Dijon

Infos
Dijon est une ville de France, préfecture du département de la Côte-d'Or et chef-lieu de la région Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Dijonnais. En 2005, la population de Dijon intra-muros était de 150 800 habitants selon le recensement de l'Insee, ce qui en fait la 18 ville la plus peuplée de Francehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Grandes_villes_de_France. Héritière d'un riche patrimoine historique et architectural, capitale régionale « à taille h
Dijon

Dijon est une ville de France, préfecture du département de la Côte-d'Or et chef-lieu de la région Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Dijonnais. En 2005, la population de Dijon intra-muros était de 150 800 habitants selon le recensement de l'Insee, ce qui en fait la 18 ville la plus peuplée de Francehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Grandes_villes_de_France. Héritière d'un riche patrimoine historique et architectural, capitale régionale « à taille humaine », Dijon est également touristique, gastronomique et commerçante, ville verte, avec une tradition de vie culturelle intense. C'est aussi une ville universitaire, d'affaires et de congrès et un centre économique au tissu diversifié, notamment dans le secteur des services.

Géographie

Situation

Localisation

Dijon est la Capitale de la Région de Bourgogne. Préfecture du Département de Côte d'Or, elle se situe sur la Côte des Vins de Bourgogne aussi nommée Route des Grands Crus (Dijon - Beaune). Elle bénéficie d'une situation géographique privilégiée ; elle est située à 300 kilomètres de Paris, 200 de Genève et 180 de Lyon. Elle fait partie des noeuds Autoritiers Français (A 31, A 6 ...). Elle est bordée par ces départements:
- Nièvre (58 - Nevers)
- Yonne (89 - Auxerre, Sens)
- Saône et Loire (71 - Macon, Châlon sur Saône)
- Jura (39 - Dole)
- Aube (10 - Troyes, Nogent sur Seine)
- Haute Marne (52 - Chaumont, Langres, Saint Dizier)
- Haute Saône (70 - Vesoul)

Climat

Le climat de Dijon est de type océanique à tendance semi-continentale . L'influence océanique se traduit par des pluies fréquentes en tout saison (avec néanmoins un maximum en automne et un minimum en été) et un temps changeant. L'influence semi-continentale se traduit par une amplitude thermique mensuelle parmi les plus élevées de France (18°C contre 15°C à Paris), des hivers froids avec des chutes de neige relativement fréquentes et des étés plus chauds que sur les côtes, avec à l'occasion de violents orages. C'est cette influence semi-continentale qui rend possible la culture de la vigne en Côte-d'Or.
Données climatiques élémentaires
Températures

Transports et communications

La densité des réseaux autoroutiers et ferroviaires de Dijon permet des accès faciles et rapides aux principales métropoles européennes. La future gare TGV Porte Neuve devrait permettre à terme de desservir encore mieux la ville et la construction de la Lino (rocade ouest) assurera une circulation plus aisée pour desservir la périphérie. En termes de déplacements urbains, la municipalité favorise les transports alternatifs à la voiture avec la mise en place d’un nouveau réseau de bus en 2004 (Divia), la multiplication de voies cyclables et la piétonisation progressive des rues du centre-ville.

Topographie

Dijon vu du satellite Landsat Dijon est traversée essentiellement par le canal de Bourgogne et deux cours d'eau naturels : l'Ouche et le Suzon, ce dernier étant aujourd'hui souterrain en zone urbaine. Le Raine qui passe par le jardin de l'Arquebuse se jette également dans l'Ouche. Une des particularités topographique de l'agglomération est qu'elle s'est développée au point de rencontre de trois entitées géographiques bien distinctes :
- Au sud, la Côte-d'Or qui s'étend de Dijon à Beaune sur 80 km, couverte de vignobles dont les feuilles prennent une couleur dorée en automne, ce qui a inspiré le nom poétique du département de la Côte-d'Or en 1790. C'est le long de cette côte, de Dijon jusqu'au sud de Beaune, que passe la célèbre route des Grands Crus.
- A l'ouest, s'étend le plateau, premier contrefort des plateaux calcaires bourguignons. L'altitude varie de 350 à 500 m. Le plateau est parsemé de nombreuses vallées étroites et profondes appelées combes ; la plus importante est la vallée de l'Ouche au nord-est du plateau. Des buttes résiduelles, ou tasselots, s'en détachent : les bourgs de Talant et de Fontaine-lès-Dijon s'y sont édifiés.
- A l'est, se dessine l'amorce de la plaine de la Saône. L'altitude varie de 170 à 240 m. La topographie est douce, malgré quelques collines qui altèrent le paysage avec notamment une avancée issue des plateaux langrois qui souligne le débouché du Suzon dans la plaine au nord, et à l'est les collines de Saint-Apollinaire et de Montmuzard.
-

