Système d'éducation québécois

Infos
Le système d'éducation québécois est unique au monde et diffère de ceux des autres provinces canadiennes. En 2002-2003, il y avait au Québec 1 116 233 élèves fréquentant les niveaux préscolaire, primaire et secondaire, 157 473 étudiants de niveau collégial et 185 560 de niveau universitaire. Au Québec, l'éducation relève du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. L'administration est assurée localement par un réseau de commissions scolaire
Système d'éducation québécois

Le système d'éducation québécois est unique au monde et diffère de ceux des autres provinces canadiennes. En 2002-2003, il y avait au Québec 1 116 233 élèves fréquentant les niveaux préscolaire, primaire et secondaire, 157 473 étudiants de niveau collégial et 185 560 de niveau universitaire. Au Québec, l'éducation relève du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. L'administration est assurée localement par un réseau de commissions scolaires, regroupements régionaux qui gèrent un certain nombre d'écoles primaires et secondaires dans le réseau public d'éducation. Un réseau privé coexiste. Dans ces écoles, qui sont parfois partiellement financées par le Ministère, la responsabilité administrative incombe à une autorité locale (conseil d'administration ou autre, selon du type de corporation) qui doit répondre de sa gestion auprès de du MELS et doit appliquer l'intégralité du programme décidé par le Ministère — bien que des matières optionnelles puissent y être ajouté — ce qui a amené ce monopole de fait de l'État inconnu ailleurs au Canada. Dans le réseau public, le MELS alloue à chacune des commissions scolaires un budget pour s'occuper des dépenses, tels les salaires des enseignants (établis selon des barèmes communs pour l'ensemble de la province), mais aussi le matériel, la construction et l'entretien des bâtiments, etc. Les commissions scolaires bénéficient également d'un pouvoir limité de taxation locale sur les biens fonciers présents sur son territoire.

Présentation du réseau

La fréquentation scolaire est obligatoire dès l'âge de 6 ans jusqu'à 16 ans, âge normalement atteint par les élèves lors de leur quatrième ou cinquième année du secondaire. Au plus bas niveau il y a l'enseignement préscolaire, primaire et secondaire, que l'on divise entre les réseaux public, privé et gouvernemental. Le réseau public est géré par 72 commissions scolaires, dont 60 sont de statut linguistique français, 9 de statut linguistique anglais et 3 de statut particulier. Elles s'occupent des écoles préscolaires publiques, des écoles primaires publiques, des écoles secondaires publiques, des centres d'éducation des adultes publics et des centres de formation professionnelle publics. Les réseaux de l'enseignement préscolaire, primaire et secondaire privé et gouvernemental sont à l'extérieur des commissions scolaires.
- Il y a 162 écoles préscolaires privées, 165 écoles primaires privées, 184 écoles secondaires privées, 4 centres d'éducation des adultes privés et 32 centres de formation professionnelle privés.
- Il y a 17 écoles préscolaires gouvernementales, 17 écoles primaires gouvernementales, 18 écoles secondaires gouvernementales, 1 centre d'éducation des adulte gouvernemental et 8 centres de formation professionnelle gouvernementaux. À un second niveau il y a l'enseignement collégial. Il y a 48 cégeps -- collèges d'enseignement général et professionnel -- (ainsi que 29 établissements affiliés et 27 centres collégiaux de transfert de technologie), 25 collèges privés subventionnés (ainsi que 7 établissements affiliés et 1 centre collégial de transfert de technologie), 53 collèges sous permis (ainsi que 16 établissements affiliés) et 11 collèges gouvernementaux. Au niveau supérieur il y a l'enseignement universitaire. Il y a 7 universités, 4 de statut linguistique français (ainsi que 14 établissements affiliés) et 3 de statut linguistique anglais. La langue d'enseignement demeure une question litigieuse. En vertu de la Charte de la langue française, adoptée en 1977, les étudiants doivent fréquenter l’école française. Toutefois, les élèves qui répondent à l’un des critères suivants peuvent fréquenter l’école anglaise :
- les enfants qui ont fait une partie de leurs études élémentaires ou secondaires en anglais au Québec ou ailleurs au Canada ;
- les enfants qui ont un père ou une mère qui a fait une partie de ses études élémentaires en anglais au Québec ou ailleurs au Canada ;
- les enfants de citoyens canadiens qui ont un frère ou une sœur qui a fait ou est en train de faire ses études élémentaires ou secondaires en anglais au Québec ou ailleurs au Canada. Anciennement, il y avait des écoles catholiques et protestantes. Le droit de fréquenter l'école catholique était garanti par l'Acte de Québec de 1774, protégeant ainsi la totalité de la population de langue française catholique qui vivait dans un pays où la population anglaise était majoritairement protestante. La signature de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 confirme le droit à une éducation basée sur la religion. La Loi de 1867 confère aux provinces la compétence en matière d'éducation. Pendant plus d'un siècle, les immigrants non catholiques venant de l'extérieur du Canada qui s'établissaient au Québec ne pouvaient pas, en théorie du moins, fréquenter l'école française. Dans les faits, la religion était peu prise en compte dans les écoles publiques depuis les années 1970, l'éducation religieuse pouvant être remplacée par l'enseignement moral au choix des parents. Une modification apportée à la Loi sur l'instruction publique de 1998 a remplacé les commissions scolaires confessionnelles par des commissions scolaires fondées sur la langue et non sur la religion.

