Pompéi

Infos
Pompéi (Pompeii en latin, Pompei en italien) est une ville italienne de Campanie célèbre pour avoir été détruite par le Vésuve, le 24 août 79. Ce site antique est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997, avec Herculanum et Torre Annunziata. Située près de Naples au pied du Vésuve, la ville fut fondée au et entièrement ensevelie le 24 août 79 avec Herculanum, Oplontis et Stabies, lors d’une éruption plinienne (c'est-à-dire de nive
Pompéi

Pompéi (Pompeii en latin, Pompei en italien) est une ville italienne de Campanie célèbre pour avoir été détruite par le Vésuve, le 24 août 79. Ce site antique est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997, avec Herculanum et Torre Annunziata. Située près de Naples au pied du Vésuve, la ville fut fondée au et entièrement ensevelie le 24 août 79 avec Herculanum, Oplontis et Stabies, lors d’une éruption plinienne (c'est-à-dire de niveau 5) de ce volcan. L'éruption ensevelit entièrement la ville, créa une gaine protectrice sur les corps et permit l'oubli de la ville pendant ans. Redécouverte par hasard au , la ville se conserva mieux que si la catastrophe ne s'était pas produite : les fouilles exécutées au permirent d'exhumer une cité florissante dans un état de conservation inespéré, précieux témoignage de l'urbanisme de l'Empire romain. Aujourd'hui, une localité de la province de Naples porte toujours ce nom ; le site antique (Pompei Scavi) en est un hameau : voir Pompei.

Pompéi : « Terre des dieux »

Pompéi : terre fertile au pied du volcan Pompéi est un site archéologique situé sur la côte ouest de l'Italie, au sud de Naples dans la baie du même nom. Installée dans la Campanie, la ville de Pompéi était au cœur d'une riche région que les Romains qualifiaient de « Terre des dieux » pour sa fertilité, sa proximité de la mer et son climat, Alain Canu .

Une terre fertile

La ville a été construite sur ce que les Romains considéraient comme une montagne fertile, Strabon décrivant le Vésuve au , comme « entièrement couvert de champs fertiles sauf au sommet partiellement plat mais totalement stérile et d'aspect cendreux» , telefonica.me.uk. En réalité, il s'agissait d'un plateau volcanique formé par une ancienne langue de lave et escarpé sur trois côtés. Le côté sud-ouest domine la mer mais le tout est surplombé au nord par le Vésuve. Le volcan, éteint depuis plusieurs siècles, n'était pas une source d'inquiétude pour les habitants de la région. La terre, riche comme le sont tous les sols d'origine volcanique, permettait, en particulier, la culture de la vigne et donc favorisait l'afflux de population.

Un site stratégique

Pompéi est construite près de l'embouchure du fleuve Sarno (sud-est) dont la navigabilité fait de la ville, toujours selon Strabon, , Alain Canu , villes situées à l'intérieur des terres. La situation élevée de la ville construite sur un plateau (33 m) en fait un poste stratégique pour la surveillance du déplacement des navires dans la baie de Naples, telefonica.me.uk. La ville n'est pas, et c'est un inconvénient, entourée de sources : l'eau est fournie d'abord par des citernes d'eau de pluie, puis par un aqueduc partant du fleuve Sarno.Article Pompéi, Ranuccio Bianchi Bandinelli, in Encyclopædia Universalis Pompéi était donc une terre prospère quand, un jour d'août 79, elle fut entièrement dévastée. Cette fin tragique explique en partie de la renommée de la ville ; quant aux fouilles archéologiques, elles ont permis de faire surgir de sa gangue une cité développée, de faire revivre toute une société et la richesse de son histoire.

De la fondation de Pompéi à sa fin tragique

Destruction de Pompéi. Pompéi fut fondée avant le (peut-être au ou ), par un regroupement de cinq villages osques (pompaios = cinq) et détruite le par une éruption du Vésuve. La ville s'est développée d'abord vers l'Est puis dans les directions Nord-Ouest et Sud-Est jusqu'à atteindre près de 66 hectares, dont 44 d'habitations, le reste étant constitué de jardins et de champs se concentrant principalement au nord de la voie d'Abondance.

Fondation

Fondée sur une retombée de lave, au pied du Vésuve, au cœur des régions VII et VIII de la ville, sur une route commerciale importante, campania.net, 2007, Pompéi est bâtie sur un site idéal (voir : Pompéi : « Terre des dieux »). En effet, le déclin des centres de l'arrière-pays correspond à une faveur croissante pour le haut plateau de Pompéi. La petite ville se développa sur un étagement lavique qui s'était formé au cours des siècles précédents. Celui constitua un bon rempart naturel contre les intrusions menaçantes des peuples limitrophes. En même temps, la nature volcanique du terrain rendit le territoire de la vallée du Sarno particulièrement fertile, permettant de la sorte un important développement de l'économie agricole. Pompéi entra bien vite en contact avec les colonies grecques voisines elle assimila leur culture, leur mode de vie, ainsi que la religion propre à la Magna Grecia, comme en témoigne, la présence d'un temple dorique situé dans le Forum Triangulaire.