Morphologie urbaine

Quartiers

Les quartiers sensibles des Grésilles et de la Fontaine d’Ouche sont actuellement redessinés. Le quartier Junot, ancienne emprise militaire, accueille aujourd'hui 600 nouveaux logements après une longue phase de réhabilitation. La Place Wilson, dans le canton est

Lieux-dits et écarts

-Carnot
-Fontaine-d'Ouche
-Fort de la Motte Giron
-La Colombière
-La Combe à la Serpent
-La Toison-d'Or
-Les Bourroches
-Les Gènois
-Les Marcs-d'Or
-Les Poussots
-Les Péjoces
-Les Valendons
-Mirande
-Montchapet
-Montmuzard
-Porte-Neuve
-Saint-Exupéry

Infrastructures sportives

Les sportifs ne sont pas en reste avec les nombreuses infrastructures, stades, gymnases, courts de tennis, piscines – dont bientôt une piscine Olympique – patinoire, bowlings, parcours de santé dans les parcs péri-urbains, circuit automobile de Dijon-Prenois, golfs ou encore centres hippiques. Des lieux d’entrainement et de compétition à la hauteur des résultats sportifs des Dijonnais, que ce soit en football avec le DFCO, en basket avec la JDA, en hand-ball avec le CDB mais également en gym, en hockey avec le CPHD, en athlétisme… Cet engouement pour le sport s'est même traduit par la troisième place de la ville au classement des villes les plus sportives de France établit par L'Équipe magazine

Architecture

Urbanisme

Autre vue de la place Wilson

Logement

Projets d'aménagement

Sports

Le journal L’Équipe, dans son supplément du 6 octobre 2007, classe Dijon 3ème des villes françaises les plus sportives après Toulouse en un et Montpellier en deux, tirant son épingle du jeu sur les cinq thèmes qui ont prévalu au classement : le haut niveau, le sport accessible à tous, les équipements, la volonté et le budget.

Démographie

Forte d'environ 150 000 habitants, Dijon s’étend sur 42 km². La ville exerce son influence sur un vaste espace entre Paris et Lyon. Elle évolue et se développe au cœur d'une agglomération de près de 250 000 habitants et d'un bassin de vie et d'emploi de 320 000 personnes.

Histoire

Héraldique

right 50px Armes de la ville de Dijon : De gueules, au chef parti : au premier d'azur semé de fleurs de lis d'or et à une bordure componée d'argent et de gueules, au deuxième bandé d'or et d'azur de six pièces et à une bordure de gueules. Les armes de la ville étaient de gueules plain jusqu'en 1391, date à laquelle fut ajouté le chef aux couleurs du duc de Bourgogne Philippe II le Hardi. Lorsque la ville reçut la Légion d'honneur en 1899, la croix, sans ruban, fut placée dans le champ de gueules. À partir de 1962, la décoration fut placée sous le blason.

Origines

Les premières traces d'habitat remonteraient au Néolithique (site des Lentillières).

Antiquité

On ne peut parler de véritable cité avant l'époque gallo-romaine. Située entre plateaux cultivés et plaine marécageuse de la Saône, Divio tirerait son nom d'un lieu sacré au confluent de l'Ouche et du Suzon - peut-être à l'emplacement de l'actuelle cathédrale Saint-Bénigne de Dijon. Essentiellement lieu de passage et de commerce, la localité se développe peu et s'entoure de remparts au . Grégoire de Tours la décrit comme un castrum aux solides murailles, élevé au milieu de terres fertiles. Elle est relativement épargnée par les invasions barbares, sarrasines puis normandes .

