Graphologie

Infos
La graphologie est une technique d'interprétation de l'écriture manuscrite qui cherche à déceler à travers celle-ci la personnalité de l'auteur. Il faut la distinguer de l'expertise en écriture qui est un moyen d'investigation qui vise à attribuer un écrit manuscrit à son auteur, que ce soit pour vérifier une attribution ou identifier l'auteur d'un écrit anonyme. La graphologie comme outil d'évaluation de candidats à l'embauche est surtout utilisée en France. En
Graphologie

La graphologie est une technique d'interprétation de l'écriture manuscrite qui cherche à déceler à travers celle-ci la personnalité de l'auteur. Il faut la distinguer de l'expertise en écriture qui est un moyen d'investigation qui vise à attribuer un écrit manuscrit à son auteur, que ce soit pour vérifier une attribution ou identifier l'auteur d'un écrit anonyme. La graphologie comme outil d'évaluation de candidats à l'embauche est surtout utilisée en France. En dehors de ce pays, le recours à la graphologie dans ce cadre est plus marginal.

Étymologie

Le mot graphologie a été créé par un prêtre français, Jean Hippolyte Michon, vers 1868-1870, à partir des racines grecques graphein (« écrire ») et logos (« science »). Le sens étymologique de « science de l'écriture » reflète la vision de l'abbé Michon, lui-même fondateur de la Société française de graphologie (SFDG), et s'oppose à une polémique sur le caractère scientifique de la méthode.

Histoire

Origines

La première publication traitant d'analyse de l'écriture est attribuée à Camillo Baldi, érudit italien auteur d'un traité de graphologie publié en 1622.Camillo Baldi, Traité des indices tirés des lettres missives, ou l'art de connaître à l'examen d'une lettre missive les mœurs et les habitudes du scripteur…, traduit et commenté par J. Depoin, Paris, 1900. Le terme graphologie est inventé vers 1870 par Jean Hippolyte Michon, qui associa des centaines de signes graphiques à des traits de personnalité. Au début du , le psychologue Alfred Binet mena plusieurs expériences d'analyse de l'écriture. Jules CREPIEUX JAMIN (1859-1940) compléta le système de l'Abbé MICHON, fixa un vocabulaire, une méthode d'analyse et d'interprétation qui est la base de la graphologie française.Alfred Binet, Les révélations de l'écriture d'après un contrôle scientifique., Paris, Felix Alcan, 1906. L'école allemande menée par Ludwig Klages développa une méthode très subjective voire ésotérique, qui étudie l'écriture d'un sujet dans son ensemble. En 1929, Milton Newman Bunker fonda à Chicago la « grapho-analyse », compromis entre la technique française, qui analyse les signes séparement, et la technique allemande.

Écoles de graphologie

Trois écoles font autorité.
- Aux États-Unis, on trouve la Société internationale de grapho-analyse fondée à Chicago par Bunker en 1929. Elle propose des cours par correspondance en 18 mois pour devenir analyste et revendique 10 000 membres.
- En France,
- La Société française de graphologie (SFDG) qui assure la formation des graphologues. Le graphologue doit avoir une formation initiale spécialisée en graphologie de 3 ans minimum ou une expérience professionnelle de 10 ans dans les sciences humaines, une connaissance du milieu de l’entreprise et une expérience professionnelle de 3 ans minimum ou être suivi en tutorat par un graphologue ayant cette expérience.
- Le Groupement des Graphologues Conseil de France (GGCF), syndicat professionnel et organisme de formation créé en 1946 et qui compte près de 500 titulaires depuis sa création. Il veille à l'utilisation pertinente de la graphologie dans le respect de la déontologie et a pour principales missions de :
-
- Représenter, défendre et promouvoir la profession de graphologue conseil auprès des administrations, des pouvoirs publics et du grand public.
-
- Informer, conseiller et former ses membres
-
- Enseigner et effectuer des recherches sur la technique graphologique. Seuls les graphologues diplômés du GGCF peuvent se prévaloir du titre de GRAPHOLOGUE CONSEIL

