Cyberpunk

Infos
Le Cyberpunk est sous-genre de la science-fiction décrivant un monde anti-utopique et dont l'origine remonte au début des années 1980. Il a depuis essaimé ses thématiques dans de nombreux média, notamment dans la bande dessinée, le cinéma, la musique et les jeux de rôle.
Cyberpunk

Le Cyberpunk est sous-genre de la science-fiction décrivant un monde anti-utopique et dont l'origine remonte au début des années 1980. Il a depuis essaimé ses thématiques dans de nombreux média, notamment dans la bande dessinée, le cinéma, la musique et les jeux de rôle.

Origine du terme « Cyberpunk »

Le terme « Cyberpunk » résulte d'une association de « cyber » (préfixe de cybernétique) et « punk ». Le mot « Cyberpunk » lui-même a été popularisé par Gardner Dozois, éditeur réputé du Asimov's Science Fiction Magazine. C'est le 30 décembre 1984, dans le Washington Post, qu'un article de Dozois intitulé « SF in the Eighties » qualifie de «cyberpunk» le style de l'œuvre de l'écrivain William Gibson, et plus particulièrement de son roman Neuromancien (1984). Il décrivait aussi tout un groupe de jeunes auteurs « bizarres » écrivant dans le fanzine Cheap Truth : Bruce Sterling, William Gibson, Lewis Shiner, Pat Cadigan et Greg Bear. Le « mouvement » cyberpunk était né. Le terme avait cependant été employé plus tôt, en novembre 1983, par l'écrivain américain Bruce Bethke, comme titre d'une de ses nouvelles publiée en novembre 1983 dans le magazine Amazing Science Fiction Stories. Le « Cyberpunk » est un confluent et conflit des thématiques du hacker, de l'intelligence artificielle et des multinationales se déroulant la plupart du temps dans un futur proche sur Terre ; en opposition avec les récits de science-fiction se déroulant dans une perspective plus large : voyages dans l'espace, découverte de nouveaux espaces, conflits mettant en jeu l'univers connu et inconnu... Le lieu où l'histoire se déroule possède des caractères dystopiques, « punk », en ce sens que les personnages faisant leur possible pour se débrouiller dans un univers désorganisé, où le futur est déjà passé, se retrouvant dans la zone d'incertitude séparant une « presque-apocalypse » et l'univers post-apocalyptique, voient leurs actions se heurter à des intérêts inamovibles, impalpables. L'assimilation du terme « punk » est aussi induite par le slogan de ce mouvement « No Future ! » et par son esthétique à la fois familière et particulièrement agressive (en particulier celle de la branche dite « néo-punk » comprenant notamment le mohawk, la coupe « iroquois »). L'implication politique anarchiste vaut surtout par son opposition à l'organisation des pouvoirs totalement dépourvue d'éthique, très fortement dénoncée et la plupart du temps combattue. Le Cyberpunk prend ainsi la relève du sous-genre « post-nuke » (post-apocalyptique) au moment même où prend fin la guerre froide et où tombe le mur de Berlin. La peur d'une apocalypse nucléaire est remplacée par celle des OGM, du clonage humain, du tout informatique, des rapprochements entre le réel et le virtuel et des déviances dans lesquelles le capitalisme fou entraîne les progrès de la science. Plastiquement, des œuvres comme Mad Max ou RanXerox placent ces nouvelles thématiques dans un univers naturel ou urbain totalement ravagé et assurent ainsi la transition en douceur. Anonyme parmi les anonymes.