Moyen Âge

Aux environs, Clovis vainquit le roi burgonde Gondebaud en 500. Dijon fut entièrement détruite en 1137 par un incendie, puis rebâtie vingt ans après. Elle devint à partir du la capitale du duché de Bourgogne. Dijon connaît une période brillante sous les quatre ducs Valois de Bourgogne. Elle est la capitale du duché de Bourgogne, ensemble d'États qui s'étendent jusqu'aux Pays-Bas. Le duc Philippe le Hardi fonde à Dijon sa nécropole dynastique, la chartreuse de Champmol, dont il fait un foyer d'art. Le duc Philippe le Bon reconstruit l'hôtel ducal et institue la chapelle de son palais comme siège de l'ordre de la Toison d'Or. Le duc Charles le Téméraire échoue dans sa lutte contre le roi de France ; il meurt en 1477, laissant Louis XI annexer le duché. Le roi fait construire à Dijon un château, à l'emplacement de l'actuelle place Grangier, pour surveiller les habitants. La porte Guillaume, Place Darcy

Temps modernes

Après la réunion du duché à la couronne, Dijon reste la capitale de la Bourgogne et le siège des États de la province. En septembre 1513, les Suisses viennent l'assiéger et le gouverneur Louis II de La Trémoille ne peut les faire partir qu'en leur promettant 400 000 écus. Cette délivrance inespérée est attribuée à l'intercession de Le parlement de Bourgogne, transféré de Beaune à Dijon, fait de la cité une ville parlementaire, où la noblesse de robe édifie des hôtels particuliers. Après la Contre-Réforme, de nouvelles églises et chapelles de monastères sont construites. Un roi de France, peut-être Henri IV, aurait qualifié Dijon de "ville aux cent clochers". La cité connaît une activité commerciale non négligeable liée notamment à l'exploitation viticole. Le XVIIIe siècle est une nouvelle période de prospérité pour Dijon, qui accueille en 1722 une université de droit, que complèteront d'autres disciplines jusqu'à la Révolution française. En 1731, la ville devient le siège d'un évêché.

Époque contemporaine

La Révolution fait passer Dijon du rang de capitale provinciale à celui de chef-lieu de département. Plusieurs monuments remarquables sont détruits : chartreuse de Champmol, rotonde de Saint-Bénigne ; d'autres sont endommagés, comme Saint-Bénigne et Notre-Dame, dont les portails sont martelés. La Sainte-Chapelle disparaît en 1802. L'exploitation du charbon et du fer au Creusot, l'achèvement du canal de Bourgogne en 1833 et surtout l'ouverture de voies ferrées vers Paris et Lyon en 1844 rendent à Dijon une certaine importance économique. Sous le Second Empire, la ville commence à s'étendre et à se moderniser. Le 30 octobre 1870, soldats et mobilisés tentent de défendre la ville contre les Prussiens. Sans artillerie, ils doivent se rendre à la fin de la journée. Le 26 novembre 1870, Garibaldi, à la tête de "l'armée des Vosges", ne peut reprendre Dijon et doit faire retraite. Mais, du 21 au 23 janvier 1871, ses troupes défendent la ville avec succès, et un drapeau poméranien est même pris le 23 janvier. La "Place du 30 octobre" rappelle le courage des combattants, et en 1899 la ville reçoit la Légion d'honneur pour sa résistance. Après la guerre, Dijon se développe en rasant ses remparts, remplacés par de grands boulevards. Le château construit par Louis XI est détruit lors de ces aménagements. Une des premières bases aériennes de l'Armée de l'air (BA102 Georges Guynemer) est établie dans la banlieue de Dijon, à la veille de la Première Guerre Mondiale. Ce conflit ne cause pas de dommage à Dijon. La ville reprend son essor dans l'entre-deux-guerres. Occupée en 1940 par l'armée allemande du IIIe Reich, Dijon est libérée par les troupes françaises le 11 septembre 1944 et sort de l'épreuve sans destruction architecturale. Le chanoine Kir, maire de Dijon de 1945 à 1968, dote la ville d'un lac artificiel. Sous son mandat se crée également un vaste campus universitaire.

