Piero della Francesca

Infos
Résurrection Piero di Benedetto de Franceschi dit Piero della Francesca est né vers 1412 (ou 1420) à Borgo San Sepolcro (aujourd'hui Sansepolcro) dans la haute vallée du Tibre en Toscane, ville où il décède en 1492. La maîtrise de l'art de la perspective, du rendu de la lumière et de la qualité du traitement des couleurs de Domenico Veneziano influença Piero della Francesca avec lequel il commença sa vie de peintre. Piero della Francesca et Melozzo da Forl
Piero della Francesca

Résurrection Piero di Benedetto de Franceschi dit Piero della Francesca est né vers 1412 (ou 1420) à Borgo San Sepolcro (aujourd'hui Sansepolcro) dans la haute vallée du Tibre en Toscane, ville où il décède en 1492. La maîtrise de l'art de la perspective, du rendu de la lumière et de la qualité du traitement des couleurs de Domenico Veneziano influença Piero della Francesca avec lequel il commença sa vie de peintre. Piero della Francesca et Melozzo da Forlì sont les plus célèbres maîtres de la perspective du , reconnus comme tels par Giorgio Vasari et Luca Pacioli.

Biographie

Piero apprend les bases de l’art à Borgo San Sepolcro en fréquentant la boutique du seul artiste de la cité, Antonio di Anghiari, comme l'atteste un document de paiement datant du 21 octobre 1436 relatif à une commande de blasons et d’étendards papaux pour les portes et les tours de la ville, et sur lequel le nom de Piero della Francesca figure aux côtés de celui d’Antonio. L'artiste initie sa vie de peintre, en 1439, pour les fresques de la Vie de la Vierge dans le chœur de l'église Sant'Egidio. Retourné à Sansepolcro, et nommé conseiller du peuple en 1442, il commence le polyptyque de la Vierge de Miséricorde mais avant son achèvement, la confrérie de la Miséricorde de Borgo Sansepolcro lui passe commande d'un retable en 1445 ; le maître réalise personnellement saint Sébastien, saint Jean Baptiste, le panneau central et la Crucifixion. Il se rend à Ferrare en 1450 où il réalise plusieurs fresques dans certaines salles du palais d'Este, puis à Venise et à Rimini où Sigismond Pandolfo Malatesta l’appelle en 1451. Il lui confie le décor de la chapelle des reliques du temple des Malatesta. La fresque de Sigismond Malatesta agenouillé aux pieds de saint Sigismond, roi des Burgondes prend place dans un cadre en trompe-l'œil. Il devient à l'occasion de ces voyages à travers l'Italie, un familier de la cour d'Urbin. La Flagellation, l'une de ses œuvres majeures, fut réalisée autour de 1452. C'est une création personnelle qui ne dépend d'aucune commande. Piero della Francesca consacre les années comprises entre 1452 et 1459 à la décoration du chœur de l'église San Francesco d'Arezzo pour un cycle de fresques qui évoque Histoire de la Vraie Croix du Christ, tirée de la Légende dorée de Jacques de Voragine, thème appartenant traditionnellement au registre de l'iconographie franciscaine. Il part, malgré ce chantier monumental engagé et témoignage de son génie, réalise la fresque représentant sainte Marie-Madeleine, dans le dôme d'Arezzo, en 1460. Il peint, la même année, la Madonna del Parto pour la chapelle Santa Maria di Nomentana du cimetière de Monterchi, bourgade voisine de Borgo Sansepolcro. Il exécute, les années suivantes, le polyptyque de saint Augustin, dont il ne reste que quatre panneaux, ainsi que le retable du couvent San Antonio à Pérouse. Ensuite on le retrouve à Rome, le 12 avril 1459 pour le paiement de ses peintures de la chambre de Pie II au vatican, et de nouveau à Arezzo pour livrer l'étendard de la confrérie de l'Annunziata en 1468. Il repart à Urbin où Frédéric III de Montefeltro, duc d'Urbin, l'associe en 1465 aux architectes Alberti et Luciano Laurana. Il leur confie la rénovation de son palais. Le diptyque des ducs d'Urbin, intitulé Triomphe de la Chasteté, qui rassemble les portraits de Frédéric et de son épouse Battista Sforza, les représente de profil sur un fond de paysage en perspective. Il travaille également pour une œuvre représentant Eucharistie. Il revient à Arezzo pour les fresques de la Badia en 1473, et à Sansepolcro en 1478, pour l’exécution d’une fresque de la Vierge commandée par la confrérie de la Miséricorde. On le retrouve placé à la tête de la confrérie de San Bartolomeo entre 1480 et 1482. Le 22 avril 1482, il loue une maison avec un puits à Rimini. Le 5 juillet 1487, il établit son testament. Il meurt à Sansepolcro, aveugle, le 1 octobre 1492.

