Djibouti

Infos
Carte de Djibouti Djibouti, également connu sous le nom de « Pays des Braves », est un petit pays d'Afrique de l'est, situé au bord de la mer Rouge. Il est entouré par la Somalie, l'Éthiopie et l'Érythrée.
Djibouti

Carte de Djibouti Djibouti, également connu sous le nom de « Pays des Braves », est un petit pays d'Afrique de l'est, situé au bord de la mer Rouge. Il est entouré par la Somalie, l'Éthiopie et l'Érythrée.

Histoire

Au , la France établit un protectorat dans le golfe de Tadjourah à Obock gouverné par Léonce Lagarde. Le est signé à Paris un traité d'alliance et d'amitié avec les chefs afars, représentés par Dini Ahmed Abou Baker. Ce traité entérine également la vente du terrain d'Obock pour la somme de 10 000 thalers (55 000 francs-or), et réserve des droits à la France sur les côtes du Ghoubbet-el-Kharab. La colonie française de Djibouti est née. Entre 1862 et 1977, Djibouti est une colonie française sous les noms successifs de Territoire d'Obock, Côte française des Somalis et enfin Territoire français des Afars et des Issas (voir articles détaillés). En 1991, une guerre oppose le régime au pouvoir de Hassan Gouled Aptidon au Front pour la Restauration de l'Unité et de la Démocratie (FRUD), de Ahmed Dini, figure emblématique de l'opposition djiboutienne. Militairement, ce conflit ne dure pas longtemps. Dès 1994, un traité est signé entre une partie du FRUD et le gouvernement djiboutien. La partie la plus dure (appelé FRUD armé) entre dans le processus de pacification seulement en 2001. Non seulement, cette guerre freine le développement du pays, mais elle creuse davantage le fossé entre les Afars et les Somalis. Et si, économiquement, les plaies de la guerre paraissent cicatrisées, la construction d'une identité djiboutienne n'en est pas renforcée.
- Président du conseil avant l'indépendance : Ali Aref Bourhan
- Premier Président de la République de Djibouti : Hassan Gouled Aptidon
- Second (et actuel) Président : Ismail Omar Guelleh

Politique

Djibouti est une république depuis son indépendance acquise de la France en 1977, elle organise ses premières élections législatives et présidentielles en 1981. Elle suit le principe de séparation des pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire.

Subdivisions

Djibouti est subdivisé en cinq régions et une ville :

Géographie

Économie

L'économie djiboutienne est très largement dépendante de son secteur tertiaire (82 % du PIB), l'État est le principal employeur dans le pays (est. 2000). Le pays est pauvre en industries (15 % du PIB) et surtout en agriculture (3 % seulement du PIB), ce qui contribue à un fort taux de chômage (70 % de la force de travail du pays). Djibouti s'approvisionne en biens auprès de ses voisins Éthiopiens, Somaliens et yéménites. Et, dans une moindre mesure, de la France. Le pays connaît cependant ces derniers temps un changement de conjoncture économique dû à des facteurs exogènes, dont la venue des soldats américains qui participent à la création d'emplois, mais également à l'arrivée de nouvelles banques.

Démographie

La population djiboutienne compte environ 800 000 individus (selon le PNUD, les chiffres exacts étant indisponibles). Elle se répartit en plusieurs composantes humaines : les Afars et les Somalis, de religion musulmane pour la plupart, qui sont traditionnellement rattachés au groupe anthropologique des Chamites. On les nomme « Chamites Orientaux » pour les distinguer de ces autres Chamites que sont les Égyptiens et les Berbères. L'afar et le somali sont couramment parlés. Le français et de l'arabe sont les deux langues officielles. FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