Influences diverses

Au , les Grecs introduisent le culte d’Apollon (construction du temple d’Apollon ; construction du temple dorique sur l’agora triangulaire). Pompéi n’est qu’une base pour contrôler les débouchés de l’arrière-pays, très fertile. La cité fut sujette aux Étrusques pendant presque cinquante ans (jusqu'en 474 avant J.-C.) lorsque ceux-ci occupèrent la partie intérieure de la Campanie. Tout de suite après, elle retourna dans la sphère d'influence des Grecs, avant d'être englobée dans la zone d'expansion Samnites . Avec eux elle s'agrandit notoirement, édifiant alors le centre historique dont les vestiges sont aujourd'hui encore très importants. On le reconnaît notamment grâce à sa muraille d'enceinte plus ancienne, à l'architecture de certaines maisons (celles qui sont caractérisées par l'atrium de type toscan), aux édifices publics du Forum Triangulaire et au Temple d'Apollon dans le Forum civil. De -474 à -424, les Grecs reprennent le contrôle de la ville, restaurent les temples, développent un quartier au plan géométrique (région VI), et entourent Pompéi de murailles. En -424, Pompéi est conquise par les Samnites qui prennent le nom de Campanie en arrivant dans les plaines. On se remet à parler l’osque, langue commune aux plus anciens occupants, les Osques, et aux nouveaux occupants, les Samnites qui étendent les murailles de la ville.

Influence romaine

Pendant ce temps, Rome avait entrepris son avancée progressive vers l'Italie du Sud et avait commencé à mettre à mal la résistance des populations italiques. Les peuples Samnites durent eux aussi se rendre à l'Urbe, après trois longues années de guerre, dont la dernière dura de 298 à 290 avant J.-C. Avec la conquête de la Campanie, Pompéi connut donc la domination des Romains, devenant "socia", statut qui comportait le maintien d'une autonomie locale. Entre -214 et -210 se déroule la Deuxième Guerre punique : Hannibal part à la conquête de Rome avec ses éléphants. Pompéi, contrairement aux autres villes Samnites, reste fidèle à Rome. Cette longue période de prospérité s'interrompt avec la guerreLa guerre "sociale" et l'ascension de Sylla, LATIN seconde, édition HACHETTE Education, p°40 menée contre Rome par les cités italiques -dont Pompéi- afin d'obtenir la citoyenneté romaine. En mars 90 av. J.-C., les villes Samnites se révoltent contre Rome lors de la Guerre sociale. Cette fois, Pompéi se joint à elles. La guerre est dure et les Romains conduits par Sylla prennent Pompéi. Les Romains ne reconstruisent pas une nouvelle ville sur celle des Samnites, mais s’installent dans Pompéi telle qu’elle était au temps des Samnites.

Période romaine

En 80 av. J.-C., Pompéi est transformée par Sylla en colonie romaine: les riches colons romains remplacent alors les habitants chassés de leurs demeures et s’installent principalement dans de grandes villas bâties sur le flanc du Vésuve, à l’emplacement des remparts primitifs. L’ère romaine commence. Sylla installe vétérans à Pompéi, devenue colonia Cornelia Veneria Pompeianorum. Comme par le passé, Pompéi continua à s'agrandir et à se développer dans tous les domaines, en particulier dans le secteur économique, largement favorisée par son arrière pays fertile et par sa position géographique enviable. Toutes les activités liées au commerce et au trafic maritime progressèrent. Le résultat de ce remarquable développement fut immédiat : à l'extérieur, il conduisit à un accroissement de Pompéi par rapport aux autres villes de Campanie ; à l'intérieur, la conséquence fut l'augmentation générale de la qualité de vie d'une grande partie des différentes classes sociales. C'est ainsi que la classe des commerçants et des entrepreneurs qui avaient fait la fortune de Pompéi, ne cessa de se développer. L'économie florissante entraîna un accroissement démographique considérable, une augmentation du niveau de vie de la population ainsi qu'un embellissent de la ville. Les nouveaux riches, désireux de prévaloir sur la classe aristocratique traditionnellement détentrice du pouvoir, entrèrent en compétition pour faire étalage de leur opulence par le biais de somptueuses demeures, d'objets et de bijoux précieux. L'expansion urbaine se réalisa surtout le long de la via dell'Abbondanza, centre symbolique de la nouvelle classe émergente.

