Traduction du Monde Nouveau des Saintes Écritures

Infos
La Traduction du Monde Nouveau (TMN) est une traduction de la Bible en langue moderne utilisée par les Témoins de Jéhovah. Elle est éditée par la Société Watchtower de New York qui en est légalement propriétaire. Ce n'était pas la première traduction à être éditée par l'organisation des Témoins de Jéhovah, mais c'était en revanche leur première traduction originale des textes hébreux, grecs, et araméen originaux.
Traduction du Monde Nouveau des Saintes Écritures

La Traduction du Monde Nouveau (TMN) est une traduction de la Bible en langue moderne utilisée par les Témoins de Jéhovah. Elle est éditée par la Société Watchtower de New York qui en est légalement propriétaire. Ce n'était pas la première traduction à être éditée par l'organisation des Témoins de Jéhovah, mais c'était en revanche leur première traduction originale des textes hébreux, grecs, et araméen originaux.

Histoire

Traduction du Monde Nouveau, édition normale Jusqu'à la publication de la TMN en 1950, les Témoins de Jéhovah dans les pays d'expression anglaise employaient généralement comme traduction de Bible la King James Version (KJV) ou encore la American Standard Version. Dans la littérature qu'ils ont produite, les Témoins de Jéhovah ont parfois cité d'autres traductions de la Bible au cours des années. Selon les éditeurs, une des raisons principales de produire une nouvelle traduction a été que la majorité de versions existantes de la Bible utilisaient habituellement une langue archaïque. L'anglais a subi les changements cruciaux depuis 1611, quand la King James Version a été éditée pour la première fois et, de plus, beaucoup de mots que cette version emploie ne sont plus d'usage courant aujourd'hui, ou sont employés dans un sens différent de celui dans lequel les traducteurs les ont prévus. L'intention affichée était de produire une traduction fraîche, agréable à lire, et exempte d'archaïsmes. Selon les éditeurs, au cours des siècles, depuis que la King James Version a été produite, de nombreuses autres copies des manuscrits plus anciennes des textes originaux dans les langues hébraïques et grecques sont devenues disponibles. Dans leur vue, une meilleure évidence de manuscrit a permis de déterminer avec une plus grande exactitude ce que les auteurs originaux ont voulu dire, en particulier dans des passages plus obscurs. En plus, ils estiment que certains aspects des langues hébreues et grecques originales sont peut-être mieux compris par des linguistes d'aujourd'hui qu'ils ne l'étaient précédemment. En octobre 1946, le président de la Société Watchtower, Nathan Homer Knorr a proposé une nouvelle traduction des Écritures grecques chrétiennes. Le travail a démarré le 2 décembre 1947 quand le « Comité de la Traduction du Monde Nouveau » a été formé. Le 3 septembre 1949, Knorr a rassemblé en réunion conjointe le Conseil d'administration des sociétés de New York et de Pennsylvanie de la Société Watchtower pour annoncer que les travaux sur une traduction de langue moderne des Écritures grecques chrétiennes étaient terminés et avait été envoyée à la Société en vue de l'impression. Il a été assigné à la Société Watchtower de Pennsylvanie pour la publication. La traduction des Écritures grecques chrétiennes ou Nouveau Testament dans cette version a paru à une assemblée des Témoins de Jéhovah au Yankee Stadium de New York, le 2 août 1950. La traduction des Écritures hébraïques ou Ancien Testament a paru en cinq volumes en 1953, 1955, 1957, 1958, et 1960, tandis que la traduction complète de la Bible dans cette version a été publiée en un seul volume en 1961. Depuis lors, elle a subi des révisions mineures à plusieurs occasions, le plus récemment en 1984. L'édition de 1984 suit dans l'ensemble le même modèle que les éditions précédentes, la principale différence étant la révision des références marginales. Celles-ci avaient été incluses dans les six volumes parus entre 1950 et 1960 mais n'ont pas dans les éditions en un seul volume à partir de 1961Avant propos de la TMN, édition 1984. Le modèle de base ressemble beaucoup à l'édition 1901 de American Standard Version.

