Citroën CX

Infos
Citroen CX Serie II La version rallongée La Citroën CX est une grande routière française, conçue sous la direction de Robert Opron. Elle fut produite à 1, 2 million d'exemplaires entre 1974 et 1991.
Citroën CX

Citroen CX Serie II La version rallongée La Citroën CX est une grande routière française, conçue sous la direction de Robert Opron. Elle fut produite à 1, 2 million d'exemplaires entre 1974 et 1991.

Histoire

La Citroën CX, du nom de code « Type L » est une grande routière française, porte-drapeau de la marque Citroën de 1974 à 1989. Dans le cahier des charges de ce véhicule, il était précisé que le style devait rompre complètement avec celui de la DS. Aussi, bénéficiant d'un style réussi et des technologies de l'illustre mais éphémère SM, elle sut élargir sa clientèle au-delà de sa cible initiale (les fidèles de la DS), pour devenir un véritable succès : 1, 2 millions d'exemplaires fabriqués (presque le triple de son successeur, la XM), et exemplaires pour la seule année record de 1978. Malgré une concurrence de plus en plus vive à partir des années 1980 (Peugeot 505, Renault 25, voitures allemandes), elle fut encore produite une bonne dizaine d'années, avec quelques évolutions mineures. Robert Opron avait tiré les lignes aérodynamiques de la CX d'un prototype du carrossier Pininfarina datant de la fin des années 1960. Il en résulta une rare réussite, qui n'était pourtant pas évidente : compte-tenu du mythe automobile auquel elle succédait, le risque était grand de faire de la CX un clone de DS. Mais cet écueil fut évité. Et c'est à ses lignes originales, fluides et homogènes que le modèle dut son nom de « CX » (en référence au coefficient mathématique). Remplaçante de la DS, elle est « naturellement » dotée de la suspension hydropneumatique. Mais son moteur est placé transversalement et sa structure comporte un cadre d'essieu fixé à la caisse par l'intermédiaire de liaisons élastiques. Ses particularités les plus visibles sont la lunette arrière concave et l’essuie-glace avant unique avec un seul énorme balai. Elle est équipée sur les premières versions d'un tachymètre et compte-tours à tambour rotatif comme sur les GS et de commandes groupées en commodos dans un tableau de bord appelé lunule. Les principales critiques portent sur sa finition bâclée et sur une protection anti-corrosion inexistante jusqu'aux améliorations de 1981. Elle fut d'abord proposée en deux modèles à essence (dérivés de ceux de la DS) : la CX 2000 avec un moteur de 1985 cm3, 11 CV, 102 ch, 174 km/h pour FF et la CX 2200, 2175 cm3, 12 CV, 112 ch, 179 km/h pour FF. Les concurrents ayant réussi dans ce segment du marché ont adopté un cycle de nouvelle conception et d'amélioration substantielle tous les sept ans. En dépit du succès de la conception CX, il n'y avait aucun modèle nouveau et amélioré de « grande Citroën » à l'horizon à partir de 1981. Les ventes CX ont commencé à glisser et n'ont jamais repris. La Citroën CX était très appréciée des PDG et des gouvernants pour son confort et son habitabilité (notamment sa version Prestige rallongée). Elle fut ainsi utilisée comme voiture officielle par les gouvernements français, mais aussi à l'étranger : elle était par exemple la voiture de fonction d'Erich Honecker, l'ancien chef d'État de la RDA. Jacques Chirac possédait un modèle « Prestige » qu'il appréciait beaucoup : c'est avec ce modèle qu'il parcourut les rues de Paris le soir de son élection à la présidence de la République, en 1995.

La sous-motorisation, talon d'achille de la CX

La CX avait été conçue pour fonctionner avec des moteurs rotatifs, une technologie qui semblait très prometteuse au début des années 1970. Malheureusement, au fil des développements, il apparut que le moteur Wankel trirotor Comotor qui était prévu pour la CX manquait de fiabilité, et surtout était trop gourmand en carburant ; un défaut rédhibitoire pour un marché qui venait d'être frappé de plein fouet par la crise pétrolière. C'est pourquoi il fut finalement décidé, au dernier moment, de commercialiser la CX avec les antiques moteurs de la DS, déjà insuffisants pour celle-ci. La sous-motorisation restera par la suite un problème récurrent pour la CX. Des projets de refonte du bloc moteur avant avaient certes été étudiés dès 1973-74 (ainsi, un prototype équipé d'un moteur V6 Maserati fut-il construit). Mais ils avortèrent pour deux raisons :
- d'une part, la commercialisation de la CX coïncida avec une grave crise financière de Citroën, qui déposa le bilan en 1974 : la nécessité d'assainir les comptes de l'entreprise conduisit à abandonner de nombreux projets de développement jugés trop coûteux, dont les projets de nouveaux moteurs pour la CX.
- d'autre part, et conséquence de cette faillite, Citroën fut rachetée par Peugeot et intégrée au groupe PSA. Or, la CX fut commercialisée au moment même ou Peugeot développait sa nouvelle stratégie de haut de gamme, avec le lancement simultané de la 604 et de la Talbot Tagora : Peugeot, peu désireux de voir la CX saborder ces nouveaux modèles, ne fit rien pour encourager le développement de celle-ci. Cela explique que, malgré des améliorations continues (la CX a été dotée de 15 quatre cylindres différents durant sa carrière), la CX restera structurellement sous-motorisée durant sa longue carrière. Elle dut attendre 10 ans pour avoir un moteur turbo essence (168 CV) lui offrant des performances décentes ; mais, contrairement à ses concurrentes (BMW série 5, Mercedes-Benz Classe E, Renault 30, Renault 25, Peugeot 604, Peugeot 505), elle n'eut jamais droit à un V6. Au delà, la CX ne bénéficiera que très lentement d'évolutions : une protection anti-rouille décente en 1981 seulement ; un restylage apparu au salon de 1986 soit après plus de 10 ans de carrière. Et la version hayon, pourtant réclamée par de nombreux clients, ne fut quant à elle jamais développée.