Utilisation dans les entreprises

La graphologie est largement utilisée dans le secteur privé français comme outil d'aide au recrutement. Selon une étude de 1989, 93 % des entreprises françaises l'utilisent pour sélectionner leurs candidats à l'embauche, dont 55 % de façon systématique.Marilou Bruchon-Schweitzer et Dominique Ferrieux, « Les méthodes d'évaluation du personnel utilisées pour le recrutement en France », dans L'orientation scolaire et professionnelle, 1991, 20, n°1. Cette tendance a été confirmée en 1999, où une enquête auprès de 62 cabinets français a établi que 95 % utilisent la graphologie, 50 % systématiquement.Marilou Bruchon-Schweitzer, « La graphologie, un mal français », dans Pour la science, février 2000, n° 268. Aujourd'hui cependant, l'influence des méthodes de recrutement anglo-saxonnes tend à diminuer son utilisation, en particulier dans les grandes entreprises. Après avoir connu autrefois un certain succès, la graphologie n'est pratiquement plus utilisée en Allemagne. D'après une étude de V. Shackelton de l'École d'administration des affaires de Birmingham en 1994, son utilisation dans les entreprises allemandes est de l'ordre de un à quatre pour cent, selon le type de personnel et les entreprises considérés. Au Royaume-Uni, en Norvège et en Italie, son usage se limite à deux à quatre pour cent. En Belgique, son utilisation se situe entre quatre et huit pour cent. Aux Pays-Bas, depuis les travaux d'une commission d'enquête gouvernementale en 1977, concluant au manque de validité scientifique, elle n'est plus utilisée que par 3 % des cabinets de recrutement. Aux États-Unis et au Canada, la graphologie est très peu utilisée, et il est d'usage de répondre aux offres d'emploi avec une lettre de motivation dactylographiée. Selon Mike Smith, de l'École d'administration de Manchester, seulement 2, 8 % des entreprises américaines utilisent encore la graphologie, suite au nombre croissant de procès intentés par des candidats mettant en cause sa pertinence.

Légalité de l'usage en entreprise

En France, la loi Aubry du 31 décembre 1992, relative au recrutement et aux libertés individuelles, réglemente l'usage des techniques d'évaluation des candidats. En particulier, elle modifie l'article L.121-7 du Code du travail qui introduit la notion de transparence, d'information préalable et de pertinence. :Article L121-7 :Le candidat à un emploi est expressément informé, préalablement à leur mise en œuvre, des méthodes et techniques d'aide au recrutement utilisées à son égard. Le salarié est informé de la même manière des méthodes et techniques d'évaluation professionnelles mises en œuvre à son égard. Les résultats obtenus doivent rester confidentiels. :Les méthodes et techniques d'aide au recrutement ou d'évaluation des salariés et des candidats à un emploi doivent être pertinentes au regard de la finalité poursuivie (source : Legifrance). La norme Afnor NF X50-767 – Qualité des services (2001) destinée aux Cabinets de Conseils en recrutement précise que l’entretien avec le candidat est indissociable de l’évaluation. Les méthodes d’évaluations telles que les tests, l’analyse graphologique, la prise de références ne peuvent permettre à elles seules d’évaluer un candidat mais doivent répondre lorsqu’elles sont utilisées à des engagements et des critères précis. En aucun cas le cabinet n’utilise des « outils » comme la numérologie ou l’astrologie. Concernant la graphologie, le candidat doit être informé préalablement de l’analyse graphologique de ses écrits et le cabinet de recrutement doit vérifier que le candidat est bien l’auteur de ses écrits. Le candidat a s’il le demande communication des résultats de l’analyse soit par écrit, soit par oral à la discrétion du cabinet de recrutement.

Critiques à l'égard de la graphologie

- Pour les adversaires de la graphologie, l'absence de validité scientifique de la graphologie est susceptible de la rendre « non pertinente au regard de la finalité poursuivie » et donc à leurs yeux, dans certains pays, illégale dans le cadre d'une embauche.
- C'est souvent sur son principe même que la graphologie est attaquée. Les méthodes employées sont critiquées pour n'avoir jamais été validées.
- Le danger de la graphologie proviendrait surtout de l'utilisation de ses interprétations dans un cadre professionnel. Utilisée comme outil d'aide au recrutement, il s'agirait d'une pratique potentiellement illégale dans certains pays car « non pertinente au regard de la finalité poursuivie ».