Caractéristiques de la traduction

L'Ancien Testament tel qu'il figure dans la TMN est basé sur le codex Leningradensis B 19A comme il a été publié dans la Bible hébraïque (7, 8, et 9 éditions) de Rudolf Kittel, alors que le Nouveau Testament est basé sur le Nouveau Testament dans le Grec original dee érudits bibliques Brook Foss Westcott et de John Anthony Hort (réimprimé en 1948, originalement publié en 1881). En outre d'autres textes ont été également considérés tels que ceux de Bover, Merk (de la Société Biblique Unie), de Nestle-Aland et d'autres. De plus, les nouvelles éditions se servent de nouveaux textes, tels que Biblia Hebraica Stuttgartensia (1967/1977) et Novum Testamentum Graece (1983), et se basent également sur de nouveaux lexiques et dictionnaires tels que le Lexique Hebraicum Veteris Testamenti (1984) de Zorell. Pour le texte syriaque est utilisé la Peshitta syriaque, de S. Lee, éditée en 1826, réimprimée par la Société Biblique Unie (UBS) en 1979, dont le texte fut traduit à partir de l'hebreu, au II siècle après Jésus Christ. Peshitta signifie "simple", "vulgaire" ou "commun". Elle a fait l'objet ultérieurement d'une révision en se servant de la version grecque de la Septante. D'autres versions syriaques sont indiquées sous leur sigles respectifs dans la TMN. La TMN fait également référence à la Vulgate latine telle que traduite par Württembergische Bibelanstalt (Stuttgart, 1975). Il existe environ 8 000 manuscrits da la Vulgate latine, version qui fut traduite en 404 après Jésus Christ par Saint Jérôme, chargé de le faire par le pape Damase I. Elle a figuré dans la Bible officielle de l'Église catholique durant le Moyen Âge, en Europe occidentale. D'autres versions latines ont été utilisées et sont indiquées sous leurs symboles respectifs. La TMN est une traduction qui se veut d'équivalence formelle plutôt qu'une paraphraseIntroduction de la TMN, édition de référence, p. 7. Autant que cela était possible, un mot anglais a été choisi pour chaque grec, hébreu ou araméen. La traduction ne contient pas les livres apocryphes ou deutérocanoniques reconnus par l'Église catholique, étant donné que les traducteurs ne reconnaissent pas la canonicité de ces livres. Elle donne toutefois l'information additionnelle suivant Job 42:17 tel qu'il figure dans le Greek Septuagint version. Cette information est toutefois seulement disponible en note dans la version grand format de référence de la TMN. Toutes les parties contestées du Nouveau Testament sont incluses dans le texte comme les conclusions courte et longue après Marc 16:8 ainsi que l'épisode de la femme adultère en Jean 7:53 - 8:11, mais ces passages ne font pas autorité pour les Témoins de Jéhovah qui ne s'y réfèrent jamais dans leurs publications. De la même manière, la majorité des Bibles incluent ces passages controversés tout en alertant le lecteur de la nature douteuse de ceux-ci. En outre, la traduction et, d'une manière générale les Témoins de Jéhovah, appellent l'Ancien Testament « Écritures hébraïques et araméennes », et le Nouveau Testament les « Écritures grecques chrétiennes », la deuxième terminologie étant employé pour ne éviter la confusion avec la Bible hébraïque ou la Bible grecque. À la différence des Bibles traditionnelles, la TMN débute immédiatement le livre de Matthieu (premier livre du Nouveau Testament) sans aucune coupure de page.

