Aryens

Infos
Les Aryens appelés de nos jours Proto-Indo-Européens sont un groupe linguistique qui vivait autrefois en Asie centrale, de langue indo-européenne. Sans doute vers la fin du , ils se sont scindés en (au moins) deux branches, qualifiées d'indo-aryenne et d'iranienne. Il ne faut pas confondre ce peuple d'Asie centrale avec l'appellation par les nazis de race aryenne, cette formulation constitue un détournement du sens originel de ce mot à des fins de propagande raciste.
Aryens

Les Aryens appelés de nos jours Proto-Indo-Européens sont un groupe linguistique qui vivait autrefois en Asie centrale, de langue indo-européenne. Sans doute vers la fin du , ils se sont scindés en (au moins) deux branches, qualifiées d'indo-aryenne et d'iranienne. Il ne faut pas confondre ce peuple d'Asie centrale avec l'appellation par les nazis de race aryenne, cette formulation constitue un détournement du sens originel de ce mot à des fins de propagande raciste.

L'usurpation du terme "Aryen" par les nazis

Les nazis utilisèrent le terme dAryen pour définir la race humaine qu'ils considéraient la plus pure, la plus supérieure et la plus noble, qui était appelée par certains scientifiques de cette époque race nordique. Les intellectuels nazis prétendaient que cette théorie aurait été confirmée par l'Histoire, l'expérience pratique, et les traits uniques de l'Aryen (notamment les cheveux blonds et les yeux bleus). La plupart des scientifiques actuels dénoncent cette théorie raciste. D'après Hitler, la "race aryenne" est l'unique source de tous les progrès de l'Humanité. Pour la survie de l'Humanité, les nazis se doivent d'éliminer les races inférieures qui, en polluant la génétique humaine, l'amènent à sa perte. Les nazis stérilisèrent ou emprisonnèrent aussi ceux qu'ils considéraient comme malades, ou ceux qui étaient considérés comme atteints de maladies héréditaires (cécité, alcoolisme, schizophrénie, etc.), ou de maladies mentales, en s'appuyant sur une lecture particulière des théories eugéniques du Britannique Francis Galton (cf. L'Eugénisme sous le nazisme). Après avoir conquis le pouvoir absolu, les nazis éliminèrent selon des procédés systématiques et par cercles concentriques entre 5 et 6 millions de Juifs, ainsi que de nombreux Tsiganes, entre 500 000 et 1 million. Ils stérilisèrent aussi 400 000 Allemands et incarcérèrent tous les opposants au pouvoir dans des camps de concentration. L'extermination des Juifs est appelée la Shoah, ce qui signifie « catastrophe » en hébreu.

Les Indo-Aryens

Les Indo-Aryens se sont installés en Bactriane, au sud-est de l'actuel Ouzbékistan et au nord de l'Afghanistan. Ils ont laissé leur empreinte sur une civilisation de l'âge du bronze, datée de -2200 à -1700. On l'appelle la civilisation bactro-margienne ou la civilisation de l'Oxus. À partir de la Bactriane, ils ont migré vers l'Inde du Nord et ont communiqué aux autochtones leur langue et leur culture. À ce stade, leur langue est appelée le védique, parce qu'elle est celle des plus anciens textes indiens, les Vedas. Une forme évoluée du védique est le sanskrit. Les langues indo-européennes parlées en Inde en dérivent toutes. Il subsiste dans ce pays des langues non indo-européennes, comme les langues dravidiennes et les langues munda. D'autres Indo-Aryens ont migré vers le Moyen-Orient, toujours à partir de la Bactriane. Ils sont intervenus dans la formation du royaume du Mitanni en haute Mésopotamie, vers -1500. Les documents archéologiques ont livré une grande quantité de noms propres védiques, en particulier de noms de dieux. La plupart de ces dieux, comme Varuna ou Indra, sont inconnus de la religion iranienne. Ainsi, la période védique a commencé avant -1500, en dehors de l'Inde. Le terme Aryen est la francisation de l'autoethnonyme des Indo-Aryens, qui était Ārya. Il signifie « noble ». Xavier Delamarre, dans son Vocabulaire indo-européen (1984), propose de faire remonter Ārya à l'indo-européen commun
-
aryos, au sens d'« Aryen » ou de « seigneur ». Certains nationalistes indiens rejettent l'idée que leur langue et leur culture aient pu provenir de l'étranger. Ils nient totalement la parenté du sanskrit avec les autres langues indo-européennes et rejettent tout ce que les études indo-européennes et l'archéologie ont révélé depuis des décennies (cf. Théorie de l'invasion aryenne). D'autres auteurs, comme l'archéologue Henri-Paul Francfort, ne veulent pas entendre parler d'invasion, mais seulement de migration progressive. La manière par laquelle les Proto-Indo-Européens sont arrivés en Inde n'est à vrai dire qu'une question subsidiaire.

