Espéranto

Infos
L'espéranto est une langue construite. Dans une brochure publiée en 1887, la langue apparaît pour la première fois sous le nom de Lingvo Internacia (« Langue internationale »). Son auteur, Ludwik Lejzer Zamenhof, avait le projet de faciliter la communication entre personnes de langues différentes à travers le monde entier. Dans cette première publication, Zamenhof avait utilisé le pseudonyme de Doktoro Esperanto (« Docteur Espérant », « Docteur qui e
Espéranto

L'espéranto est une langue construite. Dans une brochure publiée en 1887, la langue apparaît pour la première fois sous le nom de Lingvo Internacia (« Langue internationale »). Son auteur, Ludwik Lejzer Zamenhof, avait le projet de faciliter la communication entre personnes de langues différentes à travers le monde entier. Dans cette première publication, Zamenhof avait utilisé le pseudonyme de Doktoro Esperanto (« Docteur Espérant », « Docteur qui espère »), d'où le nom sous lequel la langue s'est popularisée par la suite.

Présentation

Drapeau espéranto, utilisé pour signaler (logo) les parties rédigées en espéranto dans un document multilingue, ou pour y accéder (icône info.), etc. Bien qu'il n'ait été adopté officiellement par aucun organisme international autre que ceux dédiés à la langue — comme l'Association mondiale d'espéranto (UEA) ou l'Association mondiale anationale (SAT) — l'espéranto est le moyen de communication international d'une communauté de locuteurs de taille modeste, mais n'ayant jamais cessé de croître. L'avènement d'Internet permet de mettre en relation beaucoup plus facilement les usagers de l'espéranto, et de faciliter l'apprentissage de la langue aux personnes qui s'y intéressent. Aujourd'hui, l'espéranto est utilisé pour une large gamme d'activités : voyages, correspondance, échanges culturels, conférences, littérature, informatique, apprentissage d'autres langues, télévision, radio, etc. De tous les nombreux projets de langue construite, l'espéranto est celui qui a remporté le plus de succès, et le seul qui soit un peu connu du grand public. On peut ainsi trouver des locuteurs de l'espéranto dans presque tous les pays du monde ; il est très difficile d'estimer leur nombre, mais une étude considérée comme sérieuse donne une estimation de 2 millions, estimation reprise notamment dans le World Almanach and Book of Facts et dans le Quid (étude réalisée par le professeur Culbert, de l'université de Washington).

Histoire

Zamenhof En tant que langue construite, l'histoire de l'espéranto est d'une part courte, et d'autre part bien mal connue. L'espéranto a été composé entre la fin des années 1870 et le début des années 1880 par Ludwik Lejzer (Louis-Lazare) Zamenhof. Après approximativement 10 ans de maturation, incluant la traduction et l'écriture d'œuvres originales, le jeune auteur a publié la première grammaire en langue russe de la Langue internationale en juillet 1887, sous la forme d'une brochure imprimée à ses frais. Ont suivi peu après des versions dans de nombreuses autres langues entre 1887 et 1889. Le nombre de personnes qui avaient appris la langue n'a cessé d'augmenter dans les décennies qui ont suivi, au départ principalement dans l'empire Russe et dans l'Europe de l'Est, et ensuite en Europe occidentale et aux Amériques. L'espéranto a pénétré au Japon à la faveur de la guerre russo-japonaise de 1904-1905. En Chine, les premiers cours ont été donnés à Shanghai en 1906 et à Canton en 1908. Dans les premières décennies, les usagers de l'espéranto sont restés en contact principalement par des magazines et par correspondance. En 1905, le premier congrès mondial d'espéranto a eu lieu à Boulogne-sur-Mer en France.Lors de ce congres, les caractéristiques de l'esperanto ont été fixées: cette langue, devait être universellement comprises et parlée par l'humanité entière, sans aucun pré-requis. Depuis, des congrès mondiaux se sont tenus chaque année, sauf durant les deux guerres mondiales. Lors de la Guerre d'Espagne (1936-1939), la mouvance anarchiste représentait l'essentiel des défenseurs de l'esperanto; il était utilisé aussi par des socialistes, des communistes allergiques au stalinisme (dont George Orwell, auquel l'espéranto aurait inspiré la novlangue), et même une partie de la droite catholique. En 2005, le centenaire a été célébré à nouveau à Boulogne-sur-Mer. En plus de ces grands congrès, un grand nombre de sessions, stages, réunions et autres activités internationales collectives animent la vie du monde espérantophone. Depuis 1986, il ne s'est plus passé un seul jour sans que l'espéranto ait été, quelque part dans le monde, la langue d'une de ces rencontres. Succès ou échec? De 1887 à 2007 le coefficient multiplicateur du nombre des locuteurs des grandes langues internationales a varié d'environ 1, 5 pour l'allemand à 3 ou 4 pour le français et l'anglais et jusqu'à 11 pour le portugais et l'arabe. Pendant ces 120 ans d'existence l'esperanto est passé d'une dizaine de locuteurs à deux millions, soit un coefficient multiplicateur de 200 000, de très loin le plus important au monde, et ceci dans un contexte souvent hostile. Ses militants ont été fortement réprimés par les dictatures fascistes, hitlérienne et stalinienne. Dans la plupart des démocraties contemporaines et notamment en France, sa reconnaissance comme option facultative de langue au niveau du baccalauréat et comme langue d'initiation idéale pour lever les blocages linguistiques dans le primaire n'a pas été obtenue à ce jour. En Hongrie où la reconnaissance au niveau du bac a eu lieu l'esperanto fait partie des cinq premières langues étrangères. L'espéranto n'est la langue officielle d'aucun pays, mais c'est la langue de travail de plusieurs associations à but non lucratif, principalement des associations d'espéranto. La plus grande organisation d'espéranto est l'association mondiale d'espéranto (UEA), qui est en relation officielle avec les Nations unies et l'UNESCO dans un rôle consultatif. Elle est avec l'anglais et l'espagnol, une des trois langues officielles des congrès de l'Association internationale des travailleurs (AIT).