Jéhovah dans l'Ancien Testament

Tétragramme en phénicien (1100 AEC), en qraméen ( - conquête musulmane) et en hébreu carré Le nom propre de Dieu, le Tétragramme YHWH, est trouvé 6 828 fois dans les versions massorétiques de l'Ancien Testament. La plupart des traductions en anglais de l'Ancien Testament suivent la convention standard de rendre le Tétragramme en tant que « Seigneur », souvent en capitales d'imprimerieTranslation of the Bible, J. M. Powis Smith et Edgar J. Goodspeed, préface :In this translation we have followed the orthodox Jewish tradition and substituted ‘the Lord’ for the name ‘Yahweh’ and the phrase ‘the Lord God’ for the phrase ‘the Lord Yahweh.’ In all cases where ‘Lord’ or ‘God’ represents an original ‘Yahweh’ small capitals are employed., Revised Standard Version, préface :For two reasons the Committee has returned to the more familiar usage of the King James Version : (1) the word ‘Jehovah’ does not accurately represent any form of the Name ever used in Hebrew; and (2) the use of any proper name for the one and only God, as though there were other gods from whom he had to be distinguished, was discontinued in Judaism before the Christian era and is entirely inappropriate for the universal faith of the Christian Church.. Quelques versions rendent le Tétragramme sous la forme de « Jéhovah » ou « Yahweh », mais pas forcément à chaque endroitPar exemple : King James Version (Exode 6:3, Psaume 83:18, Isaïe 12:2;26:4.), The Living Bible, et Holman Christian Standard Bible. La TMN diffère sensiblement ici de la plupart des autres Bibles anglaises en rendant uniformément le Tétragramme hébreu (nom divin) par « Jéhovah » dans 6 827 passages en concernésDe manière similaire à : Young's Literal Translation, Emphasized Bible de Rotherham, Darby, Modern KJV de Jay Green, American Standard Version et Catholic Jerusalem Bible, TMN, avec références, 1984, appendice 1A, p. 1561, § 8. La Société Watchtower a choisi la traduction « Jéhovah » parce qu'elle considère que « Jéhovah est la prononciation anglaise la plus connue du nom divin »Étude perspicace des Écritures, vol. 2, p. 5. En plus des 6 827 passages où le Tétragramme est rendu par « Jéhovah », les traducteurs de la TMN ont cité 146 exemples supplémentaires où ils croient que celui-ci figurait à l'origine. Ils citent à ce sujet les travaux de C.D. Ginsburg (1831 - 1914) comme autorité pour 141 exemplesTMN, avec références, 1984, appendice 1B, p. 1562. Les cinq autres exemples sont basés sur une lecture de la Septante et des notes dans Biblia Hebraica de Rudolf Kittel's et la Biblia Hebraica StuttgartensiaTMN, avec références, 1984, appendice 1A, p. 1561, § 9, 10. Ainsi, le nom personnel de Dieu apparaît en tout 6 973 fois dans la traduction de la partie hébreue des textes de la TMN. Une telle utilisation du nom de Dieu est faite selon les Témoins de Jéhovah par profond respect pour l'« auteur de notre salut »La Tour de Garde, 1 janvier 2004, p. 9 § 3.

