Treize colonies britanniques en Amérique du Nord

Infos
Les treize colonies britanniques d'Amérique du Nord ou Treize colonies, issues de l'Empire britannique, sont les colonies fondatrices des États-Unis d'Amérique. Elles sont situées entre la Nouvelle-Écosse et la Floride et entre l'Atlantique et les Appalaches. Unies en 1775, elles signent la déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique en 1776 et se séparent de la Grande-Bretagne. Cet évènement entraîne la Guerre d'Indépendance des États-U
Treize colonies britanniques en Amérique du Nord

Les treize colonies britanniques d'Amérique du Nord ou Treize colonies, issues de l'Empire britannique, sont les colonies fondatrices des États-Unis d'Amérique. Elles sont situées entre la Nouvelle-Écosse et la Floride et entre l'Atlantique et les Appalaches. Unies en 1775, elles signent la déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique en 1776 et se séparent de la Grande-Bretagne. Cet évènement entraîne la Guerre d'Indépendance des États-Unis d'Amérique et mène à l'Indépendance des États-Unis d'Amérique. L'histoire des Treize colonies est partie liée avec celle des colonies européennes et plus particulièrement britanniques de la côte atlantique. Différenciées quant à leur statut et leur origine politique, elle sont marquées par une grande hétérogénéité. Quakers embrassant des Indiens en Pennsylvanie.

Fondation des colonies anglaises d'Amérique (XVII siècle)

À la fin du XVI et au début du XVII siècle, l'Angleterre se lance dans une politique de conquêtes coloniales. Les rivalités avec la France et l'Espagne, la volonté de devenir une puissance maritime et de découvrir le passage du Nord-Ouest vers l'océan Pacifique encouragent Londres à explorer puis coloniser l'Amérique du Nord.

Virginie

En 1584, Sir Walter Raleigh (1554 - 1618) explore les côtes de la Virginie, qu'il baptise en l'honneur de la reine Elizabeth IB. Vincent (dir.), Histoire des États-Unis, 1997, p.12. En 1585, une colonie est fondée sur une île de la côte est, mais elle échoue dans des conditions non élucidées. Le mathématicien Thomas Harriot qui l'accompagnait dresse une première carte de la région. Les territoires octroyés par Jacques Ier aux compagnies Le roi Jacques Ier (1603-1625) hérite du territoire compris entre le 34 et le 45 degré de latitude, qu'il partage entre la compagnie de Londres et celle de Plymouth. Ces dernières espèrent découvrir des mines d'or et d'argent. C'est finalement la pêche à la morue au nord et la culture du tabac au sud qui deviennent les bases de l'économie coloniale. La fertilité du sol attire de nouveaux colons, et l'émigration anglaise est favorisée par les troubles politiques et religieux. La ville de Jamestown est fondée en 1607 par les envoyés de la compagnie, sur les terres d'un chef Potomac Powathan : elle compte à cette époque une centaine d’habitants. L’agriculture et les conditions de vie sont mauvaises pour les colons car les terres sont insalubres.

Massachusetts

À partir de 1605, Du Gua et Samuel de Champlain explorent la côte au sud du Canada jusqu’au cap Cod. En 1620, une centaine de puritains débarquent du Mayflower et fondent Plymouth (Massachusetts). Le mode d'organisation de la colonie est discuté à bord du bateau : c'est le Mayflower Compact. Les Pères pélerins nouent des relations de voisinage distant avec les indigènes, qui leur permettent de survivre, en leur donnant du maïs, des potirons et des dindons : en 1621 est célébré le premier Thanksgiving. Les querelles religieuses en Angleterre renforcent l’arrivée de nouveaux puritains dans cette région. Mais il y a aussi de nombreux protestants allemands qui fuient la misère et les persécutions religieuses (on compte ainsi 10 000 Allemands avant l’indépendance). Les puritains de Boston et Providence se lancent dans le commerce triangulaire. Ils achètent des esclaves en Afrique et les revendent en Virginie au Maryland ou sur les marchés antillais. Au milieu du , Boston est devenue avec ses 3000 habitants, le centre de la Nouvelle-Angleterre. Des missionnaires tentent d’évangéliser les Indiens. De nouveaux groupes de protestants arrivent en Nouvelle-Angleterre : anabaptistes et quakers qui sont persécutés au Massachusetts et qui s’établissent dans des colonies voisines.

