Nature (grammaire)

Infos
En grammaire, la nature d'un mot regroupe un ensemble d'emplois linguistiques apparentés, permettant des substitutions de nature syntaxique. On peut dire également catégorie grammaticale, classe lexicale, espèce — ou encore, partie du discours, en grammaire traditionnelle. La nature d'un mot peut être un trait grammatical intrinsèque de ce mot. :Attention : en linguistique, tout comme dans d'autres disciplines, les mots catégorie ou <
Nature (grammaire)

En grammaire, la nature d'un mot regroupe un ensemble d'emplois linguistiques apparentés, permettant des substitutions de nature syntaxique. On peut dire également catégorie grammaticale, classe lexicale, espèce — ou encore, partie du discours, en grammaire traditionnelle. La nature d'un mot peut être un trait grammatical intrinsèque de ce mot. :Attention : en linguistique, tout comme dans d'autres disciplines, les mots catégorie ou classe ont fréquemment un sens plus large que celui qu'on leur donne en grammaire. Ils peuvent désigner un ensemble d'éléments propres à une spécialité donnée. Par exemple, le genre, le nombre, la personne, etc., qui ne constituent pas des catégories grammaticales, peuvent cependant être parfois considérés comme des catégories linguistiques.
- Pour illustrer ce qu'est une catégorie grammaticale, prenons par exemple la phrase « Le chat miaule », et essayons de remplacer le mot «
chat » par d'autres mots susceptibles de remplir la même fonction syntaxique, en opérant les corrections morphologiques nécessaires. :Le chien miaule. Les dinosaures miaulent. La trottinette miaule. Napoléon I miaule. Les Français miaulent. Les étoiles miaulent. Les grains de sable de l'immensité de l'océan miaulent. etc. ::Le « chat », le « chien », la « trottinette », etc. appartiennent donc à la même catégorie — le nom, pour cet exemple —, et peu importe si certains de ces énoncés sont absurdes, pourvu qu'ils soient acceptables d'un point de vue grammatical et syntaxique. En revanche, on n'aurait pas pu dire, par exemple, « Égratigner miaule », et on en conclut que le mot « égratigner » n'appartient pas à la même catégorie, que le mot « chat ».
- On considère généralement que plusieurs mots appartiennent à la même catégorie, si, pour une phrase donnée, on peut les substituer mutuellement à condition de respecter les accords, et sans modifier les relations syntaxiques de la phrase originelle. Ce type de procédé, bien utile en grammaire, est appelé commutation.

Identification de la catégorie

Un dictionnaire indique la catégorie d'un mot (ou éventuellement plusieurs catégories pour un mot), mais dans le discours, les différentes catégories ne sont pas faciles à déterminer. Il est fréquent en effet, qu'un mot puisse changer de catégorie selon sa fonction — il semble d'ailleurs que ce soit la fonction qui crée la catégorie, et non l'inverse. Quelques exemples:
- Diable est un nom, mais dans « Diable ! », ce mot est une interjection.
- Manger est un verbe, mais dans « Je prépare le manger », ce verbe devient un nom.
- Fort est un adjectif qualificatif, mais dans « Une personne fort sympathique », ce mot est un adverbe.
- Bien est un adverbe, mais dans « Bien ! », ce mot est une interjection, dans « faire le bien », c'est un nom. Dans « des gens bien », c'est un adjectif. Un changement de catégorie grammaticale est appelé dérivation impropre ou translation.

Nominalisation

La nominalisation est une variété de translation qui consiste en un transfert vers le nom depuis n'importe quelle autre catégorie. Elle est particulièrement fréquente.
- Un jeune. :Pour « un homme jeune » (adjectif qualificatif nominalisé).
- Un habitant de cette ville. ::Pour « une personne habitant dans cette ville » (participe présent nominalisé).
- Un écrit authentique. :Pour « un document écrit authentique » (participe passé nominalisé).
- Un pouvoir exorbitant. :Pour « une capacité de pouvoir exorbitante » (infinitif nominalisé).
- Un « tiens » vaut mieux que deux « tu l'auras » (proverbe). :Les deux occurrences du verbe conjugué « tenir » sont nominalisées.
- Je ne supporte plus ses incessants « Pourquoi ci, pourquoi ça ? ». :La phrase « Pourquoi ci, pourquoi ça ?
» est nominalisée. Elle est à la fois : COD du verbe « supporte », déterminée par le possessif « ses », et complétée par l'épithète antéposée « incessants ».
- Le vert est ma couleur préférée. / La verte est ma préférée . :L'adjectif qualificatif « vert » est nominalisé ; sa fonction : sujet du verbe « est ». L'adjectif qualificatif « verte » n'est pas nominalisé, il reste donc ce qu'il est ; sa fonction : épithète du nom (sous-entendu) « chemise ».
- Avec des « si », on mettrait Paris dans une bouteille. :Le mot « si » est ordinairement analysé comme une conjonction de subordination. Or il a ici pour fonction d'être complément circonstanciel de moyen du verbe « mettrait ». Etant nominalisé, il est normal qu'en conséquence, il hérite de l'une des fonctions du nom. Il sera donc analysé, non pas comme une conjonction, mais comme le nom dont il joue le rôle. :Le mot « on » est un pronom mais il peut être substitut du nom.

