Juvénal

Infos
Juvénal (en latin Decimus Iunius Iuuenalis) était un poète satirique latin de la fin du et du début du de notre ère. Il est l'auteur de seize « satires » rassemblées dans un livre unique et composées entre 90 et 127.
Juvénal

Juvénal (en latin Decimus Iunius Iuuenalis) était un poète satirique latin de la fin du et du début du de notre ère. Il est l'auteur de seize « satires » rassemblées dans un livre unique et composées entre 90 et 127.

Biographie

Auteur très lu dès le Bas-Empire et au Moyen Âge (il existerait près de 500 manuscrits médiévaux des Satires), sa vie est cependant très mal connue. Les biographes en sont souvent réduits à conjecturer à partir des événements dont il fait état dans les Satires. Né probablement pendant le règne de Claude (mais les dates varient de 45 à 65) à Aquinum en Campanie, si l'on en croit ses dires, il commence sa carrière comme professeur d'éloquence, métier dont il paraît avoir vécu assez convenablement, car il semble qu'il ait acheté une petite ferme sur Tibur (Tivoli). Une grande amitié le liait à Martial (l'auteur des Épigrammes). Il semble qu'il ait visité l'Égypte, alors qu'il était octogénaire. D'aucuns font même de ce voyage un exil (assorti d'une vague mission militaire), résultat de la disgrâce impériale d'Hadrien. La satire XV évoque d'ailleurs longuement l'Égypte et fait le récit d'une scène d'anthropophagie qui s'y est déroulée en 127. Il serait mort, peut-être en exil, après 128.

Son œuvre

Détestant Rome, Juvénal fait de ses contemporains une peinture acerbe et sans pitié. C'est un monde sur lequel difficile est saturam non scribere. (Satires, I-30) La Rome impériale s'est en effet transformée en une ville gigantesque, une monstrueuse scène de théâtre remplie de bouffons qui s'ignorent et d'aigrefins. Un lupanar. Il ne reste plus guère de choix aux vieux Latins : ils prendront la fuite et se réfugieront en province ou se résoudront à faire la cour aux parvenus de tout poil, de l'empereur au gigolo enrichi. Enfin, et c'est bien sûr le choix de Juvénal, ils peuvent se poster aux carrefours et hurler de rire à la vue, par exemple, d'un castrat, ancien esclave enrichi, qui peine à porter sa bague, tant la pierre est lourde ! Juvénal ignore, heureusement pour nous, tout du politiquement correct. Jugeons-en : il s'en prend, tour à tour, aux femmes qui, quand elles ne cocufient pas leurs maris, les empoisonnent par leur érudition avant de le faire pour de bon et de toucher l'héritage ; aux pères-la-pudeur qui dissimulent mal leur homosexualité sous leurs mâles paroles et leurs vêtements de soie diaphane ; aux riches à la fois raffinés dans leur dépravation et atteints d'une avarice sordide quand il s'agit de traiter leurs clients ou leurs gitons ; aux efféminés qui se marient entre eux à défaut de pouvoir enfanter ; aux Orientaux de tout poil, esclaves affranchis, tout spécialement les Grecs, qui évincent les vieux Romains des responsabilités ; aux faux dévôts, hypocrites qui n'invoquent les Dieux que pour mieux délester les gogos de leur bel argent. Juvénal n'hésite pas à aborder sur le ton de la farce le jeu politique, jeu dangereux, où parler de la pluie et du beau temps vous vaut vite la disgrâce ou la mort. Le tableau (parodie d'une œuvre perdue) qu'il propose de la cour de Domitien, le « Néron chauve », s'il est riche de notations grotesques, rend très bien l'atmosphère cauchemardesque d'une époque qui exsudait la terreur. Enfin, dans la Rome de Juvénal, il arrive qu'une Impératrice, plus souvent qu'à son tour, fasse le tapin ou qu'une princesse accouche d'une série d'avortons, tous copie fidèle de leur oncle, l'Empereur. On ne saurait bien sûr parler sans anachronisme de liberté d'expression quand il s'agit de la Rome impériale, et Juvénal se garde bien de s'en prendre aux empereurs régnants. Ce qui n'empêcha pas ses contemporains de lire dans ses propos des allusions à l'actualité de son temps. Cela lui vaudra l'exil en Egypte, sous couvert d'une vague mission militaire. La langue de Juvénal permet de se faire une idée de la variété des parlers latins, selon les classes sociales et les régions. Elle est à la fois vigoureuse, voire crue, et savante. Juvénal aime jouer du contraste entre les mœurs des anciens Romains, frugaux et barbus, et celles de ses contemporains, perdus de luxe et efféminés. Avec Horace, il sera un modèle au pour Nicolas Boileau dans ses Satires, par exemple « Les embarras de Paris » (1666).

Citation

Juvénal est surtout connu pour ces expressions :
- « panem et circenses » : « du pain et des jeux », expression relative aux mœurs du peuple sous l'Empire romain
- « sed quis custodiat ipsos custodes ? » : « mais qui garde ces gardiens ? » (XV, 331)
- « mens sana in corpore sano » : « un esprit sain dans un corps sain » (X, 356)
- « rara avis in terris » : « oiseau rare sur terre » (VI, 165)
- « Vitam impendere vero » : « Consacrer sa vie à la vérité » (IV, 91)
- « La vengeance est le plaisir des âmes faibles, étroites et mesquines » (XIII, 193)
- « in Tiberim defluxit Orontes » : « L'Oronte s'est déversé dans le Tibre » (III, 62), expression qui dénonce les dérives du syncrétisme romain.

Bibliographie

- Juvénal, Satires (texte, traduction et commentaire de P. de Labriolle et F. Villeneuve), Paris, C.U.F., Les Belles-Lettres, 1996. ISBN 2251011021

Voir aussi

===
Sujets connexes
Anthropophagie   Bas-Empire   Campanie   Domitien   Empire romain   Hadrien   Homosexualité   Horace   Idiotisme animalier   Latin   Mens sana in corpore sano   Moyen Âge   Nicolas Boileau   Néron   Oronte   Perse   Politiquement correct   Poésie   Rome   Satire   Syncrétisme   Tibre   Tivoli (Italie)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^