Louis-Hippolyte Lafontaine

Infos
200px Louis-Hippolyte Lafontaine (Boucherville, - Montréal, , est un homme politique canadien, principal responsable avec Robert Baldwin, de l'instauration du gouvernement responsable au Canada. Il fut à la tête des affaires du pays une dizaine d'années, de 1841 à 1851. Retiré de la vie politique active en 1851, il devint en 1853 juge en chef pour le Bas-Canada et le fut jusqu'à sa mort. À ses funérailles, le 2 mars 1864, Mgr Bourget prononça son éloge funèbre. S
Louis-Hippolyte Lafontaine

200px Louis-Hippolyte Lafontaine (Boucherville, - Montréal, , est un homme politique canadien, principal responsable avec Robert Baldwin, de l'instauration du gouvernement responsable au Canada. Il fut à la tête des affaires du pays une dizaine d'années, de 1841 à 1851. Retiré de la vie politique active en 1851, il devint en 1853 juge en chef pour le Bas-Canada et le fut jusqu'à sa mort. À ses funérailles, le 2 mars 1864, Mgr Bourget prononça son éloge funèbre. Son père, Antoine Lafontaine, et le père de son père, Louis Lafontaine, avaient été capitaines de milice, ce qui, en ce temps-là, constituait une situation sociale importante. Le père de sa mère, Antoine Ménard, siégea à l'Assemblée législative de Québec. Louis-Hippolyte suivit son cours d'études secondaires au collège de Montréal, sous la direction des sulpiciens. En 1829, il était admis au barreau. Deux ans plus tard, en 1831, il épousait Adèle-Amable, fille du docteur Berthelot, de Saint-Eustache, dont il n'eut pas d'enfants. Devenu veuf en 1859, il épousa en secondes noces, en 1861, Jane-Mary Morrisson, veuve du capitaine Thomas Kinton, dont il eut deux fils, morts tous les deux en bas âge. Il n'a donc pas laissé de postérité. Avocat en 1829, à 22 ans, Lafontaine s'occupe aussitôt de politique, et, dès octobre 1830, les électeurs de Terrebonne en font leur député à la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada. Lafontaine suivit d'abord Papineau et fut, avant 1837, l'un des plus ardents lieutenants du fameux tribun. A cela, rien d'étonnant. L'on sait, en effet, que Papineau, par le prestige de son talent et surtout par l'éloquence de sa parole, attirait alors invinciblement dans son sillage tout ce que le petit peuple canadien-français comptait de sujets brillants. L'une des conséquences de son attitude fut de valoir à Lafontaine l'honneur d'aller en prison, en 1838, pour délit politique. Mais il fut bientôt libéré et demanda en vain qu'on lui fît son procès. Les événements cependant, en tournant au tragique, l'avaient assagi et rendu plus prudent. "La fusillade qui ensanglanta les bords du Richelieu, a écrit DeCelles, produisit sur Louis-Hippolyte l'effet d'un jet d'eau froide sur la vapeur." Il se classa désormais, contre Papineau, parmi les modérés, dont il ne tarda pas à devenir le chef et le guide. Mais, tout en se tenant dans les limites de la. légalité, Lafontaine ne cessa pas de se montrer tenace autant que dévoué en combattant pour le droit à la liberté de ses compatriotes. Sa modération même, par le jeu des intérêts, fit de l'homme de l'opposition qu'il était d'abord, mieux qu'un homme de gouvernement, un véritable chef. Il s'allia avec Baldwin, chef des patriotes du Haut-Canada. Le gouverneur Sydenham, qui reconnaissait sa force, l'ayant combattu dans Terrebonne, personnellement, sous le prête-nom du docteur McCullogh, en 1841, l'obligea en quelque sorte à renoncer à briguer les suffrages de ses électeurs pour éviter des effusions de sang. Baldwin le fit aussitôt élire dans York, un comté du Haut-Canada. Peu de temps après, il faisait lui-même