Caractéristiques linguistiques

Classification

En tant que langue construite, l'espéranto n'est généalogiquement rattaché à aucune famille de langues vivantes. Cependant, une part de sa grammaire et l'essentiel de son vocabulaire portent à le rattacher aux langues indo-européennes. Ce groupe linguistique a constitué le répertoire de base à partir duquel Ludwik Lejzer Zamenhof a « composé » sa langue internationale. Par son type morphologique cependant, l'espéranto s'écarte significativement des langues indo-européennes, à dominante flexionnelle. En effet, il consiste exclusivement en monèmes invariables qui se combinent sans restriction, ce qui l'apparente aux langues isolantes. En espéranto, comme en chinois, on dérive « mon » (mia), de « je » (mi) et « premier » (unua) de « un » (unu). Il se rapproche aussi des langues agglutinantes comme le coréen, le finnois, le japonais ou le turc par sa tendance à accumuler, sans en brouiller les limites, des morphèmes porteurs chacun d'un trait grammatical distinct. Des formes verbales telles que tradukendos (« devra être traduit »), videblas (« peut être vu ») ou seriozemi (« avoir tendance à se montrer sérieux ») rappellent le système de conjugaison turc.

Phonétique et écriture

L'espéranto utilise vingt-deux lettres de l'alphabet latin, ainsi que deux diacritiques formant six lettres fixées par Ludwik Lejzer Zamenhof : ĉ, ĝ, ĥ, ĵ, ŝ, ŭ. L'orthographe est strictement phonologique : chaque lettre ou groupe de lettres représente invariablement un seul phonème. Les lettres q, w, x et y ne sont pas utilisées, sauf dans les expressions mathématiques. L'espéranto possède un système vocalique à cinq voyelles (
a, e, i, o, u), courant dans de nombreuses langues du monde. Les consonnes sont les suivantes, transcrites dans l'alphabet phonétique international (API) suivi en gras de leur représentation orthographique. ::Remarques : ::
- Lorsqu'une case contient deux signes, le premier désigne une consonne sourde et le second la consonne sonore correspondante. ::
- La semi-voyelle ŭ se rencontre essentiellement comme second élément de diphtongue. Elle sert occasionnellement à transcrire le de mots étrangers, par ex. Ŭagadugu Ouagadougou. ::
- L'affriquée dz n'est pas répertoriée dans la liste habituelle des consonnes, mais se rencontre néanmoins dans quelques mots tels que edzo « époux ». La langue comporte un accent tonique toujours situé sur l'avant-dernière syllabe des mots. Les lettres diacritées soulevèrent quelques problèmes, notamment pour l'imprimerie ou l'informatique. Actuellement le problème subsiste pour les systèmes informatiques anciens, où le problème est résolu par la substitution des lettres accentuées par les lettres non accentuées correspondantes, suffixées par un x ou par un h (l'emploi du « h », figurant dans le Fundamento de Esperanto et adopté lors du Premier congrès mondial d'espéranto en 1905 à Boulogne-sur-Mer, se montre moins adapté que le x qui n'entraîne pas d'ambigüité). Les trois systèmes (ŝ, sx ou sh) coexistent à quasi égalité sur Internet. Du point de vue de la graphie, l’espéranto fait partie des langues dites « transparentes » : comme pour le croate, l'espagnol, l'italien, le russe, le slovène ou le tchèque, la correspondance entre graphèmes et phonèmes est simple, stable et régulière. Une langue complètement transparente suit deux principes : à un phonème correspond une seule graphie ; à une seule graphie correspond un seul phonème. À l’opposé, les langues dites « opaques » comme le français ou l'anglais ont des règles de correspondance grapho-phonémique complexes et irrégulières. G. Dehaene-Lambertz .sciences cognitives, Apprendre à lire avec les doigts, Médecine &enfance, septembre 2004. Un dyslexique utilisant une langue « opaque » devient souvent dysorthographique. Il est préférable de choisir l'apprentissage d’une langue transparente pour faciliter l'apprentissage des langues chez les enfants dyslexiques. ecoles.ac-rouen / Etablissement d'éducation motrice "Denis Cordonnier" D'autre part, l'espéranto peut aider grâce à sa construction signalant pour chaque mot un trait grammatical précis, à faire comprendre les liens entre la « fonction dans la phrase » et l'« orthographe grammaticale » de chaque mot.

Grammaire

La grammaire de l'espéranto se base sur seize principes énoncés dans le Fundamento de Esperanto, adopté comme référence intangible au premier Congrès Universel d'Espéranto de Boulogne-sur-Mer en 1905. Ils ne constituent cependant qu'un cadre dans lequel ont été progressivement dégagées des règles plus détaillées.