Un mouvement de contre-culture

-Hacktivisme Quelques lectures :
-
-
-

Les éléments de style et de scénario caractéristiques

On peut dire sans être réducteur que le cyberpunk est le film noir de la science-fiction. En effet, les œuvres cyberpunk ne possèdent pas l'élégance ou la propreté que l'on peut retrouver dans d'autres univers de science-fiction, comme le space opera, par exemple. Les mondes cyberpunks sont empreints de violence et de pessimisme ; ils sont souvent lugubres, parfois ironiquement grinçants (Mozart en verres miroirs, Bruce Sterling, 1986) ; les personnages sont des anti-héros désabusés, cyniques et cupides. C'est en ce sens que l'on qualifie les univers cyberpunk comme des dystopies. Le cyberpunk se distingue par une série d'éléments récurrents détaillés ci-dessous.

Futur proche

Le but des œuvres cyberpunk étant souvent de mettre en relief les défauts de notre civilisation, le monde décrit est souvent dans le futur proche du monde réel. Il constitue fréquemment une vision plutôt pessimiste de notre avenir. Ainsi y sont décrits des problèmes tels que la pollution, l'essor de la criminalité, la surpopulation, le décalage de plus en plus grand entre minorité de riches et majorité de pauvres. Cette proximité temporelle avec le début du rend les œuvres cyberpunk angoissantes car plausibles ; l'avenir tourmenté, ultra-violent et déshumanisé qu'elles décrivent semble alors accessible au lecteur. Cette conviction est renforcée par le fait que des innovations technologiques décrites par les œuvres cyberpunk au début des années 1980 sont aujourd'hui devenues quasi-réalisables : la matrice, un réseau planétaire reliant tous les individus auquel ressemble de plus en plus Internet, en est l'exemple le plus frappant. Toutefois, certains auteurs de science-fiction, comme Joe Haldeman, insistent sur le fait que la science-fiction en général et le cyberpunk en particulier n'ont pas pour vocation de prédire l'avenir mais de décrire le présent. Le roman Tous à Zanzibar (John Brunner, 1968) décrit par exemple des sociétés surpeuplées dont les membres ont développé un individualisme exacerbé tout en déléguant leur responsabilité et leur pouvoir de penser à des super-calculateurs, ce qui n'est rien d'autre que la mise en exergue d'éléments observables dans les années 1960-1970.

Technologie

Ce que devrait nous apporter la science dans les décennies à venir se retrouve dans la littérature cyberpunk. Tous les domaines technologiques sont abordés, même si les technologies relatives à l'informatique et à l'électronique sont le plus souvent mises en avant. Ce sont les œuvres cyberpunk qui popularisent l'idée de la fusion de l'humain et du spirituel avec la machine donnant ainsi naissance à des êtres hybrides, constitués de chair et de métal. La notion de membres artificiels, c'est-à-dire de prothèses intelligentes, plus résistantes et plus sensibles que des membres naturels, a été introduite avec le cyberpunk. De manière générale, nombre de personnages de romans cyberpunk possèdent un corps dont les facultés ont été augmentées artificiellement, que ce soit par des nanomachines ou des drogues. On peut supposer qu'une telle fascination pour les machines vient de la découverte par le grand public, à la fin des années 1970, de la puissance de calcul des ordinateurs émergents et des possibilités que l'informatique promet alors. L'être humain a la possibilité de déléguer son autorité et son pouvoir de décision à une instance supérieure, une sorte de dieu hyper-rationnel suivant une logique implacable, tout comme la logique décrite par Isaac Asimov dans ses trois lois de la robotique (bien qu'Asimov ne soit pas considéré comme un écrivain cyberpunk). L'influence de cette fusion homme/machine est visible notamment dans les travaux de l'artiste suisse Hans Ruedi Giger, concepteur entre autre de la figure de l’Alien dans les films du même nom.

Corporations

Multinationales devenues plus puissantes que des États, elles ont leurs propres lois, possèdent des territoires, et contrôlent la vie de leurs employés de la naissance à la mort. Leurs dirigeants sont le plus souvent dénués de tout sens moral. La compétition pour s'élever dans la hiérarchie est un jeu mortel. Les personnages des romans cyberpunk sont insignifiants comparativement au pouvoir quasi-divin que possèdent les méga-corporations : ils sont face à elles les grains de sable dans l'engrenage. Cette lutte de David contre Goliath est celle du hacker contre la multinationale et constitue un thème récurrent des romans cyberpunks (comme Gravé sur chrome, William Gibson, 1986).

