Notre Père

Infos
Le Notre Père (aussi appelé par son nom latin, Pater Noster ou, par déformation phonétique, « patenôtre ») est la prière la plus connue de la religion chrétienne. Il est récité par les catholiques et les orthodoxes à chaque messe, par les protestants luthériens et réformés à chaque culte. Avec le baptême, cette prière est le lien d'unité le plus connu entre les différentes traditions chrétiennes : il est récité lors des assemblées œcuméniques. <
Notre Père

Le Notre Père (aussi appelé par son nom latin, Pater Noster ou, par déformation phonétique, « patenôtre ») est la prière la plus connue de la religion chrétienne. Il est récité par les catholiques et les orthodoxes à chaque messe, par les protestants luthériens et réformés à chaque culte. Avec le baptême, cette prière est le lien d'unité le plus connu entre les différentes traditions chrétiennes : il est récité lors des assemblées œcuméniques. Le Pater en Chant grégorien

Prière donnée par Jésus, origine, versions

Selon le Nouveau Testament, Jésus Christ a donné cette prière en réponse à une question des apôtres sur la façon de prier : Jésus leur a répondu « Quand vous priez, dites : “Notre Père…” ». Les évangiles de Matthieu (6: 9-13) et Luc (11: 2-4) citent ainsi cette prière, avec quelques différences selon les manuscrits. Le début du Notre Père a des similarités avec le Kaddish juif (prière de sanctification du nom de Dieu), puis il s'en écarte et devient une prière originale sans exemple dans l'Ancien Testament. La version française du texte a été adoptée en 1966 par l'Eglise catholique romaine et le Conseil œcuménique des Églises pour l'espace francophone. Il subsiste cependant d'autres versions française. Les plus connues sont celles employées par les catholiques dans leur prières personnelles entre le XVIIe siècle et 1970 qui emploient le vouvoiementBible catholique, traduite par Louis-Isaac Lemaître de Sacy, 1667, mais aussi la traduction orthodoxe qui date de 2004Jean-Marie Gourvil, Ne nous laisse pas entrer dans l’épreuve. Une nouvelle traduction du Notre Père, Paris, François-Xavier de Guibert, 2004, 168 p.

Observations sur la traduction de quelques phrases

Nos offenses

Le texte latin, correspondant à la majorité des manuscrits grecs, dit littéralement « Remets-nous nos dettes ». Le texte liturgique français, inspiré d'autres manuscrits grecs, dit « Pardonne-nous nos offenses ». Dans d'autres langues, comme l'anglais, on a aussi choisi de s'écarter du texte latin.

Ne nous soumets pas à la tentation

La traduction de cette formule est un sujet de débat au sein de l'Église catholiqueM André-Mutien Léonard, Père, que ton règne vienne, Ed. de l’Emmanuel, 1998. 180 p.. Les orthodoxes ont tranché récemment et renoncé en 2004 à la traduction œcuménique

La doxologie finale

La doxologie finale, « Car c'est à Toi qu'appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles », fut ajoutée à la prière dans les premiers temps de l'Église, bien qu'elle n'apparaisse habituellement pas dans les manuscrits de la Bible et qu'elle ne figure qu'en note dans la version standard révisée. Son emploi est attesté dès le par la version de la prière qui apparaît dans la Didachè, un bref manuel d'enseignement pour la conversion au christianisme. Les protestants récitent généralement la doxologie comme partie intégrante du Notre Père ; les catholiques l'incluent de même parfois dans leur prière personnelle. Lors de la messe, le Notre Père est normalement séparé de la doxologie par une prière intermédiaire, l'embolisme, qui est récité par le prêtre seul. Cependant, certains prêtres ne respectent pas la norme du missel, et récitent la doxologie directement en omettant l'embolisme, rejoignant ainsi la pratique protestante.

