. Elle a été élue vice-présidente du Conseil fédéral pour l'année 2003.
-En près de cinq ans, elle a accompli une œuvre considérable à la tête du Département fédéral de justice et de police. Les quatorze projets issus de son département ont été acceptés par le peuple.
-Elle a affronté les moments difficiles qu’a traversés le Département fédéral de justice et de police en organisant l’accueil et le retour des demandeurs d’asile pendant la crise du Kosovo. Ruth Metzler a ouvert et conduit un vaste chantier de réformes institutionnelles. On citera la réforme des institutions judiciaires et policières, comportant la mise en œuvre du projet d’efficacité, la mise sur pied d’une nouvelle magistrature fédérale et de la police criminelle, la réforme totale de l’organisation judiciaire et la création des nouveaux tribunaux fédéraux, la réforme de la poursuite pénale et la mise en œuvre du vaste projet de « réexamen » du système de sécurité intérieure.
-La réforme des institutions de l’État avec le projet de réforme de la direction de l’État et la loi sur la transparence de l’administration, ainsi que la révision des droits populaires ont aussi été préparées sous son autorité.
-Ruth Metzler s’est également engagée dans d’importantes réformes qui touchent aux domaines sensibles et délicats de la société comme la réforme du droit de la nationalité, la création d’un partenariat enregistré pour les couples homosexuels, la décriminalisation de l’interruption de grossesse, la loi sur l’égalité des handicapés, la nouvelle réglementation des infractions contre l’intégrité sexuelle des enfants et interdiction de la pornographie dure.
-Elle a cherché à instaurer une coopération internationale dans les secteurs essentiels que sont la migration et la sécurité.
-Durant ces années, elle a conclut de nombreux accords de coopération dans le domaine de l’asile ou en matière de police et d’entraide judiciaire et s’investissant personnellement dans des négociations difficiles avec des États africains. S’agissant des négociations bilatérales avec l’Union européenne, elle a mis en œuvre la libre circulation des personnes et s’est, notamment, engagée pour une adhésion de la Suisse au traité de Schengen et à celui de Dublin.

Sa non-reélection

Le 10 décembre 2003, elle n'a pas été réélue au Conseil fédéral et n'a pu accéder à la présidence de la Confédération qui devait normalement lui échoir en 2004. Le Parlement a ce jour-là modifié la formule gouvernementale qui avait cours depuis le 1 janvier 1960, le PDC perdant un siège au profit de l'Union démocratique du centre. C'est Christoph Blocher qui a succédé à Ruth Metzler, et a repris son département.

Activités après le Conseil fédéral

-A partir d'avril 2005, elle travaille pour l'entreprise chimique Novartis France en tant que membre du comité de direction et directrice juridique (General Councel). Son lieu d'activité est Rueil-Malmaison. Elle revient en Suisse en août 2006 pour occuper le poste de directrice des relations avec les investisseurs au siège central à Bâle.

Bibliographie

-Après son départ du gouvernement le 31 décembre 2003, elle a publié ses mémoires dans Grissini et Alpenbitter, mes années de conseillère fédérale. Appenzeller-Verlag, Herisau, 2004, ISBN 3-85882-403-8. ==
Sujets connexes
Arnold Koller   Christoph Blocher   Conseil d'État (Suisse)   Conseil fédéral (Suisse)   Convention de Schengen   Dublin   Département fédéral de Justice et Police (Suisse)   Kosovo   Novartis   Parti démocrate-chrétien (Suisse)   Rueil-Malmaison   Suisse   Sursee   Union démocratique du centre   Union européenne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^