Les Iraniens

L'origine des Iraniens est plus problématique. Certains archéologues leur attribuent une culture dite des « tombes à charpente » (
srubnaya en russe), datée de -1900 à -1500 et située sur la Volga. Grâce aux sources assyriennes, on sait que les Perses étaient présents sur le plateau iranien dès le . Avec eux, se trouvaient les Mèdes, également de langue iranienne. Leur lien avec la culture des tombes à charpente n'est cependant pas clair. Le plus ancien texte sacré des Iraniens, Avesta, a probablement été composé en Bactriane ou en Sogdiane, en tout cas dans l'actuel Turkestan occidental. Sa langue, appelée l'avestique, est différente du vieux perse, mais elle est très proche du védique. L'Iran était autrefois appelé Ērān shahr, expression prononcée Aryānam xshathra dans l'Antiquité et signifiant « royaume des Arya ». Les peuples de langue iranienne n'ont pas vécu qu'en Iran. Jusqu'à la fin du , il y avait aussi les Bactriens et les Sogdiens, en Ouzbékistan, dont les langues sont connues grâce aux documents qu'ils ont laissés. Au sud de la mer d'Aral, se trouvaient les Chorasmiens. Le nom de leur région, la Chorasmie ou Khwarezm, s'explique par le vieil iranien
-
Xwāra-zmi- « pays du soleil ». Ces trois peuples sont mentionnés au par Hérodote. Il parle aussi des Aryens, vivant dans la région de Hérat, en Afghanistan. On connaît une culture, dite de Tazabagyab et apparue vers -1500, d'où les Iraniens du Turkestan occidental ont pu provenir. Elle était située au sud de la mer d'Aral, sur le territoire des futurs Chorasmiens. Elle rassemblait des éléments de la culture des tombes à charpente et d'une culture du Kazakhstan, celle d'Andronovo. Les morts étaient enterrés de manière très particulière : ils étaient en position fœtale, les hommes sur le côté droit et les femmes sur le côté gauche. Une telle pratique funéraire est aussi observée en Bactriane, le long des rivières Kafirnigan (au cimetière de Toulkhar) et Vakhsh. À Toulkhar, dont les tombes sont datées de -1700 à -1500, les hommes et les femmes étaient de plus enterrés avec un petit autel respectivement carré et rond. C'est le reflet d'une conception typiquement indo-européenne, qui associe les hommes au ciel carré et masculin et les femmes à la terre féminine et ronde. De plus, le côté gauche, caractérisant les femmes, est défavorable, tandis que le côté droit, caractérisant les hommes, est favorable. C'est une misogynie tout à fait indo-européenne. La culture d'Andronovo, née au Kazakhstan occidental, a recouvert tout ce pays, ainsi que la Sibérie méridionale, durant le De nombreux spécialistes considèrent que les Iraniens nomades, tels que les Scythes, ont été ses héritiers. Le matériel trouvé à Toulkhar combine des influences de l'ancienne culture bactro-margienne et de celle d'Andronovo. Les poignards étaient notamment de type andronovien. Les hommes de Toulkhar semblent avoir été des pasteurs. Ils ont peut-être été des acteurs du remplacement par la culture iranienne de la culture indo-aryenne de Bactriane (il n'y a pas de raison de croire que les Indo-Aryens aient tous quitté cette région pour se rendre en Inde ou en Mésopotamie). On peut encore ajouter que le site le plus ancien de la culture d'Andronovo, celui de Sintashta, se trouve au sud-est de l'Oural. Il est daté de -2300 à -1900. La culture des tombes à charpente se trouvait un peu plus à l'ouest. Ainsi, le foyer des Iraniens était apparemment localisé à la limite de l'Europe et de l'Asie, au nord de la mer Caspienne. Ce foyer se trouvait à côté de celui de tous les Indo-Européens, selon la thèse de Marija Gimbutas. Il s'agissait du nord de la mer Noire. La première localisation connue des Indo-Aryens étant au Turkestan, il faut supposer qu'ils y ont migré à partir du Kazakhstan occidental ou de la Russie méridionale, à une date qui reste à déterminer.

