Tabagisme

Infos
Cigarettes : en jaune le filtre, en gris les cendres et en blanc le papier entourant le tabac. Le tabagisme est un terme qui caractérise la consommation de tabac en général. Il est le plus souvent utilisé pour désigner le comportement des personnes dépendantes à la nicotine contenue dans la fumée de tabac. Le tabagisme est parfois spécifié tabagisme actif par opposition au tabagisme passif, qui est l'inhalation involontaire de la fumée (dite seconda
Tabagisme

Cigarettes : en jaune le filtre, en gris les cendres et en blanc le papier entourant le tabac. Le tabagisme est un terme qui caractérise la consommation de tabac en général. Il est le plus souvent utilisé pour désigner le comportement des personnes dépendantes à la nicotine contenue dans la fumée de tabac. Le tabagisme est parfois spécifié tabagisme actif par opposition au tabagisme passif, qui est l'inhalation involontaire de la fumée (dite secondaire).

Historique

Fleurs et fruits du tabac Le tabac a été fumé en premier lieu par les Amérindiens depuis un temps indéterminé. En 1556, André Thévet introduit la plante en Europe et la cultive près d'Angoulême, mais c'est à Jean Nicot, diplomate français au Portugal, qu'il doit d'être popularisé par son introduction à la cour de France. La première illustration botanique du tabac est donnée par Nicolas Monardes en 1571. La culture du tabac assure la fortune et l'expansion de plusieurs colonies du sud-est des États-Unis (Maryland, Virginie...), au cours du XVII siècle. Appelé nicotiane en l'honneur de son découvreur, le tabac rencontra un grand succès à la cour de France, où on lui prêta des vertus thérapeutiques. Toutefois, le tabac fut interdit en Angleterre, dans les pays musulmans, et en Russie où l'on risquait la peine de mort en cas de consommation. Le Cardinal de Richelieu instaura une taxe sur le tabac, et Jean-Baptiste Colbert établit un monopole d'État des ventes en 1674. L'usage du tabac se popularisa, et devint la marque du raffinement dans la haute société. La cigarette est introduite en France en 1825.

Formes

Le tabac est consommé de plusieurs manières :
- fumé (cigarette, pipe, cigare, cigarillos, Bidî, en vrac à rouler, en joint - c'est-à-dire mélangé à du cannabis), narguilé etc. ;
- prisé (par inhalation) ;
- chiqué (par macération dans la bouche), soit par "mâchage" soit en plaçant une boulette entre lèvre et gencive -pratique qui s'apprente au snus scandinave).

Consommation

En France

Evolution de la consommation en FranceSources : Pour 1993 et 2002, L'OCDE en chiffres 2005, page 10 ; pour 2004: INSEE (avec pour référence la population en 2004 ): Depuis l'introduction en France de la cigarette en 1825, et son industrialisation en 1840, la consommation de tabac n'a cessé de croître jusque dans les années 1980. La seconde moitié des années 1990 a été marquée par une diminution notable du nombre de consommateurs quotidiens : il est actuellement évalué à 25 % de la population française, soit 15 millions de personnes (source : OCDE). Cette baisse est imputable aux dispositifs des lois Evin et de ses nombreuses modifications : alors que le tabac était retiré de l'indice des prix de l'INSEE, le coût pour le consommateur augmentait périodiquement. Ainsi le prix des cigarettes a crû de 40 % sur la période octobre 2003 - janvier 2004, tandis que de nombreuses mesures d'aide à l'arrêt du tabac furent promues, comme la médicalisation des substituts nicotiniques. Toutefois, paradoxalement, les timbres et autres moyens de substitution pour arrêter le tabac restent non-remboursés par la sécurité sociale. Cependant, ceci devrait changer avec la loi sur l'interdiction totale de fumer dans les lieux publics entrant en vigueur le 2007 accompagnée d'une enveloppe gouvernementale de 60 millions d'euros par an pour la prise en charge des traitements de sevrage (timbres, gommes ou médicaments).