Théorie du complot

Les héros du genre cyberpunk se découvrent souvent pions manipulés dans un imbroglio de sociétés secrètes, services gouvernementaux, syndicats du crime, tout cela plus ou moins dirigé par les cadres supérieurs des corporations citées précédemment. En raison de cette approche dénonciatrice du mouvement cyberpunk à l'encontre de l'industrie et des gouvernements, la littérature cyberpunk est fréquemment associée aux courants politiques révolutionnaires de gauche (anarchisme, marxisme, ultra-gauche, libertarianisme...) bien qu'une large part de cette littérature penche vers un nihilisme apolitique.

La fin du cyberpunk ?

Dès le milieu des années 1980, les auteurs comme Gibson et Sterling annonçaient que le « mouvement cyberpunk » était déjà moribond, récupéré par Hollywood, digéré et recraché sous une forme dépourvue de son élément « punk ». À cet égard, un article de Lewis Shiner, publié dans le New York Times et intitulé Confessions of an ex-Cyberpunk, fera date, et entraînera une longue réponse de la part de Bruce Sterling : Cyberpunk in the Nineties, dans laquelle il déplore, tout en s'en amusant, que cette étiquette lui colle encore à la peau, mais revendique toujours haut et fort les valeurs véhiculées par le mouvement. C'est Neal Stephenson, dans son roman Le Samouraï virtuel (Snow Crash) paru en 1992, qui enterre définitivement le cyberpunk dans les toutes premières pages. Cependant, cette opinion est contestée par les gens mettant en avant les œuvres de nouveaux auteurs comme Richard Morgan. On peut éventuellement expliquer la diminution du nombre d'œuvres cyberpunk par le fait que certains thèmes abordés, qui étaient auparavant futuristes et précurseurs, sont de plus en plus vrais dans nos sociétés modernes. On pense notamment aux thèmes, qui furent novateurs mais ne le sont plus, de l'émergence d'un réseau mondial de communication (internet), du terrorisme de masse, du pouvoir de l'État qui s'amoindrit au profit des grandes entreprises, des prothèses et implants, etc. Néanmoins, il existe encore aujourd`hui de nouvelles créations cyberpunk plus ou moins artistiques, subjectivement parlant. On notera notamment la nouvelle série Charlie Jade, de 2005, traitant des univers parallèles et de dystopie, et aussi le MMORPG Neocron. De plus, de nombreuses séries d'animation, notamment japonaises, le plus souvent issues de bandes dessinées dites mangas, traitent directement de ce sujet, le replaçant ainsi d'actualité en projetant des idées relativement nouvelles sur ce thème.

