Tuvalu

Infos
Les Tuvalu sont un État polynésien, au centre de l'océan Pacifique, au sud de l'équateur et proche des Kiribati, indépendant depuis 1978. C'est un archipel constitué de neuf atolls coralliens dont huit sont habités. Vaiaku, le village principal, sur l'atoll de Funafuti se trouve sur l'îlôt de Fongafale qui fait 12 kilomètres de long. L'endroit le plus large de l'île, abritant la piste d'aéroport, avoisine les 400 mètres. C'est là que vit la moitié de la populatio
Tuvalu

Les Tuvalu sont un État polynésien, au centre de l'océan Pacifique, au sud de l'équateur et proche des Kiribati, indépendant depuis 1978. C'est un archipel constitué de neuf atolls coralliens dont huit sont habités. Vaiaku, le village principal, sur l'atoll de Funafuti se trouve sur l'îlôt de Fongafale qui fait 12 kilomètres de long. L'endroit le plus large de l'île, abritant la piste d'aéroport, avoisine les 400 mètres. C'est là que vit la moitié de la population du royaume sur 2, 6 km. Après le Vatican c'est l'État indépendant le moins peuplé au monde.

Histoire

Costume tuvalu, 1841

Installation des populations austronésiennes de l'Asie continentale au Pacifique

Il y a 5 000 ans (3 000 av. J.-C), des Austronésiens habitant littoral de l'actuelle Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencèrent à traverser le détroit pour s'installer à Taiwan. Vers 2 000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taiwan vers le Japon méridional et les Philippines. De nouvelles migrations suivirent des Philippines vers Célèbes et Timor et de là, vers les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1 500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines vers les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont parmi les plus anciens navigateurs pélagiques de l'histoire de l'humanité. Les Tuvalu sont habitées depuis le début du . Elles semblent avoir été peuplées par des populations polynésiennes (branche océanique des populations austronésiennes) en provenance de Samoa, qui était un centre de diffusion de cette culture. Les îles furent visitées pour la première fois par un Européen en 1568, avec l'arrivée de l'espagnol Alvaro de Mendaña y Neyra. Les étroits et fréquents contacts maintenus avec les voisins gilbertins, de langue micronésienne, expliquent la population actuelle de Nui. Bien qu'aucune colonisation ne fut établie avant 1892, les marchands d'esclaves et les baleiniers venaient parfois dans ces îles avant le protectorat britannique, pour en razzier la population ou en piller les ressources. En 1892, les îles devinrent une partie du protectorat britannique sur les îles Gilbert et Ellice, les Tuvalu s'appelant alors les îles Ellice. Le protectorat devint une colonie en 1916, regroupée avec celles des Gilbert. En 1974, les différences ethniques et de développement dans la colonie poussèrent les Polynésiens des îles Ellice à voter pour la séparation avec les Micronésiens des îles Gilbert (appelés désormais les Kiribati). L'année suivante, le , les îles Ellice devinrent la colonie britannique des Tuvalu. L'indépendance fut accordée en 1978 sous la forme d'un dominion, le chef de l'État restant la reine britannique. Formellement, les Tuvalu sont donc un royaume, avec pour chef d'État, Élisabeth II du Royaume-Uni.

Politique

Régime : démocratie parlementaire. Royaume : la reine Élisabeth II en est le chef de l'État, représentée sur place par un gouverneur tuvaluan, Faimalaga Luka. Le 4 juillet 2005, le Premier ministre, Maatia Toafa, a annoncé la fin d'un long processus de consultation afin de recueillir les points de vue sur le chef de l'État : ces consultations devraient aboutir d'ici la fin de 2005 à un référendum pour ou contre le fait qu'Élisabeth II demeure le chef de l'État.

Géographie

L'eau potable est rare : l'eau douce provenant de la lentille (une sorte de nappe d'eau) des atolls est souvent impropre à la consommation en raison de la pollution (élevage de porcs), et l'eau potable doit être importée. Sur cette terre peu fertile, le compost est l'engrais naturel idéal mais la collecte des feuilles de cocotier ou de pandanus, utilisées notamment pour des plats pour les repas de fête reste à organiser. De nombreux potagers sont installés devant les maisons. La culture des légumes traditionnels, pulaka et taro géant des marais (Cyrtosperma), est devenue plus compliquée. Leurs racines qui s'enfouissent profondément dans le sol supportent mal les infiltrations d'eau salée dans les terres à la suite de l'élévation du niveau des eaux (voir le chapitre sur la controverse sur le réchauffement climatique).

Îles

Bien que les Tuvalu n'aient pas de subdivision administrative, le pays peut être divisé en 9 îles ou plutôt atolls (certains atolls se subdivisent à leur tour en « îles » ou « îlots »). À l'origine seulement huit de ces îles étaient habitées d'où le nom Tuvalu, qui signifie huit (îles) ensemble en tuvaluan. Les neufs îles sont: Funafuti, Nanumea, Nanumaga, Niutao, Nui, Niulakita, Nukufetau, Nukulaelae, Vaitupu.