Éducation préscolaire

L'éducation préscolaire comprend la pré-maternelle et la maternelle, qui est souvent rattachée aux écoles de niveau primaire. Les enfants à la maternelle ont typiquement 5 ans. La maternelle n'est toutefois pas obligatoire dans le système actuel, bien que la majorité des enfants la fréquente.

Éducation primaire

L'enseignement primaire au Québec, comme dans l'ensemble des provinces canadiennes, est composé de trois cycles d'étude, comportant chacun 2 années d'études. Les élèves ont typiquement durant cette période de 6 à 12 ans.
-Premier cycle: première année et deuxième année du premier cycle.
-Deuxième cycle: première année et deuxième année du deuxième cycle.
-Troisième cycle: première année et deuxième année du troisième cycle. Habituellement, les élèves font partie d'une même classe ou groupe d'élèves stable durant l'année scolaire, et ont un professeur attitré pour toutes les matières de base: langue maternelle (selon le cas, normalement le français ou l'anglais pour les écoles anglophones), mathématiques, sciences humaines, sciences de la nature, arts plastiques. Des enseignants spécialistes s'occupent d'autres matières telles la langue seconde (anglais pour les francophones, français pour les anglophones), la musique et l'éducation physique. Depuis septembre 2000, le nouveau programme encadre les apprentissage et l'enseignement dispensé dans les écoles primaires de la province.