Le mouvement cyberpunk dans les arts et les médias

Quelques auteurs

Les Précurseurs
- John Brunner : notamment le roman Tous à Zanzibar (Stand on Zanzibar, 1968), et surtout Sur l'onde de choc (On the Shockwave, 1974)
- Philip K. Dick
- James Graham Ballard, notamment sa Trilogie de béton
- Samuel Delany
- Norman Spinrad
- Harlan Ellison
- George Orwell, notamment le roman 1984 (Nineteen Eighty-Four, 1948) Le Noyau dur
- Bruce Sterling
- William Gibson
- John Shirley : La Balade de city
- Rudy Rucker
- Lewis Shiner
- Marc Laidlaw
- Greg Bear
- Paul Di Fillipo
- Pat Cadigan
- Greg Egan Les Continuateurs
- Neal Stephenson : Le Samouraï virtuel (Snow Crash, 1992)
- Walter Jon Williams : Câblé (Hardwired, 1986)
- George Alec Effinger : série de trois romans Gravité à la manque (When Gravity Fails, 1987), Privé de désert (A Fire In The sun, 1989) et Le Talion du cheick (The Exile Kiss, 1991)
- Ayerdhal : série Cybione (1992), Transparences (1984)
- Roland C. Wagner : série Les Futurs Mystères de Paris
- Richard Morgan
- Maurice Dantec
- Alastair Reynolds : série en 4 volumes L'Espace de la révélation (Revelation Space, 2000), La Cité du gouffre (Chasm City, 2001), L'Arche de la rédemption (Redemption Ark, 2002), Le Gouffre de l'absolution (Absolution Gap, 2003)
- Guy Thuillier : Le Dixième cercle
- Jeff Noon : Vurt, Pollen
- Jean-Marc Ligny : Inner City
- Pierre Bordage : le cycle de Wang, la trilogie des Prophéties Les artistes plasticiens
- MarK Pauline Artiste américain travaillant sur le rapport entre le contrôle de la technologie et la perte de contrôle de cette même technologie.
- Stelarc Artiste australien connu pour "greffer" sur son corps des modules électroniques et pour d'autres performances sur le même sujet.

Quelques bandes dessinées

- RanXerox (Tanino Liberatore)
- Zentak (Pecau, Def)
- Little Blade (Pecau, Def, Hubert)
- Carmen Mc Callum
- Travis
- L'Imploseur, La bombe, Godkiller (Delépine, Stan et Vince)
- (Téhy, Guénet, Vax, Vee)
-
La trilogie Nikopol de Enki Bilal : La Foire aux immortels, La Femme piège, Froid équateur
- Tank Girl (Martin, Hewlett)
- Marvel 2099
- HK (Morvan, Herault)
-
Nomad (Morvan, Buchet, Savoia)

Quelques mangas et animes

- Abara de Tsutomu Nihei
- Akira de Katsuhiro Ōtomo
- Agharta
- Appleseed (Masamune Shirow)
- Armitage III
- Bakuretsu Tenshi
- BLAME !de Tsutomu Nihei
- Darkside Blues
- Eight Man
- Eden
- Ergo Proxy
- Ghost in the Shell (Mamoru Oshii, 1995, d'après le manga de Masamune Shirow)
- Gunnm de Yukito Kishiro
- Serial experiments Lain
- Texhnolyze de Hamazaki Hirotsugu
- Wolf's Rain
- Wonderful Days
- AD Police de Tony Takezaki et Toshimichi Suzuki
- Bubblegum Crisis de Fumihiko Takayama
- Metropolis D.A. de Rintarô (inspiré par le film éponyme de Fritz Lang)

Quelques films

- Der Golem (Paul Wegener, 1920)
- Metropolis (Fritz Lang, 1927)
- Blade Runner (Ridley Scott, 1982), d'après le roman de Philip K. Dick
- Tron (Steven Lisberger, 1982)
- Videodrome (David Cronenberg, 1983)
- 1984 (Michael Radford, 1984), d'après le roman "Nineteen Eighty-Four" de George Orwell
- Terminator (James Cameron, 1984) Terminator 2 : Le Jugement dernier (James Cameron, 1991) et Terminator 3 : le soulèvement des machines (2003) (Jonathan Mostow)
- Brazil (Terry Gilliam, 1985)
- Robocop (Paul Verhoeven, 1987)
- Tetsuo (Shinya Tsukamoto, 1988)
- Hardware (Richard Stanley, 1990)
- Total Recall (Paul Verhoeven, 1990), d'après la nouvelle "We can remember it for you wholesale" de Philip K. Dick
- Jusqu'au bout du monde (Wim Wenders), 1991
-
Freejack
(Geoff Murphy, 1992)
- Action mutante (Alex de la Iglesia , 1993)
-
Hackers (Iain Softley, 1995)
- Johnny Mnemonic (Robert Longo, 1995, d'après une nouvelle de William Gibson)
- Strange Days (Kathryn Bigelow, James Cameron, 1995)
- Barb Wire (David Hogan, 1996)
- Nirvana (Gabriele Salvatores, 1996
- New Rose Hotel (Abel Ferrara, 1998)
- Dark City (Alex Proyas, 1998)
- eXistenZ (David Cronenberg, 1999)
- Passé virtuel (Josef Rusnak , 1999)
-
Voyeur (Stephan Elliott , 1999)
- Le cycle de Matrix : Matrix (1999), Matrix Reloaded (2003) et Matrix Revolutions (2003) (Andy et Larry Wachowski)
- À l'aube du 6e jour (Roger Spottiswoode, 2000)
- Avalon (Mamoru Oshii, 2001)
- Impostor (Gary Fleder , 2001)
-
Minority Report (Steven Spielberg, 2002), d'après la nouvelle de Philip K. Dick
- Equilibrium (Kurt Wimmer, 2002)
- Cypher (Vincenzo Natali , 2002)
-
It's All About Love
(Thomas Vinterberg, 2003)
- Paycheck (John Woo, 2003)
- I Robot (Alex Proyas, 2004) d'après une nouvelle de Isaac Asimov
- The Island (Michael Bay, 2005)
- Æon Flux (Karyn Kusama, 2006), adaptation d'un dessin animé