Critères pour déterminer la catégorie d'un mot

Des critères morphologiques, sémantiques et syntaxiques, sont à notre disposition pour déterminer la catégorie d'un mot.
- Les critères morphologiques sont précieux — par exemple, un mot terminé par -aient nous indique, entre autres choses, qu'il s'agit d'un verbe. Mais à eux seuls, ils restent insuffisants, puisqu'il est le plus souvent difficile de déterminer la catégorie d'un mot isolé en dehors de son contexte — par exemple, « tout », peut être nom, adjectif, pronom, adverbe, « porte » peut être verbe, nom…
- Les critères sémantiques sont intéressants aussi — par exemple, c'est parce que nous connaissons le sens du mot « dinosaure » que nous savons qu'il s'agit d'un nom et non pas d'un adjectif ni d'un verbe… Mais on n'est pas obligé de connaître le sens de tous les mots d'un énoncé pour en percevoir sa syntaxe. Donc, le critère sémantique n'est pas suffisant à lui tout seul.
- Les critères syntaxiques peuvent être utilisés également — un mot intercalé entre un déterminant et adjectif qualificatif postposé est très souvent un nom ; un mot placé juste avant ou juste après un verbe est très souvent un adverbe, etc. Mais leur efficacité n'est pas toujours absolue. On constate qu'aucun de ces trois critères n'est suffisant pour déterminer à coup sûr la catégorie d'un mot : ceux-ci doivent donc être utilisés de manière cumulative, et cela suppose que l'on maîtrise un certain nombre de notions de base.

Classification en catégories

Précisons au préalable que l'étude d'une catégorie donnée n'est pas l'étude de l'ensemble des mots traditionnellement recensés dans cette catégorie, mais celle de l'ensemble des fonctions qui lui sont associées. :Une telle étude serait impossible en ce qui concerne les mots pleins. Comment pourrait-on en effet dresser la liste complète des noms, des verbes, des adjectifs qualificatifs… ?
- La grammaire traditionnelle classe les mots en neuf catégories, appelées également « les parties du discours » : adjectif, adverbe, article, conjonction, interjection, nom, préposition, pronom et verbe.
- Cette ancienne classification engendre quelques difficultés. En effet, certaines catégories, quoique théoriquement différentes, sont en réalité très apparentées, alors que d'autres contiennent des sous-catégories réellement distinctes. Par exemple, les adjectifs non qualificatifs sont plus proches des articles que des adjectifs qualificatifs ; ou encore, les conjonctions de subordination sont plus proches des prépositions que des conjonctions de coordination ; etc.
- La notion classique de catégorie a donc besoin d'être réaménagée afin d'expliquer les mécanismes de la syntaxe, de manière plus cohérente. Une fois l'interjection mise à part — celle-ci étant hors syntaxe, il convient de la traiter de façon distincte, après toutes les autres espèces —, on remarque que certaines catégories de mots appartiennent à des ensembles fermés, dont la liste est plus ou moins figée — ce sont les mots-outils —, alors que d'autres appartiennent à des ensembles ouverts, se renouvelant sans cesse — ce sont les mots pleins. Par ailleurs, alors que certaines espèces sont invariables — l'adverbe, la conjonction et la préposition —, d'autres au contraire subissent diverses variations morphologiques flexionnelles, selon le genre, le nombre, la fonction, le temps, etc. — l'adjectif, l'article, le nom, le pronom et le verbe. Nous adopterons donc la classification suivante.

Mots pleins

Les mots pleins — parfois appelés mots lexicaux — sont innombrables et en création continuelle — les ajouts annuels dans le dictionnaire concernent presque exclusivement des mots pleins. Ils peuvent généralement être remplacés par des pronoms. Ils ont un caractère facultatif : par exemple, « Un adjectif qualificatif épithète complète un nom », mais un nom n'est pas obligatoirement accompagné d'une épithète. Du point de vue sémantique, la précision de leur signification est mise au premier plan : ils sont le plus souvent polysémiques — susceptibles de recevoir plusieurs sens —, mais dans un contexte donné, dans un énoncé et une unité syntaxique, chacun d'entre eux constitue une unité de sens. On peut les répartir en deux familles selon qu'ils sont variables ou invariables.

