Art africain traditionnel

Infos
L'art africain traditionnel se subdivise en une multitude d'arts locaux. Les musées internationaux ayant longtemps négligé l'art africain, appelé auparavant « art nègre », de ce fait la plupart des chefs d'œuvre sont entre les mains des collectionneurs privés et des marchands, et certains d'entre eux ont réalisé depuis les années 1980 de véritables fortunes. Après les diverses indépendances, beaucoup d'Européens étaient rentrés en Europe avec souvent d
Art africain traditionnel

L'art africain traditionnel se subdivise en une multitude d'arts locaux. Les musées internationaux ayant longtemps négligé l'art africain, appelé auparavant « art nègre », de ce fait la plupart des chefs d'œuvre sont entre les mains des collectionneurs privés et des marchands, et certains d'entre eux ont réalisé depuis les années 1980 de véritables fortunes. Après les diverses indépendances, beaucoup d'Européens étaient rentrés en Europe avec souvent d'importantes collections et peu à peu, leurs collections ont alimenté les marchés aux puces et les ventes aux enchères. La véritable passion de l'art africain se doit dans certains cas de respecter l'objet dans son intégralité, ce qui signifie donc par exemple d'accepter l'existence — sans se laisser impressionner — d'une couche de sang séché (croûte sacrificielle) recueilli au cours des sacrifices rituels. Aux dires des collectionneurs — fétichistes ? — les plus passionnés, les traces laissées de leur utilisation, confèrent à ces objets une puissance magique ou esthétique que les autres ne possèdent pas. Cependant les faux d'aujourd'hui, font des ravages, car dans de nombreux villages africains, les artisans sont passés maîtres dans l'art de patiner le neuf, d'autant plus que selon les experts il devient impossible de retrouver aujourd'hui une œuvre majeure sur le continent. Tout est déjà en Europe, chez les collectionneurs (comme le bruxellois Willy Mestach), dans les familles d'anciens colons, ou en Amérique dans les musées. Trouver un objet rituel étant devenu rarissime, il y a de nombreux vols concernant ces objets, liés à la découverte de cet art primitif. D'autre part, de nombreux «rabatteurs» écument les villages de brousse les plus éloignés pour inciter les villageois à leur vendre leurs objets usuels comme les statuettes, les masques ou les poupées. Les gouvernements africains de leur côté laissent faire car ils ne manifestent pas beaucoup d'intérêt pour le marché de l'art africain et même le boudent, alors qu'une résolution prise par l'UNESCO interdit, depuis le début des années 1990, de faire sortir masques et statues du continent africain. Mais dans les faits, ni l'UNESCO, ni les gouvernements africains ne disposent des moyens d'endiguer l'hémorragie et de protéger ce patrimoine. De plus certaines critiques se sont élevées contre une telle mesure avec comme argumentaire de dire : « Rien n'interdit aux Européens, aux Américains ou aux Japonais de vendre leurs œuvres à l'étranger ou d'en acheter. Pourquoi ce droit serait-il interdit aux Africains ? » L'Afrique reste, cependant, un gisement artistique naturel d'importance majeure, car d'un bout à l'autre de ce vaste continent, il existe des milliers de tombes millénaires contenant, encore, des dizaines de milliers d'objets à découvrir. Quelques musées africains, dont les États n'ont pas les moyens ni la volonté d'entreprendre des fouilles, tentent de s'organiser et de proposer aux marchands des fouilles mixtes ou conjointes avec comme but de conserver les pièces les plus exceptionnelles, et au moins de pouvoir être intéressés aux ventes des objets collectés, afin d'avoir les moyens de mettre en œuvre une véritable politique d'acquisition. Parmi les objets usuels africains on peut aussi trouver des objets artisanaux tels que des poulies, des serrures de grenier, des échelles, des calebasses pyrogravées et des armes, mais aussi des objets comme des statues décoratives sculptées pour les villas des blancs dans les années 1950 et 1960, ou comme enseignes naïves des boutiques. Ces objets sont des «faux» pour les puristes et les «ethnos» qui les méprisent, mais ces pièces, aujourd'hui pâtinées par le temps, se révèlent des choses, souvent très belles et très touchantes, d'un art réellement populaire, témoin d'un temps aujourd'hui révolu. Par exemple les statues dites «colons» représentent le «colon», l'homme blanc vu par l'homme noir, et sont souvent des statues pleines d'humour et de drôlerie. Aujourd'hui l'art africain est une mine inépuisable d'inspiration pour les créateurs qui le réinterprètent, mais « hors de son milieu, retiré de son contexte, non seulement géographique mais aussi social, l'objet perd son identité culturelle. (...) De la panoplie du "colonial" au mur du "collectionneur" associé aujourd'hui à l'art contemporain, on tend à oublier la relation de l'objet africain avec son milieu d'origine, faisant abstraction de l'évidente implication ethnologique ».

