Feldkirch (Vorarlberg)

Infos
Feldkirch est la seconde ville la plus peuplée du land autrichien du Vorarlberg et est aussi le chef-lieu du district de Feldkirch. Située à la frontière de la Suisse et de la principauté de Liechtenstein, elle est aussi la ville la plus à l'ouest d'Autriche. Feldkirch est le siège de plusieurs institutions autrichiennes comme le tribunal régional du Vorarlberg, la direction des finances et la chambre des comptes du Vorarlberg, le CHRU du Vorarlberg, le Conservatoire r
Feldkirch (Vorarlberg)

Feldkirch est la seconde ville la plus peuplée du land autrichien du Vorarlberg et est aussi le chef-lieu du district de Feldkirch. Située à la frontière de la Suisse et de la principauté de Liechtenstein, elle est aussi la ville la plus à l'ouest d'Autriche. Feldkirch est le siège de plusieurs institutions autrichiennes comme le tribunal régional du Vorarlberg, la direction des finances et la chambre des comptes du Vorarlberg, le CHRU du Vorarlberg, le Conservatoire régional et le service de métrologie régional. Depuis 1968, Feldkirch est chef-lieu du diocèse et évêché.

Histoire

Du temps de la Rhétie romaine, il y avait à l'emplacement de la vieille ville (aujourd'hui quartier de Altenstadt) une localité du nom d'« ecclesia sancti Petri ad Campos ». Ce nom qui apparaît dans le « rätischen Urbar » (une liste de domaines datée de 842) est contemporain de la désignation de la future ville comme « Feldchiricha ». C'est en 1218, alors que Hugues de Montfort vient de faire édifier le château fort du Schattenburg, emblême de la ville, que Feldkirch reçoit la qualification de ville pour la première fois. Le dernier des comtes de Montfort-Bregenz, Rodolphe V († 1390), longtemps chanoine puis doyen de chapitre du chapitre de Coire, et qui ne fut appelé à la tête du comté qu'après un mariage tardif et stérile, céda la ville et le comté en 1375 à la couronne d'Autriche, qui y déléga un vidame à partir de 1379. À l'occasion de cette cession, les bourgeois de Feldkirch s'arrangèrent pour obtenir une charte des libertés, dont la teneur se retrouve dans une lettre de doléances de 1376 ; libertés qu'ils entendaient mettre à profit au plan économique. Le commerce entre l'Italie et l'Allemagne fit la prospérité de la ville. Les ouvriers acquirent une telle influence qu'en 1405 ils étaient en mesure de s'opposer à l'oligarchie locale. La richesse de Feldkirch explique sans aucun doute son rayonnement culturel précoce : une école de latin y ouvrit ses portes dès 1399. Les Habsbourg administraient leurs fiefs de l'actuel Vorarlberg en alternance depuis le Tyrol et l'Autriche extérieure (c'est-à-dire l'actuelle Sarre). C'est à la fin du Moyen-Âge, et particulièrement au cours des guerres de l'Appenzell (1405-1429), opposant les Habsbourg aux cantons confédérés de Saint-Gall et aux villages inféodés de l'Appenzell, que se dessina la carte des états de l'époque moderne. Les diverses alliances entre les villages et les villes (dont Feldkirch) avec les aristocrates d'Altstätten, Berneck et Marbach, ainsi qu'avec l'évêché de Saint-Gall et les paysans de l'Eschnerberg, jouèrent dans ce conflit un rôle décisif. Feldkirch vers 1650, taille-douce de Merian. La prise de Feldkirch en 1405 consacra la formation de la « ligue des cantons du lac », sur le modèle d'une confédération, la plus importante de cette époque. Celle-ci se développa rapidement, ralliant notamment Bludenz, Rankweil, Sax, Gaster et Toggenburg. Les assauts et le siège des places fortes des Habsbourg se succédaient rapidement dans le Tyrol, l'Allgäu et la Thurgovie ; ils se soldèrent par la destruction de nombreuses forteresses princières. Le 13 janvier 1408, la ligue des cantons défit la chevalerie autrichienne devant Bregenz. Par la suite, les fiefs disparus donnèrent naissance à de nouveaux territoires le long du Rhin. Feldkirch absorba les faubourgs environnants de Levis, Altenstadt, Gisingen, Nofels, Tosters et Tisis en 1925.

Institutions

Tribunal

Le tribunal de Feldkirch est le seul de l'état du Vorarlberg, c'est-à-dire que le Vorarlberg est le seul état d'Autriche dont la capitale n'a pas de tribunal ! Cela s'explique par le fait que le tribunal de Feldkirch fut institué bien avant que le Vorarlberg ne devienne un état d'Autriche, avec Bregenz pour capitale.

Diocèse

Le conservatoire régional

Ce conservatoire se trouve dans un bâtiment de la rive gauche de l'Ill, initialement prévu comme caserne. Cet édifice abrita à partir de 1900 un lycée privé, la Stella Matutina, tenu par les jésuites : cet ordre missionnaire s'était établi à Feldkirch en 1649. Le lycée fut fermé par les nazis en 1938, puis converti en école d'administration du régime, et enfin en hôpital militaire. Le lycée rouvrit ses portes en 1946, et accueillit des élèves jusqu'en 1979. Le conservatoire a pris sa place graduellement à partir de 1977.