Aux États-Unis

Aux États-Unis, 20, 9% de la population fume en 2005, c'est-à-dire 44, 5 millions d'Américains. On constate une diminution de la proportion de fumeurs qui était de 21, 6% en 2003. Parmi les jeunes, 21, 7% des lycéens et 8, 4% des collégiens fumaient en 2004AFP dans Le Monde, 11 novembre 2005 . Selon une étude officielle, le tabagisme est responsable de près de 440 000 décès annuels. Le coût a été estimé, à la fin des années 1990, à prés de 75 milliards de dollars (prise en charge médicale) et à 82 milliards de dollars (en perte de productivité), Ann Int Med, 2006;145;839-844 .

Circuit économique

La production de tabac, estimée à plus de 8 millions de tonnes, est dominée par la Chine, les États-Unis, l'Inde, le Brésil, et certains pays de l'ex-URSS. La très grande majorité des pays achètent des tabacs, même lorsqu'ils sont eux-mêmes producteurs : dans ce cas, les importations visent à suppléer les lacunes en terme de diversité. La manufacture du tabac est dominée par la Chine, les États-Unis, les pays de l'ex-URSS et le Japon. La cigarette représente l'essentiel de la production, estimée à plus de 5 000 milliards d'unités en 1993. Le premier producteur mondial de tabac est le monopole chinois (China State Tobacco Company) Les 4/5 du marché sont dominés par 6 multinationales aux diverses marques : ce sont, dans l'ordre décroissant de production:
- l'américain Philip Morris,
- le britannique British American Tobacco,
- le japonais Japan Tobacco,
- les britanniques Imperial Tobacco
- Gallaher
- le franco-espagnol Altadis. Les pratiques liées à la commercialisation de cette plante font l'objet de dures controverses (Cf. tabac).

Conséquences sanitaires

Pictogramme interdiction de fumer La consommation de tabac nuit à la santé. On estime que le tabagisme est à l'origine de plus de 4 millions de décès par an dans le monde (soit 62 morts pour 100 000 habitants, 1 mort toutes les 8 secondes, 60 millions de décès en 50 ans), dont 60 000 en France (97 pour 100 000 habitants) et près de 5000 induits par le tabagisme passif (des fumeurs et des non fumeurs). L'OMS estime que si la consommation poursuit les tendances actuelles, le tabac fera 10 millions de morts par an, ceci principalement dans les pays en développement.

Nicotine et manque

Le tabac est considéré comme une drogue licite dans de nombreux pays. Son principal alcaloïde, la nicotine, possède un effet psychoactif de stimulation cérébrale et simultanément de relaxation physique. La combustion du tabac libère aussi de l'harmane et de la norharmane qui ont un effet antidépresseur. L'accoutumance du système nerveux central à la nicotine combinée à l'harmane et à la norharmane est très rapide : quelques cigarettes peuvent suffire à entraîner une dépendance physique, puis ultérieurement psychologique. La nicotine, longtemps considéré comme unique responsable, crée en fait peu de dépendance à elle seule. Des additifs sont ajoutés par les fabricants dans le but d'intensifier la dépendance des consommateurs. C'est le cas de l'ammoniac, qui permet l'inhalation de la fumée sans provoquer de toux et facilite l'absorption de la nicotine. Le sevrage se traduit par une impression de manque, au réveil notamment, ce manque pouvant se manifester par des troubles de la concentration, irritabilité, constipation, insomnie, envie irrésistible de fumer (craving). Les symptômes de manque peuvent être diminués en grande partie par l'utilisation de nicotine pharmaceutique. Mais passés les premiers jours, l'utilité des aides médicamenteuses reste minime . En cas de difficulté, il est souhaitable de rechercher un accompagnement par une personne compétente (tabacologue, psychologue, etc...). Il est intéressant de noter qu'une envie de fumer (craving), passe après 2 ou 3 minutes de patience .

