Bataille de Vienne

Infos
La Bataille de Vienne (à distinguer du siège de Vienne de 1529) eut lieu le 12 septembre 1683 sur la colline du Kahlenberg près de Vienne. (Léopold Ier la rebaptisa immédiatement après Leopoldsberg, donnant le nom de Kahlenberg à une colline voisine, le Sauberg ou Schweinsberg ou encore Josephsberg. Le "Kahlenberg" actuel, dans la commune de Döbling, n'est donc pas le lieu de la bataille). La défaite décisive des Ottomans de Kara
Bataille de Vienne

La Bataille de Vienne (à distinguer du siège de Vienne de 1529) eut lieu le 12 septembre 1683 sur la colline du Kahlenberg près de Vienne. (Léopold Ier la rebaptisa immédiatement après Leopoldsberg, donnant le nom de Kahlenberg à une colline voisine, le Sauberg ou Schweinsberg ou encore Josephsberg. Le "Kahlenberg" actuel, dans la commune de Döbling, n'est donc pas le lieu de la bataille). La défaite décisive des Ottomans de Kara Mustafa fut le point de départ d'une campagne militaire, achevée en 1699, qui devait permettre aux Habsbourg de récupérer leurs terres de Hongrie-Croatie et de mettre fin à la menace ottomane en Europe centrale. Des suites de cette bataille, les historiens Ernst Werner et Walter Markov diront : :"La peur des Turcs, qui après la catastrophe de Nicopolis qui, en 1396, avait envoûté l'Europe comme un traumatisme… était enfin effacée, le retrait ottoman de l'Europe venait de commencer." La fête du Saint Nom de Marie fut instituée en la mémoire de cette victoire car les soldats chrétiens avaient invoqué le nom de la Sainte Vierge avant de se lancer dans la bataille.

Préliminaires de la bataille

Une armée d'environ 70 000 soldats Polonais, Allemands et Autrichiens commandée par Charles V de Lorraine, et une autre armée, dite de "secours" de 30 000 hommes dirigés par le Roi de Pologne Jean Sobieski fut placée contre les assiégeants turcs de Vienne. Ceux ci, environ 140 000 hommes (dont seule une partie participa a la bataille) étaient commandés par le Grand Vizir Kara Mustafa. Sobieski avait entrepris de planifier une expédition de secours pour Vienne dès l'été de 1683 quand les Ottomans eurent entrepris une expédition massive et qu'ils espéraient ultime contre la capitale des Habsbourg. Partis en mars, ils avaient investi la ville le 14 juillet. L'hiver précédant les pouvoirs autrichiens et polonais avaient conclu un traité d'assistance mutuelle en cas d'attaque ottomane. Le roi polonais honora ses obligations à la lettre, dégarnissant la défense de son propre pays mais non sans menacer le comte Thököly, qui dirigeait la Hongrie pour le compte des Ottomans, de terribles représailles si celui-ci profitait de cette situation. Les Autrichiens avaient encore en Hongrie quatre places fortes dont deux, Raab et Komárom (aujourd'hui Györ en Hongrie et Komárno en Slovaquie), gênaient considérablement l'approvisionnement des assiégeants et les empêchèrent de s'emparer de Presbourg (aujourd'hui Bratislava), alors capitale de la Hongrie-Croatie encore contrôlée par les Habsbourg. Les sapeurs de Mustapha avaient réussi à démolir une partie des murs de Vienne, mais inexplicablement ne prirent aucune disposition contre Sobieski après avoir appris son arrivée imminente . À 4 h le matin du 12 septembre l'armée autrichienne à l'aile gauche, l'allemande au centre avancèrent sur les Turcs. Mustapha lança une contre-attaque avec le gros de ses troupes. Alors l'infanterie polonaise attaqua à l'aile droite et après douze heures de combat elle tenait le terrain. À environ 15 h quatre groupes de cavalerie, l'un austro-allemand et les trois autres de cavalerie polonaise lourde (Hussards), soit 20 000 hommes en tout, chargèrent en descendant des collines avec le roi à leur tête. Dans la confusion ils allèrent directement dans le camp Ottoman, pendant que la garnison de Vienne sortait et se joignait au combat. En moins de trois heures la bataille était gagnée et les Turcs forcés à une retraite désordonnée et rapide. Les Turcs perdirent environ 15 000 hommes et les alliés 4 000. Ce fut le point de départ d'une "guerre de libération", marquée par les victoires de Zenta et Mohács (à ne pas confondre avec la bataille de Mohács de 1526), et qui devait se conclure le 26 janvier 1699 par le Traité de Paix de Karlowitz (en serbe Sremski Karlovci) : celui-ci rendait à la couronne de Hongrie-Croatie ses possessions de Hongrie et notamment la Slavonie, la Syrmie, la Bácska et le Banat, que Soliman le Magnifique avait conquises au . Une grande parti de ses terres libére des turcs fûrent colonisé par des serbes, environ 60 000, invité par l'empereur a s'installé la en récompense des service rendu dans la lutte contre les ottomans(voir Migrations serbes de 1690). Catégorie:Histoire de l'Autriche Vienne Vienne Vienne Catégorie:Histoire viennoise de:Schlacht am Kahlenberg en:Battle of Vienna es:Batalla de Viena hu:Kahlenbergi csata id:Pertempuran Wina it:Battaglia di Vienna ja:第二次ウィーン包囲 lv:Kauja par Vīni nl:Beleg van Wenen (1683) pl:Bitwa pod Wiedniem pt:Batalha de Viena ru:Битва при Вене sv:Slaget om Wien tr:II. Viyana Kuşatması uk:Оборона Відня wa:Deujhinme sidje di Wîne pås Otomans
Sujets connexes
Autriche   Banat   Bataille de Mohács (1526)   Bataille de Nicopolis   Bratislava   Charles V de Lorraine   Croatie   Deuxième guerre austro-turque   Döbling   Fête du Saint Nom de Marie   Habsbourg   Hongrie   Hussard (cavalerie)   Imre Thököly   Jean III Sobieski   Kara Mustafa   Komárno   Léopold Ier   Léopold Ier du Saint-Empire   Migrations serbes   Pologne   Serbe   Siège de Vienne   Slavonie   Slovaquie   Soliman le Magnifique   Syrmie   Traité de Karlowitz   Vienne (Autriche)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^