New York et les colonies du centre

D'abord exploré par Giovanni da Verrazano pour le compte de la France en 1524The Historical Atlas of New York City: Hilly Island (pages 10-11), le site de New York est ensuite reconnu par Henry Hudson en 1609. Le navigateur britannique reconnaît la baie de New York puis le fleuve baptisé en sa mémoire, l'Hudson RiverThe Historical Atlas of New York City: Hilly Island (pages 10-11). Les Hollandais occupent ensuite la Nouvelle-Amsterdam dès 1614. En 1626, le directeur de la colonie Peter Minuit achète l’île de Manhattan aux Amérindiens. En 1664, le roi Charles II d'Angleterre offre la Nouvelle-Amsterdam à son frère, le Duc d'YorkThe Historical Atlas of New York City: Dutch New Amsterdam (pages 20-25). Les Anglais s'emparent de New York au cours de la même année. Les fondations se multiplient dans les années 1630 : Sir George Calvert (Lord Baltimore) crée la colonie du Maryland en 1632 ; elle accueille les catholiques persécutés en Angleterre. Le Rhode Island apparaît en 1638 par l'action d'Anne Hutchinson. En 1664, les Anglais s’emparent de New York et de sa région, chassant les colons hollandais et suédois qui avaient tenté de s'implanter sur ces côtes.

Pennsylvanie

Plus au sud, l’exploration de la vallée du Delaware commence au début du . Les premiers colons suédois, hollandais et anglais revendiquent tour à tour les rives du fleuve : la Nouvelle-Suède, fondée en 1638, est annexée aux Nouveaux-Pays-Bas en 1655. Puis la région passe définitivement dans le giron britannique en 1674. En 1681, le roi d’Angleterre Charles II octroie une charte au quaker William Penn (1644–1718), en échange de l’annulation d’une dette que le gouvernement devait à son père. Par ce document, la colonie de Pennsylvanie est officiellement fondéeFrançois Lebrun, Le siècle, Paris, Armand Colin, 1993, , p.217.

Suppression des chartes

À partir de 1686, l’Angleterre change de politique coloniale et supprime les chartes octroyées au colons d’Amérique. La Nouvelle-Angleterre devient dominion de la couronne, administrée par un gouverneur nommé et révocable par le roi. La glorieuse révolution en Angleterre provoque des soulèvements parmi les colons américains qui ne reconnaissent pas la nouvelle dynastie en Angleterre. Le Connecticut garde sa charte royale jusqu'en 1818Claude Fohlen, Les Pères de la Révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989, , p.22. En 1700, douze des treize colonies ont été fondées. La Géorgie rejoint les possessions britanniques en 1733.

Les colonies au XVIII siècle

Description

Selon l'usage et par commodité, on dénombre du Nord au Sud, trois sous ensembles parmi ces colonies et provinces. Nous les indiquons en gras, avec les colonies qui les composent, suivies du nom de l'actuel ou des actuels États correspondants (sur les dénominations voir ici) :
- La Nouvelle-Angleterre (New-England), sous laquelle on désignait déjà à l'époque moderne :
- la province du New-Hampshire (New Hampshire)
- la province ou Colonie de la Baie-du-Massachusetts (Massachusetts, Maine)
- les colonies de plantations ou Plantations du Rhode-Island et de Providence (Rhode Island)
- la colonie du Connecticut (Connecticut)
- Les colonies médianes ou du Centre (Middle Colonies) :
- la province de New-York (New York, Vermont).
- la province du New Jersey (New Jersey)
- la province de Pennsylvanie (Pennsylvanie)
-Les colonies du Sud (Southern colonies) :
- la province de Nouvelle-Hollande (sous domination néerlandaise), puis Trois comtés du Delaware, sous la juridiction de la province de Pennsylvanie, et enfin province du Delaware (Delaware)
- la colonie et dominion de Virginie (Virginie, Virginie-Occidentale et Kentucky).
- la province du Maryland (Maryland)
- la province de Caroline du Nord (Caroline du Nord et Tennessee).
-la province de Caroline du Sud (Caroline du Sud)
- la province de Géorgie (Géorgie) Certains ouvrages évoquent un quatrième ensemble, les colonies dite de la baie de Chesapeake (Cheasapeake Colonies) pour désigner les provinces de Maryland et de Virginie.