Controverse sur le réchauffement climatique

En 2001, le gouvernement de Tuvalu a annoncé que les îles, dont le point le plus élevé est de 5 m au-dessus du niveau de la mer, devraient être évacuées en cas d'augmentation du niveau de l'océan, justifiant cette montée des eaux par le réchauffement climatique général de la planète. Mais il se peut que l'affaissement des atolls soit également à l'origine de l'envahissement progressif par les eaux de l'océan. La Nouvelle-Zélande a accepté de recevoir un contingent annuel de soixante-quinze évacués, alors que l'Australie a refusé les demandes, vraisemblablement en cohérence avec son rejet du protocole de Kyoto. En tant qu’île basse sans plateau océanique, les communautés insulaires de Tuvalu sont particulièrement sensibles aux changements du niveau de la mer et aux tempêtes qui frappent l’île. Au cours de la dernière décennie, les îles ont vu disparaître trois mètres de front de mer; la fréquence et la violence des tempêtes ont augmenté. À plusieurs reprises les Tuvaluans ont dû évacuer momentanément leurs îles lors des marées de fortes eaux. Les Tuvaluans s’inquiètent de la submersion des îles et un nombre croissant d’entre eux a quitté l’île. En 2002, le premier ministre d’alors, Koloa Talake, annonça son intention d’amener les États-Unis et l’Australie devant la Cour internationale de justice de La Haye du fait de leurs émissions disproportionnées de dioxyde de carbone. Ceci ne fut jamais effectué, car Talake ne fut pas réélu plus tard dans l’année, mais la controverse quant à ce jugement eut un grand retentissement médiatique. Bien qu’accuser le changement climatique des problèmes de l’île ait donné à l’archipel une importante publicité, d’autres facteurs doivent être pris en compte, dont l’explosion démographique sur une île aux ressources limitées, source de dégâts environnementaux. Depuis 1980, la population de Funafuti a plus que doublé, passant de 2 000 à 4 500, soit près de la moitié de la population de Tuvalu. Une autre cause majeure de l’engloutissement de l’île et de la salinisation de ses sources d’eau fraîche est la construction d’un aéroport, qui a mis une part notable de l’île à quelques centimètres du niveau de la mer, et a causé des dégâts notables à la base corallienne de l’île. Quoiqu'il en soit, d'après les experts, les îles Tuvalu disparaitront sous le flots d'ici 2050. Les plages et végétations se font rares, le goudron ne protège plus le sol des remontées aquatiques qui inondent les cultures 5 mois par an. L'exode des réfugiés climatique a commencé et c'est d'ailleurs la première fois qu'un Etat tout entier doit se délocaliser pour cette raison. Un millier d'habitants ont déjà fui en Nouvelle Zélande, aux Fidji ou en Polynésie française, l'Australie les a refusé pour les mêmes raisons qu'elle a refusé de ratifier le protocole de Kyoto.

Économie

Tuvalu n'a presque aucune ressource naturelle et sa principale source de revenus provient de l'aide étrangère. Les activités principales sont la pêche et le tourisme; mais, en raison de l'éloignement des îles, un nombre restreint de touristes visitent l'archipel chaque année. Le dollar de Tuvalu, la devise locale, est couplé au dollar australien : seules des pièces de monnaie sont émises localement. En 2000, Tuvalu a négocié un contrat de crédit-bail de son nom de domaine internet .tv pour $50 millions de redevances au cours de la douzaine d'années à venir.

Démographie

La population de Tuvalu est presque entièrement composée de Polynésiens, mais les habitants de Nui sont en fait des Gilbertins qui parlent donc le gilbertin ou kiribati (mâtiné de tuvaluan). Environ 97 % des Tuvaluans sont membre de l'église de Tuvalu, une église chrétienne protestante. La religion a été mélangée à quelques éléments ancestraux des croyances autochtones. La langue vernaculaire, le tuvaluan, est parlée par pratiquement tout le monde; le gilbertin ou kiribati est parlé par la plupart des habitants de Nui. L'anglais est également langue officielle, mais n'est pas parlé couramment.

Culture

Les langues parlées sont l'anglais et le tuvalu. Le gilbertin est parlé à Nui. Le système communautaire traditionnel se maintient encore sur Tuvalu. Chaque famille a sa propre tâche, ou salanga, à exécuter pour la communauté, telle que la pêche, la construction de maisons ou la défense. Les qualifications d'une famille sont transmises de père en fils.

Codes

Tuvalu a pour codes :
- NG, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports,
- T2, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs,
- TUV, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3,
- selon la liste des codes pays du CIO, Tuvalu n'a pas de code attribué
- TUV, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,
- TUV, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- TV, selon la norme ISO 3166-1 alpha-2 (liste des codes pays),
- TV, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- .tv, selon la liste des Internet TLD (Top level domain) (a vendu ses droits en 1999 pour les sites ayant trait à la télévision),

Bibliographie

- Antony Balmain, « , Courrier International n° 808, 27 avril 2006 »

Voir aussi

==
Sujets connexes
Anglais   Apisai Ielemia   Archipel   Atoll   Australie   Austronésien   Austronésiens   Baleinier   Civilisation chinoise   Cocotier   Corail   Cour internationale de justice   Dioxyde de carbone   Dollar   Dollar australien   Dominion   Démographie   Eau douce   Eau potable   Espagne   Faimalaga Luka   Filoimea Telito   Funafuti   Gilbertin   ISO 3166-1   Indonésie   Japon   Kiribati   Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques   Liste des codes pays du CIO   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs   Liste des préfixes des codes OACI des aéroports   Maatia Toafa   Marée   Micronésie (région)   Monarchie constitutionnelle   NG   Niveau de la mer   Nouvelle-Zélande   Nui   Océan Pacifique   Pandanus   Philippines   Polynésie   Premiers ministres des Tuvalu   Protestantisme   Pêche (halieutique)   Ressource naturelle   Royaume-Uni   Réchauffement climatique   Récif corallien   Samoa   T2   TUV   TV (homonymie)   Taiwan   Taro géant des marais   Timor   Tourisme   Tuvaluan   Télévision   Vaiaku   Vatican  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^