Éducation secondaire

Les études secondaires durent cinq années:
-1 secondaire
-2 secondaire
-3 secondaire
-4 secondaire
-5 secondaire Les 1 et 2 secondaire font partie du premier cycle du secondaire alors que les 3, 4 et 5 secondaire font partie du deuxième cycle du secondaire. Celles-ci correspondent, dans le reste du Canada, aux années allant de la septième à la onzième année. À la fin du secondaire, les élèves ayant terminé leurs études secondaires reçoivent un Diplôme d'études secondaires (DES). Les élèves ont typiquement de 12 à 17 ans. Les élèves souhaitant se rendre plus rapidement sur le marché du travail peuvent, dès l'âge de seize ans, ne pas terminer leurs études secondaires et faire des études professionnelles. Celles-ci, d'une durée d'environ deux ans, débouchent sur l'obtention du Diplôme d'études professionnelles (DEP), permettant une formation spécifique à un métier. Depuis septembre 2005, le nouveau programme est implanté graduellement au secondaire. D'ailleurs, les écoles secondaires à vocation particulière, notamment avec un programme de musique ou d'éducation internationale, sont de plus en plus populaires. Il en va de même pour les écoles privées qui, dans certaines régions du Québec, ont la cote auprès du public. Pour l'obtention du Diplôme d'études secondaires les élèves doivent obtenir 54 unités de quatrième et cinquième secondaire dont au moins 20 unités de la cinquième secondaire ou de la formation professionnelle. Les unités obligatoires sont les suivantes:
- 6 unités Français langue maternelle de la cinquième secondaire
- 4 unités Anglais langue seconde de la quatrième secondaire
- 6 unités Sciences physiques de la quatrième secondaire
- 6 unités Mathématiques de la quatrième secondaire
- 4 unités Histoire de la quatrième secondaire Par ailleurs les élèves qui désirent poursuivre au cégep devront réussir les cours suivants:
- Mathématiques de cinquième secondaire ou un cours équivalent de quatrième secondaire (068-426) ou (068-436) Pour les adultes (16 ans et plus) qui désirent retourner aux études et qui ne désirent pas se déplacer, il y a la Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec qui offre la formation à distance depuis 1995. Cependant, ce sont les commissions scolaires du Québec qui prennent les inscriptions et s'occupent de tout ce qui concerne les apprentissages. Il y en a au moins une dans chaque région du Québec.

Éducation postsecondaire

Cégep

Les étudiants qui poursuivent des études postsecondaires vont d'abord au CÉGEP (acronyme signifiant « collège d'enseignement général et professionnel »), qui consiste en deux ou trois années d'études, qui débouche, dans les deux cas, en l'obtention du Diplôme d'études collégiales (DEC). Comme les écoles primaires et secondaires, des collèges privés existent en marge du système public. La gratuité scolaire est toujours préservée au collégial, les élèves n'ayant pas à défrayer des frais de scolarité à proprement dit. L'élève a donc deux alternatives lors de son entrée au collégial:
- L'éducation préuniversitaire, d'une durée normale de 2 ans, qui prépare l'étudiant à son entrée à l'université à l'aide de cours d'apprentissage général. Plusieurs programmes sont offerts, entre autres: :
-Sciences humaines :
-Sciences de la nature :
-Arts et lettres :
-Double-DEC
- L'éducation technique, d'une durée normale de 3 ans, qui permet aux étudiants d'acquérir des connaissances plus spécifiques et pratiques concernant un métier.L'éducation technique permet aux étudiants d'entrer sur le marché du travail ou de continuer leurs études à l'université. De plus, dans les deux types de parcours, certains cours sont obligatoires pour l'obtention du Diplôme d'études collégiales (DEC). Ainsi, les cours de littérature, de philosophie, d'anglais, et d'éducation physique sont indispensables afin de recevoir son diplôme.

Université

Les étudiants qui désirent poursuivre des études universitaires devront donc avoir complété, au minimum, 13 années d'études préuniversitaires : six années d'études primaires, cinq années d'études secondaires et deux années d'études collégiales, donc une de plus que dans les autres provinces canadiennes. Pour cette raison, la plupart des programmes d'études universitaires de premier cycle (baccalauréat) durent trois ans. Les exceptions notables sont les études en médecine (beaucoup plus longues), en génie et en éducation (quatre ans au lieu de trois). Les étudiants de l'extérieur du Québec doivent faire une année supplémentaire avant de débuter leurs études universitaires. Le déroulement des études universitaires ressemble généralement à ce qui est la norme ailleurs en Amérique du Nord. En plus des établissements universitaires privés, le gouvernement du Québec possède le réseau d'universités publiques de l'Université du Québec, avec des établissements dans plusieurs villes dans la province. Les études universitaires, qui sont subventionnées par le gouvernement du Québec, sont reconnues pour leur coût relativement peu élevé comparativement aux autres établissements d'Amérique du Nord. Mais si l'on compare avec certains pays d'Europe, tels la France ou les pays scandinaves, ces mêmes études sont beaucoup plus coûteuses. Avec ses quatre universités, Montréal est la ville d'importance qui possède le plus haut pourcentage d'étudiants en Amérique du Nord.