Substances toxiques

La fumée résultant de la combustion du tabac comporte plus de 4 000 substances toxiques, dont 50 reconnues cancérigènes par le Comité International de Recherche sur le Cancer : du benzène, du monoxyde de carbone, du formaldéhyde, de la N-nitrosodiméthylamine et de la N-nitrosopyrrolidine durant la phase vapeur de la fumée, alors qu'on a trouvé du goudron, du benzopyrène, du cadmium, du nickel, de la N-nitrosonornicotine (NNN) et de la 4-(methylnitrosamino)-1-(3-pyridyl-1-butanone) (NNK) durant la phase solide (particules) de la fumée. Certains produits, comme par exemple le polonium 210 sont radioactifs. Elle produit aussi des substances utilisées dans les gaz de combat ou les insecticides, comme le cyanure d'hydrogène à hauteur de 100 à 400 microgrammes par cigarette (Forestite, Zyklon B) à l'origine des maladies cardiovasculaires liées au tabac, et l'acroléine (Papite), à hauteur de 10 à 140 microgrammes par cigarette (ce qui conduit très facilement à un dépassement des limites légales admissibles dans l'air), un puissant irritant des muqueuses, cancérigène par ingestion orale, et justement soluble dans l'éthanol.

Additifs et arômes, et toxicité

Les mélanges de tabac utilisés pour la fabrication des cigarettes peuvent comprendre jusqu'à 10% du poids en additifs utilisés dans les sauces et arômes pour les mélanges blonds (et près de 15% pour le tabac mentholé). De plus on retrouve aussi une liste impressionnante d'additifs dans le papier de cigarette, les filtres, les manchons porte-filtre, et même les produits d'emballages, censés servir de conservateurs, antioxydants ou antibactériologiques, ou antimoisissure. Dans l'Union Européenne, tous les fabricants ont l'obligation de publier la liste exhaustive des produits utilisés, pour la culture, le séchage, la préparation, le texturage, la conservation, la fixation des arômes ou la modification de combustion. Leurs concentrations maximales dans les mélanges de tabac, la fonction justifiant leur ajout, et la liste des espèces biologiques cultivées (ainsi que les espèces hybrides qui le plus spécialement conçues pour l'industrie) sont aussi obligatoirement fournies. Il est vrai que l'industrie du tabac communique beaucoup sur la culture de la plante de tabac (ou l'absence d'OGM alors que sa combustion en fait perdre tout l'intérêt, le risque lié aux modifications génétiques étant détruit) ou la préservation des espèces, mais ne fait aucune étude sérieuse sur les additifs, notamment ceux dont la combustion agit comme catalyseurs favorisant la synthèse de l'ammoniac à partir des autres produits de combustion de la plante et des très nombreux arômes ajoutés naturels ou non (y compris au sein du filtre, qui favorise l'action des catalyseurs). Mais on peut s'étonner de la grande quantité de propylène glycol synthétique présent dans les « sauces » (en tant qu'agent « humectant » ou fixateur d'arômes), et sur lequel l'industrie du tabac semble ne pas vouloir communiquer (concentrant l'essentiel des recherches sur la seule plante du tabac et les méthodes de culture et de séchage). Les quantités importantes de glycérol (aussi appelée glycérine, et non toxique en lui-même) comme agent humectant et solvant d'arômes sont dangereuses, notamment sous l'effet des modificateurs de combustion, qui réduisent la température, favorisent sa déshydratation à chaud et produisent une grande quantité d'acroléine, irritante et extrêmement toxique (l'acroléine est utilisée aussi comme arme chimique de guerre, considérée dangereuse à 0, 100 ppm et pourtant présente à plus de 0, 120ppm dans une atmosphère enfumée d'un lieu clos). De même la toxicité du dioxyde de titane, utilisé comme principal additif modificateur de combustion (retardant), notamment du fait du dégagement de vapeurs de chlore, conduit à la synthèse, notamment dans le filtre, de chlorure de titane hautement corrosif, son rôle étant augmenté par la présence de nombreux dérivés à base de sels de silicium (fortement présents dans la fumée de combustion des feuilles et bois, et agissant comme catalyseurs). Cette liste comprend des centaines de produits (extraits de produits naturels, mais surtout éléments chimiques de synthèse). Les doses sont les maximums présents tous produits confondus, mais ne sont malheureusement pas détaillées par produit (ce qui fait que le total pourrait atteindre près de 33% du total en poids du mélange de tabac et non les 10 à 15% annoncés). Par exemple, Altadis déclare utiliser les additifs suivants dans les mélanges de tabacs des produits vendus en Union Européenne en 2004 (la plupart sont des "arômes", leur transformation lors de la combustion n'est pas détaillée (d'autant que nombre d'entre eux sont des hydrocarbures d'origine pétrolière, chargés en métaux lourds), et nombre d'entre eux sont interdits dans les produits alimentaires) :

