Solidarność

Infos
SolidarnośćSolidarité (Solidarność en polonais) est une fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, dirigée à l'origine par Lech Wałęsa.
Solidarność

SolidarnośćSolidarité (Solidarność en polonais) est une fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, dirigée à l'origine par Lech Wałęsa.

Les débuts

A l'époque de la Pologne Communiste, aucun syndicat indépendant des organismes du pouvoir n'était autorisé. Soucieuse des besoins des ouvriers des chantiers navals de Gdansk, Anna Walentynowicz créa la première association indépendante ce qui lui valut d'être licenciée le 7 août 1980, perdant son droit à la retraite à cinq mois de celle-ci. La décision de la direction a entraîné une grève qui a éclaté le 14 août 1980 et a donné naissance au syndicat NSZZ Solidarność dont elle est co-fondatrice avec Lech Walesa. Dans les années 1980, ce syndicat réussit à rassembler un large mouvement social contre le régime communiste en place, impliquant entre autres l'Église catholique romaine. Il avait un programme en 21 points. Le syndicat était soutenu par un groupe d'intellectuels dissidents (en polonais : Komitet Obrony Robotników (KOR) et était basé sur les règles de la non-violence. La survie de Solidarité était un évènement sans précédent, pas seulement en Pologne, mais dans tous les pays du Pacte de Varsovie. Cela signifiait une cassure dans la ligne dure du Parti qui avait auparavant provoqué un bain de sang pour réprimer un autre mouvement de protestation : des douzaines de personnes tuées et plus d'un millier de blessés en 1970. (Cf. aussi 1956 en Hongrie ou 1968 - la révolte du Printemps de Prague). Les facteurs principaux ayant contribué aux succès initiaux du mouvement Solidarité et des autres mouvements dissidents sont:
- la crise interne des régimes socialistes (perte de foi envers le modèle socialiste, crise économique...)
- les échecs sur le front de la Guerre froide (voir Invasion soviétique en Afghanistan et l'effondrement de l'Union soviétique) Les idées du mouvement Solidarité se sont très rapidement répandues à travers la Pologne ; de plus en plus de syndicats ont été formés et ont rejoint la fédération. Son programme, bien que centré sur les revendications syndicales, a été perçu partout comme la première étape pour provoquer le démantèlement du monopole du Parti communiste polonais. La « Solidarité rurale », un syndicat de fermiers, a été créée en mai 1981. En 1981, le KOR se dissout volontairement, ses membres jouant alors le rôle d'experts du syndicat. Ce rôle renforcera les tendances pronant la conciliation avec le pouvoir : "Il ne doit pas y avoir de revendications qui inciteraient le gouvernement à utiliser la violence ou qui mèneraient à son effondrement. Nous devons leur laisser des portes de secours. Nous avons besoin de plus de revndications économiques et politiques négociables." (Bogdan Borusewicz, historien et membre du KOR, à Gdansk). Le 31 août 1980, à l'issue de 14 jours de grève au chantier naval Lénine de Gdansk, le vice-Premier ministre Mieczyslaw Jagielski cosigne avec Lech Walesa, devant l'assemblée générale des délégués des entreprises en grève dans la région, un accord qui ouvre la voie à la constitution des syndicats indépendants. Le comité de grève interentreprises se transforme en direction provisoire du nouveau syndicat. Cet accord est le point culminant d'une vague de grèves démarrée en juillet à la suite de l'augmentation des prix des produits alimentaires. Une rupture se produit alors dans le consensus de fait entre la bureaucratie polonaise et les travailleurs. Des grèves avec occupation se dotent, au fur et à mesure, de structures d'auto-organisation de plus en plus larges. Les négociations menées avec le pouvoir sont publiques, enregistrées par les délégués d'entreprises et permettent aux travailleurs d'affiner les mandats de leurs délégués, d'en changer si nécessaire. Le syndicat Solidarité, issu de cette lutte qui a rapidement regroupé 10 millions de salariés sur les 13 que comptait alors la Pologne, se présente comme une forme plus avancée de l'auto-organisation ouvrière. A l'image des comités de grève d'août 1980, c'est une structure démocratique, au sein de laquelle les dirigeants sont révocables. Tenu en septembre 1981, le premier congrès de Solidarité apparaît comme un véritable parlement ouvrier du pays. Ses séances, retransmises dans les grandes entreprises du pays, attestent des discussions intenses sur l'avenir et des pressions de la base sur les délégués pour que ces derniers représentent fidèlement l'élaboration de l'intelligence collective. Le fruit de cette élaboration fut le projet de république autogérée, le congrès exigeant "une réforme autogestionnaire et démocratique à tous les niveaux de gestion, un nouvel ordre social et économique, qui liera le plan, l'autogestion et le marché." C'était un approfondissement des positions élaborées dès l'automne 1980, telles celles de la commission ouvrière inter-entreprises de Szczecin: "Nous sommes en faveur d'un socialisme progressiste, ouvrier, pour un développement harmonieux et équitable de la Pologne, déterminé collectivement par l'ensemble du monde du travail (...) Nous ne voulons pas changer de système, mais nous nous orientons vers la réalisation d'un ordre social qui serait authentiquement ouvrier et socialiste."