Substantifs, adjectifs et adverbes

Un mot se forme en ajoutant à un radical (linguistique) des morphèmes invariables signalant chacun un trait grammatical précis :
-
-o pour les substantifs
-
-a pour les adjectifs
-
-e pour les adverbes dérivés
-
-j pour le pluriel
-
-n pour le cas accusatif. Le pluriel (-j) puis l'accusatif (-n) suivent la terminaison de substantif ou d'adjectif, ce qui donne les terminaisons -oj, -ojn, -aj, -ajn. L'adjectif s'accorde en nombre et en cas avec le nom auquel il se rapporte. L'accusatif a pour fonction essentielle de marquer le complément d'objet direct (Ili konstruas grandan domon « Ils construisent une grande maison »), mais indique aussi le changement de lieu, de position ou d'état (Mi iras Parizon « Je vais à Paris », ŝanĝi akvon en glacion « changer l'eau en glace »). Une particularité de l'espéranto est que dans cet emploi, la marque d'accusatif peut s'ajouter également à l'adverbe. Enfin, l'accusatif a également une fonction « joker » : en concurrence avec la préposition je, il s'emploie en cas de doute, ou pour remplacer une préposition, et marque alors simplement la dépendance syntaxique (tiu tablo estas longa je du metroj ~ tiu tablo estas du metrojn longa « Cette table fait deux mètres de long » ; oni pendigis lin kun la kapo malsupren ~ oni pendigis lin kapon malsupren « On l'a pendu la tête en bas »). Les autres fonctions syntaxiques sont indiquées par des prépositions.

Verbes

Les verbes se caractérisent par une série de marques qui forment une conjugaison mêlant des valeurs temporelles et modales :
-
-as pour le présent
-
-is pour le passé
-
-os pour le futur
-
-us pour le conditionnel
-
-u pour le volitif
-
-i pour l'infinitif. Ces terminaisons permettent d'exprimer n'importe quel concept sous forme de verbe : muziko « musique » → li muzikas « il joue de la musique », ĝoja « gai » → ĝoji « se réjouir » → « il joue de la musique ». Cette possibilité est notamment exploitée pour former des verbes d'état à partir d'adjectifs : « elle est belle » peut se dire aussi bien ŝi belas que ŝi estas bela. Le conditionnel est le mode du fictif, de l'irréel ; il s'emploie aussi bien en proposition principale qu'en proposition subordonnée (Mi povus, se mi volus. « Je pourrais si je voulais. »). L'éventualité est plutôt rendue par le futur (Morgaŭ eble pluvos. « Il se peut qu'il pleuve demain. / Il pleuvra peut-être demain. »). Le volitif est le mode de l'expression de la volonté ; il correspond en français à l'impératif (Atendu ! « Attends ! / Attendez ! ») et à certains usages du subjonctif quand il exprime un désir, un souhait, une volonté, ou une exigence (Li venu. « Qu'il vienne. » Kien ni iru ? « Où faut-il que nous allions ? », Mi proponas, ke ni laboru kune. « Je propose que nous travaillions ensemble. »). Le système verbal comporte également un série de participes présents, passés et futurs, marqués respectivement par -ant-, -int- et -ont- pour la voix active et -at-, -it- et -ot- pour la voix passive. Ils peuvent se combiner à l'auxiliaire esti pour former des temps composés qui expriment l'aspect progressif avec les participes présents, le passé immédiat avec les participes passés, le futur immédiat avec les participes futurs. En pratique, l'usage de ces temps composés est assez restreint, surtout à l'actif, la préférence allant à l'usage d'adverbes temporels. L'espéranto ne pratique pas la concordance des temps : Mi ne sciis, ke li venos. « Je ne savais pas qu'il viendrait. ». La transitivité des verbes espérantos est généralement fixée, et il n'est pas possible de déduire régulièrement si un verbe formé par simple ajout des marques de conjugaison à un radical est ou non transitif. En revanche, deux suffixes permettent d'en modifier la valence : -ig- indique que l'on provoque une action et transforme un verbe intransitif en transitif (causatif), tandis que -iĝ- indique un changement interne et transforme un verbe transitif en intransitif (décausatif). Exemples :
-turni « tourner (quelque chose) » ~ turnigi « faire tourner » ~ turniĝi « tourner (faire un ou plusieurs tours) »
- sidi « être assis » ~ sidigi « asseoir » ~ sidiĝi « s'asseoir »
-blanki « être blanc » ~ blankigi « blanchir (rendre blanc) » ~ blankiĝi « blanchir (devenir blanc) ». Par ailleurs, la préfixation d'une préposition aboutit généralement à transitiver un verbe intransitif :
- naĝi « nager » ~ tranaĝi « traverser à la nage »
- plori « pleurer (être en pleurs) » ~ priplori « pleurer (quelque chose) ». D'autres affixes permettent d'exprimer diverses nuances d'aspect :
- le préfixe ek- pour l'aspect inchoatif (action commençante, entrée dans un état) : dormi « dormir » ~ ekdormi « s'endormir »
- le suffixe -ad- pour l'aspect duratif (action prolongée) : labori « travailler » ~ laboradi « travailler sans arrêt »
- le préfixe re- pour l'aspect itératif (action répétée) : legi « lire » ~ relegi « relire ».