Risques cardio-vasculaires et respiratoires

-Sphère ORL : le tabac est un irritant, provoquant laryngites, altération de la voix. Des études, tenues secrètes par les industriels du tabac, mais révélées en novembre 2004, décrivent que « des rats soumis à une atmosphère enfumée auraient montré des lésions des muqueuses nasales plus importantes que celles observées chez des rongeurs inhalant directement la fumée du tabac ». Cette irritation chronique est propice à la formation des cancers du pharynx et du larynx.
-Poumons : Les dépôts de goudron irritent les voies respiratoires et favorisent l'apparition d'infections pulmonaires, puis de la broncho-pneumopathie chronique obstructive, provoquant une hypoventilation des tissus et une diminution de la résistance aux exercices physiques. À long terme, les bronchites deviennent chroniques pouvant mener à l'insuffisance respiratoire. Le monoxyde de carbone, quant à lui, se substitue à l'oxygène sur l'hémoglobine, et par conséquent diminue l'oxygénation du sang, provoquant un essoufflement (dyspnée).
-La responsabilité du tabagisme dans la genèse des cancers (en particulier du poumon) a été longue à établir. Les premières études qui lient le tabac au cancer ont été réalisées durant la période de l'Allemagne nazie, par Franz H. Müller (1939), Eberhard Schairer et Erich Schöniger de l'Unversité de Jena (1943). Les nazis, attachés à la pureté du corps et à leur volonté de domination du monde sous un mode racial ont effectué une grande quantité de recherches sur le cancer (création d'un institut de recherche à l'Université de Jona) et ont été les premiers à mettre en place des politiques restrictives sur l'usage du tabac (cf: Robert N. Proctor. 380 pp. Princeton, N.J., Princeton University Press, 1999). Le rôle cancerigène du tabac a été également suspecté dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment par Richard Doll, épidémiologiste britannique, puis confirmé par des études de vaste envergure dans les années 1950 et 1960. L'intense lobbying des industriels du tabac a cependant sensiblement freiné la diffusion de ces données.
-Cœur et vaisseaux sanguins : la nicotine provoque une accélération du rythme cardiaque et comporte un effet vasoconstricteur, induisant une sous-alimentation des tissus. Il entraîne en outre une augmentation du taux de graisse dans le sang. Il favorise directement, à long terme, l'apparition et l'aggravation de l'athérome, obstruant progressivement les vaisseaux sanguins, avec toutes les implications : angine de poitrine, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, artériopathie oblitérante des membres inférieurs... Le risque d'infarctus du myocarde est globalement multiplié par 3 chez le fumeur et de manière moindre en cas de tabagisme passif. Le fait de chiquer augmente également ce risque. En cas d'arrêt de consommation de tabac, le risque décroît mais ne revient pas au niveau d'un non fumeur
-En combinaison avec la pilule contraceptive, le tabagisme est un facteur d'apparition de caillots pouvant conduire à une thrombose veineuse profonde (phlébite) ou à une embolie pulmonaire, voire un infarctus du myocarde. En France, les 60 000 morts dus au tabac sont principalement dus :
- pour 25 000 au cancer du poumon (seuls 10 % des cancers du poumon ne sont pas imputables à la cigarette)
- pour 15 000 à 40 000 par bronchite chronique (broncho-pneumopathie chronique obstructive ou BPCO). Au tabagisme sont attribués plus de 4, 9 millions de morts par an (un mort toutes les 8 secondes) et 60 millions de morts pour la seule seconde moitié du , selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé. Le tabagisme se situe bien loin devant l'alcoolisme, qui comptabilise un peu moins d'un million de morts par an. Cette drogue est aussi la cause d'au moins 25 maladies connues. On estime à près de 75 % les cas de cancers liés directement ou indirectement au tabagisme (cancers des poumons, de la langue, de la gorge...). Le tabagisme passif est aussi reconnu comme une cause de décès.