Économie

Quatre secteurs sont particulièrement bien représentés à Dijon, l’électrique-électronique, la mécanique, l’agro-alimentaire, et la chimie-pharmacie. La création du « pôle de compétitivité » Vitagora autour du goût, de la nutrition, de l’innovation alimentaire et de la santé, souligne la propension de Dijon à mettre en place des projets d’excellence aux débouchés réels. Une démarche dynamique et stratégique, issue d’un partenariat fort entre tous les acteurs économiques, la ville, le grand Dijon et l’université. L'université de Bourgogne regroupe près de 30 000 étudiants. C’est la première entreprise en recherche de la région, qui, avec ses 1 900 enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs et techniciens, est capable d'intervenir dans les secteurs les plus divers. D'autres écoles implantées au cœur de la ville disposent d'une solide réputation internationale, Science Po Dijon (antenne de la prestigieuse école parisienne), l’Établissement National d’Enseignement Supérieur Agronomique de Dijon (ENESAD) et l’École Nationale Supérieure de Biologie Appliquée à la Nutrition et à l’Alimentation (ENSBANA), toutes deux membres de la Conférence des grandes écoles, l’école nationale supérieure d'arts et métiers, l’école nationale des greffes, l’école de notariat, l’école nationale des Beaux-Arts ou encore le conservatoire national de musique, de danse, et d'art dramatique. Ces atouts font de la métropole dijonnaise le premier bassin de vie et d'emploi en Bourgogne. L’implantation en 2005 de l’enseigne suédoise Ikea souligne l'attractivité du territoire dijonnais.

Administration

Vie politique

Tombeau et gisant de Philippe le Hardi au Palais des ducs de Bourgogne. Maires de Dijon (pour plus de détails, voir Liste des maires de Dijon) :
- 1945-1968 : le chanoine Félix Kir
- 1968-1971 : Jean Veillet
- 1971-2001 : Robert Poujade
- 2001 : François Rebsamen

Découpage administratif

Dijon est divisé en 8 cantons :
- Le 1 canton est formé d'une partie de Dijon et des communes de Bretigny, Brognon, Clénay, Orgeux, Ruffey-lès-Echirey, Saint-Apollinaire, Saint-Julien et Varois-et-Chaignot (29 512 habitants)
- Le 2 canton est formé d'une partie de Dijon et des communes d'Arc-sur-Tille, Bressey-sur-Tille, Chevigny-Saint-Sauveur, Couternon, Crimolois, Quetigny, Remilly-sur-Tille et Sennecey-lès-Dijon (37 848 habitants)
- Le 3 canton est formé d'une partie de Dijon (21 440 habitants)
- Le 4 canton est formé d'une partie de Dijon et d'une partie de Chenôve (18 956 habitants)
- Le 5 canton est formé d'une partie de Dijon et des communes de Corcelles-les-Monts, Flavignerot, Fleurey-sur-Ouche, Lantenay, Pasques, Prenois et Velars-sur-Ouche (28 960 habitants)
- Le 6 canton est formé d'une partie de Dijon (22 925 habitants)
- Le 7 canton est formé d'une partie de Dijon (23 163 habitants)
- Le 8 canton est formé d'une partie de Dijon (19 532 habitants)

Enseignement

- Collège privé La maîtrise de la Cathédrale
- Collège Henry Dunant
- Collège des Lentillères
- Collège du Parc
- Collège Marcelle Pardé
- Collège Roupnel
- Collège privé Saint Michel
- Lycée privé Les Arcades
- Lycée Carnot
- Lycée Le Castel
- Lycée Eiffel
- Lycée et collège privé Saint Joseph
- Lycée Charles de Gaulle
- Lycée Montchapet
- Lycée Simone Weil

Santé

Dijon est un une ville où la santé est privilégiée. On y trouve un SAMU, un CHU, plusieurs cliniques: clinique Sainte Marthe, clinique Drevon, et d'autres dans la proche agglomération. On trouve aussi dans les nouveaux quartiers un pôle médical.