Mots-outils

La personne grammaticale s'exprime par la série suivante de pronoms personnels : mi « je », ni « nous », vi « tu/vous »Le vouvoiement est de rigueur en espéranto ; il existe cependant une forme de 2 personne du singulier, ci, mais elle ne s'emploie qu'en poésie. , li « il », ŝi « elle », ĝi « il/elle » (êtres vivants de sexe indéterminé et choses) », ili « ils/elles/eux ». Tous prennent la marque d'accusatif -n le cas échant. Les possessifs en dérivent par l'ajout de la marque d'adjectif -a : mia « mon, ma », nia « notre », etc. Les déterminants comprennent un article défini invariable la (il n'y a ni d'article indéfini ni d'article partitif) et un ensemble de corrélatifs assemblés systématiquement à partir d'une initiale et d'une finale caractéristiques :
- initiales : i- (indéfinis), ki- (interrogatifs-relatifs), ti- (démonstratifs), ĉi- (collectifs-distributifs), neni- (négatifs)
- finales : -a (qualité), -o (chose), -u (individu), -es (possession). Les trois premières de ces séries varient en nombre et en cas. Sur les mêmes bases, d'autres finales produisent des adverbes : -e (lieu), -am (temps), -el (manière), -al (cause), -om (quantité). L'espéranto recourt également à diverses particules invariables dans l'organisation de la phrase : des conjonctions de coordination (
kaj « et », « ou », do « donc », sed « mais »...) ou de subordination (ke' « que », ĉar « parce que », dum « pendant que », se « si »...) qui précisent les rapports entre propositions, et des adverbes simples à valeur spatiale, temporelle, logique ou modale. En particulier, ne marque la négation, et ĉu marque l'interrogation globale.

Syntaxe de phrase

Comme en russe ou en latin, l'ordre des mots est très libre en espéranto. Le sujet, le verbe et le complément d'objet direct (marqué par l'accusatif) peuvent apparaître dans n'importe quel ordre ; le plus fréquent est sujet-verbe-objet, suivi du complément circonstanciel, mais l'usage d'autres dispositions est courant, notamment en cas de mise en relief. Il existe cependant certaines règles et tendances bien établies :
- l'article défini se place au début du groupe nominal
- les prépositions se placent au début du groupe prépositionnel
- les adverbes précèdent généralement l'expression qu'ils modifient
- les conjonctions précèdent la proposition qu'elles introduisent. Certaines tendances expressives sont remarquables par rapport à l'usage du français :
- les prépositions sont volontiers préfixées au verbe, produisant des doublets entre formulation intransitive avec groupe prépositionnel et formulation transitive à verbe préfixé : ni diskutos pri la afero ~ ni pridiskutos la aferon « nous discuterons de l'affaire »
- un syntagme peut facilement se condenser en mot composé : knabo kun bluaj okuloj ~ bluokula knabo « un garçon aux yeux bleus »
- l'emploi de l'adverbe est très étendu. Du fait de l'absence de restriction sur la combinaison des monèmes, une phrase peut se reformuler de multiples façons :
- Mi iros al la kongreso per aŭto ~ mi alkongresos auten ~ Mi autos alkongresen. « J'irai au congrès en voiture. »
- Ni estas de la sama opinio ~ Ni samopinias. « Nous sommes du même avis »
- Mi enigis ĉion en la komputilo ~ Mi ĉion enkomputiligis. « J'ai tout entré dans l'ordinateur. »Exemples empruntés à . L'espéranto peut ainsi se montrer alternativement synthétique ou analytique.

Vocabulaire

Sources lexicales

Bien qu'étant une langue construite, l'espéranto, tire ses bases lexicales de langues existantes (essentiellement européennes) : C'est ce que l'on appelle une langue construite a posteriori. Les sources principales en sont, dans l'ordre décroissant d'importance :
- le latin et les langues romanes, surtout par le français et l'italien
- les langues germaniques, essentiellement l'allemand et l'anglais
- le grec ancien, surtout pour la terminologie scientifique
- les langues slaves en faible proportion, par le russe et le polonais. Les mots provenant d'autres langues désignent surtout des réalités culturelles spécifiques : boaco « renne » (du same), jogo « yoga » (du sanskrit), haŝioj « baguettes (pour manger) » (du japonais), etc. Les morphèmes grammaticaux doivent beaucoup au latin (participes en -nt- et -t-, nombreux adverbes et prépositions, série des numéraux) et dans une moindre mesure au grec ancien (
j du pluriel, n de l'accusatif, kaj « et »). Une partie est construite a priori sans référence évidente à des langues existantes (le pronom personnel ĝi, le suffixe -uj- dénotant un contenant...), ou profondément remanié à partir d'éléments rappelant ceux de langues préexistantes, comme la série des corrélatifs. Zamenhof a suivi diverses méthodes pour adapter ses sources lexicales à l'espéranto. Le plus grand nombre a été simplement adapté à la phonologie et l'orthographe de la langue, tantôt davantage à partir de la prononciation (ex. trotoaro du français trottoir; beleco « beauté » de l'italien bellezza ; ŝuo « chaussure » de l'anglais shoe et de l'allemand Schuhe), tantôt à partir de la forme écrite (ex. semajno « semaine », soifi « avoir soif » empruntés au français ; birdo « oiseau », teamo « équipe » empruntés à l'anglais). Lorsque plusieurs de ses sources comportaient des mots proches par la forme et le sens, Zamenhof a souvent créé un moyen terme (ex. ĉefo « chef », cf. français chef / anglais chief ; forgesi « oublier », cf. allemand vergessen / anglais to forget ; gliti « glisser », cf. français glisser / allemand gleiten / anglais to glide ; lavango « avalanche », cf. français avalanche / italien valanga / allemand Lawine ; najbaro « voisin », cf. allemand Nachbar / anglais neighbour). Les radicaux sont parfois davantage altérés que que ne le nécessiterait la simple adaptation phonétique ou orthographique :
- pour éviter d'avoir des radicaux homophones : lafo « lave (volcanique) » car lavi signifie « laver », pordo « porte » car porti signifie « porter »
- pour différencier plusieurs sens : . pezi « peser (être pesant) » / pesi « peser (mesurer le poids) » du français peser, helico « hélice » / heliko « escargot » du latin helix
- pour éviter des confusions avec des affixes espérantos : mateno « matin » (
-in- est un suffixe marquant le féminin), rigardi « regarder » (re- est un préfixe marquant la répétition)
- pour abréger des mots longs : asocio « association », terni « éternuer ». Le vocabulaire de l'espéranto comprenait quelques centaines de radicaux dans le Fundamento de Esperanto de 1905. En 2002, après un siècle d'usage, le plus grand dictionnaire monolingue espérantiste (
Plena Ilustrita Vortaro de Esperanto), en comprend 16780 correspondant à 46890 éléments lexicaux.