Santé

Les régions reculées ont un faible accès au système de soins, et le pays doit faire face aux diverses maladies tropicales
- paludisme (entre octobre et février dans les régions susceptibles de permettre la reproduction des moustiques : villes, Daï),
- choléra (par période, notamment lors des grands pluies qui inondent certains quartiers de Djibouti ville comme Ambouli par exemple et permettent la prolifération de la maladie).
- Comme de nombreux pays d'Afrique, Djibouti subit de nombreux cas de SIDA; Une réforme du secteur de santé a été entreprise, avec une loi cadre d'orientation de la politique de santé, et un cadre stratégique 2001-2011 ainsi qu’un Plan National de Développement Sanitaire 2002-2006. Selon Abdallah Abdillahi Miguil, ministre de la santé, le Centre de formation du personnel de santé va être transformé en un Institut de formation des cadres de la santé (fin 2006 ?), et une faculté de médecine est prévue à Djibouti pour 2007. Des projets concernent aussi des hôpitaux régionaux, un laboratoire de référence national, et un grand hôpital spécialisé dans la prise en charge de la Tuberculose. Mi-2006, la Banque mondiale prolonge pour cinq ans, le financement du Projet de développement du secteur de santé (PDSS) et du projet de Lutte Intersectoriel contre le sida (PLSPT). Une conférence régionale VIH/SIDA Vulnérabilité des populations en mobilité s’est tenue à Djibouti, du 29 juin au . Une coopération sud-sud avec le Maroc est prévue permettant d’envoyer des étudiants djiboutiens en faculté de médecine au Maroc. L'armée américaine contribue aux soins des populations locales. L'année 2006 est marquée par un cas humain de grippe aviaire, annoncé le jeudi par Abdallah Abdillahi Miguil, ministre de la Santé, annonce faite suite à un prélèvement effectué le . Le Ministre ne précise ni le nom ni l’état du malade, ni son origine ni le lieu d’hospitalisation. Par ailleurs, selon la presse, trois poules domestiques sont affectées par le virus. Les tests de laboratoire sont effectués par le centre égyptien de collaboration de l’OMS, le laboratoire de référence de NAMRU III au Caire. Un autre fait marquant de Djibouti est la consommation excessive du khat, drogue douce venant tous les midis par voie aérienne des hauts plateaux ethiopiens. Les consommateurs, principalement les hommes, mâchent le khat juqu'au soir, qui les met dans un état d'excitation temporaire avant de provoquer une lourde somnolence. Cette fureur locale qu'est le khat permet à l'état une rentrée d'argent à travers les impôts mais aussi une sortie de devises non négligeable.

Culture

- Musique de Djibouti
- Littérature de Djibouti

Présence étrangère

Outre la présence de nombreuses ambassades dans le pays, Djibouti accueille aussi des unités militaires françaises, allemandes et américaines, ainsi qu'une minorité de soldats japonais. Bien que le président soit « pro-Américain », leur présence dans le pays est controversée, du fait qu'on redoute des attentats terroristes sur le territoire. Les États-Unis d'Amérique n'ont qu'une présence militaire et diplomatique, et les familles des soldats restent en général aux États-Unis. C'est moins le cas pour la France, qui apporte une aide économique au pays, et a créé de nombreuses infrastructures, dont le lycée français Joseph Kessel dans le centre de Djibouti en 1991. La France possède d'importantes infrastructures militaires à Djibouti dont la Base aérienne 188 qui accueille les Mirage 2000C et 2000D de l'Escadron de Chasse 4/33 Vexin ainsi que le 5 Régiment inter-armes d'outre-mer (5 RIAOM), la 13 Demi-brigade de Légion étrangère, un détachement des commandos marine et anciennement le 10°BCS et de nombreux services communs.

Divers

Population : 638 000 habitants (en 2002). 0-14 ans : 42, 58% ; 15-64 ans : 54, 58% ; + 65 ans : 2, 84% Superficie : 23 700 km² Densité : 20 hab./km² Frontières terrestres : 508 km (Éthiopie 337 km ; Érythrée 113 km ; Somalie 58 km) Littoral : 314 km Extrémités d'altitude : - 155 m > + 2 028 m Espérance de vie des hommes : 49 ans (en 2001) Espérance de vie des femmes : 53 ans (en 2001) Taux de croissance de la population : 2, 6% (en 2001) Taux de natalité : 40, 66 ‰ (en 2001) Taux de mortalité : 14, 66 ‰ (en 2001) Taux de mortalité infantile : 101, 51 ‰ (en 2001) Taux de fécondité : 5, 72 enfants/femme (en 2001) Taux de migration : 0 ‰ (en 2001) Indépendance : 27 juin 1977 (ancienne colonie française) Lignes de téléphone : 8 000 (en 1997) Téléphones portables : 203 (en 1997);SMS (en 2007) Postes de radio : 52 000 (en 1997) Postes de télévision : 28 000 (en 1997) Utilisateurs d'Internet : 1 000 (en 2000) Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 1 (en 2000); ADSL (en 2006)
Sujets connexes
Afar   Afar (peuple)   Agriculture   Ali Aref Bourhan   Amitié   Arabe   Armées de Djibouti   Banque mondiale   Base aérienne 188 Djibouti   Choléra   Chômage   Commando marine   Côte française des Somalis   Dassault Mirage 2000   Dini Ahmed Abou Baker   Djibouti (ville)   France   Français   Fête nationale   Ghoubbet-el-Kharab   Grippe aviaire   Hassan Gouled Aptidon   Industrie   Indépendance   Ismail Omar Guelleh   Joseph Kessel   Le Caire   Léonce Lagarde   Maladie tropicale   Maroc   Mer Rouge   Obock   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Organisation mondiale de la santé   Paludisme   Paris   Pouvoir exécutif   Pouvoir judiciaire   Pouvoir législatif   Protectorat   Président de la République   Présidents de Djibouti   République   Secteur tertiaire   Somali   Somalie   Syndrome d'immunodéficience acquise   Séparation des pouvoirs   Taler   Territoire d'Obock   Territoire français des Afars et des Issas   Transport à Djibouti   Ville   Yémen  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^