L'excursion américaine

La CX n'était pas destinée à la vente aux USA : jusqu'en 1981, la loi américaine rendait impossible cette commercialisation (les modifications auraient été trop lourdes et trop coûteuses). Puis, le projet d'exportations de la CX aux USA apparut trop peu rentable. Pourtant, une poignée de fidèles et de journalistes enthousiastes réussirent à faire venir des CX sur le marché américain via des petites sociétés d'import/export. Cela explique qu'environ 600 modèles circulèrent dans ce pays, facilement reconnaissables à leurs phares avant ronds. Certains sont encore visibles aujourd'hui.

Postérité

Même disparue du catalogue Citroën, en 1989 pour la berline et 1991 pour le break, la CX a laissé de nombreux fans, nostalgiques de son élégance, de son confort de limousine et de ses performances (notamment les versions GTI Turbo et Prestige). C'est en partie pour cela que, après une décennie 1990 ratée (échec de la XM), Citroën présenta en 1999 un concept-car s'inspirant directement de ses lignes et lui rendant hommage : la C6 lignage. Ce prototype rencontra un tel succès auprès du public que Citroën, en plein réveil identitaire, prit finalement la décision de le commercialiser. La très belle C6, commercialisée depuis 2005, peut ainsi être considérée comme la digne « petite fille » de la CX.

Les moteurs

1974 : La CX 2000, moteur Citroën essence 1985cm3, 11 CV, 102 ch, 174 km/h 1974 : La CX 2200, moteur Citroën essence 2175 cm3, 12 CV, 112 ch, 179 km/h 1975 : La CX 2200D, moteur Citroën diesel 2175 cm3, 66 ch, 9 CV, 146 km/h 1976 : La CX Prestige, moteur Citroën essence 2347 cm3, 115 ch, 13 CV, 181 km/h 1977 : La CX GTI et la CX Prestige, moteur Citroën essence injection 2347 cm3, 128 ch et 190 km/h 1978 : La CX 2500D, moteur Citroën diesel 2500 cm3, 75 ch, la berline diesel la plus rapide du monde (à l'époque) avec 156 km/h 1979 : La CX Réflex et Athéna , moteur Française de Mécaniques (commun aux Renault 20 TS, 25 TS et GTS) essence 1995 cm3, 106 ch, 10CV, 176 km/h 1983 : La CX 25 Diesel turbo, moteur Citroën diesel turbo, 2500 cm3, 95 ch, 7 CV, 174 km/h 1983 : La CX GTI et la CX Prestige, moteur Citroën essence injection 2500 cm3, 138 ch, 12CV, 202 Km/h 1984 : La CX GTI turbo, moteur Citroën essence turbo injection 2500 cm3, 168 ch, 14CV, 223 Km/h En Phase 2 : 1985 : La CX 22 TRS, moteur Française de Mécaniques (commun avec les R20 TX) essence 2165 cm3, 115 ch, 11CV, 186 km/h 1987 : La CX 25 D turbo 2, moteur Citroën diesel turbo, 2500 cm3, 120 ch, 7 CV, la berline diesel turbo la plus rapide du monde (à l'époque) avec 195 km/h

