Marc Surer

Infos
Marc Surer, né le 18 septembre 1951 à Füllinsdorf est un pilote automobile suisse qui a notamment participé au championnat du monde de 1979 à 1986. Surer a disputé 82 Grands Prix, inscrit un total de 17 points et a réalisé 1 meilleur tour en course.
Marc Surer

Marc Surer, né le 18 septembre 1951 à Füllinsdorf est un pilote automobile suisse qui a notamment participé au championnat du monde de 1979 à 1986. Surer a disputé 82 Grands Prix, inscrit un total de 17 points et a réalisé 1 meilleur tour en course.

Biographie

Marc Surer débute en sports mécaniques par le karting et devient champion de Suisse de la discipline en 1972. Il accède à la Formule 3 en 1976 et dès l'année suivante débute en Formule 2 grâce au soutien de BMW. En 1979, après trois saisons, il devient champion d'Europe sur March-BMW, et effectue ses débuts en Formule 1 chez Ensign. Il manque en deux occasion sa qualification mais dispute son premier GP de Formule 1 à Watkins Glen où il qualifie sa N179 en 21e position avant d'abandonner. En 1980, Marc Surer est recruté par l'écurie allemande de Gunther Schmidt ATS. Au volant de la D3, Surer se qualifie pour les deux premiers GP de la saison en Argentine et au Brésil (deux abandons), mais l'entrée en lice de la nouvelle D4 lui est plutôt défavorable. Il est victime d'un grave accident en Afrique du Sud et ne retrouve le chemin des circuits qu'à partir du GP de France. La D4 permet au pilote suisse de progresser en qualifications puisqu'il se classe désormais autour de la 13e place sur la grille, sans malheureusement concrétiser en course. A partir du GP des Pays-Bas, les résultats en qualifications déclinent, Surer échouant même au Canada. Mo Nunn, le patron d'Ensign, avait suivi le parcours de son "protégé" et le recrute à nouveau dans son équipe pour la prochaine saison. En 1981, au volant de la N180B, Marc Surer réussit à se qualifier pour l'ensemble des GP auxquels il participe. Lors de la seconde épreuve de la saison disputée sous la pluie battante de Jacarepagua au Brésil, il réalise le meilleur tour en course avant d'inscrire ses premiers points en F1 en terminant 4e d'une course stoppée aux bouts des deux heures réglementaires. Surer inscrit un point supplémentaire à Monaco où il termine 6e après une modeste qualification en 19e place sur la grille. C'est alors que Patrick Tambay décide de quitter la modeste écurie Theodore de Teddy Yip pour Ligier. Yip et Mo Nunn sont de grands amis : Yip a injecté des fonds dans l'écurie Ensign quand elle était au plus mal en 1974, un an après sa montée en F1 et financé l'Ensign de Formule 5000 (pilotée par Tambay) en 1977. Ainsi, pour pallier le départ du pilote français, Mo Nunn se sent obligé de lui "prêter" Surer. La fin de saison chez Theodore est beaucoup plus terne pour Surer qui, peu aidé par de piètres pneumatiques Avon, retrouve le fond de grille et manque même sa qualification en Italie. Il parvient tout de même à amener sa TY01 recevoir quelques places d'honneur, notamment à Zandvoort où il termine 8e puis au Canada où il décroche une méritoire 9e place finale. En 1982, Surer quitte sans regret Theodore, qui vient de faire faillite et se retire du championnat du monde, et décroche un volant chez Arrows. Mais il est victime d'un accident en essais privés avant le début de saison et ne prend part à son premier GP qu'en Belgique sur le circuit de Zolder où, au volant de l'A4, il se qualifie en fond de grille pour atteindre la 7e place finale. Toutes les courses de la saison se dérouleront sur le même schéma : qualification en fond de grille puis formidable remontée jusqu'à la porte des points. Il parvient toutefois à décrocher une 5e place au Canada puis une 6e à Hockenheim lors du GP d'Allemagne. En 1983, Surer fait un passage éclair chez Brabham avant de retourner chez Arrows, qui engage sa nouvelle A6, l'A5 ayant été une catastrophe. La saison 1983 est un véritable chemin de croix. Faute de sponsor, l’A6 est entièrement immaculée au Brésil et la motorisation Cosworth est mise en difficulté par les nouveaux turbos. Les pilotes Thierry Boutsen, Chico Serra puis Surer font leur possible pour se tirer honnêtement des qualifications mais seul le Suisse récupère des petits points au fil de la saison : il est dans les points à Long Beach (5e) puis à à Rio et Imola (6e). Bien que ses résultats impressionnent dans le paddock, Surer ne réussit pas à décrocher un nouveau volant et doit poursuivre avec Arrows pour la saison suivante. Début 1984, Surer parvient à surnager au volant de l'A6 atmosphérique de la saison passée. Il se classe ainsi 7e, 9e, 8e des trois premiers GP de l'année. Le retour en Europe se solde alors par une funeste série de mauvais résultats puisqu'il abandonne à 10 reprises et manque sa qualification à Monaco. Le bilan de l'année est maigre, Surer reçoit le drapeau à damiers à seulement 5 reprises, la nouvelle A7 à moteur turbo BMW engagée à la mi-saison lui permettant de sauver l'honneur en Autriche où il récolte le petit point de la 6e place. Brabham BT54 de la saison 1985Bien décidé à quitter Arrows, Surer échoue à nouveau dans la conquête d'un nouveau volant. Le début de saison 1985 se déroule sans lui mais il semble que la F1 ne tienne pas à perdre le pilote helvète. La semaine suivant le GP de Monaco, lors d'essais privés au Paul Ricard, le pilote français François Hesnault sort violemment de la piste et s'écrase contre les glissières de sécurité. Hesnault, prisonnier d'un amas de tôles et très choqué décide de cesser sa carrière en F1 : Bernie Ecclestone contacte alors Surer (qui connaît bien la motorisation BMW turbocompressée pour l'avoir expérimentée chez Arrows) pour lui confier le volant de sa Brabham BT54 à moteur BMW turbo. Surer se met rapidement en valeur en inscrivant son premier point pour Brabham au bout de son quatrième GP (6e à Silverstone). Il récidive à Zeltweg puis égale son meilleur résultat en F1 en terminant 4e du GP d'Italie. La fin de saison est même frustrante pour le Suisse contraint à l'abandon au GP d'Europe alors qu'il était 2e et en Australie alors qu'il occupait la 3e place. Pour se consoler, il s'illustre en Sport-Prototypes en remportant les 1 000 kilomètres de Monza sur Porsche 962 et les 24 heures de Spa-Francorchamps sur BMW 635 CSI en compagnie de Gerhard Berger, son remplaçant chez Arrows. En 1986, Brabham recrute Elio de Angelis (qui sera remplacé par Derek Warwick après son décès en essais privés) et Riccardo Patrese et Surer fait son retour chez Arrows. La saison, au volant de l'A8-BMW de la saison précédente débute par des qualifications en fond de grille et deux abandons. Puis Surer termine les trois épreuves suivantes à la 9e place avant de quitter le monde des GP. En effet, lors du rallye d'Essen qu'il dispute en amateur avec Michel Wyder au volant d'une Ford Escort RS200 de Groupe B, il est victime d'une sévère sortie de route et percute plusieurs arbres. La voiture, littéralement coupée en deux s'embrase, Wyder décède tandis que Surer est sérieusement brûlé et doit mettre un terme à sa carrière, il est remplacé chez Arrows par Christian Danner en provenance d’Osella qui inscrira le seul point d'une saison catastrophique. Marc Surer n'a pas pour autant coupé tous ses liens avec la compétition automobile puisqu'il fut, dans les années 1990, à la tête du programme BMW en DTM. Aujourd'hui, il dirige une école de pilotage et est commentateur sportif sur une chaîne de télévision Suisse.