Quelques arts africains

- Art ashanti
- Art bakota (Gabon) et ses placages de cuivre et de laiton.
- Art bambara (Mali), ses statuettes fétiches, ses fers forgés, ses serrures de greniers et ses statues.
- Art bangwa (Cameroun)
- Art baoulé (Côte d'Ivoire), ses statuettes fétiches, ses frondes, ses métiers à tisser, ses volets de case
- Art buyu (Congo-Kinshasa)
- Art byieris, ses statuettes
- Art dan (Côte d'Ivoire)
- Art dogon (Mali), ses statuettes fétiches, ses tabourets, ses échelles, ses portes
- Art fang (Gabon), ses têtes Byieri, ses reliquaires, ses armes de jet
- Art Ibedji Yorouba, ses statuettes fétiches, ses coupes
- Art kasai
- La Luba est une statuette représentant la fondatrice du clan.
- Art kirdi (Cameroun), ses boucliers
- Art kota (Gabon), ses reliquaires, ses armes de cérémonie
- Art kuba (Congo-Kinshasa), ses tapisseries
- Art kwese, ses masques
- Art lobi (Ghana), ses statuettes fétiches, ses sculptures sacrificielles bicéphales
- Art luba
- Art mahongwé (Gabon), ses reliquaires
- Art mbuun
- Art moba (Togo), ses statuettes.
- Le Sakab Tchitchiri représente l'ancêtre fondateur du clan, il est représenté sous forme d'une grande statue, tête en pointe, jambe écartée sur son socle.
- Art mossi (Burkina Faso)
- Art mukuye punu (Gabon)
- Art nimba (Guinée)
- Art nkisi (Congo-Kinshasa), , ses statuettes fétiches à clous
- Art nyamwezie (Tanzanie)
- Art pygmée, ses pongos (pagnes d'écorces battue aux dessins compliqués)
- Art sénoufo (Côte d'Ivoire), ses statuettes fétiches, ses sièges
- Art songye, ses statuettes fétiches, ses masques et ses boucliers.
- Art Bena-Kibeshi sous-groupe songye.
- Art tschokwe (Angola), ses sceptres
- Art turkana (Kenya)

Quelques prix

- un masque Mukuye Punu du Gabon a été vendu pour 617 142 € en juin 2004.
- une plaque du Bénin (vers 1580-1620) a été vendue pour 503 250 € en juin 2004.
- une plaque du Bénin du XVI-XVIIe siècle a été vendue 691 200 € en décembre 2004.
- une statuette dogon représentant un cavalier, 85 000 € (2007).
- une tabatière tschokwe du XIXe, 25 000 € (2007).
- une statue-reliquaire nkisi, 145 000 € (2007).
- Un masque Ngil de culture Fang du Gabon, haut de 48 cm, en bois, représentant un visage stylisé peint en blanc au kaolin, a été vendu le 17 juin 2006 aux enchères à Drouot à Paris pour la somme record de 5, 9 M d'euros (avec les frais), devenant ainsi l'oeuvre d'arts premiers la plus chère jamais vendue au monde.

Musées et fondations

- Musée d'Art africain (Dakar, Sénégal)
- Fondation Dapper de Paris
- L'exposition « Africa Remix » au Centre Pompidou du 25 mai au 15 août 2005, a dressé un panorama de l'art contemporain africain. ==
Sujets connexes
Afrique   Amérique   Angola   Années 1950   Années 1960   Années 1980   Années 1990   Anthropologie de l'art   Art   Art bambara   Art contemporain africain   Art dan   Art dogon   Art premier   Biennale de Dakar   Burkina Faso   Cameroun   Côte d'Ivoire   Dakar   Europe   Gabon   Ghana   Guinée   Histoire de l'art   Jacques Samir Stenka   Kenya   Mali   Masques de Côte d'Ivoire   Musée   Musée d'Art africain   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Peintres de Côte d'Ivoire   République démocratique du Congo   Sénégal   Tanzanie   Togo   Toiles de Côte d'Ivoire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^