Tourisme

Le château Schatten. Feldkirch est la ville du Vorarlberg qui possède le plus de vestiges du Moyen-Âge.
- Le château des Schatten fut la résidence des comtes de Montfort jusqu'en 1390. Sa construction fut amorcée vers 1230 sous le règne de Hugues I de Montfort, le fondateur de la ville. Les remparts et les tours du château ne furent achevés que sous le règne du comte Frédéric de Toggenburg (1416-1436) et sous l'administration du vidame Hans de Königsegg au . Après la suppression de l'office de vidame, le château fut à plusieurs reprises voué à la destruction et en 1813 il fallut même le démanteler. La ville racheta finalement la forteresse en 1825 pour la somme de 833 florins. Le Schattenburg servit alors de caserne puis d'asile de déshérités. Le château doit sa renaissance à la création d'une « association du patrimoine pour le musée de Feldkirch et ses environs » en 1912. Le rez-de-chaussée est aménagé comme un château médiéval, et le premier étage abrite le musée du patrimoine, qui accueille chaque année environ visiteurs.
- La cathédrale Saint-Nicolas est nommée pour la première fois en 1287. L'édifice, de style roman à l'origine, fut gravement endommagé lors des incendies (en 1348, 1398, 1460). L'édifice actuel, de style gothique, fut achevé en 1478. C'est la plus grande cathédrale de tout le Vorarlberg, sa cathèdre en fer forgé est enchâssée sur un ancien confessional.
- La tour aux chats (Katzenturm), un campanile à huit étages, fut érigée entre 1491 et 1507 lors de la fortification de la ville sous le règne de l'empereur Maximilien I. Au on la rehaussa d'un clocher pour y monter la plus grosse cloche du Vorarlberg. La tour portait une statue de la vierge Marie, qui fut restaurée au par Florus Scheel. Elle tire son nom des chats qu'on entreposait dans cet édifice.
- Palais Liechtenstein
- Arsenal
- Anciens remparts (avec la « porte de Chur »)
- le château de Toster
- la vieille ville image:Feldkirch1.jpg|Feldkirch, vue du château fort des Schatten image:Feldkirch_Schattenburg1.jpg|Le château fort image:Feldkirch_Schattenburg2.jpg|Le château fort image:Feldkirch_Katzenturm.jpg|La « Tour des Chats » image:Schattenburg_2.JPG|Le château-fort et la cathédrale image:feldkirch_marktplatz.JPG|La place du marché image:feldkirch_neustadt.JPG|La quartier de Neustadt Image:Historisches_Rathaus.jpg|L'hôtel de ville de Feldkirch Image:Feldkirch Obere Illschlucht.jpg|La haut Illschlucht Image:Feldkirch Untere Illschlucht.jpg|Le bas Illschlucht image:Feldkirch_gu.JPG|Panorama depuis Gurtis image:Feldkirch_vi.JPG|Panorama depuis le mont Victor

Quartiers

- Feldkirch ( habitants)
- Levis ( habitants)
- Altenstadt ( habitants)
- Gisingen ( habitants)
- Nofels ( habitants)
- Tosters ( habitants)
- Tisis ( habitants) (chiffres au 31 décembre 2006)

Économie et infrastructure

Moyens de transport

Feldkirch possède depuis 1993 un service de bus comprenant 8 Lignes. Les lignes 59, 60, 67 et 68 desservent l'Oberland, la Ligne 73 le Blumenegg ainsi que les lignes 11, 13, 14 et 36 de la compagnie Liechtenstein de Feldkirch. La gare de Feldkirch est un carrefour important entre Vienne et Zurich en Suisse. Des trains circulent quotidiennement entre Feldkirch et Vienne ainsi qu'entre Feldkirch et Graz.

Entreprises locales

Au 15 mai 2001 on dénombrait à Feldkirch entreprises - dont les cinq plus importantes emploient plus de 200 salariés - soit salariés.
- Bachmann Electronic
- Vorarlberg Milch
- Lingenhöle Technologie
- Stadtwerke Feldkirch
- KSW Tankstellen- und Industrieanlagenbau
- Gebäudereinigung Bauer
- Hôpital régional de Feldkirch
- xactdata software gmbh

Écoles

- Lycée fédéral de Feldkirch (fondé en 1649)
- Lycée professionnel de Feldkirch et und Lycée professionnel de la Schillerstrasse (GYS)
- École de commerce de Feldkirch
- Institut St. Josef
- École de musique de Feldkirch
- Conservatoire régional du Vorarlberg
- IUFM fédéral du Vorarlberg
- Institut culturel pour la psychopédagogie, Institut St. Josef
- École d'élèves infirmiers

Sport

-VEU Feldkirch

Jumelages

-Whitby, (Ontario), Canada

Culture

festival de Feldkirch

Célébrités


- Bartholomäus Bernhardi (1487-1551), théologien luthérien
- Georg Joachim Rheticus (1514-1574), Mathématicien et astronome
- Karl Bleyle (1880-1969), Musicien et compositeur
- Wiltrud Drexel (
- 1950), skieuse
- Natalie Uher (
- 1968), Playmate de Playboy (édition germanophone) en septembre 1984, actrice (entre autre dans Emmanuelle 6 (1988))

Anecdotes

-Le comité d'arbitrage de football d'Autriche siège à Feldkirch. En 1874 des étudiants anglais du lycée « Stella Matutina » y firent connaître ce sport. ==
Sujets connexes
Agglomération   Allgäu   Autriche   Bludenz   Campanile   Canada   Canton d'Appenzell   Chanoine   Chapitre   Chat (machine de guerre)   Château fort   Coire   Emmanuelle (série)   Feldkirch (Bezirk)   Florin   Georg Joachim Rheticus   Graz   Habsbourg   James Joyce   Liechtenstein   Maximilien Ier du Saint Empire   Oligarchie   Ontario   Playboy   Playmate   Rhétie   Saint-Gall   Sarre (Land)   Suisse   Tyrol   VEU Feldkirch   Vidame   Vorarlberg   Whitby   Wiltrud Drexel   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^