La fin

En 62 après Jésus-Christ, Pompéi et les nombreux centres établis à proximité du Vésuve sont endommagés par un important tremblement de terre qui détruit une grande partie des édifices publics et privés. Des travaux de restauration sont immédiatement entrepris, nombre d'entre eux s'achevant rapidement - surtout ceux qui concernent les édifices privés. La reprise ne fut pas facile. La classe sociale la plus défavorisée subit de graves conséquences car ses maisons furent détruites. La plupart des édifices publics et privés étaient encore en phase de consolidation et de restauration lors de l'éruption en 79. Mais, vers 70 après Jésus-Christ, la cité subit une série de secousses telluriques : une partie des habitants - ceux qui en ont la possibilité - quittent la ville pour des lieux plus sûrs, vendant leurs possessions à très bas prix à des personnes courageuses et argentées qui acquièrent ainsi de grandes propriétés. Le 24 août 79 du calendrier romain (ce qui correspond au mois d'octobre dans le calendrier grégorien utilisé de nos jours), l'éruption du Vésuve entraîne la destruction de la ville. Pline le Jeune, qui était dans les environs, a décrit l’éruption dans deux lettres à Tacite. Le Vésuve commença à déverser sur la ville et sur celles d'Herculanum et de Stabies, toutes proches, une énorme masse de cendres, de lapilli et de lave Quid, 2004, de Dominique et Michèle Frémy, aux éditions Robert Lafont, p°140 B. Tout fut englouti sous une épaisse (parfois de 30m ) croûte de matériaux éruptifs qui s'accumulèrent sur plusieurs mètres. Les habitants, dont la plupart avaient accouru sur le littoral, furent suffoqués par les émanations de gaz, tandis que d'autres trouvèrent la mort à l'intérieur même de leurs maisons.

Pompéi : une ville morte et un site exceptionnel

Exemple de momification Par son état de conservation après avoir été momifiée sous un déluge de cendres, Pompéi constitue un étonnant témoignage ponctuel de la civilisation romaine. Il est maintenant possible de remonter plus loin dans le temps, aux origines de la ville. Il a ainsi été retrouvé, en certains endroits, jusqu'à trois couches de sédiments correspondant à trois siècles bien distincts, les , et , fournissant des informations précieuses sur la colonisation de la région avant l'ère romaine. Les fouilles ont mis à jour une ville endormie au moment exact de l'éruption du Vésuve, il y a plus de ans. La lave et les cendres ont brûlé tous les tissus vivants mais s'y sont déposés, créant à la fois une gaine protectrice et un moule de l'objet détruitQuid 2004, de Dominique et Michèle Frémy, aux éditions Robert Lafont, p. 1180 C. L'état de conservation du site provient aussi de la couche de cendre qui, allant jusqu'à 20 mètres, (soit l'équivalent d'un immeuble de 6 étages) a recouvert le site et protégé le site des pillages. Figés d'abord par la lave, les habitants de Pompéi le furent ensuite par des moulages en plâtre, et on peut les voir aujourd'hui dans l'attitude où la mort les a surpris. Il y en a eu qui tentèrent de s'enfuir, de protéger leurs enfants ou de mettre leur magot à l'abri. Les archéologues estiment entre 15 000 et 20 000 le nombre de victimes liées directement à l'éruption. Certaines de ces figures sont observables à l'Antiquarium, aux thermes de Stabies. D'autres ont été laissées à l'endroit-même de leur découverte.

Découverte du site : vers 1600

Au cours des travaux de creusement d'un canal visant à dévier le fleuve Sarno (entre 1594 et 1600), l'architecte Fontana découvrit quelques édifices antiques, aux murs recouverts d'inscriptions ou de peintures
- , guideseevasion.be: voilà la première découverte, fortuite, des vestiges de Pompéi. On accorda toutefois que peu de prix à ces découvertes et il fallut attendre un siècle et demi plus tard, pour voir de vraies fouilles entreprises grâce à l'abbé Martorelli, L'Internaute, à l'exemple de ce qui avait été fait, quelques années plus tôt, à Herculanum. Ce qui fit la particularité de Pompéi, la facilité des travaux, s'explique par le fait que la couche de cendre était bien plus facile à extraire que la lave solidifiée qui avait recouvert Herculanum. La conséquence logique fut la prédominance immédiate qu'eurent les fouilles de Pompéi, ce qui permit d'obtenir de brillants résultats.

Identification du site : 1763

En 1763, l'identification du site est confirmée avec la découverte d'une inscription référence à Res Publica Pompeianorum, l'Internaute. Si, jusqu'à la fin du , les méthodes de fouilles étaient plutôt sommaires, visant principalement à découvrir des objets précieux pour les placer d'abord dans des collections particulières, puis dans les musées, en revanche, les fouilles du siècle dernier (ainsi que les fouilles plus récentes), furent menées dans le but précis de sauvegarder, autant que possible, l'intégrité des lieux mis au jour. Une très grande attention se concentra donc sur la découverte et la remise en œuvre des éléments des structures supérieures des habitations. Il s'agissait également de conserver, avec beaucoup de précautions, la décoration des murs et les mosaïques, ainsi que les objets d'art ou de la vie de tous les jours, afin de procurer au visiteur une sensation de vie au fort impact émotif. En 1808, l'arrivée de Joachim Murat comme roi de Naples, avec sa femme Caroline, relança l'enthousiasme archéologique pour le site.

Le moulage : 1860

Une deuxième phase commença en 1860, avec Giuseppe Fiorelli, à qui l'on doit l'ingénieuse méthode de moulage:, grâce à laquelle furent reconstituées - en versant du plâtre liquide dans les espaces vides laissés dans les couches de lave et de cendres par les 1100 corps humains, sans compter les animaux, les arbres et les objets en bois
-, Julie D., clg-leprinceringuet.ac-aix-marseille.fr- les formes de tous les corps organiques demeurés emprisonnés dans les coulées de l'éruption. La nouvelle méthode de fouille a connu une vigoureuse impulsion au , d'abord avec Vittorio Spinazzola, puis avec Amedeo Maiuri, chercheur génial qui étudia, inlassablement, l'archéologie pompéienne et campanienne.