Quelques jeux de rôle

- (système Simulacres, éd. Casus Belli)
- Cyberpunk 2020 et Cyberpunk 3.0
- Shadowrun (FASA, Jeux Descartes)
- GURPS : Cyberpunk (Steve Jackson Games)
- SLA Industries (Nightfall Games)

Jeux sur Internet Cyberpunk

-
-

Quelques jeux vidéo

-Anarchy Online (MMORPG dans un univers cyberpunk)
-Beneath a Steel Sky (point and click devenu gratuit)
-Blade Runner
-Command & Conquer : Le Conflit du Tibérium
-Deus Ex
-Dystopia
-Fallout
-Final Fantasy VII
-Galerians
-Headhunter
-Neocron (MMORPG dans un univers cyberpunk)
-Rez
-Shadowrun
-Sin
-System Shock
-Syndicate
-The Matrix Online (MMORPG)
-The Nomad Soul
-WipEout

Quelques musiques

Dans le domaine musical, le courant "cyberpunk" est souvent lié au courant indus : on y retrouve deux principales constantes : la présence de sons électroniques et une dramatique plutôt sombre. Par ailleurs un tempo proche du punk (aux alentours de 160 bpm autorisant le pogo) pourrait être vu comme un élément contributeur au principe "punk" d'où la présence dans cette liste de représentants de la Drum & Bass ou de la Techno hardcore. Le Dub est également ici à sa place en représentant du Rasta qui est une figure récurrente du cyberpunk (fut-elle caricaturale parfois). Mais les styles musicaux les plus représentatifs sont sans doutes la Goa et la Psytrance eux-mêmes le plus souvent représentés par un style futuriste et alien.
-Atari Teenage Riot
-Front Line Assembly
-Prodigy
-Marilyn Manson est parfois proche des thématiques cyberpunk en particulier sur Mechanical Animals.
-Ministry
-Rob Zombie
-Fear Factory et en particulier l'album Demanufacture
-Junkie XL
-Juno Reactor
-Hallucinogen
-Nine Inch Nails
-Front 242
-Skinny Puppy
-Nitzer Ebb
-Leather Strip et plus généralement cette branche de l'électro Body Music articulée autour de Claus Larsen (Klutae, Psychopomps) et tous ceux qui s'en sont inspirés ou approchés comme par exemple Wumpscut
-Numb
-Aphrodite
-Massive Attack
-Squarepusher
-sigue sigue sputnik
-Autechre
-Aphex Twin
-Merzbow
-Manu Le Malin
-Mad Professor
-High Tone
-Voivod dont la thematique futuriste et sombre, l'imagerie sf et decadente, et les experimentations guitaristiques en font un groupe à part dans le thrash-metal, et clairement cyber-punk. On peut citer également Billy Idol pour son album Cyberpunk et en particulier la chanson Neuromancer inspirée du roman de William Gibson. Ce disque fut considéré par la plupart des "cyberpunks" comme une honteuse récupération commerciale. L'album de David Bowie Outside est également considéré comme une œuvre cyberpunk à part entière, Hollywood lui en aurait acheté les droits ; verra-t-on le film un jour ? En musique française :
- En tant que précurseur, Métal Urbain, qui des 1976 mêle musique punk et musique électronique.
- No One Is Innocent, en particulier sur l'album Utopia, réalisé avec l'écrivain cyberpunk Maurice Dantec.
- Punish Yourself, un groupe toulousain qui se qualifie de cyber-punk-fluo-zombie.