Culture et patrimoine

Monuments et lieux touristiques

cathédrale Saint-Bénigne Eglise Notre-Dame - Intérieur Dijon dispose de l’un des premiers secteurs sauvegardés de France, avec 97 hectares de monuments classés et remarquablement conservés. Reconnu internationalement, son patrimoine est de tous les temps car la ville conserve sans cesser d’innover. Le "vieux Dijon" ou centre historique conserve d'innombrables maisons anciennes, hôtels parlementaires, maisons bourgeoises mais aussi demeures plus modestes qui donnent un charme incomparable aux rues du centre ville. La création d'un secteur sauvegardé, la réfection progressive de la plupart des demeures historiques et le développement d'une zone piétonne en constante extension depuis les années 1970, permettent aujourd'hui aux Dijonnais comme au visiteur d'un jour de profiter de ce riche patrimoine.
- Le Palais des ducs et des Etats de Bourgogne accueille aujourd'hui le musée des Beaux-Arts et la mairie.
- La cathédrale Saint-Bénigne, construite aux XIIIe et XIVe siècles, abrite dans sa crypte, seul vestige d'une rotonde romane détruite en 1792, le tombeau du martyr éponyme, évangélisateur de la Bourgogne. L'édifice, autrefois abbatiale, était entouré de bâtiments dont subsiste l'ancien dortoir des Bénédictins, qui abrite le musée archéologique.
- L'église Notre-Dame, du XIIIe siècle, chef-d'œuvre du gothique bourguignon, est unique dans l'architecture gothique française. Elle abrite la statue de Notre-Dame de Bon-Espoir, ancienne Vierge noire. Sa façade occidentale s'orne de nombreuses gargouilles décoratives restituées au XIXe siècle par sept sculpteurs parisiens. L'amorce de sa tour sud supporte le , horloge à quatre automates. La chapelle de l'Assomption toute proche abrite l'Assomption de Jean Dubois, mais n'est pas ouverte au public.
- L'église Saint-Etienne de Dijon est le plus ancien lieu de culte du castrum dijonnais. Abbaye de chanoines réguliers au Moyen Age, cathédrale en 1731, désaffectée à la Révolution, elle est aujourd'hui occupée par la chambre de commerce et le musée Rude.
- De l'ancienne Chartreuse de Champmol subsistent le puits de Moïse, sculpté par Claus Sluter à la fin du XIVe siècle, et le portail de la chapelle.
- La porte Guillaume, située place Darcy, est un vestige des fortifications de la ville. Elle fut érigée en 1788 par Caristie en l'honneur du prince de Condé. Le rempart de Dijon a laissé malheureusement peu de traces : le train passe sur l'ancien rempart dit "de la Miséricorde". Rue de l'Hôpital, on voit encore (en bien triste état) le bastion de Guise, qui constituait l'angle sud-ouest du rempart ; rue de Tivoli et rue Berlier, deux pans de murs sont également encore préservés.
- Les toits bourguignons originaux, composés de tuiles vernissées multicolores, égayent plusieurs bâtiments du centre ville (hôtel de Vogüé, maison Aubriot notamment).
- L'église du Sacré-Coeur de Dijon date des années 1930.

Culture

Depuis 2001, Dijon œuvre à une plus grande valorisation et à l’enrichissement de son patrimoine. C’est le cas en matière culturelle. La ville consacre environ 25 % de son budget à la création et à la diffusion. L’auditorium à l'acoustique exceptionnelle, les 8 musées – entièrement gratuits – dont celui des Beaux-Arts classé 2 de France pour son fonds, les théâtres et salles de spectacle, les structures comme La Vapeur, dénicheuse de nouveaux talents, les galeries d'art, les cinémas – bientôt un nouveau multiplexe –, les bibliothèques municipales, le conservatoire national de musique, les parcs et jardins – 745 m² de verdure soit 49 m² par habitant – et aussi depuis peu un Zénith de 8000 places, un planétarium et une nouvelle médiathèque interquartiers sont autant d’éléments qui participent à la mise en valeur et à la richesse de la cité.

Musées

Rue Verrerie, centre-ville
- Le musée des Beaux-Arts de Dijon est installé dans le Palais des Ducs de Bourgogne. Dans la "salle des gardes" sont exposés les tombeaux des ducs Philippe le Hardi et Jean sans Peur, provenant de la Chartreuse de Champmol. Les autres salles renferment des collections de peinture et de sculpture allant du Moyen Age à l'époque contemporaine.
- Le musée archéologique occupe une partie des anciens bâtiments de l'abbaye Saint-Bénigne et détient des pièces provenant des fouilles régionales. La collection lapidaire gallo-romaine et les bois provenant du sanctuaire des sources de la Seine sont de tout premier ordre
- Le musée de la vie bourguignonne Perrin de Puycousin renferme des reconstitutions de scènes quotidiennes et de boutiques anciennes. Une partie est réservée aux enfants célèbres de Dijon.
- Le
musée d'art sacré
, installé dans l'ancienne église des Bernardines, présente d'intéressantes collections liturgiques et un morceau de sculpture magistrale : la Visitation, provenant du couvent du même nom, aujourd'hui détruit.
- Le musée Magnin occupe l'ancien hôtel Lantin. Il renferme une magnifique collection de tableaux et de meubles réunie par les Magnin, une famille d'amateurs.
- Le musée François Rude, situé dans le transept de l'ancienne église Saint-Étienne, abrite les moulages de diverses statues de Rude, et donne accès à l'abside de l'église ; on peut y observer des restes de l'ancien castrum, enceinte gallo-romaine de Dijon.
- Le muséum d'histoire naturelle est situé au sein des collections botaniques du jardin de l'Arquebuse.
- Le musée de la moutarde Amora.
- L'exposition Florissimo qui a lieu tous les quatre ans, est le rendez-vous mondial des amateurs de fleurs. Chaque exposition possède un thème pour lequel des villes de France et du monde entier réalisent des compositions.

