Leica

Infos
Leica 0 Leica Camera AG est un fabricant allemand réputé d'appareils photographiques et d'optiques. Fondé à Wetzlar, son siège social se trouve aujourd'hui à Solms, en Allemagne. La marque Leica (contraction de Leitz Camera) est partagée par trois compagnies aujourd'hui indépendantes :
- Leica Camera AG, qui fait l'objet de cet article et à qui on fait le plus souvent référence en utilisant le terme seul de Leica ;
-
Leica

Leica 0 Leica Camera AG est un fabricant allemand réputé d'appareils photographiques et d'optiques. Fondé à Wetzlar, son siège social se trouve aujourd'hui à Solms, en Allemagne. La marque Leica (contraction de Leitz Camera) est partagée par trois compagnies aujourd'hui indépendantes :
- Leica Camera AG, qui fait l'objet de cet article et à qui on fait le plus souvent référence en utilisant le terme seul de Leica ;
- Leica Geosystems AG ;
- Leica Microsystems GmbH (microscopes).

Histoire

Leica I 1:3, 5 (1925) Leica II (1932) équipé d'un objectif Elmar f:3, 5/5 cm Leica IIIf (1950) équipé d'un objectif Summarit f:1, 5/5 cm Chambre réflex Leica Visoflex II (1960) Visoflex II sur un Leica IIIf avec un objectif de 65 mm f/3.5 Elmar Leica M2 Leica M7 L'évolution du design de la marque, 2003 MP et 1954 M3 Leica R4 (1980) Les origines de la marque remontent à 1849 quand un jeune mathématicien, Carl Kellner fonde un institut d'optique pour développer et commercialiser des lentilles et des microscopes. En 1865, le mathématicien Ernst Leitz devient l'un des associés de l'entreprise qu'il rachètera par la suite et à laquelle il donnera son nom. Mais le tournant décisif a lieu en 1905. Les appareils photo de l'époque sont encombrants et difficilement transportables. L'ingénieur en chef Oskar Barnack a l'idée d'utiliser du film de cinéma 35 mm, mais en le faisant défiler horizontalement et donc en permettant ainsi d'augmenter la surface utilisable par rapport au cinéma, pour obtenir ainsi un négatif de taille 24 x 36 mm. C'est ainsi qu'est apparu le premier Leica, dont 2 exemplaires subsistent à l'heure actuelle. Ses formes sont déjà très proches de ce que seront les modèles suivant : un petit boîtier oblong, doté d'un obturateur à rideau, d'un objectif de 50 mm et d'un viseur de Galilée. L'obturateur a la particularité de n'être doté que d'un seul rideau, avec une fente de largeur réglable au milieu. Cela explique la présence d'un bouchon solidaire à l'objectif : il fallait le remettre devant l'objectif à chaque fois que l'on réarmait l'obturateur sinon la pellicule aurait été réexposée une seconde fois. Cet obturateur permet une vitesse allant du 500 au 30 de seconde environ. L'appareil de Barnack est longtemps resté à l'état de prototype avant d'être commercialisé en 1924. Par la suite, la marque lança plusieurs modèles légers, robustes, simples et permettant d'excellentes prises de vues, dont Henri Cartier-Bresson et Robert Capa sont des figures emblématiques. La série « M » (appareils télémétriques) est toujours produite, très proche du modèle M3 de 1954, les modèles actuels étant les M7 (appareil avec automatisme de l'obturateur), le MP (appareil avec obturateur mécanique) et le M8 (appareil numérique). Depuis 1964, avec le Leicaflex, Leica produit aussi une gamme reflex (appelée « R » depuis le modèle R3 de 1977). Le boîtier actuel est le R9, qui peut être équipé d'un dos numérique (DMR). Le succès de Leica est entre autres dû à l'adaptation du film petit format à la photographie, à la grande précision de ses fabrications liée à une très grande robustesse, mais aussi à la qualité exceptionnelle de ses optiques (Leitz Elmar).

Pertes et avenir

Le passage à la photographie numérique est difficile : Leica avait en effet pris beaucoup de retard, ce marché nécessitant des investissements massifs réservés à des géants comme Canon, Nikon ou Sony. Ceci dit, depuis la mi-juin 2005, Leica propose enfin un dos numérique professionnel pour ses boîtiers reflex R8 et R9. Un boîtier télémétrique numérique très attendu par les professionnels (qui ont besoin d'un boîtier discret comme les anciens M à l'opposé des « gros » reflex comme les Canon EOS 1D ou Nikon D2X) est sorti en octobre 2006, sous le nom de M8. En parallèle au M8, une série de nouveaux appareils numériques moins élitistes et réalisés en coopération avec le japonais Panasonic sont sortis, comme le Digilux 3. Leica est aussi victime de son propre succès, puisqu'un nombre considérable d'appareils argentiques anciens mais en parfait état de marche subsiste toujours. De même, de nombreux photographes achètent leurs « nouveaux » Leica en occasion, étant donné la résistance et la fiabilité de ces boîtiers. Le taux de renouvellement est donc faible. L'entreprise, dont Hermès est actionnaire pour 36, 2 % (qui a annoncé le 14 septembre 2006 avoir vendu à ACM, un holding contrôlé par la famille autrichienne Kaufmann), accumule ainsi les pertes. Elle a donc dû passer de nombreux contrats avec des constructeurs japonais (Panasonic par exemple) pour concevoir (mais non fabriquer) des compacts numériques et des objectifs pour reflex numériques. Ceci pourrait à terme changer la nature même de Leica : d'un constructeur « généraliste » à un opticien plus modeste (mais tout autant haut de gamme) fabriquant pour les autres. Un peu à la manière de Zeiss.

Pendant la Seconde Guerre mondiale

Dès 1933, Ernst Leitz II aide des familles juives à quitter l'Allemagne. Il utilise les chemins de fer (The Leica Freedom train) pour sortir les ouvrier juifs de la firmes sous couvert de les affecter à l'étranger dans les bureaux en France, Grande-Bretagne, Hong-Kong ou les États-Unis. Les membres de la famille ou même des amis des ouvriers ont pu bénéficier de ce dispositif. Ce système fonctionne surtout à plein en 1938 et au début de 1939, jusqu'à ce que l'Allemagne ferme ses frontières. Des centaines de juifs avaient pu profiter des trains de Leica. Un cadre dirigeant de l'époque, Alfred Turk, a été emprisonné pour avoir aidé des juifs et fut libéré après le paiement d'une somme d'argent.Source : George Gilbert à la Convention of the Leica Historical Society of America à Portland

Voir aussi

Bibliographie

- Patrice-Hervé Pont, Leica saga, éd. du Pecari, 1999,
- Gianni Rogliatti, Leica 1925-1975, guide du collectionneur, Edita, Lausanne, 1977
- Réponses Photo , 39, juin 1995 ===
Sujets connexes
Allemagne   Appareil photographique   Canon Inc.   Carl Kellner   Carl Zeiss   Carl Zeiss (société)   Conception de produit   France   Grande-Bretagne   Hasselblad   Henri Cartier-Bresson   Japon   Lausanne   Leica Digilux 3   Leica M   Leica M7   Leica M8   Leica R   Mathématicien   Microscope   Nikon   Objectif photographique   Obturateur à plan focal   Panasonic   Photographie   Robert Capa   Rollei   Réponses Photo   Solms   Wetzlar  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^