La ville de Pompéi

Les rues

Pompéi est divisée par un réseau de rues qui a évolué au fil des siècles. Le tracé des rues a évolué avec les différentes populations qui se sont succédé. Le noyau osque de la ville possède un tracé tortueux qui tranche avec l'urbanisme rectiligne des Grecs et des Samnites. Le cardo (du nord au sud) primitif de la ville est matérialisé par la rue de Mercure. Le decumanus (est en ouest) le plus ancien est composé de la rue de la Mer et une partie de la voie de l'Abondance. Ces axes primitifs sont modifiés: les decumani sont matérialisés en 79 par l'axe allant de la Porte Marine à la Porte du Sarno (voie de l'Abondance) et par la rue de Nola pour le deuxième decumanus. Le cardo principal relie la Porte du Vésuve à la Porte de Stabies. Le réseau des rues assure des communications rapides entre les forum périphériques (Forum Civil et Forum Triangulaire) et l'amphithéâtre. Aux croisements des grandes voies, les artères s'élargissent pour faciliter la circulation de ceux qui fréquentaient les thermes implantés aux carrefours. Deux types de circulations occupaient les rues : les véhicules et les piétons. La chaussée destinée aux véhicules était pavée de blocs polygonaux de trachyte verte ou de basalte. Les trottoirs étaient réalisés en béton ou en terre battue pour les tronçons datant de 80 à 44 av. J.-C. On passait d'un trottoir à l'autre grâce à de grosses pierres aux bords arrondis qui permettaient de traverser la rue quand celle-ci était inondée par la pluie ou le trop plein des fontaines publiques. L'entretien des rues incombait aux édiles et celui des trottoirs aux propriétaires des maisons d'où la diversité des matériaux des trottoirs.

La rue de l'Abondance

Rue avec un passage piéton surélévé La voie de l'Abondance constitue le decumanus maximus (principal) de Pompéi. Elle va de la rue de Stabies au Forum Civil puis de la rue de la Mer à la porte Marine pour son tracé le plus ancien. Elle relie les noyaux les plus importants de la ville: le Forum, les thermes de Stabies, l'amphithéâtre et la Grande Palestre. Dans sa plus grande largeur, elle fait 8, 50m. La voie de l'Abondance crée un carrefour avec la rue de Stabies : le carrefour d'Holconius. Une statue de Marcus Holconius Rufus couronnée de laurier avait été placée à côté de l'un des quatre piliers de l'arc de triomphe à quatre faces qui couronnait le carrefour. Sur un angle de ce même carrefour, une fontaine avec un bassin décoré d'un bloc sculpté représentant la Concorde tenant une corne d'abondance a donné son nom à la rue. La voie de l'Abondance est divisée en trois tronçons. Le premier va de la Porte du Sarno et monte en pente légère jusqu'au carrefour de la rue de Stabies. Ce tronçon date du III-. Il fait 4 m de large et est pavé de blocs de basalte marqués par de profonds sillons. Les trottoirs sont faits de lave ou de tuf gris de Nocera et sont haut de 60 cm. De nombreux blocs de bords de trottoirs proches des thermopolii présentent des trous sur leurs rebords pour y attacher la bride des chevaux. Le deuxième tronçon va du carrefour de Stabies à la voie des Théâtres. Il est totalement fermé à la circulation et possède une dénivelée de 80 cm de haut comblée par des marches d'escalier. Cette dénivellation permet d'évacuer l'eau venant du Forum dans un égout en direction du sud, au-delà des limites de la ville. Le troisième tronçon date du . et va jusqu'au Forum. Il est plus bas que le Forum et un escalier monumental en tuf gris était nécessaire pour atteindre la place. Un effet monumental était donné par le propylée à colonnes et fronton ainsi qu'avec les façades en gros blocs de tuf composées de pilastres et corniches des maisons. Le pavage a été remplacé dans les dernières années de 70 apr. J.-C. Il faut imaginer cette rue comme la plus représentative de la Pompéi romaine. Le grouillement des clients, commerçants, paysans, habitants avec les boutiques aux marchandises variées, ateliers, thermopolii et maisons en font la rue la plus vivante de la cité.

