Présence africaine

Infos
Présence africaine est une revue panafricaine semestrielle, fondée par Alioune Diop en 1947 et qui paraît toujours. C'est aussi une maison d'édition, fondée en 1949, et une librairie située dans le Quartier latin à Paris.
Présence africaine

Présence africaine est une revue panafricaine semestrielle, fondée par Alioune Diop en 1947 et qui paraît toujours. C'est aussi une maison d'édition, fondée en 1949, et une librairie située dans le Quartier latin à Paris.

Les origines

La naissance de la revue s'inscrit dans la mouvance du panafricanisme dont les idées s'expriment depuis le début du , notamment lors de plusieurs congrès, dont celui de Paris en 1919, organisé par W.E.B. DuBois soutenu par Blaise Diagne. Les intellectuels sont aussi marqués par le surréalisme et le marxisme. En 1936 le Front populaire confronte les Africains vivant en France au monde syndical et politique et cette dynamique trouve un écho notamment au Sénégal. Enfin, la liberté retrouvée à l'issue de la Seconde Guerre mondiale soulève désormais avec acuité la question de la souveraineté des peuples et des cultures à l'échelle mondiale, et notamment en Afrique. Petit à petit des périodiques donnent la parole aux Noirs, tels que La Revue du Monde Noir, Légitime Défense, L'Étudiant noir ou Tropiques, édité par Aimé Césaire au début des années 1940.

Le rayonnement de la revue

C'est dans ce contexte que la revue est créée en novembre-décembre 1947 par Alioune Diop, professeur de philosophie né au Sénégal, avec le soutien d'intellectuels, écrivains ou anthropologues, tels que Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright, Albert Camus, André Gide, Jean-Paul Sartre, Théodore Monod, Georges Balandier ou Michel Leiris. Dans le premier numéro – avec un avant-propos d'André Gide – Alioune Diop déclare que « la revue ne se place sous l'obédience d'aucune idéologie ou politique. Elle veut s'ouvrir à la collaboration de tous les hommes de bonne volonté (Blancs, Jaunes ou Noirs), susceptibles de nous aider à définir l'originalité africaine et de hâter son insertion dans le monde moderne ». La revue rencontre le succès et dès 1949 la maison d'édition du même nom est créée. Le premier titre publié est l'ouvrage – controverséVoir l'article Philosophie africaine – du Néerlandais Placide Tempels, La philosophie bantouePlacide Tempels, La philosophie bantoue, traduit du néerlandais A. Rubbens, 1949, 125 p.. Pendant les années 1950 et 1960, la revue milite activement en faveur de l'émergence d'une culture africaine indépendante. Véritable moteur intellectuel, elle offre une tribune de choix aux figures montantes du monde littéraire et politique. Les mentalités devancent ainsi les décisions politiques dans l'accession à l'indépendance. En 1954, la revue commandite un court-métrage documentaire, réalisé par Chris Marker et Alain Resnais, Les Statues meurent aussi, ou la question de l'Art nègre dans les années 1950« ''Les Statues meurent aussi, un film censuré » . Dénonciation des méfaits de la colonisation, le film obtient le prix Jean-Vigo, mais il est interdit pendant une dizaine d'années. En 1956, Présence africaine réunit dans le grand amphithéâtre Descartes de la Sorbonne le premier Congrès des écrivains et artistes noirs, un événement que l'on a parfois qualifié de « Bandung culturel », en référence à la conférence de Bandung qui s'était tenue en 1955. La Société africaine de culture (SAC) se constitue à l'issue de ce premier congrès. En 1966, dans un Sénégal désormais indépendant, Alioune Diop et son équipe organisent avec Léopold Sédar Senghor le premier Festival mondial des Arts nègres à Dakar. Depuis la mort d'Alioune Diop en 1980, sa veuve Yandé Christiane Diop a repris le flambeau. Le 50 anniversaire de la revue a été célébré solennellement par un colloque organisé au siège de l'UNESCO à Paris du 3 au 5 décembre 1997, en présence de nombreuses personnalités, telles que Léopold Sédar Senghor, Daniel Maximin ou Wole Soyinka. Le Directeur de la publication actuel est Romuald Fonkoua, professeur de littérature française et comparée à l'Université Marc Bloch de Strasbourg.

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Aimé Césaire   Alain Resnais   Albert Camus   Alioune Diop   André Gide   Années 1940   Années 1950   Années 1960   Blaise Diagne   Chris Marker   Colonisation   Conférence de Bandung   Congrès des écrivains et artistes noirs   Dakar   Daniel Maximin   Décolonisation de l'Afrique   Festival mondial des Arts nègres   Front populaire (France)   Georges Balandier   Jean-Paul Sartre   L'Étudiant noir   Les Statues meurent aussi   Léopold Sédar Senghor   Marxisme   Michel Leiris   Négritude   Panafricanisme   Paris   Pays-Bas   Philosophie africaine   Prix Jean-Vigo   Quartier latin (quartier parisien)   Race noire   Richard Wright   Seconde Guerre mondiale   Sorbonne   Strasbourg   Surréalisme   Sénégal   Théodore Monod   Wole Soyinka  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^