Scirocco-Powell

Infos
Scirocco-Powell était une écurie de course américaine fondée par Hugh Powell en 1963 et engagée à 5 reprises en Formule 1 entre 1963 et 1964. Les Scirocco-Powell n'ont jamais inscrit de points en championnat, le meilleur résultat obtenu étant une 8e place au GP de Belgique 1963.
Scirocco-Powell

Scirocco-Powell était une écurie de course américaine fondée par Hugh Powell en 1963 et engagée à 5 reprises en Formule 1 entre 1963 et 1964. Les Scirocco-Powell n'ont jamais inscrit de points en championnat, le meilleur résultat obtenu étant une 8e place au GP de Belgique 1963.

Historique

En 1960, Connaught, écurie britannique sur le déclin, quitte la Formule 1 ce qui contraint Paul Emery, gentleman-driver sur Connaught à ressusciter son ancienne officine de construction de monoplaces Emeryson pour pouvoir poursuivre la compétition. Avec l'appui d'anciens mécaniciens de Connaught, il construit une Formule 2 (l'Emeryson-Maserati 61) qui sera engagée en 1961 par la jeune Ecurie Nationale Belge (ENB), sans résultat. En 1962, Les Emeryson décrochent leur qualification à trois reprises en championnat. Wolfgang Seidel, sur Emeryson-Climax 61, se qualifie en 20e position du GP des Pays-Bas mais ne sera pas classé. L'équipe est alors vendue à l'américain Hugh Powell qui confie la monoplace à Tony Settember qui réalise un double exploit en se qualifiant en 19e position au GP de Grande-Bretagne (meilleure qualif d'une Emeryson) et décroche le meilleur résultat de l'écurie, en terminant 11e. Plus tard, il se qualifie en fond de grille au GP d'Italie mais ne reçoit pas le drapeau à damiers. En 1963, les Emeryson-Powell sont rebaptisées Scirocco-Powell SP et mues par un BRM V8. Les Scirocco effectuent leurs premiers tours de roues au GP de Belgique. A partir du GP de Grande-Bretagne, Powell engage deux monoplaces, Ian Burgess épaulant Settember. Dans la saison, Settember se qualifie 4 fois et Burgess 2 fois, mais les pilotes ne reçoivent jamais le drapeau à damiers. C'est hors-championnat, lors du GP d'Autriche que les Scirocco tirent leur épingle du jeu lorsque Settember termine second derrière Jack Brabham. En 1964, La Scirocco SP reçoit un moteur Climax V8 et est confiée au pilote belge André Pilette qui avait, au sein de l'ENB, déjà piloté la monoplace lorsqu'elle s'appelait encore Emeryson. Pilette ne parvient à se qualifier que pour son GP national mais doit abandonner sur rupture mécanique. Hugh Powell, conscient que son écurie n'est pas du tout compétitive, abandonne l'aventure en Formule 1 après le GP d'Allemagne.

Résultats en F1

Catégorie:Écurie de Formule 1 en:Scirocco-Powell sl:Scirocco-Powell
Sujets connexes
André Pilette   British Racing Motors   Championnat du monde de Formule 1 1961   Championnat du monde de Formule 1 1962   Championnat du monde de Formule 1 1963   Championnat du monde de Formule 1 1964   Connaught (formule 1)   Coventry Climax   Dunlop   Emeryson   Formule 1   Ian Burgess   Jack Brabham   Maserati  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^