Édifices publics

Forum

C’était le centre de la ville, centre religieuxLe Guide Vert, Italie, éditions Michelin, p. 339, Forum, (où s’élevaient les principaux temples comme celui de Jupiter, père de tous les dieux, d’Apollon et des Lares) et centre politique, dans la mesure où c’était là que s’exerçait la justice, et que les institutions publiques municipales avaient leur siège. Enfin, c’était aussi le centre économique, de la cité, l’endroit où s’effectuaient les tractations et les échanges commerciaux. Les entrepôts de denrées alimentaires et, parfois, le siège des catégories de métiers les plus représentatifs y trouvaient également place. Le forum était un vaste domaine situé en un point central. Celui de Pompéi, qui compte une vaste aire rectangulaire dont le périmètre mesurait plus de 400 mètres (38 m sur 142 m), se trouve dans le quartier sud-ouest ; il est donc excentré par rapport au centre habité. Le choix de cette zone fut déterminé par des raisons contingentes comme la nécessité de trouver un terrain suffisamment grand et plat, chose particulièrement difficile à Pompéi en raison de son emplacement sur un étagement lavique fortement incliné vers la mer. Le forum municipal se développa à une époque plus tardive que le forum triangulaire, plus ancien et plus central, bien que des édifices remontant à l’époque Samnite, tel le Temple d’Apollon, n’en manquent pas. La construction du forum municipal fut décidée à la suite de mutations socio-économiques, d’un accroissement démographique et d’une expansion urbaine incessante qui entraînèrent de nouvelles nécessités, dont celles d’un nouvel espace public répondant davantage aux exigences de la population et à l’importance même de la ville. C’est ainsi que fut choisie cette zone qui, jusqu’au , avait été destinée au marché. Le forum de Pompéi est donc situé au carrefour des principales rues de la ville et, en particulier, de celle de l’Abondance qui constituait le centre le plus important de cette cité romaine si prospère. Les vestiges de cet important centre d’agrégation sociale ne nous révèlent qu’en partie seulement la grandeur et la beauté d’autrefois. L’image que le forum donnait autrefois de lui était à coup sûr plus grandiose et monumentale : il suffit de penser que cet endroit était parcouru sur ses trois côtés par une longue et élégante colonnade, , surmontée à son tour par une vaste galerie. Entre les colonnes étaient placées des statues de personnages illustres, ainsi que la tribune destinée à accueillir les orateurs. Sur le fond se dressait le grand escalier menant au Temple de Jupiter qui fermait la place d’une manière très scénographique. Ce temple était l'équivalent local du temple de Jupiter Capitolin, protecteur de Rome. En parcourant le coté ouest du portique et en longeant le temple d’Apollon, nous trouvons, dans une niche creusée dans le mur extérieur du temple, la mensa ponderaria destinée au contrôle des poids et mesures. Du même côté du portique est situé un entrepôt de céréales (horreum).

Le Comitium

Le Comitium se situe dans l'angle sud-est du forum. Ce bâtiment était réservé aux élections des magistrats
-, 2003, site personnel de la ville (édiles et duumvirs). Il a une forme presque carrée de 21, 20 m de long sur 17, 20 m de large et ne possédait pas de toit. Il a subi deux phases d'aménagement. La première phase se situe à la fin du . Il possédait cinq entrées aménagées dans les murs est et ouest. Lors des élections, les citoyens entraient par les entrées donnant sur le forum et sortaient par les portes donnant sur la voie de l'Abondance. La deuxième phase se situe en 62 apr. J.-C., après le tremblement de terre. Trois entrées du mur ouest et quatre du mur nord sont condamnées par un mur en opus incertum. Ceci fut réalisé à cause de l'instabilité du bâtiment. Les parois est et sud étaient revêtues de marbre et de stucs polychrômes. Dans la paroi est, quatre niches ont été aménagées pour abriter des statues honorifiques. Le sol était dallé de marbre dont il ne reste que quelques fragments aux pieds des murs. Un escalier permettait d'accéder à une tribune adossée à la paroi sud où siégeait le plus haut magistrat de la ville. De 62 à 79 apr. J.-C., le Comitium étant en réfection, il n'était donc pas en fonction au moment de l'éruption de 79 apr. J.-C.