Organisation politique

Les rapports politiques

Les rapports sont profondément différents de ceux qui prévalent de l’empire colonial espagnol à sa métropole. Point de Vice-roi mais une autorité qui reste ancrée à Londres en la personne même du souverain, au-delà du Roi-en-son-Conseil ( King-in-Parliament ou Crown-in-Parliament). Ce dernier peut-être représenté par un gouverneur, par un « propriétaire », à la tête ou non d'assemblées représentatives. Chaque colonie possède un statut propre qui dépend de son histoire mais au-delà des différences institutionnelles on peut distinguer trois catégories :
-les Colonies à Chartes : dont le statut dépend de chartes octroyées par le souverain à des compagnies maritimes privées. La charte définit les règles politiques de la colonie. Dans les années 1770, seules les colonies du Rhode Island et du Connecticut bénéficient de ce statut. Ces deux colonies sont sans doute celles qui jouissent de la plus grande autonomie du fait de l'existence de corps constitués. Le gouverneur et les principaux administrateurs (comme le lieutenant-gouverneur) sont élus par une assemblée coloniale. Aux yeux des contemporains, comme pour Filippo Mazzei, ces colonies sont proprement démocratiques.
-les Colonies de Propriétaires : leurs statuts politiques ont été définis lors de la reconnaissance par Londres de la fondation de la colonie. Ils reposent donc sur l'initiative d'un grand personnage, que l'on nomme le “propriétaire” ( Lord Porprietor). L'exemple le plus connu est celui de la Pennsylvanie, quand, en 1681, Charles II cède à William Penn, les territoire qui correspondent aux provinces de Pennsylvanie et du Delaware et lui accorde en 1683, une Frame of Government. À l’origine le fondateur faisait office de gouverneur. Avec le temps, le gouverneur est désigné par les héritiers du fondateur de la colonie et leur choix doit être ratifié par Londres. En 1776, John Penn (1729 - 1795), petit fils du propriétaire, exerçait les fonctions de lieutenant-gouverneur de la Pennsylvanie. Les provinces comprises entre la Nouvelle-Angleterre et le Maryland avaient originellement pour propriétaire le duc d'York. La Géorgie, les Carolines et le New-Jersey bénéficiaient d'un statut similaire mais à la veille de l'Indépendance, les colonies à Charte étaient au nombre de trois : la Pennsylvanie, le Maryland et le Delaware.
-les Colonies de la Couronne ou royales : le New-Hampshire, le Massachusetts, la province de New-York, le New Jersey, la Virginie, les deux Carolines et la Géorgie. Elles bénéficient d’une “Constitution” rédigée par la couronne. On entend par “constitution”, une somme des textes fondateurs, d'instructions successives données aux gouverneurs, modérées par l'expérience et la tradition. Pour autant, l’idée de constitution au sens « moderne » fait son chemin. Ce sont les Colonies où le contrôle de la métropole est par nature le plus étroit : le gouverneur nomme les administrateurs et dispose d’un droit de veto sur les discussions des assemblée locales. Un droit de veto renforcé par celui du Conseil Privée qui peut rejeter les décisions du gouverneur L'utilisation de ce pouvoir suspensif était cependant très rare. Ce dernier peut enfin dissoudre ou ajourner l’Assemblée coloniale. Une exception, celle de la province de la Baie du Massachusetts, qui bien que titulaire d'une charte (1691) est une colonie de la Couronne. En somme, les provinces et colonies jouissent d'organisations profondément diverses caractéristiques de l’éclatement administratif d'Ancien Régime. L’existence de nombreux “privilèges” imposent leur marque au système institutionnel colonial. La présence et l'influence d'assemblées coloniales, l'éloignement de la métropole entraînait de fait une large autonomie judiciaire et même politique au sein des colonies. L'historien Gordon S. Wood caractérise ce système comme un « conglomérat de privilèges locaux et de libertés ».