Mots pleins variables

- Le nom : il est polyfonctionnel, puisqu'il peut être sujet ou complément du verbe, complément du nom ou de l'adjectif, etc.
- Le verbe : il est monofonctionnel, puisqu'il est toujours le noyau du groupe verbal ou de la phrase — c'est normalement sa seule et unique fonction.
- L'adjectif qualificatif : il est également polyfonctionnel, puisqu'il peut être épithète, apposé ou attribut.

Mots pleins invariables

- L'adverbe : il est monofonctionnel, puisqu'il complète toujours, un verbe, un adjectif ou un autre adverbe — essentiellement — ; notons toutefois qu'il existe une catégorie d'adverbe — dit adverbe de liaison — pouvant être analysé comme un mot de liaison, plus précisément, comme un coordonnant : aussi, alors, puis, etc.

Mots-outils

Généralement courts, les mots-outils — parfois appelés mots grammaticaux — sont en nombre limité et il est plus facile d'en dresser des listes qu'en ce qui concerne les mots pleins. Les mots-outils ne sont généralement pas remplaçables par des pronoms, sauf en ce qui concerne le pronom lui-même. Ils ont un caractère obligatoire : par exemple, « Le déterminant doit introduire le groupe nominal » — et non pas « peut introduire ». Du point de vue sémantique, ils sont généralement peu précis : ce qui est mis au premier plan n'est pas tant leur signification que leur rôle syntaxique. On peut également les répartir en deux familles selon qu'ils sont variables ou invariables.

Mots-outils variables

- Le déterminant : il est monofonctionnel, puisqu'il annonce, actualise et détermine le nom noyau en se plaçant obligatoirement avant lui — article et adjectif déterminatif.
- Le pronom : c'est un représentant ; il est polyfonctionnel, puisqu'il hérite des fonctions du mot lexical auquel on l'a substitué — il remplace fréquemment le nom. :Quelques pronoms et déterminants sont cependant invariables. Il s'agit principalement de certains outils exclamatifs et interrogatifs.

Mots-outils invariables

- Le mot de liaison — appelé parfois, mot corrélatif — : il met en relation les unités syntaxiques entre elles. On distinguera : :- Le coordonnant, mot de liaison de la coordination. Il relie des éléments de statut syntaxique identique : conjonction de coordination et adverbe de liaison. :- Le subordonnant, mot de liaison de la subordination. Il relie des éléments de statut syntaxique différent : pronom relatif, conjonction de subordination, préposition, subordonnant exclamatif et subordonnant interrogatif. ::Quelques mots de liaison sont cependant variables. Il s'agit des pronoms relatifs et de certains subordonnants exclamatifs et interrogatifs. ::On notera que le pronom relatif a ceci de particulier qu'il appartient à deux catégories distinctes, celle des pronoms et celles des subordonnants.

Sujets connexes

- Liste des notions utilisées en linguistique
- Accord (grammaire)
- Analyse morphosyntaxique
- Lexicalisation
- Lexique
- Marque (grammaire)
- Mot
- Mot-outil
- Phrase
- Syntagme
- Syntaxe
- Trait grammatical catégorie:Grammaire catégorie:Syntaxe be-x-old:Часціна мовы bg:Част на речта cs:Slovní druh cv:Пуплев пайĕсем da:Ordklasse de:Wortart en:Lexical category es:Categoría gramatical et:Sõnaliik fi:Sanaluokka fo:Orðaflokkur gl:Categoría gramatical he:חלקי הדיבר is:Orðflokkur it:Parti del discorso ja:品詞 kk:Сөз табы ko:품사 nds:Woortaart nl:Woordsoort nn:Ordklasse no:Ordklasse pl:Część mowy pt:Classe gramatical ru:Части речи sk:Slovný druh sv:Ordklass zh:詞性
Sujets connexes
Accord (grammaire)   Adjectif   Adverbe   Analyse morphosyntaxique   Article défini   Attribut (grammaire)   Conjonction (grammaire)   Conjonction de coordination   Conjonction de subordination   Dictionnaire   Discours   Déterminant (grammaire)   Flexion (linguistique)   Fonction syntaxique   Grammaire   Interjection   Lexicalisation   Lexique   Linguistique   Liste des notions utilisées en linguistique   Marque (grammaire)   Morphologie (linguistique)   Morphologie de l'adverbe   Mot   Mot-outil   Nom   Outil exclamatif   Outil interrogatif   Personne (grammaire)   Phrase   Pronom   Pronom relatif   Préposition   Subordination (grammaire)   Sujet (grammaire)   Syntagme   Syntaxe   Sémantique   Verbe  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^