Débardage

Infos
Le débardage est une technique de sylviculture qui consiste à transporter des arbres abattus de leur lieu de coupe vers une route ou un lieu de dépôt provisoire.
Débardage

Le débardage est une technique de sylviculture qui consiste à transporter des arbres abattus de leur lieu de coupe vers une route ou un lieu de dépôt provisoire.

Différents systèmes

Plusieurs systèmes de débardage sont utilisés :
- systèmes de traînage,
- systèmes de portage,
- systèmes de téléphérage,
- systèmes de débardage aérien (ballon plusieurs fois testé et étudié, mais non testé à grande échelle),
- systèmes de débardage par utilisation d'animaux de trait, en particulier les chevaux,
- systèmes reposant sur la flottaison du bois (flumes),
- autres systèmes. Le débardage par traînage est la méthode la plus courante, mais aussi celle qui provoque le plus de dégâts à l'environnement. Le débardage par animaux (cheval, buffle, éléphant) connaît un renouveau grâce à la volonté d'utiliser une méthode plus écologique.

Débardage par cheval

Il permethttp://www.cecdebardage.be/EtudeTravailDebardeur.pdf Note et chiffres sur le débardage (Belgique) de diminuer le tassement du sol, n'impose pas de créer de nouveaux layons ou nouvelles pistes ou accès. Se contentant de passages de moins de un mètre de large, il respecte les sols fragiles et travaille sans bruit de moteur ni pollution. Le cheval, avec des performances variables selon l'animal, la taille et forme des arbres à tirer et le terrain, peut traîner un cube maximal moyen (en traîne directe) de 1 m³, 1, 5 pour deux chevaux), avec un maximum d'efficacité à 0, 5 m³ pour un cheval seul et 0, 7 m³ pour trois chevaux. La performance monte à 2, 5 m³ si l’on utilise un triqueballe ou avant-train. Soit un volume moyen quotidiennement débardable traîné sur 100 m de 18 m³ jour (pour un distance-cube moyen (DCM) de 0, 25 m³), de 25 m³/jour pour une DCM de 0, 5 m³, et de 18 m³/jour pour une DCM de 1 m³. Pour une distance de 200 m, ces chiffres passent respectivement à 12, 18 et 12. Le cheval est moins rapide en moyenne, mais plus efficace pour le débusquage sur les sols difficiles et moins coûteux (24 euros par heure de prestation contre 32 euros pour le tracteur agricole (en tenant compte du coût d'achat, et d'utilisation, des coûts salariaux et d'entretien et déplacement (identiques ou proches). Le tracteur reste plus rentable pour le débardage hors du boisement lui-même (sur pistes). Le cheval est plus coûteux par m³ exporté mais il exploite plus facilement les fortes pentes (dans le sens de la descente) et ce surcoût est parfois entièrement compensé par l'absence de besoin d'infrastructures et par le bénéfice (bois vendu beaucoup plus cher) d'écolabels tels que le FSC plus facilement acquis avec ce type de débardage. Dans les Ardennes belges (Province belge de Luxembourg), environ 90 % des trois premières éclaircies des boisements de résineux sont aujourd’hui exploitées à l’aide du cheval qui sortent facilement et de manière rentable ces bois légersSNOECK B. . Ces chevaux qui « traînent au bois ». Forêt Wallonne 46 : 12-23 Avec des engins motorisés équipés de grues à moteur auxiliaire, en charrette ou traîneau, la production journalière varie du simple au double (15 à 30 stères/jour) selon la difficulté du chantier. Le tracteur impose un cloisonnement qui est cause d'une grande perte de surface exploitable et de dégradation des sols.

Voir aussi

- Cheval de trait

Bibliographie

- Code modèle FAO des pratiques d'exploitation forestière, Food & Agriculture Organisation,

Notes et références

Catégorie:Sylviculture
Sujets connexes
Arbre   Ardenne   Belgique   Cheval   Cheval de trait   Flume   Province de Luxembourg   Stère   Sylviculture  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^