Formation des mots

De plus, le vocabulaire de l'espéranto est extensible grâce à son caractère agglutinant. Les mots peuvent en effet dériver les uns des autres au moyen de suffixes (liste) et de préfixes (liste), une idée déjà émise par Descartes en 1629. Ce système facilite grandement l'apprentissage. Il permet aussi de s'adapter aux besoins en mots nouveaux. Ainsi, du mot reto (« réseau, filet »), on a extrait le mot ret- pour former tout un ensemble de mots liés à Internet : retadreso (« adresse de courriel »), retpirato (« pirate informatique »), etc. Ces affixes peuvent être par ailleurs utilisés seuls : -et- donne eta (« petit » dans le sens de l'idée de faiblesse) Comme en anglais, les substantifs n'ont pas de genre. On utilise le suffixe -in- (tiré de l'allemand Freund - Freundin) pour féminiser les substantifs : amiko (« ami ») - amikino (« amie »)

Exemples

Quelques mots de base

Texte analysé en constituants

La akcento estas sur la antaŭlasta silabo. La kernon de la silabo formas vokalo. Vokaloj ludas grandan rolon en la ritmo de la parolo. Substantivoj finas per -o, adjektivoj per -a. La signo de la pluralo estas -j. La pluralo de “lasta vorto” estas "lastaj vortoj". Noms - Adjectifs - Pluriel -Accusatif Traduction : l'accent est sur l'avant-dernière syllabe. Le cœur de la syllabe est formé par une voyelle. Les voyelles jouent un grand rôle dans le rythme de la parole. Les substantifs finissent par -o, les adjectifs par -a. La marque du pluriel est -j. Le pluriel de « lasta vorto » (« dernier mot ») est « lastaj vortoj ».

Critiques et analyse

Depuis ses débuts, l'espéranto a essuyé de nombreuses critiques :
-Du temps de Zamenhof les consonnes ĉ, ĝ, ĥ, ĵ, ŝ et la voyelle ŭ posaient des problèmes avec les machines à écrire qui ne possédaient pas les signes diacritiques requis. Bien que presque toujours absentes des claviers (peu de claviers, comme le clavier canadien multilingue ou le clavier dvorak BÉPO permettent de les taper sans rien ajouter à son système), ces lettres spécifiques à l'espéranto sont aujourd'hui prises en compte par l'Unicode et des programmes permettent de les taper sans gêne;
-l'existence du n en tant que complément, à savoir l'accusatif, étranger aux langues modernes d'origine latine et redondant par rapport à l'usage le plus fréquent (en espéranto) SVO ;
-les genres, où le masculin est toujours radical. La plupart du temps, ce masculin est une forme neutre : bovo = « bovin, bœuf », bovino = « vache », virbovo = « taureau ». Consulter aussi Riisme ;
-l'idée même d'une langue internationale, après l'échec cuisant du volapük, laisse les gens dubitatifs au sujet de l'espéranto ;
-le reproche par certains que l'espéranto serait une langue trop européenne, ou pas assez proche du latin. Ces reproches ont poussé certaines personnes à la création de variantes telles que l'Ido, ou à des propositions de réformes, auxquelles beaucoup d'espérantistes sont généralement hostiles, de peur de diviser leur collectivité entre réformistes et conservateurs et de diminuer la clarté de la langue. Cependant, l'espéranto reste la plus utilisée des langues dites construites et a gardé sa stabilité interne. Il faut noter que Zamenhof lui-même proposa des modifications et des réformes, mais que celles-ci furent refusées par le comité Espéranto. Quelles que soient les critiques qu'on lui fasse, l'espéranto permet au moins de répondre à une question : « Peut-on créer artificiellement une langue, ou seules les langues dites naturelles peuvent-elles exister ? » Cette réponse est : « Oui, une langue construite peut exister et fonctionner (au sens où elle peut exprimer et transmettre des concepts, des sentiments). » L'espéranto est la langue de nombreuses rencontres ; des livres (comme la Bible contient des liens vers des version traduites., Le Petit Prince : Le Petit Prince en espéranto. ou le Manifeste du parti communiste
, traduction de Detlev Blanke, Moscou, édition Progreso, 1990) ont été traduits en espéranto ; les œuvres originales en espéranto sont également bien représentées.