Quelques expressions emblématiques

- « No future? Future is now! » : jeu de mots sur la revendication nihiliste de la culture punk. Non seulement il y a bien un futur, mais en plus la société vit dedans.
- « Mess with the best, die like the rest » : bravade servant de slogan générique, elle est employée le plus souvent sous forme de tag sur le lieu d'un acte de vengeance.
- « Je suis légion » : citation tirée de la Bible mettant en avant le fait que la personne se revendique comme faisant partie d'un groupe, et n'est de ce fait pas un cas isolé : « Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux » (Mc 5, 9-11).
- « Attitude is no substitute for competence » : phrase lapidaire lancée à l'encontre d'une personne qui ne prendrait de la culture cyberpunk que l'aspect esthétique, en laissant de côté les autres notions du mouvement, en particulier les aspects techniques qui demandent un profond investissement personnel.
- « Le métal est meilleur que la viande » : met en exergue le fait que les technologies (prothèses métalliques en particulier), mais aussi le système, les corporations, sont supérieures à l'être humain, faible et fragile. Un poème peu facilement décrire (du moins une partie) l’image de la communication Cyberpunk: O Grand Cyberpunk, Toi qui t’es élevé au milieu de tous, Tu as vue le monde de loin, Tu sais que l’avenir est corrompu, Tu entends encore leurs mensonges, Un monde au innombrable é-toile à été crée, Et cela à l’image du notre, Cyberspace est son nom, Son symbole est le partage d’information, Toi qui sais le pouvoir que tu as, De ton savoir fais en bonne usage, L’avenir dépend également de toi. Soit proche de tes amis, Mais reste encor plus proche de tes ennemis, Affin d’être le premier à savoir se qu’ils complotent contre toi, Nul ne peut te tromper car tu es bien avisé, L’information t’est sacrée, Ô Grand Cyberpunk, Sans peur et sans gêne, Outrepasse tes limites, Courage ! Entre dans le monde métaphysique qui s’ouvre à tes yeux, Et regarde de l’autre coté du miroir, Pour admirer la profondeur du centre, C’est le calme avant la tempête, Oui, le vent de la rébellion se lève, Les plaintes du monde agonisant, Déchirent les cœurs meurtris, Les enfants ont-ils encore un avenir ? Que leurs avons-nous laissé ? Rien ! Absolument rien !... …ne pourra nous arrêté, Nous, Cyberpunk… Car nous sommes plusieurs… Transmettez leurs… L’information veut être libre… EndO