Jéhovah dans le Nouveau Testament

Le Comité de la TMN a établi la thèse selon laquelle le nom divin a été enlevé des manuscrits du Nouveau Testament après le I siècle. Ce point de vue a été controversé. Cependant, le professeur George Howard, de l'université de Géorgie, aux États-Unis, a fait ce commentaire : « Quand la Septante, dont le Nouveau Testament a été employé et cité par l'Église, a contenu la forme hébreue du nom divin, les auteurs du Nouveau Testament ont sans aucun doute inclus le Tétragramme dans leurs citations »Biblical Archaeology Review, mars 1978, p. 14. De ce fait, le Comité a employé le nom divin 237 fois dans le Nouveau Testament. Dans 223 des 237 fois, Jéhovah se référence au mot grec Kyrios qui a été employé. Dans les 13 autres passages, c'est le mot Theos qui a été utilisé. Pour justifier son emploi du nom Jéhovah, le Comité a cité plusieurs raisons dont :
- Quand les auteurs du Nouveau Testament citent des passages de l'Ancien Testament contenant le nom divin, les passages du Nouveau Testament y faisant référence le contiennent également. Il y a soixante-dix-huit passages où ceci se produitTruth in Translation, BeDuhn, p. 174 :There are actually seventy-eight passages where a New Testament author rather directly quotes an Old Testament passage in which YHWH appears in the original Hebrew. .
- Les passages du Nouveau Testament suggérant, selon les Témoins de Jéhovah, que le nom devrait se trouver à ces endroits dans les manuscrits du I siècle, l'exemple le plus mis en avant étant les paroles de Jésus tels que figurant en Jean 17:6 où il dit : « J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde… »TMN, appendice 1D, p. 1564.
- Une copie datant du I siècle de la Septante à propos d'un passage du livre de Deutéronome qui contient le Tétragramme en manuscrit paléohébraïque dans le texte grecLa Septante trouvée en 266 de n.è. rend 49 fois le nom divin par le Tétragramme écrit en caractères hébreux carrés dans les endroits identifiés dans le Deutéronome. En outre, dans cette collection, le Tétragramme se produit trois fois dans les fragments non identifiés, à savoir, dans les fragments 116, 117 et 123. Ce papyrus, trouvé en Egypte, a été daté du I siècle de n.è..
- La Tour de Garde cite 28 traductions hébreues (s'étendant de 1533 de notre ère à aujourd'hui) du Nouveau Testament qui contiennent le nom divin, généralement connu sous le nom de « textes J ». Puisque la pratique d'employer le Tétragramme dans le Nouveau Testament a été particulièrement courante dans les traductions en hébreu, ces textes sont cités pour montrer où d'autres traducteurs ont également cru que le Tétragramme devrait apparaître dans le Nouveau TestamentTMN, avec références, 1984, p. 1565 :Pour éviter d'outrepasser les limites d'un traducteur dans le champ de l'exégèse, nous avons été les plus prudents au sujet de rendre le nom divin dans les Écritures grecques chrétiennes, toujours soigneusement vu les Ecritures hébraïques comme fond. Nous avons recherché l'accord des versions hébreues de confirmer notre rendu..
- Quatre exemples dans le livre biblique de la Révélation contiennent un mot hébreu transcrit en caractères différents : « Alléluia ! » (littéralement : « Gloire à Jah ! ») (Révélation 19:1, 3, 4, 6). Le « alléluia » ne contient pas le plein Tétragramme (YHWH), bien que « Jah » (YH) soit la forme abrégée de « Jéhovah »Smith's Bible Dictionary : Jah” means Jehovah - Jah: the abbreviated form of Jehovah, used only in poetry.. Le point de vue de la Société Watchtower est que la perpétuation de la superstition juive pour rendre le nom propre a entraîné l'utilisation ambiguë du titre « Dieu » (ou « Seigneur ») tant dans l'Ancien Testament que le Nouveau Testament de la plupart des traductions de la Bible. Dr. BeDuhn (Truth in Translation, p. 170) a écrit à propos de la pratique traditionnelle de rendre l'Ancien Testament conforme au Nouveau Testament dans son utilisation de « Seigneur » et de la pratique en matière de la TMN de rendre le Nouveau Testament conforme à l'Ancien Testament dans son utilisation de « Jéhovah » : « Les deux pratiques violent l'exactitude en faveur des expressions dénominativement préférées pour Dieu. »

Autres caractéristiques

- Elle traduit le mot « staurós », rendu par « croix »The standard lexicographical work of the Greek language donne « croix » comme signification de ce mot, mais indique que sa signification première est un « pieu » enfoncé servant de base dans presque toutes autres traductions du Nouveau Testament, en tant qu' « instrument de torture » (les Témoins de Jéhovah, et certains érudits, maintiennent que « staurós » se rapporte à une construction d'une seule pièce de bois ou à un poteau plutôt qu'à une croix)The non-christian cross, John Denham Parsons. Expository dictionary of New Testament words, Vine :'Stauros' denotes, primarily, an upright pole or stake...Both the noun and the verb stauroo, to fasten to a stake or pole, are originally to be distinguished from the ecclesiastical form of a two-beamed cross. The shape of the latter had its origin in ancient Chaldea (Babylon), and was used as the symbol of the god Tammuz (being in the shape of the mystic Tau, the initial of his name)...By the middle of the 3rd century A.D. the churches had either departed from, certain doctrines of the Christian faith. In order to increase the pretige of the apostate ecclesiastical system pagans were received into the churches apart from regeneration by faith, and were permitted largely to retain their pagan signs and symbols. Hence the Tau or T, in its most frequent form, with the cross piece lowered, was adopted....
- Elle laisse non traduit les mots « shéol », des « hadès », « géhenne », et « tartare », alors que d'autres traductions emploient principalement le mot « enfer » pour la majorité, voire pour tous les mots qui précèdent.
- Elle emploie la « présence », plutôt que « venue », comme équivalent du mot grec Παρουσία (parousia).
- Elle emploie uniformément le mot « âme » pour le mot hébreu ne'phesh et le mot grec de ψυχή (psykhē).
- À la différence de beaucoup de Bibles, elle n'emploie pas des sous-titres. Des en-têtes uniquement sont utilisées au-dessus du texte de chaque page.
- Puisque le mot « vous » en anglais peut être singulier et pluriel, la TMN anglaise emploie « YOU » en capitales d'imprimerie pour la forme plurielle et « you » en minuscules pour la forme singulière. D'après la TMN elle-même, ceci a été fait pour une plus grande clartéTMN, p. 1547.