La culture espérantophone

L’espéranto a longtemps été une langue plus écrite que parlée. Dès le début, toutefois, son usage oral a été assuré par les clubs d'espéranto, disséminés un peu partout en Europe, en Asie orientale et dans quelques pays d'Amérique. Les personnes intéressées s'y retrouvaient une fois par semaine ou par mois pour pratiquer la langue et accueillir des voyageurs étrangers qui l'avaient apprise. Au début du sont apparus de nombreux écrivains, hommes et femmes, poètes…, qui, ayant adopté l'espéranto comme langue de leurs écrits, lui ont donné sa littérature. Dans la résistance à l'occupation japonaise, des artistes coréens, notamment des réalisateurs qui seront à l'origine du cinéma nord-coréen, choisissent ainsi de se regrouper en 1925 dans une association ayant choisi un nom espérantiste : la Korea Artista Proletaria Federacio (KAPF), ou Association coréenne des artistes prolétariens. En fait, l'usage oral de la langue, de la simple conversation à la musique, s'est surtout développé lorsque les voyages sont devenus plus accessibles et que les rencontres internationales espérantistes se sont multipliées. La mise en place de services d'hébergement chez l'habitant, comme le Pasporta Servo, et l'apparition de l'enregistrement sonore sur cassette, de même que les programmes de conversation téléphonique par ordinateur (VOIP), ont contribué à faire progresser l'utilisation orale de la langue. Il faut également noter qu'avec l'accroissement du nombre de locuteurs, l'espéranto est devenu la langue maternelle d'enfants issus de couples espérantophones. En défendant son idée à travers l’Europe, le Docteur Zamenhof s'est attiré la sympathie de nombreuses personnalités politiques, telles que Gandhi ainsi que la communauté international du Bahaïsme. Aujourd'hui, beaucoup d'autres langues nationales ou minoritaires, tendent à disparaître dans les relations internationales au profit de l'anglais, plus complexe, mais plus répandu. Cependant, la communauté espérantophone ne cesse de grandir et l'espéranto est très présent sur Internet : en octobre 2006, le nombre de réponses à l'appel du mot « esperanto » fournit 150 millions de pages sur Google et 23 millions sur Yahoo et la Wikipédia espéranto se classe dans les quinze premières en nombre d'articles (plus de 80 000 articles en avril 2007 – bien qu'un grand nombre soit encore au stade embryonnaire). Les curieux pourront écouter, grâce au lien à droite, des extraits du , dits par Claude Piron et enregistrés lors du congrès de Boulogne de 2005 organisé pour célébrer le centenaire de ce Premier Congrès. Ces extraits sont reproduits et traduits dans la . Ce discours est typique du style de Zamenhof, empreint de naïveté pour ses détracteurs, d'un profond humanisme pour ses sympathisants.

Autres usages

Dès son apparition, l'espéranto a fait l'objet d'usages autres que la communication internationale.

Littérature et cinéma

De nombreuses œuvres littéraires ont été écrites ou traduites en espéranto. Le cinéaste suisse François Randin produit des films qui sont parlés en espéranto et qui chaque fois que ce n'est pas le cas sont sous-titrés en espéranto afin de pouvoir être compris par tout le monde.
Incubus, de Leslie Stevens (1965) avec William Shatner dans le rôle principal, fut entièrement tourné en espéranto. Tous les acteurs ont appris les dialogues dans cette langue et le film n'existe qu'en VO espéranto (avec sous-titrages).

En tant que métaphore

Le nom espéranto fonctionne comme un nom propre quand il désigne la langue même, mais est parfois utilisé comme nom commun (dans une sorte d'antonomase) dans le sens de langue commune dans un domaine donné, souvent avec une connotation péjorative réductrice. Java fut par exemple promu comme l'espéranto des langages de programmation, pour en souligner la simplicité, l'élégance, la puissance, l'universalité (indépendance par rapport au système d'exploitation)… Cet emploi est en réalité trompeur, Java correspondant aussi à l'idée d'une langue unique supérieure aux autres, ce qui peut avoir son intérêt pragmatique en matière de programmation, mais qui dans le domaine des langues naturelles créerait un impérialisme linguistique inacceptable. Les espérantistes n'ont pas pour but de remplacer les autres langues comme l'a expliqué la déclaration de Boulogne en 1905 et réaffirmé le manifeste de Prague en 1996. En Allemagne et en Autriche, les opposants à l'euro comme le journal Bild le décrirent un moment comme Esperantogeld ou Esperantowährung (
Geld = « argent » ; Währung = « Monnaie ») voulant dire par là qu'un tel projet international était intrinsèquement voué à l'échec.