Salles de spectacles

Les principales salles de spectacle de Dijon sont un Zénith jaugeant 7 800 places au maximum, l'auditorium, une merveille en terme d'acoustique et de design interieur, qui compte 1 600 places assises et le grand théâtre, construit au début du XIX siècle sur l'emplacement de la Sainte-Chapelle. De nombreuses salles de moindre taille existent, comme la Vapeur (600 places environ), le Parvis Saint-Jean qui occupe une église désaffectée, le Théâtre Mansart près du campus universitaire, l'Atheneum au cœur du campus ou encore le théâtre des Feuillants. De petites structures privées couvrent en outre de nombreux styles de théâtre et de musique.

Cinémas

La ville de Dijon compte 5 cinémas, plus un multiplexe dans l'agglomération. Un cinéma dijonnais, Place Darcy Au centre ville : - : 6 salles - (5 salles) est un cinéma qui a pour spécificité de diffuser des programmes pour enfant. - : Anciennement cinéma Gaumont (6 salles), racheté par le groupe qui possède déjà Le Darcy et l'ABC. Fermé depuis quelques mois pour une réouverture prévue le 5 décembre 2007 en multiplexe de 10 salles. Cette extension fut possible grâce au rachat d'un autre cinéma situé à proximité (La Grande Taverne) fermé depuis plusieurs années. - est un cinéma qui a pour spécificité de diffuser des films d'art et d'essai. Autre spécificité : les diffusions en VO. -Le Devosge, 5 salles. Diffusion en VO A Quétigny (dans l'agglomération dijonnaise) : -Le Cap-vert est un multiplexe de 12 salles, dont le propriétaire possède également le Devosge.

Bibliothèque municipale

Dijonnais célèbres

Politique

duc de Bourgogne Charles le Téméraire au XVe siècle.
-Jean sans Peur (1371-1419), duc de Bourgogne de 1404 à 1419.
-Philippe le Bon (1396-1467), duc de Bourgogne de 1419 à 1467.
-Charles le Téméraire (1433-1477), duc de Bourgogne de 1467 à 1477.
- Charles Gravier, comte de Vergennes (1717-1787), homme d'État, secrétaire d'État aux affaires étrangères sous Louis XVI.
- Louis-Bernard Guyton-Morveau (1737-1816), chimiste et homme politique sous la Révolution.
- Le chanoine Kir (1876-1968), maire de Dijon de 1945 à 1968. Il est né et repose à Alise-Sainte-Reine. Issu d'une famille d'origine alsacienne, il a marqué l'histoire dijonnaise de sa forte personnalité.
- Robert Poujade (Moulins, 1928), maire de Dijon et ministre de l'Environnement.
- François Rebsamen (Dijon, 1951), homme politique et maire de Dijon depuis 2001.

Religion

- Bernard de Clairvaux (1090-1153), saint Bernard, moine fondateur de l'ordre cistercien de Clairvaux. Il est né à Fontaine-lès-Dijon, dont son père était seigneur.
- Jeanne-Françoise Frémyot, dite Jeanne de Chantal (1572-1641), fondatrice de l'ordre de la Visitation.
- Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), écrivain et orateur sacré, évêque de Meaux (dit "L'aigle de Meaux"), né dans une maison de l'actuelle place Bossuet.