Depuis le milieu des années 80

À partir du milieu des années 1980, Solidarité n'a subsisté uniquement que comme mouvement clandestin, soutenu par l'Église catholique romaine et la CIA. L'influence de Walesa contribuera à lui donner un rôle de "pompier social": "L'Eglise nous conseille d'être toujours modérés, d'être conscients, de trouver un compromis... C'est nous qui modérons les gens. C'est grâce à nous qu'on ne tire pas sur le pouvoir, si le pouvoir n'a pas encore été rejeté... Sans nous il y aurait déjà la révolte populaire. Et c'est d'ailleurs un pouvoir conscient des dimensions de la crise économique qui a permis peut-être la création de Solidarność en sachant que nous jouerions un rôle d'amortisseur raisonnable qui protègera même le pouvoir et le Parti contre la colère populaire" (Walesa lors d'une réunion de Solidarnosc). Toutefois, à la fin des années 1980, Solidarité était redevenue suffisamment puissante pour contrecarrer la politique de Jaruzelski. Des grèves nationales en 1988 ont forcé le gouvernement à ouvrir le dialogue avec Solidarité. Solidarité a été légalisé en avril 1989 et a pu participer aux élections. Le triomphe des candidats du syndicat à ces élections a déclenché une avalanche de révolutions pacifiques anti-communistes en Europe centrale et en Europe de l'Est. Dès la fin du mois d'août, un gouvernement de coalition mené par Solidarité a été formé. En décembre, Wałęsa a quitté son poste dans Solidarité et a été élu Président. Dès lors, l'organisation est devenue un syndicat plus traditionnel. Sa branche politique, fondée en 1996 en tant que 'Action électorale de Solidarité' (en polonais : 'Akcja wyborcza Solidarność' / AWS), n'a plus qu'une influence marginale dans la vie politique actuelle. Le syndicat compte environ 1, 5 million de membres. En 2005, le syndicat compte 500 000 membres. À l'occasion de son 25 anniversaire, le jour de sa fondation, le 31 août est devenu un jour férié en Pologne. Le 22 août 2006, son fondateur symbolique Lech Walesa a annoncé sa démission du syndicat Le Monde, 26 août 2006 , dont il dénonce le soutien trop manifeste à la droite dure, et notamment le soutien public lors des élections législatives et présidentielle de l'automne 2005, au parti Droit et Justice (PiS) des jumeaux Kaczynski.

Le logo

Graphiquement, le logo créé par Jerzy Janiszewski (ci-dessus) est formé des 11 lettres de « Solidarność » soudées entre elles et serrées les unes contres les autres, comme des participants au premier rang d'une manifestation : l'impression recherchée est le sentiment de solidarité, de front commun et de peuple faisant bloc contre le pouvoir. L'une des lettres / manifestants brandit le drapeau polonais.

L'hymne

Mury est l'hymne de Solidarność. Créé en 1978 par Jacek Kaczmarski, le poète polonais s'inspire de l'Estaca, hymne libertaire catalan écrit par le poète catalan Lluís Llach. Ce chant devint un symbole de la lutte contre l'oppression du régime soviétique. Malgré la volonté marquée par l'auteur pour faire de ce chant une critique de certains aspects des mouvements sociaux, il en devint un symbole.

Lien interne

- syndicalisme chrétien
- Charte 77 ==
Sujets connexes
Anna Walentynowicz   Catalan   Catalogne   Catholicisme   Central Intelligence Agency   Charte 77   Europe centrale   Europe de l'Est   Guerre d'Afghanistan (1979)   Guerre froide   Jacek Kaczmarski   Lech Kaczyński   Lech Wałęsa   Lluís Llach   Monopole   Mouvement social   Non-violence   Pacte de Varsovie   Parti communiste polonais   Pologne   Printemps de Prague   Solidarność   Syndicalisme chrétien   Syndicat  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^