Techniques et influences

Sans céder aux effets du trompe-l'œil, Piero della Francesca utilise la perspective afin d'ordonnancer des compositions naturalistes grandioses. Il étudie les œuvres flamandes en possession de son protecteur, Lionel d'Este, marquis de Ferrare. Le Saint Jérôme pénitent, de 1450, intègre les influences nordiques à la tradition italienne du paysage. Dans la décoration du chœur de l'église San Francesco d'Arezzo pour le cycle de fresques évoque l’Histoire de la Vraie Croix du Christ, il renonce à la répartition des scènes dans l'ordre chronologique. Il adopte un rapprochement symétrique et analogique. Pour Frédéric III de Montefeltro, le diptyque des ducs d'Urbin qu'il exécute sur un fond de paysage en perspective, est directement inspiré de la peinture flamande de la fin du .

Le mathématicien

la cité idéale à Urbin longtemps attribuée à Piero Alors qu'aujourd'hui son œuvre mathématique est à peu près complètement ignorée, Piero della Francesca était un mathématicien réputé de son vivant. Selon Giorgio Vasari c'était même le meilleur géomètre de son époque. Il a écrit trois grands traités : deux de géométrie De prospectiva pingendi ("De la Perspective en Peinture") et Libellus de quinque corporibus regularibus ("Des Cinq Corps réguliers") ainsi qu'un livre d'abaque le Trattato d'abaco. Pendant longtemps la Cité idéale, lui a été attribuéehttp://www.radici-press.net/Numero_25_26/Itineraire_Urbino.php mais autant à Francesco di Giorgio Martini ou à Luciano Laurana, artistes renommés qui travaillaient à la cour du duc d’Urbino, Federico da Montefeltro.

Œuvres

Majeures

Triomphe de la Chasteté

Les portraits du duc d'Urbin Frédéric III de Montefeltro et de sa femme Battista Sforza, réalisés entre 1460 et 1470, huile sur bois, sur les volets du diptyque du Triomphe de la Chasteté, les deux profils se font face sur fond d'un paysage idéalisé et en perspective. Au verso, leur arrivée dans la ville accompagnée d'anges et de licornes, symboles de chasteté.

Annonciation

fronton du retable Retable de saint Antoine, pour le couvent Sant'Antonio de Pérouse de 1469 - tempera sur bois de peuplier de 170 cm x 191, 5 cm, conservé à la Galerie national de l'Ombrie à Pérouse dont le sommet du volet principal de l'œuvre est occupé par l'Annonciation, sa partie centrale par une Vierge à l'Enfant entourée de saint Antoine, saint Jean baptiste, saint François et sainte Élisabeth. Cette partie du retable, l'Annonciation, est la preuve manifeste de la maîtrise des règles (nouvelles) de la perspective par Piero.

Nativité

Nativité Peinture à l'huile conservée à la National Gallery de Londres, 1470. Ce tableau est un essai de la peinture à l'huile (essai de cette nouvelle technique d'origine flamande). Commande de son neveu pour son mariage, ce tableau représente la Vierge Marie à genoux devant l'Enfant Jésus accompagnée par des anges qui chantent au premier plan, alors qu'au second plan on distingue Joseph et les bergers, le bœuf et l'âne .

Madonna del Parto

Madonna del Parto Peinte à fresque, elle fut réalisée en 7 "giornate" de travail. Piero della Francesca utilisa des couleurs de premier choix, notamment une quantité considérable de bleu d'outre-mer obtenu à partir du lapis lazzuli importé des lointaines grottes de l'Afghanistan. L'œuvre était destinée à orner le mur au-delà du maître-autel de l'ancienne église Santa Maria di Nomentana. Lors d'un tremblement de terre en 1785, l'édifice fut entièrement détruit exceptés le mur et sa fresque, miraculeusement debout. Détachée de la paroi, elle fut replacée au même endroit dans la nouvelle église dans une niche (et était devenu un lieu de pèlerinage pour les femmes sur le point d'accoucher). Malheureusement la partie supérieure fut gravement endommagée et la calotte du baldaquin dut être repeinte. Aujourd'hui restaurée, on peut l'admirer dans un musée qui lui est spécialement consacré, sous les remparts de la ville de Monterchi.