Littérature Philosophie

- Bernard de La Monnoye : poète et homme de lettres, né rue du Bourg.
- Hilaire de Longepierre : XVIIe siècle auteur dramatique.
- Prosper Jolyot de Crébillon : XVIIe siècle auteur dramatique.
- Gabrielle Suchon : XVIIe siècle philosophe et moraliste.
- Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), orateur, écrivain.
- Charles de Brosses : XVIIIe siècle parlementaire et homme de lettres.
- Alexis Piron : XVIIIe siècle auteur dramatique et poète, né rue Piron.
- Edme Beguillet : XVIIIe siècle avocat, écrivain ( mort en 1786 ).
- Aloysius Bertrand : XIXe siècle, poète.
- Stéphen Liégeard (1830-1925), écrivain, avocat, sous-préfet, créateur du terme Côte d'Azur .
- Henri Vincenot (1912-1985), écrivain.
- Chantal Gevrey : XXe siècle-XXIe siècle, écrivain.

Art

La chouette sur l'église Notre-Dame architectes
- Jean-Baptiste Mathey (1630 – 1696)
- Jacques Cellerier (1742-1814) peintres
- Jean-Baptiste Lallemand (1716-1803)
-Charles Balthazar Julien Fevret de Saint-Memin (1770-1852) portraitiste au physionotrace
- Claude Hoin (1750-1817)
- Paul Jourdy (1805-1856)
- Alphonse Legros (1837-1911)
- André Claudot (1892-1982)
- Jean Bertholle (1909-1996)
- Maurice Boitel (1919-2007) sculpteurs
- François Rude (1784-1855)
- François Jouffroy (1806-1882)
- Mathurin Moreau (1822-1912)
- Georges Diebolt (1816-1861), qui a sculpté au pont de l'Alma à Paris, le Zouave et le Grenadier, cette dernière statue ayant été transportée à Dijon, au bord du lac Kir.
- Auguste Moreau (1834-1917) acteurs
- Jean-Pierre Marielle : XXe siècle-XXIe siècle
- Claude Jade : XXe siècle-XXIe siècle musiciens
- Jean-Philippe Rameau (1683-1764), compositeur, organiste, théoricien et claveciniste, né rue Vaillant.
- Yves Jamait (né en 1961), chanteur, auteur, compositeur de variété française. Rend hommage à Dijon dans la chanson éponyme.
- Damien Saez, chanteur, compositeur de rock et chanson française. Il a passé une grande partie de sa jeunesse à Dijon. Le titre J'veux m'en aller serait inspiré par le Lycée Carnot.

Science

Gustave Eiffel (1832-1923).
- François Chaussier : XVIIIe siècle célèbre médecin
- Claude Navier : XVIIIe siècle ingénieur et physicien
- Gustave Eiffel : XIXe siècle ingénieur et industriel métallurgiste
- Pierre Clerget : XIXe siècle pionnier de l'aviation
- Henry Darcy : XIXe siècle hydraulicien
- Félix Billet : XIXe siècle doyen de la faculté des sciences

Militaire

- Jean-Baptiste Vaillant (1790-1872), ministre, maréchal de Napoléon III.

Sport

- Virginie Razzano : XXIe siècle joueuse de tennis
- Assia El Hannouni : XXIe siècle athlète handisport (1981)
- Jean-Marc Boivin : XXIe siècle alpiniste français
- Cédric Juillard : XXIe siècle, athlète recordman du saut en longueur avec un saut à 6, 66 m, record pour la ville de Dijon.
- Jérôme Golmard : XXIe siècle joueur de tennis
- Philippe Raymond : Marathonien

Gastronomie

Boutique de moutarde rue de la Liberté
- Dijon se veut une capitale mondiale de la gastronomie, avec sa foire internationale et gastronomique qui se tient chaque année à l'automne, et dont un pays est hôte d'honneur et la BIAC (Biennale Internationale des Arts Culinaire).
- Dijon est la capitale régionale d'une des régions vinicoles les plus connues au monde, la Bourgogne. C'est toutefois Beaune qui est la capitale du vin de Bourgogne.
- Dijon est la capitale de la moutarde, dont la qualité est due au sol calcaire de la région, qui produit des graines de moutarde particulièrement fortes. Le verjus de Bourgogne, qui entre dans la fabrication de la moutarde de Dijon, permet aussi de développer l'essence et le piquant de la graine. Spécialités gastronomiques :
- Le pain d'épices
- Les escargots de Bourgogne
- La truffe de Bourgogne
- Le bœuf bourguignon
- La fondue bourguignonne
- Les oeufs en meurettes
- Le poulet à la Gaston Gérard
- Les vins de Bourgogne
- Le cassis de Dijon avec lequel est fabriquée la crème de cassis.
- Le Kir (apéritif blanc cassis)