élire Baldwin dans Rimouski. En 1843, le gouverneur Bagot les appelait tous les deux à former un premier ministère qui fut renversé en 1844. Les deux amis revinrent au pouvoir et formèrent un nouveau ministère, sous lord Elgin, en 1848. Ce gouverneur à l'esprit large et tolérant, qui comprit heureusement les exigences de la situation, s'inclinait par le fait devant la volonté populaire. Soutenus par l'opinion publique, chacun dans sa province, les deux hommes d'Etat, clairvoyants et habiles autant que résolus et énergiques, qui se complétaient l'un et l'autre et surent s'entendre, nous obtenaient ainsi, paisiblement et sans violence, nos libertés politiques, ou, si l'on veut, le gouvernement responsable au peuple. L'histoire l'a proclamé plus d'une fois et elle ne saurait l'oublier. L'administration Lafontai-ne-Baldwin se maintint, au milieu de bien des difficultés, jusqu'en 1851. La politique est ingrate, on le sait depuis longtemps. Elle ne ménage pas les hommes, même les meilleurs et les mieux intentionnés. Lafontaine, comme tant d'autres avant et après lui, l'éprouva douloureusement. Combattu par des adversaires qui se montraient vigoureux et sans scrupules, discuté par ses propres amis, il finit par voir la division s'introduire dans son propre parti. Peut-être prit-il les choses trop à cœur. Toujours est-il que, après l'échec de 1851, il abandonna, à 45 ans, les luttes actives de la vie publique et se retira sous sa tente. Nommé juge en chef du Bas-Canada, il rendit cependant encore de précieux services au pays jusqu'à sa mort, qui fut soudaine et inattendue, en février 1864. En 1854, il avait été créé baronnet La Fontaine du Canada, dans la pairie du Royaume-Uni, ce qui lui donnait droit au titre de sir. Il fut le premier Canadien français à porter ce titre. On l'appelait sir Louis-Hippolyte. Dans Lafontaine et son temps, volume publié en 1907, DeCelles nous a laissé du grand homme le portrait que voici : "Son aspect physique était imposant. D'une taille au-dessous de la moyenne, large d'épaules, avec une tête carrée, il avait le vaste front des méditatifs et on lisait sur les traits de sa figure les caractéristiques de l'énergie et de la fermeté. Il eut été difficile de dire que sa physionomie était de tout point attrayante. Elle paraissait, pour cela, trop solennelle et trop au-dessus de l'humanité commune. On eut dit, en effet, une statue sur un piédestal ! . . ." D'autre part, les contemporains de Lafontaine affirmaient volontiers qu'il ressemblait beaucoup au grand Napoléon, et les portraits qu'on a de lui ne démentent pas cette affirmation. On a raconté, à ce propos, des anecdotes savoureuses. Dans une visite de notre grand homme aux Invalides à Paris, en 1853, de vieux grognards, survivants des guerres de l'Empire, auraient dit en le voyant : "Tiens, mais c'est l'empereur !" . . . Lady Bagot, la femme du gouverneur de ce nom, qui avait connu Napoléon, se serait exclamée, en voyant dans ses salons pour la première fois l'homme d'Etat canadien : "Vraiment, si je ne savais pas que Bonaparte est bien mort à Sainte-Hélène, je croirais que c'est lui-même qui vient d'entrer ici." En tout cas, s'il en avait plus ou moins la stature et la carrure — plutôt plus que moins — Lafontaine avait certainement, au moral, du célèbre Corse, l'énergie et l'assurance. Comme lui, il l'a prouvé, il voyait clair et il savait agir. Les esprits spéculatifs, a-t-on remarqué souvent, ne font pas d'ordinaire les meilleurs hommes de gouvernement. Ils s'attardent trop à délibérer quand il faudrait passer à l'action. Tel n'était pas Lafontaine. Jamais il ne s'égara dans