Statistiques

Nombre de langues

Traduction du Monde Nouveau, version portugaise avec réferences En date de 2007, la TMN a été éditée en 65 langues in 143, 458, 577 bibles. La traduction dans d'autres langues est basée sur le texte anglais rendu possible en raison de la nature littérale de la traduction en anglais elle-même, complétée par comparaison avec l'hébreu et le grecLes Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, p.611. Actuellement, 40 équipes de traductions continuent de la traduire dans de nouvelles langues ou dialectes. La traduction complète de la TMN est disponible en afrikaans, albanais, arabe, cebuano, chinois (standard, simplifié, goupille Yin), croate, tchèque, danois, hollandais, anglais (aussi en braille), finlandais, français, géorgien, allemand, grec, hongrois, ilokano, indonésien, italien, japonais, coréen, macédonien, norvégien, polonais, portugais (aussi en braille), roumain, serbe (en caractères cyrillique et latins), sotho du Sud, shona, slovaque, espagnol (aussi en braille), swahili, suédois, tagalog, tsonga, tswana, xhosa, yoruba, et zoulou. Les Écritures grecques chrétiennes ou Nouveau Testament est disponible dans la langue des signes américaine, l'arménien, le bulgare, le chichewa, le cibemba, l'ibibio, l'igbo, le braille italien, le lingala, le malgache, le maltais, le russe, le sepedi, le cingalais, le slovène, le sranan, le turc, le twi, et l'ukrainien.

Versions disponibles et diffusion

Différentes éditions de la Traduction du Monde Nouveau, dont la version interlinéaire grec/anglais Cette version de la Bible est disponible dans de nombreuses langues et support, qui incluent le braille, le cd-rom et la mise en ligne sur Internet. En 1985, une version en très gros caractères a été publiée en quatre volumes, traduite en allemand, en français, en espagnol et en japonais. Depuis cinq ans, la TMN intégrale est disponible en braille anglais en 18 volumes. C'est en 1961 que la TMN a été disponible en son intégralité en un seul volume, d'abord en anglais. Une seconde édition fut publiée en 1970, et une troisième édition avec notes, en 1971. En 1984 fut lancée la TMN avec références en anglais, disponible en portugais à partir de 1987. Cette version réactualisée contient environ 125 000 références marginales, 11 400 notes en bas de pages, une concordance recensant les différentes occurrences d'un même mot, des cartes bibliques et un appendice de 43 articles. Simultanément, une édition pour usage courant fut éditée, la TMN - édition normale, révisée en 1984. Les versions de la TMN avaient à l'origine une couverture rigide le plus souvent verte, mais aujourd'hui leur couverture est généralement souple et fréquemment noire ou bordeaux. Les mots 'Traduction du Monde Nouveau des Saintes Écritures' sont imprimés en couleur or en haut sur la couverture. En 2007, la TMN a atteint un tirage de plus de 143 400 000 exemplaires, et a été l'une des traductions les plus distribuées au .