La Prière

Original grec

: : : : : : : : : : : :

Translittération

:pater imôn ho en tois ouranoís, :hagiasthètô to ónomá sou; :elthetô hè basileía sou; :genèthètô to thélèmá sou, :hôs en ouranô kai epí tès gès; :ton arton hèmôn ton epiousion dos hèmin sèmeron; :kai aphes hèmín ta ophelèmata hèmón, :hôs kai hèmeís aphíemen tois opheiletais hèmón; :kai mè eisenenkè(i)s hèmás eis peirasmon, :allá rhusai hèmas apo tou ponèrou. : :amèn.

Latin

:Pater noster, qui es in caelis :Sanctificetur nomen tuum; :Adveniat regnum tuum; :Fiat voluntas tua :sicut in caelo et in terra. :Panem nostrum quotidianum da nobis hodie, :et dimitte nobis debita nostra :sicut et nos dimittimus debitoribus nostris :et ne nos inducas in tentationem :sed libera nos a malo. : : :Amen

Texte Œcuménique

:Notre Père, qui es aux cieux, :Que ton nom soit sanctifié, :Que ton règne vienne, :Que ta volonté soit faite :Sur la terre comme au ciel. :Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour :Pardonne-nous nos offenses, :Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés :Et ne nous soumets pas à la tentation, :Mais délivre-nous du mal. : Amen
- La Vulgate donne au verset 11 « Panem nostrum supersubstantialem da nobis hodie ». Notre Pere (Berrichon) Nouestre Pere, :che sias dins l'ou ciel, :vouestre nom siet santifia, :vouestre royame nous arribe, :vouestre volontà siet fache a la terre, comme a ou ciel, :dona nous aujourdhui nouestre pan quotidien, :e perdona nous nouestros debits, :como nos outros pardonem a na quotiesque nous an offensa, :et ne nous laissa pas tomber dins la tentation, :mai delivra nous dou mal. :Amen Notre Pere (Chtimi) Nous Pere :Nous Père, qui es dins ch'cié, :Qué t'nom i seuch santifié, :Qué t'rène i vinch, :Qué t'volonté al'seuch faite :Su l'terre comme dins ch'cié :Donne maintnint à tertous chu pain d'aujourd'hui :Perdonne nous offinses à nou-z'aut, :Comme nou'z'aut in perdonne aussi à tout cheux qui nous ont offinsés :Et n'nous soumets pon à'l'tintation, :Mais déliff-nous du mau. :Car ch'est ti qui rène, equ't'as l'forche et l'gloire pour toudis : Amen Notre Pere (Corse) :Patre nostru chì sì in celu :ch'ellu sia santificatu u to nome :ch'ellu venga u to regnu :ch'ella sia fatta a to vuluntà :in terra cum'è in celu :Dacci oghjeghjornu u nostru pane cutidianu :è rimettici i nostri debbiti :cum'è no i rimettimu à i nostri debbitori :ùn ci induce micca in tentazione :ma francaci da u male :Ame è cusì sia

Musique

Cette prière a donné lieu à de nombreuses mises en musique. La première est celle en chant grégorien. Une des plus connues en français est le Notre Père dit « de Rimsky-Korsakoff ». On peut citer également la version d'André Caplet, les prières pour chant, harpe et quatuor à cordes.

Annexes

Notes et références

Bibliographie

-Jean-Marie Gourvil, Ne nous laisse pas entrer dans l’épreuve. Une nouvelle traduction du Notre Père, Paris, François-Xavier de Guibert, 2004, 168 p.
-M André-Mutien Léonard, Père, que ton règne vienne, Ed. de l’Emmanuel, 1998. 180 p.
-Jean Carmignac, A l’écoute du Notre Père, Œil 1984. 124 p. ===
Sujets connexes
Ancien Testament   André-Mutien Léonard   Apôtre   Baptême   Bible   Chant grégorien   Christianisme   Conseil œcuménique des Églises   Culte protestant   Didachè   Gloire à Dieu   Je vous salue Marie   Jean Carmignac   Jésus de Nazareth   Kaddish   Latin   Louis-Isaac Lemaître de Sacy   Luthéranisme   Messe   Nouveau Testament   Prière   Protestantisme   Symbole des apôtres   Vulgate  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^