L’édifice d’Eumachie

L'édifice d'Eumachia est situé sur le côté est du Forum, entre le temple de Vespasien et le Comitium. Cet édifice fut fouillé de 1819 à 1821. Il fut édifié sur une terrasse artificielle aménagée entre le Forum, la voie de l'Abondance et une petite voie passant derrière l'édifice. Il fut édifié dans les dernières années du et est donc antérieur au Forum. Il n'est d'ailleurs pas aligné sur ce dernier mais légèrement de biais. Lors des fouilles, on découvrit deux squelettes: l'un coiffé d'un casque et l'autre écrasé par la chute d'une colonne. On connaît le nom d'Eumachia grâce à une longue inscriptionEn latin comme suit : Eumachia L(uci) f(ilia) sacerd(os) publ(ica) nomine suo et M(arci) nimistri Frontonis fili chalcidicum cryptam porticum Concordiae Augustae Pietati sua pequnia fecit eademque dedicauit. sur l'architrave du portique donnant sur le Forum. Cette même inscription est répétée sur l'entrée de l'édifice donnant sur la voie de l'Abondance. Traduite, elle donne ceci : « Eumachia, fille de Lucius, prêtresse publique (de Vénus) a fait construire à ses frais en son nom et au nom de son fils Marcus Numistrius Fronto le chalcidicum, le cryptoportique et le portique, et les a dédié à la Piété et à la Concorde Auguste ». La famille pompéienne des Eumachii était composée de propriétaires de vignobles et d'industries de briques. En prenant l'entrée du Forum, on pénètre dans un espace appelé chalcidicum et qui sert de vestibule. Il s'agit d'un espace entre la colonnade du Forum et la façade de l'édifice. Il fait 39, 50 m de long sur 12, 30 m de large. Ce vestibule possède des accès latéraux qui pouvaient être fermés par une grille, obligeant les gens à entrer par le Forum. Le toit était en batière, déversant l'eau de pluie à l'ouest sur le Forum et à l'est dans l'édifice. Le sol est pavé de marbre blanc et des piédestaux étaient adossés aux colonnes. La façade se situe au fonds du chalcidicum et est revêtue d'une frise sculptée sur les piedroits et le linteau de l'entrée. Des rinceaux d'acanthes avec des animaux s'y cachant sont sculptés dans le marbre. Ce type de sculpture rappel le relief sculptés de l' Ara Pacis à Rome. Après le tremblement de terre de 62, les plaques de marbre ont été retirées et stockées dans les petits locaux derrières la façade. La façade fut revêtue de briques en attendant une restauration. Deux exèdres à absides flanquées de niches rectangulaires rythmes la façade. Les niches rectangulaires portent à leur base des elogia de Romulus et Enée dont les statues étaient présentent. Il s'agit d'un programme iconographique comparable à celui du Forum d'Auguste à Rome. Deux exèdres rectangulaires sont situées aux extrémités de la façade. On y accédait par quelques marches. Il s'agit soit des tribunes destinées à la vente à la criée de la laine si on accepte l'hypothèse d'une bourse à la laine. Une tribune réservée à la déclamation des elogia lors des fêtes impériales est aussi possible. Deux pièces de service sont situées derrière la façade. Celle au nord sert de loge au gardien et celle du sud abrite un grand récipient en terre cuite encastré dans une plateforme pour recevoir les urinesvoir la fullonica de Stéphanus. Une fois passé la façade, on pénètre dans une cour intérieure ceinte par un portique à colonnes corinthiennes en marbre sur un possible double ordre de colonnes. Cette cour est pavée de marbre, longue de 37, 70 m et large de 19, 16 m. Le long du portique est, s'aligne une série de piédestaux en marbre blanc ainsi que des pierres légèrement creusées. Une citerne se situe au centre du portique ouest, côté cour, fermée par une dalle possédant encore son anneau. Le portique est large de 4m. Son mur était revêtu d'un soubassement de marbre africain mouluré d'arabesquesd'après un livre de Ernest Breton, Pompeia, 3 éd., 1870, consultable sur internet. Ce décor a totalement disparu actuellement mais reste décris dans des livres de l'époque. Dans l'axe de l'entrée, entre deux massifs de blocage portant des bassins, on trouve une abside. Cette dernière est soutenue par deux piliers carrés et peinte en vert et rouge. Deux colonnes surmontées d'un tympan précédait cette abside. Une statue de la Concorde fut découverte dans cette abside mais la tête manquait. Elle portait encore des traces de dorure et de peinture rouge. Deux petits jardins avec deux niches semi-circulaires flanquaient les extrémités. On pénètre dans le cryptoportique par deux portes du côté de la façade ouest. Il s'agit d'une galerie couverte avec des baies donnant sur le portique. Les murs étaient décorés de panneaux peints alternativement jaune et rouge avec de petits sujets au milieu. Le soubassement était peint en noir avec un décor de fleurs rouges et jaunes et de plantes. Au centre de la galerie est, une niche carrée peinte en vert et rouge à soubassement noir abrite une statue d'Eumachia consacrée par les foulons avec un piédestal portant une inscription : "Eumachia L f(iliae) sacerd(oti) publ(icae) fullones" ou "Les foulons ont dédié (cette statue) à Eumachia, fille de Licius, prêtresse publique". Cette statue fut découverte le 2 mars 1820 et elle portait encore des traces de couleur rouge et verteselon Ernest Breton. Dans l'angle sud-est, un corridor, orné de peintures à panneaux noirs séparés par des pilastres rouges aujourd'hui disparues, menait par un escalier sur une porte de 2, 15m sur la voie de l'Abondance, juste devant la fontaine du même nom. Le fait que celle-ci soit décorée par une figure tenant une corne d'abondance rappelle la statue de la Concorde de l'édifice d'Eumachia et constitue un parallèle intéressant. Une loge flanque cette entrée à droite du couloir. On y trouva une bouilloire en bronze et des murs peints. La façade était décorée de pilastres avec des frontons rectangulaires alternant avec des frontons à lunette. L'inscription mentionnée plus haut était gravée sur l'entablement. Toute l'iconographie que l'on retrouve dans l'édifice d'Eumachia est inspirée par la politique augustéenne. Celle-ci devait tenir lieu de propagande électorale.