Confusion entre "Aryens" et Indo-Européens

Les langues aryennes sont apparentées à celles des Latins, des Celtes, des Slaves, des Germains ou des Grecs. Elles forment une famille qualifiée d'indo-européenne. Les peuples qui parlent ces langues sont appelés les Indo-Européens. On s'est très tôt demandé quelle pouvait être la langue-mère de cette famille. Des linguistes comme William Jones, à la fin du , remarquèrent l'aspect « parfait » du sanskrit, par rapport au grec ou au latin. L'idée que le sanskrit était la langue-mère fit alors son chemin. Comme ses locuteurs s'étaient appelés les Aryens, le terme fut appliqué à l'ensemble de la famille indo-européenne, car il fallait bien lui trouver un nom. Celui d'indo-européen apparut pour la première fois dans un article de Thomas Young, dans la Quarterly Review en 1813, mais c'est celui d
aryen qui s'imposa durant tout le . Ce choix fut conforté par le rapprochement du nom de l'Irlande, Eire, Eriu, au terme Ārya. On avait de la sorte un autoethnonyme indo-irano-celtique. Les études modernes font plutôt remonter le nom de l'Irlande à
-iweria. Ce terme proviendrait à son tour de
-piweria « gras pays », par la chute du
-p- initial qui caractérise les langues celtiques. On avait aussi remarqué à l'époque que les hommes libres était appelés airig en irlandais (aire au singulier), mais l'avancée ultérieure des études celtiques a fait abandonner tout rapprochement avec le terme Ārya. Cette utilisation du terme Aryens a décliné durant la première moitié du . C'est alors que les nazis l'ont repris. Il leur fallait deux conditions pour élaborer leurs théories raciales. La première avait été fournie par le comte Joseph Arthur de Gobineau, dans son Essai sur l'inégalité des races humaines, publié en 1855. Il y « démontrait » que les Aryens avaient originellement constitué une race pure, blanche et blonde. Il pensait cependant, comme tout le monde à son époque, que ce peuple avait vécu en Asie. C'était la conséquence logique de la théorie qui faisait du sanskrit la langue-mère. La deuxième condition consistait à placer le foyer de ces « Aryens » en Allemagne. Cette idée fut émise par Ludwig Geiger en 1871 et imposée par Karl Penka entre 1883 et 1891. Proto-Indo-Européens Les Proto-Indo-Européens, qui étaient par définition le peuple ayant parlé la langue-mère de la famille indo-européenne, étaient certes europoïdes, mais il est impossible d'en déterminer des caractéristiques plus précises. En effet, il faut savoir qu'ils ont vécu il y a plus de six mille ans et que les hommes évoluent au fil des millénaires. Personne ne peut dire quelle était la couleur de leur peau et de leurs cheveux. L'anthropologie permet seulement l'étude des squelettes trouvés dans les sépultures. Les hommes de Toulkhar et de Vakhsh, qui étaient probablement des Aryens au sens propre du terme, constituaient deux variantes d'un type méditerranéen méridional dolichocéphale. Ces éleveurs ne se distinguaient que légèrement des agriculteurs sédentaires de la Bactriane, qui étaient aussi du type méridional dolicocéphale. Ces derniers étaient petits : la taille moyenne des hommes et des femmes était respectivement de 1, 63 m et de 1, 55 m. Tous étaient apparentés aux peuples du sud de l'Europe et n'avaient pas de ressemblance morphologique avec le type d'Andronovo. Cependant, la découverte d'un lien de parenté étymologique entre les dieux Aryaman en Inde et Airyaman en Iran d'une part, et d'autre part Eremon en Irlande et Irmin en Germanie, relance nécessairement la question de savoir si l'autoethnonyme des Proto-Indo-Européens était
-Aryōs
. Selon Yaroslav Lebedynsky, « ce pourrait être un argument en faveur d'une autoperception "nationale" des Indo-Européens. »