Autres effets

-Fertilité : elle diminue tant chez l'homme que chez la femme fumeuse.
-Sexualité : le tabagisme, par son rôle dans l'altération des vaisseaux sanguins, favorise l'impuissance.
-diabète : Le tabagisme, aussi bien actif que passif, est associé à une augmentation du risque.
-Sida : une étude conduite sur quelque 900 femmes pendant 8 ans a montré que le risque de rebond viral augmente de 40 % chez les fumeuses et leur risque de défaillance immunologique est accru de plus de 50 % ; la réponse virologique est dégradée de 20 % et la réponse immunologique de 15 % (American Journal of Public Health, juin 2006).
- Malformations : fumer pendant la grossesse favorise la survenue de la fente labio-palatine (bec-de-lièvre) chez le bébé, montre une enquête portant sur près de 4 millions de dossiers, menée par le National Center for Health Statistics. Même une faible consommation de tabac (de 1 à 10 cigarettes par jour) accroîtrait le risque.
- Au niveau de la cavité buccale :
-risque d'apparition d'un cancer de la bouche multiplié par 5 à 9 par rapport aux non-fumeurs. Ce risque est corrélé au nombre de cigarettes fumées quotidiennement et à la durée de l'exposition et est lentement réversible (plus de dix ans d'arrêt pour revenir à un risque équivalent à celui du non-fumeur)Revue Prescrire, n°289, Novembre 2007.
-risque de parodontites sévères multiplié par trois, risque accru de perte des dents (corrélé à l'importance du tabagisme et réversible au bout de 11 années d'arrêt).
-Cancer du pancréas : risque multiplié par 2 à 4 par rapport aux non-fumeurs.

Prévention du tabagisme

Le tabagisme (toxicomanie nicotinique) peut être traité par des décisions socio-politiques, par exemple par l'interdiction dans certains lieux ou circonstances, par la surtaxation des cigarettes et autres formes de tabac, par l'attribution de subventions à des organismes ou associations de prévention et de formation à l'abstinence tabagique. Les méthodes d'aide à l'arrêt du tabac sont individuelles ou collectives : On peut, sur un plan individuel, utiliser des méthodes micro-sociothérapiques (tel le "Plan des cinq jours"), des méthodes psychothérapiques de type suggestif (hypnose, training autogène avec formules intentionnelles, sophrologie avec suggestion, etc) ou de type comportemental, des méthodes chimiothérapiques (substitution nicotinique par patch ou gomme à macher, utilisation d'anti-dépresseurs ou de tranquillisants), de méthodes "alternatives" telle l'acupuncture du pavillon de l'oreille (piqûres ou fil), l'homéopathie, l'appel aux "pouvoirs" d'un "guérisseur" (dont l'action se ramène peut-être à un effet de suggestion).

