Bougie

Infos
dessin d'une bougie bouddhiste. La bougie a été inventée au milieu du , à la différence de son ancêtre la chandelle, qui remonte au moins au début du III millénaire av. J.-C. (soit plus de cinq mille ans). Sa fonction principale est d'éclairer. La bougie est également une ancienne unité de mesure de l'intensité lumineuse, aujourd'hui remplacée par le candela.
Bougie

dessin d'une bougie bouddhiste. La bougie a été inventée au milieu du , à la différence de son ancêtre la chandelle, qui remonte au moins au début du III millénaire av. J.-C. (soit plus de cinq mille ans). Sa fonction principale est d'éclairer. La bougie est également une ancienne unité de mesure de l'intensité lumineuse, aujourd'hui remplacée par le candela.

Histoires

Bougies faites à la main. Durant des siècles, le jonc a été utilisé pour faire des chandelles. Fendu avec précaution pour ne pas en abîmer la moelle, il était trempé dans de la graisse végétale ou animale qu'on laissait ensuite durcir. On le faisait brûler dans des brûle-joncs. En Occident, à partir du Moyen Âge la chandelle rivalise avec la lampe à huile. Cette dernière a l'inconvénient de réclamer une attention constante : il faut la remplir régulièrement, couper et remonter la mèche qui charbonne, nettoyer l'huile qui coule. La chandelle, seulement constituée d'une mèche entourée de suif de bœuf ou de mouton, est plus pratique sans être excessivement chère (mais elle est taxée et l'huile reste plus économique). Moins de liquide qui se renverse, de flamme à ajuster, de réservoir à remplir. Mais le suif coule et graisse les doigts, la flamme demeure jaune et fumeuse, il faut toujours entretenir la mèche qui finit par charbonner. La noblesse et le clergé s'éclairaient avec des cierges en cire d'abeille et laissaient au peuple l'éclairage au suif. Le cierge de cire conserve les avantages de la chandelle et en élimine les défauts. Mais son prix en limite la diffusion dans les plus hautes sphères de la société. Le mot bougie n'est apparu dans la langue française qu'au , tiré de Bugaya transcription en arabe du mot Kabyle Bgayet, nom d'une ville d'Algérie en Kabylie maritime qui fournissait une grande quantité de cire pour la fabrication des chandelles. La bougie comme telle fut développée au milieu du et se distingue de la chandelle à cause de sa matière première et par l'utilisation de mèches de coton tressé. Le tressage permet à la mèche de se courber et de se consumer : inutile alors de la moucher. La misérable chandelle disparaît alors, et la cire perd de son intérêt. En 1783, le chimiste suédois Carl Scheele (1742-1786) avait, dans le cadre de ses recherches sur le savon, fait bouillir de l'huile d'olive avec de l'oxyde de plomb et obtenu une substance au goût sucré qu'il avait appelée Ölsüss et que l'on connaît maintenant sous le nom de glycérine. En 1823, le chimiste français Michel-Eugène Chevreul (1786-1889), poussé par cette découverte, découvrit que ce ne sont pas les corps gras qui se combinent avec l'alcali pour former le savon, mais qu'ils sont d'abord décomposés en acides gras et en glycérine (ou glycérol). Chevreul est ainsi à l'origine de la théorie de la saponification. Ces deux éléments seront à la base d'une industrialisation massive de la bougie et du savon. Désormais, savonniers et ciriers appartiennent à la même corporation, dont Nantes devient la capitale. Aujourd'hui encore, 80 % de la production française de bougies provient de la région nantaise. L'apparition de la paraffine solide (distillation du pétrole) et de la stéarine (extrait de graisse animale et végétale) permet désormais la production de bougies de meilleure qualité.

Fonctionnement

Allumage d'une bougie.'' Le principe du fonctionnement de la bougie utilise le phénomène d'auto-alimentation : Une bougie est constituée d’un bloc de cire ou de paraffine dont le centre est traversé par une mèche, en coton par exemple. Lorsque l’on allume la bougie, l’air surchauffé fait fondre la paraffine tout autour d’elle. Cette paraffine fondue monte le long de la mèche par capillarité car la paraffine fluide a tendance à monter le long de la mèche jusqu’à proximité de la flamme. Cette paraffine fluide s'évapore puis se mélange alors à l'air et certaines de ses molécules forment un gaz combustible. Celui-ci est brûlé par la flamme, ce qui permet de l’alimenter. Pour que la flamme soit entretenue, il faut que la température du milieu qui brûle soit suffisante. La flamme est éteinte quand on souffle suffisamment fort dessus car le souffle crée un courant d'air froid qui refroidit l'environnement de la flamme, la cire refroidissant plus vite que la chaleur de la flamme ne le réchauffe. La température devient alors inférieure à la température de combustion et la flamme s'éteint. Ceci est décrit en anglais dans l'article

Usage aujourd'hui

La bougie constitue toujours une source de lumière de dépannage, mais ses utilisations ordinaires ne sont plus de l'ordre de l'utilitaire. Elle symbolise les années écoulées sur les gâteaux d'anniversaire ou sert de décoration des sapins de Noël, avec des risques importants d'incendie d'où son remplacement par des bougies électriques qui imitent les vraies. Elle crée aussi l'intimité lors d'un dîner aux chandelles, au restaurant ou chez soi, à moins qu'elle ne se multiplie sur les lustres et les chandeliers dans des reconstitutions historiques parfois approximatives ou des réceptions. piété mariale Son emploi est toujours de mise dans les rituels religieux (on parle alors de cierge) comme le cierge pascal chrétien et elle participe à l'éclairage des cérémonies. La piété catholique est également toujours utilisatrice des bougies allumées en accompagnement d'une prière, tout particulièrement quand elle est adressée à la Vierge Marie ou à des saints : le geste de faire brûler un cierge en remerciement perdure très largement. La bougie est aussi utilise dans d'autres religions , telles le wiccan. Les bougies ont plusieures propriétés dites magiques selon leur couleur, leur odeur et leur forme. Autres usages : bougie auriculaire ou bougie d'oreille.

En médecine

Une bougie est un instrument médical, en forme de cylindre allongé, offrant différents diamètres destiné à dilater différents conduits naturels (œsophage, urètre, col de l'utérus par exemple).

Voir aussi


-Béjaïa
-Velas
-, bougie en anglais, ==
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^