Notes et références

Bibliographie

-Fussman, G.; Kellens, J.; Francfort, H.-P.; Tremblay, X.: Aryas, Aryens et Iraniens en Asie Centrale. (2005) Institut Civilisation Indienne ISBN 2868030726
- James P. Mallory, À la recherche des Indo-Européens, Paris, Editions du Seuil, 1997.
- Bernard Sergent, Les Indo-Européens, Paris, Payot, 2005.
- Y. Lebedynsky, Les Indo-Européens. Faits, débats, solutions., Paris, Errances, 2006

Articles

- Tatiana P. Kiiatkina, « La population de l'Asie moyenne ancienne », Dijon, dans Les Dossiers d'archéologie, n° 185, septembre 1993, pp. 36-41.
- B. A. Litvinsky & L. T. P'yankova, « Pastoral tribes of the Bronze Age in the Oxus Valley », History of Central Asia, Vol. 1, The dawn of civilization: earliest times to 700 B.C., Paris, UNESCO Publishing, pp. 379-394.
-http://intyoga.online.fr/signiffr.htm

Voir aussi

- Théorie de l'invasion aryenne
- Indo-Européens
- Proto-Indo-Européens
- Inde
- Georges Dumézil
- Race aryenne catégorie:peuple indo-aryen ar:آريون bg:Арийска раса cs:Árijci de:Arier en:Aryan fi:Arjalaiset ja:アーリア人 nl:Ariër no:Ariere pl:Ariowie pt:Ariano sk:Árijci sv:Arier zh:雅利安人
Sujets connexes
Afghanistan   Alcoolisme   Allemagne   Amou-Daria   Anthropologie   Antiquité   Aryaman   Asie   Asie centrale   Assyrie   Autel (religion)   Avesta   Avestique   Bactriane   Camp de concentration   Celtes   Culture d'Andronovo   Cécité   Dieu   Dolichocéphale   Essai sur l'inégalité des races humaines   Eugénisme   Europe   Francis Galton   Georges Dumézil   Grec ancien   Hérat   Hérodote   Inde   Indo-Européens   Indo-européen commun   Indra   Iran   Irlandais   Irlande   Irmin   Joseph Arthur de Gobineau   Karl Penka   Kazakhstan   Khwarezm   Korasmiens   Langue dravidienne   Langues iraniennes   Langues munda   Latin   Latins   Les Dossiers d'archéologie   Ludwig Geiger   Marija Gimbutas   Mer Caspienne   Mer Noire   Mer d'Aral   Misogynie   Mitanni   Moyen-Orient   Mèdes   Mésopotamie   Nationalisme   Nazisme   Oural   Ouzbékistan   Perses   Plateau iranien   Poignard   Proto-Indo-Européens   Race aryenne   Race blanche   Race humaine   Racialisme   Russe   Russie   Sanskrit   Schizophrénie   Scythes   Shoah   Sibérie   Slaves   Sogdiane   Sogdiens   Thomas Young   Théorie de l'invasion aryenne   Turkestan   Varuna   Veda   Volga   William Jones (linguiste)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^