Conversation sacrée

Sacra Conversazione La sacra Conversazione est une fresque pour la chiesa francescana di San Donato degli Osservanti, conservée à la pinacothèque de Brera de Milan. Il s'agit d'un thème chrétien conventionnel présenté sous une composition nouvelle apparue vers le milieu du , plaçant la Vierge à l'Enfant, trônant sous un dais et entouré de saints et du commanditaire de l'œuvre, certains personnages parlant entre eux

Marie-Madeleine

Maddalena La Maddalena, œuvre peinte en 1460 et visible à la cathédrale di San Donato d'Arezzo.

Baptême du Christ

Le Baptême du Christ Le Battesimo di Cristo, œuvre réalisée entre 1448 et 1450 et conservée à la National Gallery de Londres.

Flagellation du Christ

Flagellazione La Flagellazione di Cristo, une œuvre réalisée en 1450 avant son retour à Sansepolcro. Une huile sur bois de 59 cm x 81 cm, conservée à la Galleria nazionale delle Marche d'Urbin.

Résurrection

Résurrection Fresque du Museo Civico di Sansepolcro visible sur le mur même de sa réalisation (le musée ayant été défini sur ce bâtiment conventuel).

Vierge de Miséricorde

Polyptyque La Madonna della Misericordia, dans le même musée, œuvre particulière en polyptyque et dorures, assez rare chez Piero.

Légende de la Vraie Croix

La Leggenda della Vera Croce, un cycle de fresques de l'église San Francesco d'Arezzo (1452-1459) restaurées depuis 2000 après 15 ans de travaux. Image:Piero della Francesca 016.jpg|La Démolition du pont Image:Piero della Francesca 021.jpg|La Bataille Image:Piero della Francesca- Legend of the True Cross - the Queen of Sheba Meeting with Solomon.JPG|La Reine de Saba Image:Piero della Francesca 023.jpg|Détail Image:Piero della Francesca 013.jpg|Détail

Autres œuvres

Sigismondo Pandolfo Malatesta
- La Madonna de Senigallia (fin des années 1470), à la Galleria Nazionale delle Marche, Urbin
- Le portrait de Sigismondo Pandolfo Malatesta, huile et tempera sur bois (1451), au musée du Louvre, Paris
- Sigismondo Pandolfo Malatesta en prière devant saint Sigismond (1451) Tempio Malatestiano Rimini
- Saint Jérôme pénitent (1450), Staatliche Museum de Berlin
- Le polyptyque de saint Augustin, huile et tempera sur bois (1460-1470), d'Arezzo dont les panneaux sont dispersés :
- Saint Augustin à Lisbonne
-Saint Jean-Baptiste à la Frick Collection de New York
-Saint Michel archange à la National Gallery
- Saint Nicolas de Tolentino à Milan Museo Poldi Pezzoli.

Bibliographie

- Roberto Longhi, 1927, Piero della Francesca
- Daniel Arasse, dans les chapitres qui lui sont consacrés dans plusieurs de ses livres. ==
Sujets connexes
Abaque   Alberti   Annonciation   Arezzo   Berlin   Cité idéale   Conversation sacrée   Daniel Arasse   Domenico Veneziano   Ferrare   Francesco di Giorgio Martini   Fresque   Frédéric III de Montefeltro   Giorgio Vasari   Jacques de Voragine   La Résurrection (Piero della Francesca)   Le Vite   Lisbonne   Liste des souverains d'Urbin   Londres   Luca Pacioli   Luciano Laurana   Légende dorée   Madonna della Misericordia   Milan   Monterchi   Musée du Louvre   New York   Paris   Peinture à l'huile   Perspective (représentation)   Pie II   Pinacothèque de Brera   Polyptyque   Pérouse   Pérouse (Italie)   Retable   Rimini   Roberto Longhi   Rome   Sansepolcro   Sigismond Malatesta   Staatliche Münze Berlin   Toscane   Trompe-l'œil   Urbin   Venise  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^