La prévention du tabagisme au travail

Progressivement tous les pays occidentaux se dotent d'une réglementation interdisant le tabagisme pendant les heures de travail. L'interdiction ou la forte restriction de la possibilité de fumer procurent à l'employeur de nombreux avantages. Les chiffres suivants correspondent à la France en 2006 et peuvent probablement être transposés à d'autres pays :
- 78% des salariés attendent de leurs employeurs la garantie d’un lieu de travail sans fumée.
- 93% des salariés considèrent comme très important le risque associé au fait de travailler dans un environnement enfumé.
- Les salariés fumeurs sont plus facilement soumis à des pathologies entraînant des arrêts maladies, et les arrêts de travail sont plus longs.
- La cigarette figure parmi les premières causes d’incendie et de détérioration d’équipement dans l’entreprise (50% des débuts d'incendie selon une étude interne à l'AP-HP).
- La discrimination entre fumeurs et non-fumeurs (par exemple au sujet des temps de pause) est suceptible d'entraîner des tensions et une dégradation du climat social

Annexes

===
Sujets connexes
Acacia   Accident vasculaire cérébral   Acide acétique   Acide benzoïque   Acide citrique   Acide décanoïque   Acide hexanoïque   Acide lactique   Acide octanoïque   Acide phénylacétique   Acroléine   Acétate   Acétophénone   Alanine   Alcaloïde   Alcool benzylique   Altadis   Ammoniac   Amérindiens   Angine de poitrine   Angleterre   Angoulême   Antidépresseur   Artériopathie oblitérante des membres inférieurs   Assistance publique - hôpitaux de Paris   Athérome   Avertissements sur les paquets de cigarettes   Benzaldéhyde   Benzène   Bergamote   Bidî   Boisson alcoolisée   British American Tobacco   Bronchite   Bronchite chronique   Broncho-pneumopathie chronique obstructive   Brésil   Butanol   Cacao   Cadmium   Café   Camomille   Cancer   Cancer du pancréas   Cannabis   Caramel   Carbonate   Cardamome   Carotte   Castoréum   Cellulose   Centre international de recherche sur le cancer   Chlore   Cigare   Cigarette   Cire   Citral   Citron   Citronellol   Citronnelle   Civette   Claude Évin   Coriandre   Cumin   Cyanure d'hydrogène   Cèdre   Céleri   Diabète de type 2   Drogue   Dyspnée   Embolie pulmonaire   Eugénol   Europe   Fertilité   Forestite   France   Fruit   Genet   Gingembre   Glycérol   Gorge (anatomie)   Goudron   Géraniol   Géranium   Harmane   Hémoglobine   Imperial Tobacco   Impuissance   Inde   Indice des prix à la consommation   Indole   Infarctus du myocarde   Insecticide   Institut national de la statistique et des études économiques   Insuffisance respiratoire   Iris (genre végétal)   Janvier 2004   Japan Tobacco   Japon   Jasmin   Jean-Baptiste Colbert   Jean Nicot   Lactone   Langue   Laryngite   Larynx   Leucine   Livèche   Lobbying   Législation sur le tabac   Malformation   Malt   Mandarine   Maryland   Maté   Menthol   Mimosa   Monoxyde de carbone   Muscade   Méthionine   Narguilé   Nickel   Nicolas Monardes   Nicotine   Nérol   Octanol   Octobre 2003   Oliban   Orange (fruit)   Organisation de coopération et de développement économiques   Organisation mondiale de la santé   Oto-rhino-laryngologie   Oxygène   Papite   Parodontite   Patchouli   Pharynx   Philip Morris International   Phénylalanine   Piment   Pipe   Polonium   Portugal   Potassium   Poumon   Proline   Propylène glycol   Radioactivité   Rhum   Richard Doll   Rose (fleur)   Russie   Réglisse   République populaire de Chine   Santal   Sauge   Seconde Guerre mondiale   Sevrage (toxicologie)   Sexualité   Silicium   Snus   Sorbitol   Sucre   Syndrome d'immunodéficience acquise   Tabac   Tabac et grossesse   Tabagisme passif   Thrombose veineuse profonde   Thréonine   Titane   Union des républiques socialistes soviétiques   Vaisseau sanguin   Valine   Valériane   Vanille   Vanilline   Vasoconstricteur   Virginie   Voix   Vétiver   Zyklon B  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^