La basilique

La basilique occupe l'angle ouest du forum. Elle fut identifiée comme telle grâce à des graffiti visibles sur le plâtre des murs. L'édifice date de la deuxième moitié du . comme l'indiquent des marques de fabrique en osque sur les tuiles mentionnant Numérius Popidius, un magistrat samnite. La basilique abrite les duumvirs présidant à la justice. Les gens s'y retrouvaient également pour des réunions d'affaires sur les problèmes légaux et économiques, . L'entrée principale se situe sur le côté est donnant sur le forum, précédée d'un chalcidicum ou vestibule. Cinq baies sont délimitées par des piliers en gros blocs de tuf gris sans doute fermées par une grille métallique. Une entrée se trouve aussi sur chacun des côtés nord et sud. La façade d'entrée à l'ouest était composée de quatre colonnes ioniques divisant un escalier de quatre marches en basalte. Les trois accès principaux empruntent l'espace des entrecolonnements centraux. Les entrées latérales sont creusées dans un mur de briques reliées aux deux colonnes d'angle et aux murs latéraux de la basilique. 250px L'intérieur est divisé en trois nefs par vingt-huit grandes colonnes corinthiennes faites de briques recouvertes de stuc. Vingt-quatre demi-colonnes ioniques étaient appuyées contre les murs latéraux. Elles étaient elles-mêmes surmontées de demi-colonnes corinthiennes. Les murs portaient un décor du Ier style en stuc. Un étage devait exister mais on en sait peu de choses. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour la couverture de la basilique. La plus répandue est celle d'une nef centrale découverte, seules les nefs latérales possédaient un toit. Maintenant, on suppose plus volontiers un toit en bâtière recouvrant l'ensemble reposant sur une ferme unique à tuile avec des antéfixes à palmettes. Au fond de la basilique, face à l'entrée principale, se dresse une estrade de 2 m de haut identifiée comme le Tribunal, lieu où siégeaient les juges. Quatre colonnes corinthiennes étaient placées entre deux colonnes d'angle. Au fond du tribunal, six demi-colonnes divisent la paroi. Outre ces aménagements, d'autres pièces plus discrètes aidaient au bon fonctionnement de la basilique. À l'est de la basilique, un avant-corps à deux étages abrite une pièce souterraine à laquelle on accédait par deux escaliers encadrant l'avant-corps. Il peut s'agir du lieu de dépôt des archives. Le tribunal est également flanqué de deux pièces carrées s'ouvrant sur deux colonnes d'antes. Ces pièces abritaient sans doute des officines liées aux activités de la basilique. À l'extérieur de l'édifice, dans l'angle sud-est, une petite pièce rectangulaire possède un pavement surélevé par rapport à celui de la basilique. Cette pièce est accessible depuis le chalcidicum sans doute par un escalier en bois. Un puits de plus de 21 m de fonds occupe la partie Ouest. La partie Est possède un réservoir se remplissant de l'eau du puits grâce à une roue hydraulique. On ignore à quoi exactement servait cette pièce. Peut-être alimentait-elle une fontaine à l'intérieur de la basilique, qui fut démantelée après le tremblement de terre de 62 apr. J.-C. Le puits était obstrué, sans doute a-t-il été abandonné avec l'arrivée de l'aqueduc d'Agrippa qui amena les eaux du Serino.

