Français de Suisse

Infos
200px Le français de Suisse est parlé en Suisse romande, la partie francophone de la Suisse, par environ 1, 48 million de personnes. Il se différencie peu du français de France ou du français de Belgique. Ainsi un Suisse francophone n'aura aucune difficulté à comprendre un Français, alors qu'un Français pourra s'étonner de quelques mots usités en Suisse romande et dans les régions limitrophes françaises uniquement. Le français de Suisse se caractérise par quelque
Français de Suisse

200px Le français de Suisse est parlé en Suisse romande, la partie francophone de la Suisse, par environ 1, 48 million de personnes. Il se différencie peu du français de France ou du français de Belgique. Ainsi un Suisse francophone n'aura aucune difficulté à comprendre un Français, alors qu'un Français pourra s'étonner de quelques mots usités en Suisse romande et dans les régions limitrophes françaises uniquement. Le français de Suisse se caractérise par quelques termes issus de l'arpitan, par des mots tels que septante, huitante ou nonante, ainsi que localement par des mots et expressions issues de langues germaniques tel que mouttre, witz, ou poutser. Ce dernier phénomène provenant en partie de la puissance de la communauté alémanique en Suisse et donc de son influence sur le reste du pays. Le français local de Suisse romande ressemble à celui des régions limitrophes, notamment celui de la Savoie voisine. Les nombres Suisse romands ont une similarité au français de Belgique (septante, nonante)

Différences entre le français de France et le français de Suisse

Nombres

Le français de France utilise les termes soixante-dix pour 70, quatre-vingts pour 80 et quatre-vingt-dix pour 90. Le français de Suisse utilise respectivement les termes septante, huitante (seulement dans les cantons de Vaud, de Fribourg et du Valais ; les cantons de Genève, de Neuchâtel, du Jura et le Jura bernois utilisant quatre-vingts) et nonante. Septante et nonante se retrouvent également en Belgique et en République Démocratique du Congo. Cette différence est particulièrement frappante pour des nombres tels que 1492, qui se lit souvent en France quatorze cent quatre-vingt-douze selon la tradition vigésimale tandis qu'en Suisse on le lira avec une logique plus décimale mille quatre cent nonante-deux.

Le sens profond de cette différence

Charles Ferdinand Ramuz donnait à ces différences un sens qui dépasse le lexique ou la syntaxe pour faire du français de Suisse romande la manifestation d'un pays différent de la France quoique partageant avec elle son langage. Il est à noter que cette revendication d'une spécificité d'un pays francophone à l'égard de la France se retrouve au Québec qui se réclame d'une culture québécoise ou en Wallonie tel que l'a exprimé en 1983 le Manifeste pour la culture wallonne et son prolongement dans un texte semblable de 2003. Ces observations valent non seulement pour le Québec, la Wallonie ou la Suisse romande mais aussi pour les autres pays de la Francophonie. En Suisse romande, il faut à la fois tenir compte de l'influence du Suisse alémanique (suisse allemand) qui tend à exporter des mots, et du parler franco-provençal (arpitan), majoritairement parlé jusqu'au début du XXe siècle (selon les cantons).

Voir aussi

===
Sujets connexes
Belgique   Canton de Fribourg   Canton de Genève   Canton de Neuchâtel   Canton de Vaud   Canton du Jura   Charles Ferdinand Ramuz   Culture québécoise   Francisme   Francophonie   Français   Français de Belgique   Français de France   Helvétisme   Jura bernois   Langue germanique   Manifeste pour la culture wallonne   Savoie   Suisse   Suisse romande   Système décimal  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^