Critiques

Comité de traduction

Les membres du comité qui a traduit la Traduction du Monde Nouveau (TMN) ont souhaité demeurer anonymes, avec le but indiqué de s'assurer que la gloire va à Dieu et non pas à euxLes Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, p. 608. Cette façon de procéder a toutefois été critiquée, car cela signifie que les qualifications des traducteurs ne pourraient jamais être vérifiées. En 1950, ce comité a déclaré que la vraie valeur de la TMN se fera connaître, non par la révélation des noms du comité de traduction, mais plutôt par la fidélité de la traduction au texte grec et par l'aide fiable qu'elle apporte pour ce qui est de faire comprendre la Parole de Dieu aux humains La Tour de Garde 1 décembre 1950, p. 474, Comment raisonner à partir des Écritures, 1986, p. 277. Un ancien membre du Collège Central, Raymond Franz, a déclaré que le comité de traduction s'est composé deCrisis of Conscience, Raymond Franz, 4 édition, Commentary Press, Atlanta, 2004, p. 56 :
- Frederick William Franz
- George D. Gangas
- Karl F. Klein
- Nathan Homer Knorr
- Albert D. Schroeder Selon William Cetnar, un ex-Témoin de Jéhovah qui a démissionné des sièges mondiaux de l'organisation en 1958 et a été excommunié du mouvement religieux pour apostasie en 1962''The Four Presidents of the Watch Tower Society (Jehovah's Witnesses)", Edmond C. Gruss, Milton George Henschel a également été membre du Comité de traduction. Il a également été dit que les traducteurs de TMN ont été insuffisamment qualifiés pour effectuer cette tâche, et que seul Franz avait une connaissance poussée dans des langues bibliques. Il a également été reproché que la taille du Comité de traduction était de très petite taille comparée au nombre de traducteurs impliqués pour effectuer la plupart des autres traductions en anglais. Ces critiques sont contestées par les Témoins de Jéhovah.

Passages de traduction controversés

La Traduction du Monde Nouveau a également été critiquée par des opposants parce qu'ils estiment qu'elle traduit de façon partisane certains versets de la Bible afin de les conformer aux doctrines édictées par la Société Watchtower. Les passages en question concernent principalement la divinité du Christ, mais également d'autres sujets tels que l'immortalité de l'âme ou la seconde venue de Jésus. De plus, la présence du nom 'Jéhovah' dans le Nouveau Testament de cette traduction (237 fois) suscite également une polémique, étant donné que les manuscrits grecs du NT ne contiennent pas 'Jéhovah', mais 'Seigneur'. Sur Internet, la TMN fait l'objet d'une dénonciation de la part de certains groupes religieux qui l'estiment orientée théologiquement, et parfois d'une défense de la part de fidèles du mouvement.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adultère   Afrikaans   Albanais   Allemand   Ancien Testament   Anglais   Anglais américain   Apocalypse   Apostasie   Arabe   Araméen   Arménien   Bible   Bibles éditées par les Témoins de Jéhovah   Braille   Bulgare   Cebuano   Chichewa   Christianisme   Cingalais   Collège Central   Coréen   Croate   Damase Ier   Danois   Deutéronome   Dictionnaire   Dieu   Espagnol   Français   Grec ancien   Grec moderne   Géorgie (État)   Géorgien   Hollandais   Hongrois   Hébreu   Igbo   Ilokano   Indonésien   Internet   Italien   Japonais   Jésus de Nazareth   Langue des signes   Latin   Lexique   Lingala   Macédonien   Malgache   Maltais   Moyen Âge   New York   Norvégien   Nouveau Testament   Occident chrétien   Pape   Pennsylvanie   Peshitta   Phénicien   Polonais   Portugais   Roumain   Russe   Septante   Serbe   Shona   Slovaque   Slovène   Sotho du Sud   Sranan   Structure légale des Témoins de Jéhovah   Stuttgart   Superstition   Suédois   Swahili   Tagalog   Tchèque   Traduction   Tsonga   Tswana   Turc   Twi   Témoins de Jéhovah   Ukrainien   Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania   Xhosa   YHWH   Yoruba   Zoulou  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^