Le forum triangulaire

Le forum triangulaire occupe l'extrémité d'une crête de lave au sud-ouest du Grand Théâtre et du Portique des Gladiateurs. Il domine la vallée du Sarno. Son emplacement est occupé depuis le siècle av. J.-C Le Guide Vert, Italie, éditions, Michelin, p°339, Foro triangolare. Son aspect actuel correspond à l'époque samnite au siècle av. J.-C. Le forum triangulaire constitue une zone sanctuaire distincte du sanctuaire d'Apollon. Au , les élites locales décident d'effectuer le remaniement de la ville selon les modèles monumentaux hellénistiques. Les façades de la rue menant au forum sont refaites avec des blocs de tuf grisde Nocera. Les pilastres, colonnes et corniches font leur apparition dans les monuments. L'entrée sur le forum se fait par un propylée -formé de six colonnes ioniques entre deux demi-colonnes d'angle- qui s'ouvre au Nord. Une fontaine du se situe devant le propylée, côté forum. Le forum occupe un espace presque triangulaire, d'où son nom. Un portique de nonante-cinq colonnes entoure le forum sur trois côtés. Le quatrième côté, au sud-ouest, est équipé d'une balustrade et s'ouvre sur le panorama du Golfe de Naples et sur l'embouchure du Sarno. La colonnade et le stylobate du portique ont été restaurés en 62 apr. J.-C. Sur le côté nord du portique, on trouve une fontaine et le socle d'une statue de Marcellus. Un muret longe la colonnade à l'est. Il crée ainsi un large corridor allant du nord au sud. On suppose qu'il s'agit d'une piste pour les courses athlétiques et équestres se déroulant pendant les fêtes religieuses. Un temple dorique archaïque occupe le centre du forum. Il n'en reste que le podium. Il est orienté nord-ouest/sud-est. Le temple est en mauvais état de conservation et a subi de nombreux remaniements pendant l'Antiquité. Quatre remaniements ont été effectués entre le fin du et le Selon les vestiges, la période la plus ancienne du temple correspond au
Sujets connexes
Abondance   Abside   Acanthe   Acoustique   Adonis   Agora   Agrippa   Alexandre   Amedeo Maiuri   Amour   Amphithéâtre   Amphithéâtre de Pompéi   Amymone   Amélie Nothomb   Ananas   Andromède (mythologie)   Antes   Antiquité   Antéfixe   Anubis   Apollon   Aqueduc   Arabesque (architecture)   Arc (architecture)   Arcade   Arcade (architecture)   Arche   Architecture   Architrave   Ariane (mythologie)   Aristocratie   Art de la Rome antique   As (monnaie)   Atlante (architecture)   Atrium   Atrium (Rome antique)   Auguste   Autel (religion)   Autel de la paix d'Auguste   Bacchus   Baie de Naples   Balustrade   Bas-relief   Basalte   Basilique civile   Berceau   Bourgeoisie   Briséis   Bronze   Cadran solaire   Caldarium   Caligula   Campanie   Canal (voie navigable)   Cardo   Caroline Bonaparte   Castor   Cella   Cella (temple romain)   Cendre   Centre-ville   Cep (instrument de torture)   Chapiteau (architecture)   Chauffage   Cire   Citerne souterraine   Cité   Coffre-fort   Collège   Colonie (Rome)   Colonne   Colonne (architecture)   Comitium   Comédie grecque antique   Concorde   Corniche   Course à pied   Cryptoportique   Cubiculum   Culte   Culte des ancêtres   Daphné   Daphné (nymphe)   Decumanus   Destruction de Pompéi   Deuxième Guerre punique   Dieux   Dionysos   Dioscures   Dircé   Dodécagone   Domenico Fontana   Domus   Duumvirs   Dédale   Edward Bulwer-Lytton   Embouchure (géographie)   Empire romain   Encyclopædia Universalis   Enseignement   Entablement   Esclavage   Esclavage en Rome antique   Europe fille d'Agénor   Exèdre   Façade (architecture)   Ferme (charpente)   Fernando Rey   Fontaine (bassin)   Fortune   Forum   Forum d'Auguste   Forum romain   Fouace   Fouille   Four   Fresque   Frigidarium   Frise (architecture)   Fronton (architecture)   Fruit tropical   Gladiateur   Graffiti   Grand Théâtre   Grenier   Grèce antique   Guerre sociale   Gymnase   Gymnastique   Gérard de Nerval   Hannibal Barca   Herculanum   Hermès   Hygiène sous la Rome antique   Hypogée (archéologie)   Héraclès   Impluvium   Indice d'explosivité volcanique   Inscriptions de Pompéi   Insula   Iphigénie   Isis   Italie   Ixion   Jambière   Jardin   Jason   Jeux (Rome antique)   Jeux aquatiques de l'Empire Romain   Joachim Murat   Joya de Cerén   Julio-Claudiens   Junon   Jupiter (mythologie)   Justice   L'Iliade   Laniste   Laraire   Lares (mythologie)   Latrine   Lave   Les Derniers Jours de Pompéi   Les Derniers Jours de Pompéi (film, 1950)   Linteau (architecture)   Listel   Lupanar   Magistrat   Marbre   Marcel L'Herbier   Marché   Marcus Claudius Marcellus   Mars (mythologie)   Matrone   Mercure (mythologie)   Meule   Mime   Minerve (mythologie)   Misène   Monnaie romaine   Mosaïque (art)   Mur   Musée archéologique de Naples   Musée du Louvre   Mythologie   Mythologie romaine   Mètre   Ménandre   Métrologie   Naples   Nature morte   Niche   Niche (architecture)   Nil   Nocera Umbra   Nola   Nymphe (mythologie)   Néron   Odéon   Oplontis   Opus incertum   Orateur   Ordre architectural   Ordre corinthien   Ordre dorique   Ordre ionique   Osque   Osques   Ostie   Pain   Palestre   Palmette   Parement   Pasiphaé   Patrocle   Paul Veyne   Peinture   Peinture murale   Penthée   Perspective (représentation)   Persée   Pilastre   Pilier   Pink Floyd   Piscine   Piédestal   Pline l'Ancien   Pline le Jeune   Plomb   Podium   Podium (architecture)   Pollux   Pompei   Pompéi   Poppée   Portique   Portique (architecture)   Poséidon   Priape   Pronaos   Propylée   Prostitution   Psyché (mythologie)   Pélias   Périptère   Péristyle   Quid   Racine (botanique)   Rempart   Rinceau   Rome   Rome antique   Royaume de Naples   Rétiaire   Samnite   Samnites   Sanctuaire   Santorin   Sarno   Sculpture   Sergio Leone   Serino   Sesterce   Silène   Société romaine   Soubassement   Sport   Stabies   Stade   Statue   Steve Reeves   Strabon   Stuc   Stylobate   Sylla   Sédiment   Tabac   Tacite   Temple   Temple d'Apollon à Pompéi   Temple de Jupiter Capitolin   Temple de Saturne (Rome)   Temple de Vespasien   Tepidarium   Thermalisme   Thermes romains   Tholos   Théophile Gautier   Thésée   Thétis   Théâtre   Théâtre grec antique   Théâtre romain   Timon   Tombe   Torre Annunziata   Tragédie grecque   Triade   Tribune   Triclinium   Trésor   Tuf   Tuyau   Tympan   Tympan (architecture)   Vespasien   Vestibule   Villa   Villa suburbaine   Volcan   Voûte   Vulcain (mythologie)   Vénus (mythologie)   Vésuve   Zeus  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^