Résultats en championnat du monde de F1

----- Catégorie:Naissance en 1951 Catégorie:Pilote automobile suisse Catégorie:Pilote de Formule 1 Catégorie:Sportif bâlois bg:Марк Сюрер ca:Marc Surer cs:Marc Surer de:Marc Surer en:Marc Surer es:Marc Surer fi:Marc Surer it:Marc Surer nl:Marc Surer pl:Marc Surer pt:Marc Surer ro:Marc Surer ru:Зурер, Марк sl:Marc Surer sv:Marc Surer
Sujets connexes
Arrows   Auto Technisches Spezialzubehör   Avon   Brian Henton   Bruno Giacomelli   Championnat du monde de Formule 1 1979   Championnat du monde de Formule 1 1980   Championnat du monde de Formule 1 1981   Championnat du monde de Formule 1 1982   Championnat du monde de Formule 1 1983   Championnat du monde de Formule 1 1984   Championnat du monde de Formule 1 1985   Championnat du monde de Formule 1 1986   Chico Serra   Christian Danner   Cosworth   Derek Warwick   Deutsche Tourenwagen Masters   Elio de Angelis   Ensign   Formule 1   Formule 2   Formule 3   François Hesnault   Füllinsdorf   Gerhard Berger   Goodyear Tire & Rubber   Ligier   March Engineering   Michelin   Osella   Patrick Tambay   Pirelli   Riccardo Patrese   Sport-Prototypes   Suisse   Theodore Racing   Thierry Boutsen  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^