Dans l'art

L'espéranto est parfois utilisé dans l'art. Ainsi, dans le film de Charlie Chaplin
Le Dictateur les plaques des magasins du ghetto juif sont en espéranto, décrite comme « langue juive internationale » par Hitler dans Mein Kampf. Le film Idiot's Delight avec Clark Gable nomme quant à lui « Esperanto » une dictature européenne non identifiée, utilisant une langue neutre afin de n'offenser aucun pays. Une stratégie diplomate reprise dans Street Fighter (1994) et Blade Trinity (2005). Il est aussi possible d'entendre de l'espéranto dans le film Bienvenue à Gattaca. En effet, les haut-parleurs de l'entreprise dans laquelle travaille le protagoniste de l'histoire, font les annonces d'abord en espéranto puis en anglais dans la version originale. Dans la série de romans de science-fiction Le Fleuve de l'éternité de l'écrivain Philip José Farmer, tous les humains ayant vécu sur la Terre sont ressuscités sur les rives d'un interminable fleuve. L'espéranto y devient rapidement de facto la langue de communication entre les riverains et Farmer l'utilise entre autres pour nommer certains États qui apparaissent au bord du fleuve. Dans son album HIStory, Michael Jackson exploite la sonorité à la fois internationale et exotique de l'espéranto, en prononçant quelques phrases dans cette langue. Dans le jeu vidéo Final Fantasy XI, le thème principal Memoro de la ŝtono accompagnant la cinématique d'introduction, est chanté en espéranto. La pochette de l'album OK Computer de Radiohead présente de nombreuses phrases, dont certaines en espéranto.

Langue des signes espéranto

est une langue des signes codifiant l'emploi de l'espéranto. Il a pour but de permettre aux sourds d'origines diverses de bénéficier d'une grammaire simple et d'un vocabulaire plus vaste, afin de communiquer avec une grande fluidité. Outre les chiffres et les lettres, un signe spécifique est associé aux morphèmes les plus courants.

Espéranto et militantisme

L'espéranto et la construction européenne

Les élections européennes de juin 2004 ont vu l'apparition en France de la liste Europe - Démocratie - Espéranto organisée par Christian Garino qui n'avait pas pour vocation d'avoir des élus mais souhaitait ainsi faire connaître l'espéranto et proposer cette langue neutre comme une alternative à l'anglais, dont l'utilisation comme langue commune aurait favorisé les anglophones de naissance (
English native speakers''). Cette initiative était néanmoins controversée au sein des mouvements espérantistes car l'espéranto se veut être une langue apolitique et internationale (c'est-à-dire pas seulement européenne). La liste a reçu 25 259 voix, soit environ 0, 15% des voix exprimées. Elle se structure désormais au niveau européen.