Démographie

À veille de l'Indépendance, les Treize colonies sont encore faiblement peuplées. Mais en dépit d'une densité faible et inégale, elles connaissent une formidable croissance démographique. Le fait est particulièrement frappant pour les colonies du Sud qui représentent près de la moitié de la population coloniale totale. Ces dernières ont un fort pourcentage de populations serviles, noires ou métis, qui avoisinent les 40% dans les années 1770 quand les pourcentages pour la Nouvelle-Angleterre et les Colonies du Centre sont respectivement de 3 et 6% à la même date. Vers 1775, les 13 colonies comptent NoirsC. Fohlen, Les Pères de la Révolution américaine, 1989, p.15.

Quelques chiffres

Population par colonie, vers 1775C. Fohlen, Les Pères de la Révolution américaine, 1989 : Maryland : 200 000 Caroline du Nord : 200 000 Caroline du Sud : 130 000 Géorgie : 35 000 Massachusetts : 250 000 Connecticut : 190 000 New Hampshire : 70 000 Rhode Island : 60 000 New York : 175 000 New Jersey : 125 000 Pennsylvanie : 300 000

Le fait urbain

Les colonies ne connaissent en 1770 qu'une faible urbanisation, principalement concentrée en Nouvelle-Angleterre et dans les colonies médianes. En 1770, Philadelphie - qui avec ses habitants peut-être qualifiée de ville moyenne en comparaison avec la métropole - New York ( hab.) et Boston ( hab.) sont les plus grandes agglomérations.

Provenance des colons

Au siècle, le peuplement est principalement le fait de populations anglaises mais dès la fin du siècle on note l'arrivée de populations serviles noires et de migrants européens, principalement des Irlandais presbytériens, des Gallois, des Ecossais et des populations germanophones. À la veille de l’Indépendance, 30% de la population était non-anglaise.

La question religieuse

La conversion des Amérindiens

En Amérique du Nord, John Eliot, pasteur presbytérien au Massachusetts entreprend d'évangéliser les Amérindiens à partir de 1641. Il apprend leur dialecte et commence à prêcher. Il regroupe les convertis dans des villages de prière et traduit la Bible en mohican et en algonquin ; il fonde des écoles, parmi lesquelles un collège indien au sein d'Harvard, il forme des instituteurs indigènesAngie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994. Mais ses efforts sont vite ruinés par les luttes entre colons et Indiens, et du vivant même d'Eliot, il ne reste plus un seul Mohican pour lire la Bible traduite. Une Société pour la Propagation de l'Evangile, fondée en 1701 se préoccuppe de l'évangélisation des Indiens des Six Nations, en plus de l'aumônerie des colons. David Brainberd, né en 1718, est particulièrement connu parce que son journal, publié après sa mort a connu un grand succès. Après des études à Yale pour être pasteur, David Brainberd décide de consacrer sa vie (qui sera courte) à l'évangélisation. Il fréquente jusqu'en 1747 différents groupes d'Indiens, dans le Massachusetts, la Pennsylvanie et le New-Jersey.

Les rapports avec les Amérindiens

Pocahontas épouse l'Anglais John Rolfe en 1613. Les traiteurs des Carolines se sont mariés avec des Amérindiennes. Au , sir William Johnson, surintendant des affaires indiennes de la colonie de New York, s'habillait comme un Indien et avait pris pour compagne une Iroquoise dont il eut huit enfantsG. Havard, C. Vidal, Histoire de l'Amérique française, p.382. Les Mountain Men et autres aventuriers s'établissent dans les communautés indiennes. Les relations entre Amérindiens et colons ne sont pas toujours conflictuelles : en 1621, les colons du Mayflower sont sauvés de la famine par le chef Massasoit. C'est l'origine de Thanksgiving. Les Quakers et William Penn en Pennsylvanie eurent des relations amicales avec les Indiens, suivant les principes d'égalité et de paix, jusqu'au milieu du . Dans le Massachusetts, John Eliot cherche à évangéliser et éduquer les populations locales. Thomas Paine part vivre dans une communauté d'Iroquois et apprend leur langue. Certains puritains tentent de limiter la diffusion de l'alcool chez les indigènes.

