Relique

Infos
Reliquaire tabernacle contenant la relique du précieux sang de Jésus (Saint Sang) à l'église abbatiale de l'Abbaye de la Trinité de Fécamp Cette illustration provenant d'un manuscrit hongrois du montre la préoccupation et l'engouement pour le thème de la Passion du Christ et des reliques christiques, ici, évocation du Saint-Suaire sur la seconde vignette. Staurothèque byzantine du début du contenant des fragements de la Sainte-Croix. Du latin reliquiae : restes, c’est ce qui
Relique

Reliquaire tabernacle contenant la relique du précieux sang de Jésus (Saint Sang) à l'église abbatiale de l'Abbaye de la Trinité de Fécamp Cette illustration provenant d'un manuscrit hongrois du montre la préoccupation et l'engouement pour le thème de la Passion du Christ et des reliques christiques, ici, évocation du Saint-Suaire sur la seconde vignette. Staurothèque byzantine du début du contenant des fragements de la Sainte-Croix. Du latin reliquiae : restes, c’est ce qui reste matériellement d’une personne honorée comme sainte : objets lui ayant appartenus, instruments de son supplice, vêtements, os, viscères, mèche de cheveux… que l’on conserve avec vénération. Le culte rendu aux reliques, qui s'adresse aux saints, est un culte de respect et non d'adoration. Ce culte remonte aux martyrs des premiers siècles du christianisme, sur les tombeaux desquels on venait prier et célébrer la messe. Le premier témoignage attesté du culte des reliques est dans la relation du martyre de saint Polycarpe. Dans le christianisme, une relique est une partie du corps ou objet ayant appartenu à Jésus, à un saint ou une sainte. On lui associe souvent des propriétés surnaturelles, essentiellement des pouvoirs de guérison. Au Moyen Âge, les reliques ont donné lieu à des pèlerinages et à des trafics lucratifs. On les conservait (et les conserve toujours) dans des reliquaires et des châsses souvent richement décorés. Parfois, le reliquaire prenait la forme du reste humain (bras pour un os de bras par exemple). Les reliques pouvaient aussi se trouver dans les autels des églises. On les plaçait également dans les regalia (couronnes notamment) et les épées des chevaliers. Les catholiques et les orthodoxes perpétuent la tradition du culte associé aux reliques, alors que les protestants y ont renoncé, notamment parce qu'elle donnait lieu à une exploitation mercantile.

Les reliques chrétiennes les plus célèbres

Reliques de la vie de Jésus

- Le Saint Calice (le mythique Graal), conservé dans la cathédrale de Valence en Espagne.
- Le Saint-Suaire de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin
- La Sainte Couronne (couronne d'épines) de Jésus : acquise en 1239 pour 135 000 livres, par le roi Louis IX de France. Il fit édifier la Sainte-Chapelle afin de la conserver. Elle a été remise à l'archevêché de Paris en 1804 et toujours conservée au Trésor de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
- La Sainte Face, linge utilisé par sainte Véronique pour essuyer le visage du Christ au cours de sa montée au calvaire
- La Sainte Tunique du Christ
- Les Sandales du Christ
- Les morceaux de Sainte-Croix, dite également Vraie Croix, aurait été découverte en 326 par Hélène, la mère de l'empereur romain Constantin I. Elle a ensuite été fractionnée et dispersée : un fragment se trouve à la basilique Sainte-Croix-en-Jérusalem de Rome, un autre à la Sainte-Chapelle de Paris depuis Louis XI au .
- La Sainte Lance qui perça le flanc du Christ lors de La Passion.
- Les clous de Passion du Christ
- Le Saint Mors (Carpentras) forgé à partir d'un clou de la Crucifixion
- Les Saintes Larmes
- Le Saint Sang contenu dans un Tabernacle à l'église abbatiale de l'abbaye de la Trinité de Fécamp en Normandie.
- Le Saint Sang du Christ conservé à la basilique du Saint-Sang à Bruges, rapporté en 1150 par Thierry d'Alsace.
- La Sainte Éponge
- Le Saint Ombilic
- Le Saint Prépuce de Jésus de Nazareth est, pour les chrétiens, l’une des rares reliques physiques du Christ, avec le Saint Sang.
- Le Saint Berceau de la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome

Autres reliques chrétiennes

- Les reliques de Saint Jacques le Majeur de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.
- Les reliques de Saint Marc à la basilique Saint-Marc de Venise
- La tunique de Marie, conservée dans la cathédrale Notre-Dame de Chartres
- Le crâne de sainte Foy à Conques
- Le sang de saint Janvier (San Gennaro) dans la cathédrale de Naples : le sang contenu dans l'ampoule se liquéfie deux fois par an (début mai et le 19 septembre) ; si le « miracle » ne se produit pas, la tradition veut que des malheurs s'abattent sur la ville de Naples.
- La châsse contenant le corps entier momifié naturellement de sainte Rita à Lucques en Italie. Lors de la Quatrième croisade eut lieu la prise de Constantinople, la ville aux nombreuses reliques : les croisés firent main basse sur les trésors (reliques et pierreries) de Constantinople, butin remis entre les mains de l'évêque de Troyes, Garnier de Trainel, dans laquelle on trouvait un morceau considérable de la vraie Croix, du sang du Christ, le Saint Calice de la Cène, mais aussi le chef de saint Philippe, le bras de saint Jacques le Majeur ou le corps entier de sainte Hélène vierge. L'église de Saint-Zacharie dans le Var, possède le "San Sabatoun", chausse devenue relique ayant appartenu à Marie, et rapportée par un croisé.