Les grandes dates

Tableau de bord (1974-85) 1969 : Le bureau d'étude Citroën commence à réaliser des maquettes et ensuite des prototypes de la voiture destinée à remplacer la DS. 1 septembre 1974 : La Citroën CX est enfin dévoilée au public, elle était prête depuis 1972. 2 modèles sont retenus pour le lancement : la CX 2000 pour FF et la CX 2200 pour FF. Mais seule la 2000 est commercialisée de façon effective, la 2200 le sera seulement à partir de janvier 1975. 1975 : La CX séduit et reçoit 3 prix : le titre de Voiture européenne de l'année, le prix de la sécurité et celui du style Award. En été apparaissent les finitions Super et Pallas et en décembre Citroën commercialise sa première voiture de tourisme diesel, la CX 2200 D. Son moteur est issu du fourgon C35. 1976 : En janvier apparaît le break CX, caractérisé par un empattement rallongé de 25 cm par rapport à la berline et doté d'une grande capacité de chargement. C'est sur cette base longue qu'est proposée en février la CX Prestige. A l'origine, ce modèle fut conçu pour répondre à une demande de l'Élysée ; en effet, le chef de l'État de l'époque (VGE)qui était grand avait du mal à rentrer dans le véhicule. Cette voiture est caractérisée par un équipement et une finition particulièrement luxueux et un espace pour les jambes des passagers arrière tout simplement gigantesque. Des options inédites sont proposées (convertisseur C-matic, direction assistée à rappel asservi (héritée de la SM), climatisation, etc.). En mai 1977 sort la CX 2400 GTI munie d'une boîte 5 vitesses, d'un intérieur en cuir bi-tons et de jantes en alliage. En septembre la Prestige reçoit le moteur de la GTI et un pavillon surélevé. 1978 : Apparition en février de la CX 2500 D qui succède à la 2200 D. Cette version sera disponible en été avec la BV 5 et sera alors la berline diesel la plus rapide du monde avec 156 km/h. Modification du système de chauffage sur toutes les CX, ce qui implique une nouvelle console centrale avec au sommet un curieux cendrier boule ou casque de cosmonaute. 1979 : En été, apparaissent les CX Réflex et CX Athéna avec moteur 2L PRV (Peugeot-Renault-Volvo) en remplacement des CX 2000. Au même moment est lancée la CX Limousine dotée d'une caisse de Prestige, d'un moteur diesel et une finition de CX Athéna. 1980 : La GTI reçoit un becquet et des nouveaux panneaux de custode en plastique noir mat pour le millésime '81. Suppression du cendrier boule remplacé par un tiroir. 1981 : Pour le changement de millésime (AM 82), toutes les CX reçoivent des custodes en plastique noir mat et des ailes avant élargies pour accueillir des pneus Michelin TRX en cotes millimétriques qui accentuent encore la différence de largeur de voie entre l'avant et l'arrière. Nouveaux monogrammes AR en relief. 1982 : En juillet, nouvelles appellations (CX 20, 20 TRE, 25 D), nouveau masque AV avec nouvelles fixations des optiques, nouvelle calandre, crosses de pare-chocs AV élargies, nouveaux cadrans de compteurs avec écritures oranges sur fond noir. DIRAVI, vitres AV électriques et condamnation centralisée de série sur toutes les CX. 1983 : En avril naît la CX diesel turbo, 174 km/h et peu de temps après, un nouveau moteur essence de 2500cm3 pour les GTI et Prestige. 1984 : Mars : présentation du break CX Entreprise aux portes AR soudées et la série spéciale Leader livrée en 2 tons de gris et sièges en tissu écossais. Enfin, en octobre débarque la démoniaque GTI turbo de 168 ch, 220 km/h ! 1985 : En mars la GTI turbo est la première voiture française à pouvoir être équipée du freinage ABS. En juillet apparaît la CX Série 2 caractérisée par ses boucliers plastique ton caisse, une finition améliorée mais toujours perfectible, une meilleure protection anti-corrosion, des rétros aérodynamiques et une nouvelle planche de bord avec tableau à cadrans ronds déjà vu sur les GTI turbo série 1. Deux nouveautés : la 22 TRS avec un moteur 2, 2L dérivé du 2L PRV et la Prestige turbo qui reçoit le moteur 168 ch. 1986 : Montage d'un échangeur air/air sur les GTI turbo et Prestige turbo qui deviennent turbo 2 et qui gagnent beaucoup en consommation. 1987 : En mars les turbo diesel reçoivent également cet échangeur qui leur permet de revendiquer 120 ch et 195 km/h ! Du jamais vu en diesel et comme en 1978 la CX est la berline diesel la plus rapide du monde. 30 octobre : la millionième CX tombe des chaînes d'Aulnay. 1988 : Rien de particulier si ce n'est la CX Limousine qui reçoit une finition similaire à la Prestige (sièges capitonnés, baguettes extérieures, toit vinyle en option…) à la climatisation près qui, elle, reste en option. 1989 : le 23 mai la XM est lancée et lui succède, d'abord en version berline dès 1989, puis en version break en 1991. En environ 16 ans il s'est produit : CX berlines. À cela il faut ajouter les breaks construits entre 1976 et 1991. ==
Sujets connexes
Années 1960   BMW série 5   Berline   Bicorps   Boîte de vitesses   Break (voiture)   C6   Citroën   Citroën C35   Citroën DS   Citroën GS et GSA   Citroën SM   Citroën XM   Coefficient de traînée   Erich Honecker   Hayon   Jacques Chirac   Lunule   Mercedes-Benz Classe E   Michelin   Peugeot 505   Peugeot 604   Président-directeur général   Renault 25   Renault 30   Robert Opron   République démocratique allemande   Talbot Tagora   Trophée européen de la voiture de l'année   XM  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^