la forêt des théories et des chimères. Les plus beaux plans de réforme le laissaient toujours froid, s'il ne leur voyait une portée pratique. Sachant distinguer entre l'utopie et le possible, il comptait avec le passé du peuple, avec les mœurs qui font échec aux meilleures lois, du moment que ces lois les contrarient. C'est pourquoi son prestige et son influence furent si considérables sur ses contemporains. Qu'il fût au pouvoir ou qu'il fût dans l'opposition, son autorité s'imposa, toute une décade, dominatrice et inéluctable. Mais, comme tous les autoritaires, à la fin il fut brisé. Il est à remarquer que, ce prestige et cette influence, Lafontaine ne les dut pas surtout à ses talents d'orateur. Sa parole, en effet, était brève et sobre. Il se contentait d'ordinaire d'exprimer clairement et nettement sa pensée. Sa manière n'avait rien de cette éloquence colorée, empoignante et entraînante d'un Papineau, ou, plus tard, d'un Chapleau, d'un Mercier et d'un Laurier. Ses discours, c'était une suite de syllogismes. Rarement, il s'adressait au cœur ou aux sentiments. Il visait à convaincre et à persuader, ce qui vaut mieux sans doute pour l'effet de durée. Parfois, il faut cependant l'ajouter, l'occasion donnée, parce qu'il sut tirer parti des circonstances, alors que les circonstances étaient émouvantes, il atteignit sans le chercher à la plus haute éloquence. C'est quand, après l'Union, parlant pour la première fois à la Chambre, il prononça ce discours fameux, où, si fièrement, au milieu des protestations de fanatiques, il renvendiqua en français les droits de la langue française, la langue de sa mère, disait-il, et celle aussi de tous ses frères canadiens-français. Mais, ce n'était pas là sa manière de dire accoutumée. Ce fut plutôt comme un éclair dans un ciel le plus souvent calme et serein. Au début de leur alliance, vers 1842, Baldwin rendait à Lafontaine ce témoignage qui explique bien des choses et que l'histoire se doit de conserver : "J'ai remarqué en M. Lafontaine un sens si vif du droit, une détermination si prompte à l'affirmer, un éloigne-ment si profond des intrigues et des petits artifices, que j'ai été heureux de lui donner mon amitié et ma confiance. Je suis fier de l'avoir pour guide et pour chef. Je le dis au peuple du Haut-Canada, nous ne saurions trouver, à mon avis, comme chef du parti uni de la réforme, un homme plus attentif à nos intérêts et plus décidé à donner à notre peuple tout entier une administration qui puisse le satisfaire ..." "Lafontaine, écrivit DeCelles, en terminant sa forte étude sur l'homme d'Etat de 1841-1851, fut la plus grande figure de la plus belle période de notre histoire." À l'été de 1930 — il y avait cent ans cette année-là que Lafontaine avait été élu pour la première fois député à l'Assemblée de Québec — on a élevé dans ce parc, à sa mémoire, un monument public, qui le représente dans le bronze sur base de granit . Le Pont-Tunnel Louis-Hippolyte Lafontaine, le parc Lafontaine et l'Hôpital Louis-Hippolyte Lafontaine sont nommés en son honneur.

Références

AUCLAIR, Elie. Figures canadiennes, Montréal, 1933.

Voir aussi

-Québec
-Bas-Canada
-Rébellion des Patriotes
-Chronologie de l'histoire du Québec ==
Sujets connexes
Augustin-Norbert Morin   Bas-Canada   Boucherville   Chronologie de l'histoire du Québec   Collège de Montréal   Denis-Benjamin Papineau   Dictionnaire biographique du Canada   Elie-J. Auclair   Gouvernement responsable   Lord Elgin   Montréal   Pairie du Royaume-Uni   Parc Lafontaine   Québec   Robert Baldwin   Rébellion des Patriotes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^