Les reliques dans les autres religions

Pour remercier l'ONU d'avoir décrété jour férié la fête bouddhiste du Vesak, la Thaïlande, le Sri Lanka, ainsi que le Myanmar ont décidé de transférer 12 ossements de Bouddha au siège des Nations unies, à New York.

Reliques de Mahomet en Turquie

À Istanbul dans le palais de Topkapi sont conservées un certain nombre de reliques de l'islam, telles que des épées de Mahomet. Dans une salle du harem, aux murs recouverts de faïence du , est pieusement conservé un manteau du Prophète et d’autres reliques lui ayant appartenu dont une dent et un poil de barbe, ses sabres de combat, deux épées en or, enrichies de pierres précieuses. Le moulage de la main du Prophète et des empreintes de ses pieds. On trouve aussi une main de saint Jean-Baptiste, qui était autrefois au monastère de Saint-Jean-de-Stoudion de Constantinople en Turquie. À Konya, dans le mausolée Mevlana, un coffret abrite un poil de la barbe du prophète Mahomet.

Approche critique

- Contestation de l'authenticité : Voici par exemple un extrait du texte écrit par Pierre Dubois vers 1937 à propos des reliques de Longpré-les-Corps-Saints : Panorama du "Pays Picard" au milieu du : journal-magazine édité spécialement par Le Progrès de la Somme - Diffusé à une date non identifiée (entre 1937 et 1939), au prix de 3, 50 francs (format 43, 5 cm x 59 cm), et regroupant 48 pages, à propos de la Somme. :« La foi du Moyen Âge était aussi matérialiste que naïve : elle honorait d'une vénération unanime les plus singulières reliques. D'astucieux trafiquants de Palestine ou de Constantinople avaient procuré aux Croisés de bien étranges souvenirs des personnages et événements bibliques. Il fallut attendre le … et la publication d'un manifeste fameux de Calvin en 1543 pour que soit alertée la raison et condamnée, par l'Église elle-même, la dévotion à maints objets ridicules et parfois indécents un drapeau (lange) que Notre Seigneur eut à l'entour des reins à la Nativité des rameaux du buisson que Moïse vit s'allumer la pierre du Sinaï où Dieu était assis lorsqu'il donna à Moïse les Tables de la Loi… »
- Idolâtrie et superstition : Bernard Heyberger (maître de conférences à l'université de Haute-Alsace / Mulhouse) écrit à propos des pèlerinages dans un ouvrage collectif de 1996 : page 980, Dictionnaire de l'Ancien Régime, sous la direction de Lucien Bély, PUF - 1384 pages - ISBN : 2-13-047731-3 :« Le concile de Trente a réaffirmé la légitimité du culte voué aux reliques, aux tombeaux et aux images. Mais il a placé la dévotion populaire sous le contrôle étroit de l'évêque, chargé d'en expurger toute "superstition", notamment lors de ses visites pastorales dans les paroisses. Le clergé jette un regard de suspicion sur l'individualisme du pèlerin et ses dévotions "indécentes".»

Voir aussi

- Reliques de la Sainte-Chapelle
- Odeur de sainteté

Références

==
Sujets connexes
Abbaye de la Trinité de Fécamp   Archidiocèse de Paris   Basilique Saint-Marc de Venise   Basilique Sainte-Marie-Majeure   Bouddha   Bruges   Byzance   Calvaire   Calvin   Catholicisme   Cathédrale Notre-Dame de Chartres   Cathédrale Notre-Dame de Paris   Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin   Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle   Cathédrale de Valence   Chevalier croisé   Cheveu   Christianisme   Châsse   Concile de Trente   Conques   Constantin Ier (empereur romain)   Constantinople   Crucifixion   Culte   Cène   Empereur romain   Espagne   Faïence   Fécamp   Graal   Hongrie   Hélène (mère de Constantin)   Islam   Italie   Jalal Ud Din Rumi   Jeu de rôle   Jésus de Nazareth   Konya   Latin   Le Progrès de la Somme   Livre (monnaie)   Longpré-les-Corps-Saints   Louis IX de France   Lucques   Mahomet   Manuscrit   Marc (évangéliste)   Marie de Nazareth   Martyr   Mausolée   Miracle   Monastère du Stoudion   Moyen Âge   Moïse   Naples   New York   Normandie   Odeur de sainteté   Organisation des Nations unies   Orthodoxie   Os   Paris   Passion du Christ   Prophète   Protestantisme   Pèlerinage   Quatrième croisade   Regalia   Reliquaire   Reliques de la Sainte-Chapelle   Rome   Saint   Saint-Suaire   Saint-Zacharie (Var)   Saint Calice   Saint Mors (Carpentras)   Saint Ombilic   Saint Polycarpe   Saint Prépuce   Saint Sang   Sainte-Chapelle   Sainte Couronne   Sainte Foy   Sainte Lance   Sainte Tunique du Christ   Sainte Véronique   Sainte Éponge   Saintes Larmes   Sandales du Christ   Sri Lanka   Staurothèque   Tabernacle (objet)   Thaïlande   Thierry d'Alsace   Troyes   Trésor   Turquie   Venise   Viscère   Voile de Véronique   Vraie Croix   Vêtement  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^