L'espéranto comme défense contre l'impérialisme linguistique

D'aucuns argumentent qu'apprendre une langue implique de se soumettre à la culture qui lui est liéeRobert Phillipson : Linguistic imperialism. Oxford university Press, 1992, ISBN 0194371468, English-Only Europe ?. Londono : Routledge. 2003, ISBN 041528807X et . ; c'est aujourd'hui l'anglais qui est en ligne de mire, de par son emploi considérable dans les échanges internationaux. Cette utilisation de l'anglais s'est développée après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'Europe de l’Ouest passa sous influence des États-Unis. Le besoin de créer artificiellement une langue auxiliaire commune semblait avant cette époque plus évident, car il n'existait pas vraiment d'alternative établie. Parmi les arguments qui peuvent être exposés par les partisans d'une langue alternative à l'anglais pour les relations internationales, on peut énoncer les suivants :
-L'utilisation de l'anglais dans les relations internationales favorise les anglophones de naissance dans le recrutement, viennent ensuite les personnes qui auront eu la possibilité (financière entre autres) d'aller étudier dans un pays anglophone. L'Union européenne, qui dépense 1% de son budget dans la traduction de ses directives, traités ou séances dans ses vingt-trois langues officielles fait plus volontiers appel à des employés de langue maternelle anglaisehttp://lingvo.org/fr/2/15.
-L'anglais est complexe et difficile à apprendre pour la plupart de la population mondiale. Bien qu'en France, il soit généralement appris dès le collège, voire introduit dès le cours moyen, la maîtrise n'en est pas totalement acquise au baccalauréat.Il est désormais presque obligatoire d'obtenir en France un score de 750 points sur 990 au test du TOEIC, pour valider un diplôme d'ingénieur, ce qui correspond au niveau « Opérationel de base ». En 2005, la moyenne nationale était de 692 points, tout en étant passé principalement par des étudiants ayant un haut niveau d'études. Les pays d'Europe ont des scores relativement hauts (en moyenne 688 en 2005), mais sont les pays qui passent le moins ce test. Toujours en 2005, la moyenne d'Asie hors Japon et Corée était de 530 points, et celle d'Amérique du Sud de 427 points (référence : http://www.eu.toeic.eu/toeic-sites/toeic-europe/news-toeic/?news=282&view=detail&no_cache=1 et http://www.eu.toeic.eu/fileadmin/free_resources/Europe%20website/3548-TOEIC_TTRep.pdf). Il faut également noter que ce test est, à quelques exceptions près, passé par une très faible partie de la population, cette partie étant généralement composée d'étudiants visant un métier lié à l'international, ayant déjà effectué plusieurs années d'apprentissage, et pouvant payer ce test. L'accès à une éducation longue, à la culture mondialisée et à Internet n'est pas aussi évidente qu'on pourrait le croire.
-L'anglais est rarement utilisé correctement et fait place à des formes simplifiées comme le globish, appauvrissement dont risque de pâtir l'anglais même. Si, lors de voyages, un anglais simplifié peut s'avérér utile dans les aéroports, les hôtels et parfois les taxis, c'est-à-dire pour des tâches particulières, il fait malheureusement défaut pour des conversations sortant de ce cadre.
-D'autres, Article et réactions sur Agoravox voient encore le risque d'un impérialisme linguistique dans la multiplication d'anglicismes, notamment lors de l'emprunt lexical de nouveaux mots que l'on ne prend plus la peine d'adapter ou de traduire (par ex. web, mail...). L'espéranto ne s'étant pas développé comme l'anglais, il est difficile de savoir si plus de personnes dans le monde auraient pu l'utiliser comme outil de communication, ou si son usage aurait permis plus de choses qu'un usage pratique ; il reste néanmoins le fait que cette langue n'appartient à personne et permet par là davantage d'égalité au départ. De plus, l'espéranto a eu l'occasion de devenir une langue de communication internationale, mais la France s'y opposa lorsque la proposition fut faite à la Société des Nationshttp://www.esperanto-sat.info/article1004.html, pensant que le français serait encore pour longtemps la langue de la diplomatie. Par ailleurs, les personnes apprenant l'espéranto développent en général un intérêt vaste pour les langues étrangères et leur apprentissage de l'espéranto facilite leurs études ultérieures d'autres langues.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Accent tonique   Accusatif   Adjectif   Adolf Hitler   Adverbe   Affixe   Akademio de Esperanto   Allemagne   Allemand   Alphabet latin   Alphabet phonétique international   Anglais   Anglais basic   Anglicisme   Antonomase   Article défini   Article indéfini   Article partitif   Aspect   Aspect inchoatif   Aspect itératif   Aspect progressif   Association internationale des travailleurs (anarcho-syndicaliste)   Association mondiale anationale   Association mondiale d'espéranto   Association à but non lucratif   Autriche   Auxiliaire (verbe)   Avril 2007   Bahaïsme   Bible   Bienvenue à Gattaca   Boulogne-sur-Mer   Canton (Chine)   Cas   Cassette (support de stockage)   Catholicisme   Causatif   Charlie Chaplin   Cinéma nord-coréen   Cinématique (jeu vidéo)   Clark Gable   Claude Piron   Clavier Dvorak   Communication   Communisme   Complément circonstanciel   Complément d'objet direct   Concordance des temps   Congrès Universel d'Espéranto   Conjonction (grammaire)   Conjugaison   Conjugaisons en espéranto   Consonne affriquée   Consonne alvéolaire   Consonne bilabiale   Consonne dentale   Consonne fricative   Consonne glottale   Consonne labio-dentale   Consonne labio-vélaire   Consonne latérale   Consonne nasale   Consonne occlusive   Consonne palatale   Consonne post-alvéolaire   Consonne roulée   Consonne sourde   Consonne vélaire   Coordination (grammaire)   Coréen   Courrier électronique   Cours d'espéranto   Croate   Diacritiques de l'alphabet latin   Diphtongue   Drapeau de l'espéranto   Droite (politique)   Désinence   Déterminant   Emprunt lexical   Enseignement des langues étrangères   Espagnol   Espérantiste   Euro   Europe   Europe - Démocratie - Espéranto   Europe de l'Est   Europe de l'Ouest   Final Fantasy XI   Finnois   Fonction syntaxique   France   Français   Fundamento de Esperanto   Gaston Waringhien   Genre grammatical   George Orwell   Georges Kersaudy   Giuseppe Peano   Globish   Google   Grammaire   Graphème   Grec ancien   Guerre d'Espagne   Guerre mondiale   Guerre russo-japonaise   HIStory   Histoire de l'espéranto   Ido   Impérialisme linguistique   Incubus (film)   Informatique   Interlingua   Internet   Italien   Japon   Japonais   Java (langage)   Juin 2004   Langage de programmation   Langue SVO   Langue construite   Langue des signes   Langue flexionnelle   Langue maternelle   Langue officielle   Langue synthétique   Langues indo-européennes   Langues officielles de l'Union européenne   Langues par famille   Langues romanes   Langues slaves   Latin   Le Dictateur   Le Monde du fleuve   Le Petit Prince   Linguistique   Liste d'associations espérantistes   Liste des périodiques du mouvement espéranto   Littérature   Littérature en espéranto   Louis Couturat   Ludwik Lejzer Zamenhof   Manifeste de Prague (espéranto)   Mein Kampf   Michael Jackson   Mise en relief   Mode (grammaire)   Mohandas Karamchand Gandhi   Monème   Morphème   Mot composé   Nombre grammatical   Novlangue   Négation (linguistique)   OK Computer   Octobre 2006   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Ouagadougou   Parole   Participe   Pasporta Servo   Philip José Farmer   Phonologie   Phonème   Pirate informatique   Plena Ilustrita Vortaro de Esperanto   Polonais   Pronom personnel   Proposition (grammaire)   Proverbes en espéranto   Préposition   Que sais-je ?   Radical (linguistique)   Radiohead   Radiophonie   Rencontres internationales espérantistes   René Descartes   Riisme   Russe   Russie impériale   Rythme   République populaire de Chine   SAT-Amikaro   SVO   Saint-Marin   Same   Sanskrit   Science-fiction   Seconde Guerre mondiale   Shanghai   Slovène   Social-démocratie   Société des Nations   Stalinisme   Street Fighter (film)   Subordination (grammaire)   Substantif   Suffixe   Syllabe   Syntagme   Syntaxe   Système vocalique   Tchèque   Temps (grammaire)   Temps composé   Thème (musique)   Tour de Babel   Traduction   Transitivité (grammaire)   Turc   Typologie morphologique   Télévision   Umberto Eco   Unicode   Université de Washington   Unua Libro   Valence (linguistique)   Verbe   Vincent Cespedes   Vocabulaire de l'espéranto   Volapük   Voyelle   William Shatner  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^