Économie

En 1770, le régime régissant les rapports entre la métropole et les colonies n’a guère évolué depuis le . Les Actes de Navigation de 1651 et de 1660 ont instauré le régime de l’exclusif - dans un contexte mercantiliste - qui perdure au siècle. Les colonies vendent leurs produits agricoles, le tabac notamment, à la Métropole, et lui achètent ses produits manufacturés. On peut ainsi parler d’une véritable sujétion économique des colonies au bénéfice de la Métropole. Ce constat doit cependant être nuancé : la contrebande contribue grandement à brouiller une réalité par trop monolithique.

Les problèmes coloniaux : vers la Révolution américaine

Carte des treize colonies vers 1775 Au siècle, l’essentiel des décisions relèvent de la consultation du Conseil Privé (Privy Council). Son rôle tend à diminuer au siècle au profit du Cabinet mais il conserve une certaine prééminence dans les affaires coloniales. Ses décisions portent le nom de « ordre en conseil » (Order in Council). Depuis 1690, le Board of Trade and Plantations est l’organisme le plus compétent en matière coloniale. Il dépend du Conseil privé dont il est une émanation. Londres veut renforcer son autorité. Cette volonté s’exprime notamment dans sa politique de réduction du nombre de colonies à charte : un exemple, la Virginie, qui devient au XVIIIe siècle une colonie de la Couronne. Cependant, après des expériences infructueuses au siècle précédent, de 1715 à 1748, lors d'une période qualifiée en 1775 par Edmund Burke de « négligence salutaire » (Salutary Neglect), la Métropole s’immisce le moins possible dans les affaires des colonies. Londres néglige ses colonies et les conflits d’intérêts se font rares. À partir de 1748, le gouvernement change de cap. Après la Guerre de Succession d'Autriche la politique du Board of trade se fait plus musclée. Le comte d’Halifax, administrateur appliqué et énergique, décide de mettre un terme à une politique jugée trop laxiste. Son inquiétude grandit quand il prend conscience que les colonies se sont parfaitement accommodées à cette « négligence » et tendent à oublier leur sujétion à la Couronne. Enfin, la contrebande, notamment de mélasse, s’est généralisée. « Une résistance réussie est une révolution et non une rébellion ». John Wilkes à la Chambre des Communes, 1775. « Nous tenons pour totalement évidentes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la quête du bonheur. » Déclaration unanime des treize Etats-Unis d’Amérique réunis en Congrès le 4 juillet 1776.

Remarques

Les colonies loyalistes Des colonies britanniques d'Amérique du Nord sont restées loyales à la Couronne (on parle de colonies loyalistes) :
-quatre colonies de l'actuel Canada
- la Nouvelle-Ecosse
- Terre-Neuve
- l'île du prince Edouard
- la province de Québec
-ainsi que la Floride orientale et la Floride occidentale (Floride) qui devaient rejoindre l'Empire espagnol lors du Traité de Paris de 1783, puis l'Union des États-Unis d'Amérique en 1819 (où ils sont devenues un état américain unifié en 1845). La question de l'appellation Lorsque l'on veut parler de leur alliance face aux forces britanniques, on emploie également le terme de Provinces-Unies d'Amérique. Une carte établie vers 1776 par le cartographe Matthieu Albert Lotter (1741-1810) d'Augsbourg, nous donne une idée de la dénomination de l'ensemble des Treize Colonies dans l'Europe francophone au lendemain de l'Indépendance. Elle a pour titre : " Carte nouvelle / de l'Amérique angloise / contenant / tout ce que les Anglais possèdent sur le continent / de l'Amérique septentrionale / savoir / le Canada, la Nouvelle Ecosse ou Acadie / les treize Provinces Unies / qui sont / les quatre colonies / de la Nouvelle Angleterre /1 New Hampshire, 2 Massachusetsbay, 3 Rhode-Island, 4 Conecticut, / 5 la Nouvelle York, 6 Nouvelle Jersey, 7 Pensilvanie, / 8 les Comtés de Newcastle, Kent et Sussex sur la Delaware, / 9 Mariland, 10 Virginie, / 11 la Caroline Septentrionale, / 12 la Caroline Meridionale / et 13 Georgie / avec la Floride. " L’expression États-Unis d'Amérique n’apparaît dans les sources que le 9 septembre 1776 ; en effet, lors de la déclaration d'Indépendance, le 4 juillet, l'appellation est celle de Colonies-Unies d’Amérique.