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abara   Abel Ferrara   Action mutante   Agharta (manga)   Akira   Alastair Reynolds   Alex Proyas   Amazing Stories   Anarchisme   Anarchy Online   Anime   Années 1980   Aphex Twin   Aphrodite   Appleseed   Armitage III   Autechre   Avalon (film, 2001)   Ayerdhal   BLAME !   Bande dessinée   Barb Wire   Beneath a Steel Sky   Bible   Billy Idol   Biopunk   Blade Runner (film)   Blade Runner (jeu vidéo)   Bruce Sterling   Capitalisme   Carmen Mc Callum   Charlie Jade   Cinéma   Clonage   Command & Conquer   Cybernétique   Cyberpunk 2020   Cyberpunk 3.0   Cyborg   Cypher   Dark City   David (Bible)   David Bowie   David Cronenberg   Deus Ex   Drogue   Dub   Dystopia   Dystopie   EXistenZ   Eden (manga)   Enki Bilal   Equilibrium   Ergo Proxy   Fallout   Fanzine   Fear Factory   Film noir   Final Fantasy VII   Fritz Lang   Front 242   Front Line Assembly   Frères Wachowski   Futur   Gabriele Salvatores   Galerians   Gary Fleder   Geoff Murphy   George Alec Effinger   George Orwell   Ghost in the Shell   Goliath (Bible)   Gravité à la manque   Gravé sur chrome   Greg Bear   Greg Egan   Guerre froide   Gunnm   Guy Thuillier   HK (bande dessinée)   Hacker   Hackers   Hacktivisme   Hallucinogen   Hans Ruedi Giger   Harlan Ellison   High Tone   Hollywood   Hybride   Iain Softley   Impostor   Informatique   Intelligence artificielle   Internet   Isaac Asimov   It's All About Love   James Cameron   James Graham Ballard   Jean-Marc Ligny   Jeu de rôle   Joe Haldeman   John Brunner   John Woo   Johnny Mnemonic   Junkie XL   Juno Reactor   Karyn Kusama   Kathryn Bigelow   Katsuhiro Ōtomo   Kurt Wimmer   L'Arche de la rédemption   L'Espace de la révélation   La Cité du gouffre   La Femme piège   La trilogie Nikopol   Le Gouffre de l'absolution   Le Samouraï virtuel   Les Futurs Mystères de Paris   Libertarianisme   Little Blade   Mad Max   Mad Professor   Mamoru Oshii   Manga   Marc Laidlaw   Marilyn Manson   Marxisme   Masamune Shirow   Massive Attack   Matrix   Matrix Reloaded   Matrix Revolutions   Merzbow   Metropolis (film, 1927)   Michael Bay   Michael Radford   Ministry   Minority Report   Mohawk   Mozart en verres miroirs   Multinationale   Multivers   Mur de Berlin   Musique   Musique industrielle   Musique électronique   Métal Urbain   Nanomachine   Neal Stephenson   Neuromancien   Nihilisme   Nine Inch Nails   Nitzer Ebb   No One Is Innocent   Norman Spinrad   Organisme génétiquement modifié   Passé virtuel   Pat Cadigan   Paul Verhoeven   Paul Wegener   Paycheck   Philip K. Dick   Pierre Bordage   Postcyberpunk   Privé de désert   Prothèse   Punish Yourself   Punk   RanXerox   Rez   Richard Morgan   Richard Stanley   Ridley Scott   Rob Zombie   Robert Longo   Robocop   Roger Spottiswoode   Roland C. Wagner   Réalité   Réalité virtuelle   Samuel Delany   Science-fiction   Serial experiments Lain   Shadowrun   Shinya Tsukamoto   Sin (jeu vidéo)   Skinny Puppy   Space opera   Squarepusher   Steampunk   Stephan Elliott   Steven Lisberger   Steven Spielberg   Strange Days (film)   Sur l'onde de choc   Syndicate   System Shock   Tanino Liberatore   Tank Girl   Techno hardcore   Terrorisme   Terry Gilliam   Tetsuo (film)   Texhnolyze   The Island   The Matrix Online   The Nomad Soul   The Prodigy   Thomas Vinterberg   Total Recall   Tous à Zanzibar   Transparences   Travis   Trois lois de la robotique   Tron   Tsutomu Nihei   Vincenzo Natali   Virtuel   Voivod   Voyeur   Walter Jon Williams   William Gibson   Wim Wenders   WipEout   Wolf's Rain   Wonderful Days   Wumpscut   Yukito Kishiro   Zentak  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^