Comparaison des systèmes d'éducation français et québécois

Cas particulier : En vertu d'une entente-cadre sur la reconnaissance des diplômes signée en 1996 par la Conférence des présidents d’universités (CPU), la Conférence des directeurs d’écoles et de formations d’ingénieurs (CDEFI) et la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), le baccalauréat français (12 années de scolarité) est reconnu comme l'équivalent du diplôme d'études collégiales québécois (13 années de scolarité) en matière d'accès à l'enseignement universitaire au QuébecQuébec. Ministère de l'Immigration et des communautés culturelles du Québec (2005). , p. 12.. Système français Année d’études Système québécois   Primaire préparatoire CP 1 Primaire 1er   Élémentaire CE1 2 2e CE2 3 3e   Moyen CM1 4 4e CM2 5 5e   Collège Secondaire 6e 6 6e 5e 7 École secondaire Secondaire I 4e 8 II   3e DNB 9 III       CAP/BEP Lycée Seconde 10 IV         DEP Première 11 V DES BT / Bac. Pro Terminale 12 Cégep 2 ans DEC pré-universitaire Cégep   3 ans     DEC technique   DUT (université) / BTS (lycées) Universitaire         Licence 13 14 Universitaire 1er cycle   (cursus de 3 ou 4 ans)   Baccalauréat   15     Maitrise 1 16 Maitrise 2 DEA / DESS 17 2e cycle     Maitrise   DESS               Doctorat 18   19 3e cycle         Doctorat 20 21 Études supérieures :   Cheminement général   Cheminement technique ou technologique Signification des sigles
- BESD : Bacc. de l’enseignement du second degré
- DEA : Diplôme d’études approfondies
- Bacc. T. : Baccalauréat de technicien ou technologique
- DEC : Diplôme d’études collégiales
- BEP : Brevet d’études professionnelles
- DEP : Diplôme d’études professionnelles
- BT : Brevet de technicien
- DES : Diplôme d’études secondaires
- BTS : Brevet de technicien supérieur
- DESS : Diplôme d’études supérieures spécialisées
- CAP : Certificat d’aptitude professionnelle
- DUT : Diplôme universitaire de technologie
- BEPC : Diplôme national du brevet

Notes et références

Voir aussi

Institutions scolaires

Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire
- Liste des commissions scolaires du Québec
- Liste des écoles préscolaires et primaires privées du Québec
- Liste des écoles préscolaires et primaires gouvernementales du Québec
- Liste des écoles secondaires privées du Québec
- Liste des écoles secondaires gouvernementales du Québec
- Liste des écoles secondaires publiques du Québec Enseignement collégial
- Liste des cégeps du Québec
- Liste des collèges privés subventionnés du Québec
- Liste des collèges privés sous permis du Québec
- Liste des écoles gouvernementales collégiales du Québec
- Liste des centres collégiaux de transfert de technologie Enseignement universitaire
- Liste des universités du Québec ===
Sujets connexes
Acte de Québec   Baccalauréat international   Canada   Charte de la langue française   Commission scolaire au Québec   Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec   CÉGEP   Enseignement secondaire   Europe   France   Liste des centres collégiaux de transfert de technologie   Liste des collèges privés sous permis du Québec   Liste des collèges privés subventionnés du Québec   Liste des commissions scolaires du Québec   Liste des cégeps du Québec   Liste des universités du Québec   Liste des écoles gouvernementales collégiales du Québec   Liste des écoles préscolaires et primaires gouvernementales du Québec   Liste des écoles secondaires gouvernementales du Québec   Liste des écoles secondaires privées du Québec   Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec   Programme de formation de l'école québécoise   Québec   Université   Université du Québec  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^