Voir aussi

Notes

Bibliographie

-Carl Becker, La Déclaration d'Indépendance, Seghers, Paris, 1992
-Bernard Cottret, La Révolution américaine. La quête du bonheur (1763 - 1787), Perrin, Paris, 2003.
-Gordon S. Wood, La Création de la République américaine - 1776 - 1787, Belin, Paris, 1991.
-André Kaspi (recueil de documents présentés par), L'Indépendance américaine : 1763 - 1789, collection Archives, Gallimard/Juliard, Paris, 1976.
-Bernard Vincent (dir.), Histoire des États-Unis, Paris, Champs Flammarion, 1997,
-Claude Fohlen, Les Pères de la Révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989, ===
Sujets connexes
Actes de Navigation   Afrique   Algonquin (langue)   Amérindiens aux États-Unis   Amérique du Nord   Ancien Régime   Anglais   Angleterre   Anne Hutchinson   Appalaches   Argent   Augsbourg   Baie de Chesapeake   Bernard Cottret   Boston   Canada   Cap Cod   Caroline du Nord   Caroline du Sud   Charles II d'Angleterre   Charte   Colonie de la baie du Massachusetts   Colonie de peuplement   Colonisation britannique des Amériques   Commerce triangulaire   Connecticut   Constitution   Delaware   Delaware (fleuve)   Dette   Dominion   Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique   Edmund Burke   Elizabeth I   Empire britannique   Empire colonial espagnol   Espagne   Fertilité   Filippo Mazzei   Floride   France   Giovanni da Verrazano   Gouverneur   Grande-Bretagne   Guerre de Succession d'Autriche   Géorgie (État)   Henry Hudson   Histoire coloniale des États-Unis d'Amérique   Histoire de l'Amérique   Hollandais   Hudson (fleuve)   Indépendance des États-Unis d'Amérique   Iroquois   Jacques II d'Angleterre   Jacques Ier d'Angleterre   Jamestown (Virginie)   John Eliot (missionnaire)   John Wilkes   Kentucky   Lieutenant-gouverneur   Londres   Maine (État)   Maryland   Massachusetts   Massasoit   Matthieu Albert Lotter   Mayflower   Mayflower Compact   Morue   New Hampshire   New Jersey   New York   New York (État)   Nouveaux-Pays-Bas   Nouvelle-Amsterdam   Nouvelle-Angleterre   Nouvelle-Suède   Nouvelle-Écosse   Océan Pacifique   Or   Passage du Nord-Ouest   Pennsylvanie   Philadelphie   Pierre Minuit   Plymouth   Plymouth (Massachusetts)   Pocahontas   Privilège (Ancien Régime)   Providence (Rhode Island)   Province de Pennsylvanie   Provinces-Unies d'Amérique   Pères pélerins   Pêche   Rhode Island   Roi   Samuel de Champlain   Société religieuse des Amis   Suédois   Tabac   Tennessee   Thomas Harriot   Thomas Paine   Treize colonies britanniques en Amérique du Nord   Vermont   Virginie   Virginie-Occidentale   Walter Raleigh   William Johnson   William Penn  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^