Techniques

Postulats

La graphologie est une technique d'observation et d'interprétation de l'écriture qui cherche à comprendre, à décrire et à expliquer la personnalité de l'auteur. Basée sur l'observation et l'étude par la comparaison de milliers d'écritures, elle est fondée sur l'expressivité du geste graphique. Pour toute analyse graphologique, le graphologue doit disposer :
- D'éléments biographiques (âge, sexe, niveau d'études)
- D'un curriculum vitae dans le cadre d'une évaluation professionnelle
- D'une lettre originale, manuscrite et signée, complétée éventuellement par des notes.

Analyse de l'écriture

- Systèmes de Bunker (1971) et Rosen (1965).
- Catherine COLO et Jacqueline PINON, Traité de graphologie, L'expansion scientifique françaiseCatherine COLO et Jacqueline PINON, Traité de graphologie, L'expansion scientifique française
- CREPIEUX-JAMIN, ABC de la graphologie, PUFCREPIEUX-JAMIN, ABC de la graphologie, PUF
- FAIDEAU Pierre, Dictionnaire pratique de graphologie, MassonFAIDEAU Pierre, Dictionnaire pratique de graphologie, Masson
- FAIDEAU Pierre, La graphologie : histoire, pratique et perspectives, MassonFAIDEAU Pierre, La graphologie : histoire, pratique et perspectives, Masson
- GILLE-MAISANI, Psychologie de l'écriture, PayotGILLE-MAISANI, Psychologie de l'écriture, Payot
- Jacqueline PEUGEOT, Arlette LOMBARD Arlette et Madeleine de NOBLENS, Manuel de graphologie, MassonJacqueline PEUGEOT, Arlette LOMBARD Arlette et Madeleine de NOBLENS, Manuel de graphologie, Masson

Analyse de la mise en page

- Étude de la position de la signature par rapport au texte.
- Étude des marges.
- Ordonnance et proportion de l'écriture.
- Rapport noir/blanc (espacement entre les lettres et lignes).

Dimension de l'écriture

Il faut étudier ici :
- la taille des lettres ;
- l'exagération des mouvements ;
- l'espacement des lettres, des mots et des lignes ;
- la hauteur des hampes et jambages.

Direction de l'écriture

La direction de l'écriture regroupe plusieurs points à étudier :
- l'inclinaison de l'écriture, c'est-à-dire l'angle formé par les traits descendants avec la base de la ligne ;
- l'orientation de la base de la ligne ;
- l'orientation droite-gauche du tracé, c'est-à-dire la direction que prennent la plupart des éléments graphiques ;
- la sinuosité de la base de la ligne ;

Forme de l'écriture

La forme de l'écriture correspond en quelque sorte à l'aspect général de l'écriture, par exemple une écriture arrondie ou anguleuse, simple ou compliquée, calligraphique ou typographique... mais aussi à la forme des lettres elles-mêmes. Le degré de liaison de l'écriture

« Continuité » de l'écriture

- Degré de liaison de l'écriture ;
- régularité de l'écriture et du graphisme ;
- aisance ou inhibition du graphisme.
- asperité de l'ecriture

Pression de l'écriture

L'écriture pâteuse de Victor Hugo Il est plus aisé d'étudier la pression de l'écriture lorsque le sujet a utilisé son stylo plume personnel, pour deux raisons : la pression de l'écriture est plus visible avec une plume, et le choix du stylo, avec ses particularités, peut refléter les préférences du sujet et donc un peu de sa personnalité. On distingue :
- le degré de pression ;
- la netteté du trait graphique (écritures nettes, pâteuses...) ;
- le tonus de la pression.
- le sens de la pression
- la continuité de la pression

Vitesse de l'écriture

Il faut ici considérer le nombre de lettres écrites par minute (de 100 à 200 généralement), mais aussi le dynamisme et le lancement de l'écriture.

Références

Citées dans l'article : Autres sources :
- André Widemann (1893-1983), Connaissance de l'homme et sélection professionnelle par l'écriture, Gazette Médicale de France, Paris, 2 juin 1965, pp. 2465-2487.
- C. Balicco, Les méthodes d'évaluation en ressources humaines, Paris, Éditions d'Organisation, 1997.
- Michel Huteau, Écriture et personnalité, Approche critique de la graphologie, Dunod.

Voir aussi

- Recrutement ==
Sujets connexes
Alfred Binet   Calligraphie   France   Hampe   Jambage   Jean Hippolyte Michon   Ludwig Klages   Recrutement   Typographie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^