Divers

Jumelages

Place de la Libération : Palais des ducs de Bourgogne et Hôtel de Ville. Du fait notamment de sa situation au carrefour de l'Union Européenne, Dijon bénéficie d’une longue tradition d’échanges:
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alexis Piron   Aloysius Bertrand   Amplitude thermique   Arc-sur-Tille   Armée de l'air (France)   Arrondissement de Dijon   Assia El Hannouni   Auguste Moreau   Automne   Aviation   Base aérienne 102 Dijon-Longvic   Beaune   Bernard de Clairvaux   Bernard de La Monnoye   Bourgogne   Bressey-sur-Tille   Bretigny   Brognon (Côte-d'Or)   Brouillard   Calcaire   Canal de Bourgogne   Cantons de la Côte-d'Or   Cassis (fruit)   Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon   Chantal Gevrey   Charles Balthazar Julien Fevret de Saint-Memin   Charles de Brosses   Charles le Téméraire   Chartreuse de Champmol   Chef-lieu   Chenôve   Chevigny-Saint-Sauveur   Château de Dijon   Circuit automobile de Dijon-Prenois   Claude Hoin   Claude Jade   Claus Sluter   Climat continental   Climat océanique   Clovis Ier   Clénay   Collines   Conférence des grandes écoles   Corcelles-les-Monts   Couternon   Crimolois   Crème de cassis   Côte-d'Or   Côte d'Or   Damien Saez   Dijon Football Côte d'Or   Duché de Bourgogne   Edme Beguillet   Ensoleillement   Escargot   Est   Fer   Flavignerot   Fleurey-sur-Ouche   Fondue bourguignonne   Fontaine-lès-Dijon   France   François Chaussier   François Jouffroy   François Rebsamen   François Rude   Félix Billet   Félix Kir   Gabrielle Suchon   Gargouille   Gastronomie   Gentilé   Genève   Georges Diebolt   Georges Guynemer   Gisant   Gondebaud   Graine   Guerre franco-allemande de 1870   Gustave Eiffel   Henri Vincenot   Henry Darcy   Hilaire de Longepierre   Houille   Institut d'études politiques de Paris   Jacques-Bénigne Bossuet   Jean-Baptiste Lallemand   Jean-Baptiste Mathey   Jean-Marc Boivin   Jean-Philippe Rameau   Jean-Pierre Marielle   Jean Bertholle   Jeanne d'Arc Dijon Bourgogne   Jeanne de Chantal   Jérôme Golmard   Kir   L'Équipe magazine   Lantenay (Côte-d'Or)   Le Creusot   Liste des ducs de Bourgogne   Liste des maires de Dijon   Liste des évêques et archevêques de Dijon   Louis-Bernard Guyton-Morveau   Louis II de La Trémoille   Lycée Carnot (Dijon)   Lyon   Légion d'honneur   Marcelle Pardé   Master GRH Dijon   Mathurin Moreau   Maurice Boitel   Moulins (Allier)   Moutarde (condiment)   Musée d'art sacré de Dijon   Musée des Beaux-Arts de Dijon   Napoléon III   Neige   Nièvre   Néolithique   Orage   Orgeux   Ouche (Côte-d'Or)   Ouest   Pain d'épices   Palais des ducs de Bourgogne   Paris   Parti socialiste (France)   Pasques   Paul Jourdy   Philippe II de Bourgogne   Physionotrace   Pierre Clerget   Plaine   Plateau (géographie)   Plateau de Langres   Pluie   Pont de l'Alma   Poulet à la Gaston Gérard   Prenois   Prosper Jolyot de Crébillon   Préfecture   Quetigny   Remilly-sur-Tille   Robert Poujade   Route des Grands Crus   Ruffey-lès-Echirey   Révolution française   Saint-Apollinaire (Côte-d'Or)   Saint-Julien (Côte-d'Or)   Saône (rivière)   Sennecey-lès-Dijon   Stéphen Liégeard   Sud   Suisse   Suzon   Talant   Université de Bourgogne   Vallée   Varois-et-Chaignot   Velars-sur-Ouche   Verjus   Vierge noire   Vignoble de Bourgogne   Virginie Razzano   XIXe siècle   XVIIIe siècle   XVIIe siècle   XVe siècle   XXIe siècle   XXe siècle   Yonne   Yves Jamait   Zénith (spectacle)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^